Le président ukrainien a jugé mardi "dangereuse" la rhétorique prorusse prêtée à des partis d'extrême droite, après leur percée électorale à l'issue des élections européennes.
Suivez les dernières informations en direct.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

BIDEN AU G7

Joe Biden partira ce mercredi pour le sommet du G7 en Italie armé de nouvelles annonces en faveur de l'Ukraine, pour montrer au président russe Vladimir Poutine que "le temps ne joue pas en sa faveur", a dit un porte-parole de la Maison-Blanche. 


Il a précisé que le président américain et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky auraient jeudi une réunion bilatérale suivie d'une conférence de presse commune, dans la luxueuse station balnéaire de Borgo Egnazia, dans les Pouilles (sud). 

AVOIRS RUSSES

Un porte-parole de la Maison-Blanche a promis des "annonces", sans plus de précisions, visant à "libérer la valeur des actifs souverains russes gelés" pendant le sommet du G7 cette semaine en Italie. John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale, a ajouté que de "nouvelles sanctions" contre la Russie seraient également dévoilées cette semaine, et a précisé que le président américain et son homologue ukrainien tiendraient une réunion bilatérale suivie d'une conférence de presse commune pendant ce sommet. 

DEUX PARTIS ALLEMANDS BOYCOTTENT ZELENSKY

La plupart des députés du parti allemand d'extrême droite AfD ainsi que les élus d'un parti de gauche souverainiste ont boycotté mardi le discours devant le Bundestag de Volodymyr Zelensky, qui s'est inquiété de l'écho de la rhétorique prorusse en Europe. 


Lorsqu'il est monté sous les applaudissements au pupitre de la chambre basse du Parlement allemand, le président ukrainien s'est trouvé face aux sièges laissés vides par la quasi totalité des 77 députés du parti allemand d'extrême droite allemand AfD. Seuls quatre élus avaient pris place sur les bancs de l'hémicycle. Même choix de boycott du côté des 10 députés du parti de gauche radicale BSW, récemment créé par une figure de la scène politique allemande Sahra Wagenknecht sur une ligne souverainiste. 

RALF HIRSCHBERGER / AFP

ZELENSKY EN APPELLE AU SOUVENIR DU MUR

Le président ukrainien a appelé à ce que l'Ukraine ne soit jamais "divisée" par la Russie, établissant un parallèle historique avec le mur de Berlin lors d'un discours en Allemagne. "Une Europe divisée n'a jamais été pacifique. Et une Allemagne divisée n'a jamais été heureuse. Vous le savez par expérience (...) nous faisons absolument tout pour empêcher l'existence d'un mur entre les différentes parties de notre pays", a déclaré M. Zelensky lors d'une visite à Berlin. 

PLAINTES DEVANT LA CEDH

La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) se penche mercredi sur quatre plaintes déposées contre la Russie par l'Ukraine pour les opérations menées depuis février 2022 et en 2014 dans le Donbass, et par les Pays-Bas pour la destruction du vol MH17 en juillet 2014. 


Ces plaintes seront étudiées en audience par les 17 juges de la Grande chambre, formation la plus solennelle de l'institution qui siège à Strasbourg. Vingt-six Etats, dont la quasi-totalité des membres de l'Union européenne, ont été autorisés à intervenir dans la procédure et à soumettre des observations écrites, ainsi que diverses ONG.  

ZAPORIJIA : UN RESPONSABLE ABATTU

Un responsable local ukrainien a été abattu par un homme armé mardi à Zaporijjia, ville sous contrôle de Kiev dans le sud du pays, a annoncé la police nationale, alors que les assassinats politiques se sont multipliés des deux côtés du front. 


Selon la police, qui a ouvert une enquête pour meurtre, l'assaillant a ouvert le feu sur ce responsable devant un immeuble d'habitation. Zaporijia se trouve à une vingtaine de kilomètres de la ligne de front. La centrale nucléaire éponyme, sous contrôle russe, si elle appartient à l'oblast de Zaporijia, se situe à 56 km au sud-ouest.

