Les pays de l'Otan sont d'accord pour envoyer à l'Ukraine davantage de systèmes de défense antiaérienne, dont des batteries de Patriot, a annoncé vendredi le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

LE MESSAGE ALARMISTE DE ZELENSKY À L'OTAN

Le président ukrainien a alerté ce vendredi 19 avril les pays de l'Otan sur la nécessité pour l'Ukraine de recevoir des livraisons d'armement le plus rapidement possible. L'Alliance a d'ores et déjà annoncé un accord pour des systèmes de défense antiaérienne, à la veille d'un vote crucial aux États-Unis. 

ZELENSKY RÉCLAME DES SYSTÈMES DE DÉFENSE AÉRIENNE

VIDÉO - "Nous avons besoin de sept Patriot supplémentaires ou de systèmes de défense aérienne similaires, et c'est le minimum", réclame le président ukrainien Volodymyr Zelensky, lors de son discours en visioconférence devant l'Otan. 

"Nous avons besoin de sept Patriot supplémentaires"Source : TF1 Info

DES CAPACITÉS TERRESTRES "LIMITÉES"

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a estimé que les capacités terrestres de son armée, en manque de munitions et d'hommes, sont "limitées" et le resteraient tant que la Russie tient l'avantage dans le ciel.


Son discours en visioconférence devant l'Otan intervenait à la veille d'un vote clé du Congrès américain sur une enveloppe d'aide de 61 milliards de dollars, attendue par Kiev depuis plusieurs mois. Le président russe Vladimir "Poutine doit être ramené sur terre et notre ciel doit redevenir sûr", a par ailleurs lancé le chef de l'Etat ukrainien, dont les propos ont été rapportés par ses services. 

ACCORD DES PAYS DE L'OTAN

Les pays de l'Otan sont d'accord pour envoyer à l'Ukraine davantage de systèmes de défense antiaérienne, dont des batteries de Patriot, a annoncé le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg. 


"L'Otan a vérifié les capacités existantes au sein de l'Alliance et il y a des systèmes qui peuvent être rendus disponibles pour l'Ukraine. Je m'attends donc bientôt à de nouvelles annonces sur des systèmes de défense antiaérienne", a déclaré Jens Stoltenberg, à l'issue d'un conseil entre les ministres de la Défense de l'Otan et le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui s'est tenu en visioconférence.

KIEV "NE PEUT PLUS ATTENDRE"

L'Ukraine "ne peut plus attendre" que l'aide occidentale arrive, a martelé vendredi le président Volodymyr Zelensky lors d'un discours en visioconférence devant les membres de l'Otan, à la veille d'un vote crucial du Congrès américain sur une enveloppe de 61 milliards de dollars.


"Cette année, nous ne pouvons plus attendre que des décisions soient prises. Je vous demande de prendre en considération nos demandes le plus rapidement possible", a déclaré M. Zelensky dans son discours publié par ses services. Le président a notamment réclamé sept systèmes antiaériens Patriot supplémentaires pour contrer les frappes russes.

BOMBARDIER RUSSE ABATTU

L’Ukraine a abattu un bombardier stratégique russe vendredi 19 avril, affirme l’armée de l’air. La Russie, elle, parle d'un incident "technique", tuant au moins "un membre d'équipage". Voici ce que l'on sait. 

"RÉTABLIR LES FAITS"

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a réfuté sur son compte X les allégations de l’ancien président américain, qui a accusé l'Europe de faire moins que les États-Unis dans l'aide à l'Ukraine. "Rétablissons les faits. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. La contribution de l’UE à [l’aide à] l’Ukraine : 143 milliards d’euros (150 milliards de dollars)", a-t-il lancé. 


Hier, sur son réseau Truth Social, Donald Trump a appelé l’Europe à prendre sa part dans le soutien à l’Ukraine. "Comment se fait-il que les États-Unis aient engagé plus de 100 milliards de dollars dans la guerre en Ukraine, plus que l’Europe, alors qu’un océan nous sépare !", a-t-il écrit. 

CRAINTES DE LA CIA

Alors que Kiev est suspendu à un vote pour le déblocage de l'aide américaine, le patron de la CIA met en garde contre une défaite de l'Ukraine "d'ici à la fin de l'année". Sans le soutien militaire et économique des États-Unis, "le risque est très réel" de voir la Russie l'emporter, a prévenu William J. Burns.

BLINKEN

Antony Blinken, secrétaire d'Etat américain, accuse la Chine d'"alimenter" le conflit en Ukraine en aidant la Russie. "Pour ce qui concerne l'industrie de défense russe, le premier contributeur en ce moment dans ce domaine est la Chine", a-t-il déclaré sur l'île italienne de Capri à l'issue d'une réunion des chefs de la diplomatie du G7. Cela "permet à la Russie de continuer son agression contre l'Ukraine".

"FIERTÉ"

"Aujourd'hui, dans la région de Donetsk. J'ai parlé aux soldats et je leur ai remis des récompenses. Notre pays est fier d'avoir de tels guerriers", a déclaré le président de l'Ukraine dans un message publié sur sa chaîne Telegram. Volodymyr Zelensky a rendu visite ce vendredi à ses troupes dans la région de Donetsk, dans l'est du pays, où l'armée russe a accentué sa pression ces derniers mois. 