ZELENSKY RÉAGIT À LA PERCÉE DE L'EXTRÊME DROITE EN EUROPE

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a jugé "dangereuse" la rhétorique prorusse prêtée à des partis d'extrême droite en Europe, après leur percée électorale à l'issue des élections européennes. "C'est dangereux - pas pour l'Ukraine, car nous sommes déjà dans la situation la plus dangereuse, nous sommes en guerre - mais les slogans radicaux prorusses sont dangereux pour vos pays", a-t-il déclaré lors d'une visite à Berlin.

PROTHÈSES AUX COULEURS DE L'UKRAINE

Des prothèses de jambes fixées dans des chaussures ont été peintes aux couleurs de l’Ukraine et déposées à Berlin là où se tient la Conférence pour la reconstruction de l'Ukraine à laquelle participe Volodymyr Zelensky mardi et mercredi. 

Des prothèses de jambes fixées dans des chaussures ont été peintes aux couleurs de l’Ukraine.
Des prothèses de jambes fixées dans des chaussures ont été peintes aux couleurs de l’Ukraine. - ODD ANDERSEN / AFP

PROTECTION DES RÉFUGIÉS UKRAINIENS PROLONGÉE

La Commission européenne a proposé de prolonger à nouveau d'un an, jusqu'au 4 mars 2026, la protection accordée aux réfugiés ukrainiens dans l'UE. Cette proposition sera examinée jeudi par les ministres de l'Intérieur réunis à Luxembourg, qui devraient l'approuver.


Depuis mars 2022, les Ukrainiens fuyant la guerre déclenchée par la Russie bénéficient d'un statut leur permettant de séjourner, de travailler et d'accéder à des aides dans l'Union européenne. Ils sont actuellement 4,2 millions dans ce cas. "Compte tenu des attaques continues de la Russie contre les infrastructures civiles et vitales dans toute l'Ukraine, les conditions de retour des personnes dans le pays ne sont pas encore sûres et durables", indique l'exécutif européen, estimant que "les raisons pour lesquelles la protection temporaire a été introduite subsistent et qu'il convient de la proroger pour une année supplémentaire". 

LEVÉE DE L'EMBARGO AMÉRICAIN VISANT AZOV

La brigade ukrainienne Azov a annoncé que Washington avait décidé de lui accorder une aide militaire, après un embargo de dix ans en raison de préoccupations sur ses liens avec les milieux ultranationalistes. Cette unité est célébrée en Ukraine pour avoir participé à la défense de la ville de Marioupol dans les premiers mois de l'invasion russe, mais honnie par la Russie qui accuse ses membres d'être des "nazis" ayant commis des crimes de guerre.


"L'ambassade des États-Unis en Ukraine a confirmé que la 12e brigade spéciale Azov de la Garde nationale ukrainienne a passé l'inspection requise par la loi américaine et a le droit de recevoir l'aide des États-Unis", a indiqué la brigade sur Telegram, saluant une "nouvelle page" de son "histoire".

LA RUSSIE REVENDIQUE LA PRISE DE DEUX NOUVEAUX VILLAGES

La Russie a revendiqué la capture de deux nouveaux villages dans l'Est de l'Ukraine. Il s'agit de Miasojarivka dans la région de Lougansk (Est) et de Timkivka dans celle de Kharkiv (Nord-Est). L'armée russe grignote du terrain depuis des mois dans l'Est et le Sud de l'Ukraine sans toutefois réaliser de vraie percée. Hier, Moscou avait déjà revendiqué la prise d'un village dans l'un des rares secteurs où les troupes ukrainiennes avaient réalisé une progression lors de leur contre-offensive l'été dernier.

PRODUCTION D'ÉLECTRICITÉ DIVISÉE PAR DEUX

Volodymyr Zelensky a affirmé que les bombardements russes sur son infrastructure énergétique avaient conduit à diviser par deux la production électrique de l'Ukraine depuis l'hiver. "Les frappes de missiles et de drones russes ont déjà détruit 9 gigawatts de capacité. Le pic de consommation d'électricité de l'hiver dernier était de 18 gigawatts. La moitié n'existe donc pas aujourd'hui", a-t-il déclaré lors de son déplacement à Berlin.

PLUS DÉFENSES ANTIAÉRIENNES

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a estimé qu'avoir davantage de systèmes de défense antiaériens pour protéger les villes d'Ukraine et ses infrastructures énergétiques serait "la réponse" pour mettre fin à l'invasion russe.


"C'est la terreur inspirée par les missiles et les bombes qui aide les troupes russes à progresser sur le terrain", a affirmé Volodymyr Zelensky lors d'un déplacement à Berlin. "Tant que nous ne priverons pas la Russie de la possibilité de terroriser l'Ukraine, (Vladimir) Poutine n'aura aucun intérêt réel à rechercher une paix équitable", a-t-il ajouté, assurant que "la défense aérienne est la réponse".

RENFORCER LA DEFENSE AERIENNE DE L'UKRAINE

Le chancelier allemand Olaf Scholz a exhorté les alliés occidentaux à renforcer la défense aérienne de l'Ukraine qui en a cruellement besoin face aux pilonnages russes. 


"Ce dont l'armée ukrainienne a le plus besoin aujourd'hui, ce sont des munitions et des armes, notamment pour la défense aérienne", a-t-il déclaré rappelant notamment que Berlin a décidé de livrer un troisième système de défense antiaérienne Patriot. "Je voudrais demander à tous ceux qui sont ici aujourd'hui de soutenir notre initiative de défense aérienne ukrainienne, avec tout ce qui est possible", a-t-il lancé.

PAS DE "PAIX DICTÉE" PAR POUTINE, ASSURE SCHOLZ

Le chancelier allemand Olaf Scholz a affirmé qu'il n’y aurait "pas de victoire militaire, ni de paix dictée" par Vladimir Poutine dans la guerre qu'il mène contre l'Ukraine, lors d’une conférence internationale à Berlin en présence de Volodymyr Zelensky. "Promouvoir cette prise de conscience, tel est l'enjeu du sommet de la paix qui se réunira ce week-end en Suisse", a déclaré le dirigeant, ajoutant que les alliés soutiendraient l'Ukraine "aussi longtemps que nécessaire".

ZELENSKY À BERLIN

A Berlin, Volodymyr Zelensky serre la main du président allemand Frank-Walter Steinmeier. Il y rencontrera également le chancelier Olaf Scholz et participera à une conférence sur la reconstruction de son pays. 

A Berlin, Volodymyr Zelensky serre la main du président allemand Frank-Walter Steinmeier.
A Berlin, Volodymyr Zelensky serre la main du président allemand Frank-Walter Steinmeier. - AFP

DUPÉS, DES SRI LANKAIS COMBATTENT EN UKRAINE

Le Sri Lanka a encouragé les recherches d'emploi à l'étranger après le déclenchement d'une crise économique en 2022, mais peine aujourd'hui à retrouver ses ressortissants qui, parfois victimes de fausses promesses, combattent en Ukraine d'un côté ou de l'autre du front. Sans nouvelles depuis des mois, des familles désemparées exhortent les autorités à leur venir en aide. 


"Ce que nous demandons, c'est d'aider à ramener nos maris", explique Renuka Karunaratne, 49 ans. Son époux a été trompé par un intermédiaire perfide, auquel elle dit avoir versé 10.000 dollars, une pratique dénoncée par de nombreuses familles.

CE QUE L'ON SAIT DU SOMMET POUR LA PAIX EN UKRAINE

Le sommet pour la paix en Ukraine doit rassembler plus d'une centaine de pays et d'organisations en Suisse, avec un absent de taille : la Russie. Voici ce que l'on sait de cet événement qui doit débuter samedi. 

CRASH D'UN AVION MILITAIRE RUSSE

Un avion militaire russe s'est écrasé en Ossétie du Nord, dans le Caucase, lors d'un vol d'entraînement. Les deux membres d'équipage à bord ont été tués, a annoncé le ministère russe de la Défense. L'accident n'a "pas fait de dégâts au sol", d'après la même source. 


La cause "préliminaire" de l'incident est "une défaillance technique", a assuré le ministère, qui a annoncé qu'une commission d'enquête se rendait sur place pour faire la lumière sur les circonstances du crash. L'Ossétie du Nord, frontalière de la Géorgie dans la zone montagneuse du Caucase, se situe à environ 800 km de la ligne de front en Ukraine.

LE POINT SUR LA SITUATION

Voici les informations marquantes des dernières 24 heures  : 


  • Volodymyr Zelensky est arrivé hier soir à Berlin, où il rencontrera le chancelier Olaf Scholz et participera à une conférence sur la reconstruction de son pays. "Le chancelier Scholz et moi-même discuterons de la poursuite de l'aide à la défense, de l'extension du système de défense aérienne de l'Ukraine et de la production conjointe d'armes", a-t-il écrit sur X. L'Allemagne a récemment autorisé l'Ukraine à utiliser des armes allemandes pour frapper des cibles en Russie, ce qu'elle hésitait jusqu'à présent à faire, à l'instar des autres pays occidentaux. 


  • Les dirigeants du G7 se retrouvent de jeudi à samedi en Italie dans un contexte de fortes tensions internationales. Les Etats-Unis poussent le G7 à accorder à l'Ukraine jusqu'à 50 milliards de dollars de prêts garantis par les intérêts des 300 milliards d'euros d'actifs de la banque centrale russe gelés par l'UE et les pays du G7. Mais de nombreuses questions demeurent, notamment celle de savoir qui émettrait la dette et ce qui se passerait si les avoirs étaient débloqués dans l'éventualité d'un accord de paix.


  • Dans la foulée, la Suisse va accueillir un sommet sur la paix en Ukraine, sans la Russie ni la Chine, samedi et dimanche. L'objectif ? "Inspirer un futur processus de paix", selon Kiev. Cette "Conférence de haut niveau sur la paix en Ukraine", qui doit se tenir dans le complexe hôtelier du Burgenstock, réunira les représentants de plus de 90 Etats et organisations. 


  • Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a réitéré hier qu'il était favorable à des négociations pour la paix en Ukraine si elles incluaient la Russie, lors d'une conversation téléphonique avec son homologue russe Vladimir Poutine. Le président brésilien se rendra à Genève jeudi pour une réunion de l'Organisation internationale du travail (OIT), prendra part dans la foulée au sommet du G7 en Italie, mais ne se rendra pas en Suisse pour la conférence sur la paix en Ukraine qui se tiendra sans Moscou.

BIENVENUE

Bonjour et bienvenue dans ce direct dédié au suivi de la guerre en Ukraine. Vous y trouverez les dernières informations du mardi 11 juin. 

La Russie a revendiqué lundi de nouvelles avancées sur le front, à quelques jours de deux sommets cruciaux pour l'Ukraine, dont les forces sont affaiblies faute de recrues et de livraisons suffisantes de matériel occidental. Les Occidentaux doivent participer cette semaine à un G7 devant déboucher sur un accord concernant l'utilisation des actifs russes gelés afin d'aider l'Ukraine, ainsi qu'à une conférence "sur la paix" en Suisse où seront représentés des dizaines de pays, mais pas la Russie.

Signe d'une progression lente mais constante des unités russes sur le terrain depuis plusieurs mois, Moscou a revendiqué lundi la prise du village de Staromaïorské, dans l'un des rares secteurs où l'armée ukrainienne avait enregistré des gains territoriaux au cours de sa difficile contre-offensive l'été dernier.

"Les unités du groupe de troupes Est ont continué à avancer profondément dans la défense ennemie et ont libéré la localité de Staromaïorské", dans le sud de la région orientale de Donetsk, a annoncé le ministère russe de la Défense dans son rapport quotidien. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a d'ailleurs souligné le même jour que, sur l'ensemble de la ligne de front, c'était dans la région de Donetsk que la situation était "la plus difficile".

Retrouvez les dernières infos dans le fil ci-dessus.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info