ZELENSKY

Le président Volodymyr Zelensky rend visite à ses troupes dans l'est de l'Ukrainen annonce à l'instant la présidence.

NAVALNY

Le président lituanien a annoncé vendredi que deux personnes soupçonnées d'avoir agressé Leonid Volkov, un proche allié du défunt opposant russe Alexei Navalny, en mars dernier à Vilnius, ont été arrêtées en Pologne. 


"Deux personnes soupçonnées d'avoir agressé le chef de l'opposition russe Leonid Volkov sont détenues en Pologne", a déclaré M. Gitanas Nauseda à la presse.

BOMBARDIER

Un des quatre membres d'équipage d'un bombardier supersonique russe qui s'est écrasé vendredi dans le sud de la Russie est mort, a indiqué le gouverneur de la région.


Deux autres membres d'équipage de l'appareil, un Tu-22M3, ont été retrouvés vivants, et les secours cherchent toujours le quatrième, a-t-il précisé. On ignore pour l'instant si le bombardier dont parle le gouverneur et qui s'est écrasé dans la région de Stavropol est le même que celui que l'armée ukrainienne a affirmé avoir abattu vendredi matin.

MISSILES

La Russie a tiré 22 missiles et 14 drones explosifs sur l'Ukraine pendant ses attaques dans la nuit de jeudi à vendredi, a déclaré l'armée de l'air ukrainienne, affirmant avoir abattu 29 de ces engins.


Sur les dix missiles de croisière et 12 missiles guidés, 15 ont pu être abattus ainsi que tous les drones explosifs "Shahed", a déclaré sur Telegram le commandant de l'armée de l'air ukrainienne, Petro Olechtchouk, qui a également revendiqué la destruction d'un bombardier stratégique russe. 

BOMBARDIER RUSSE

L'armée de l'air ukrainienne a affirmé vendredi avoir abattu un bombardier stratégique à longue portée Tu-22M russe, une première depuis le début de l'invasion lancée par Moscou. 


"Pour la première fois, des unités de missiles antiaériens de l'armée de l'air et en coopération avec les services de renseignement de la défense ukrainienne ont détruit un bombardier stratégique à longue portée Tu-22M3, porteur de missiles de croisière X-22", a déclaré le commandant de l'armée de l'air sur Telegram

FRAPPES MORTELLES

Au moins huit personnes ont été tuées et vingt blessées par des frappes russes dans la nuit de jeudi à vendredi dans la région de Dnipropetrovsk, dans le sud de l'Ukraine, ont indiqué les autorités.


"Un immeuble de cinq étages est en flammes à Dnipro. Il est partiellement détruit. Il pourrait y avoir des gens sous les décombres", a écrit sur son compte Telegram le gouverneur régional, Serguiï Lysak, qui a aussi fait état de dégâts dans le district de Kryvyi Rig, au sud-ouest de Dnipro.


Selon Mykola Lukashuk, chef du conseil régional de Dnipropetrovsk, deux personnes ont été tuées et quinze blessées dans cette frappe qui a détruit les deux derniers étages du bâtiment, situé dans le centre de Dnipro.


Dans le district de Synelnykivskyi, au sud-est de Dnipro, une femme a été tuée et deux autres personnes, dont une adolescente de 14 ans, ont été blessées, a ajouté M. Lukashuk sur Telegram, sans plus de précisions.

CIA

Le patron de la CIA a prévenu jeudi que l'Ukraine peut perdre la guerre contre la Russie d'ici à la fin de l'année 2024, à moins que les Etats-Unis ne lui fournissent davantage d'aide militaire.

"Avec l'élan - à la fois pratique et psychologique - que procurerait une aide militaire, je pense que les Ukrainiens sont parfaitement capables de tenir le coup en 2024", a déclaré M. Burns lors d'un discours au George W. Bush Center.

"Sans aide supplémentaire, la situation est bien plus désastreuse", selon lui. "Le risque est très réel que les Ukrainiens perdent sur le champ de bataille d'ici la fin de 2024, ou au moins que (le président russe Vladimir) Poutine soit en position de dicter les termes d'un règlement politique", a-t-il ajouté, sans détailler ce qu'il entendait par "perdre" la guerre.

Un énième coup de pression. L'ancien président américain Donald Trump, candidat à la Maison Blanche, a appelé ce jeudi l'Europe à se "bouger" et à débloquer davantage de fonds pour l'Ukraine, en guerre avec la Russie. "Comment se fait-il que les États-Unis aient engagé plus de 100 milliards de dollars dans la guerre en Ukraine, plus que l'Europe, alors qu'un océan nous sépare !", s'est-il exclamé sur son réseau, Truth Social.

Les États-Unis sont le principal soutien militaire de Kiev et le Congrès examine actuellement une nouvelle enveloppe de 61 milliards de dollars d'aide à l'Ukraine, très contestée par les élus les plus proches de Donald Trump.

Sans s'opposer directement au texte, l'ancien président a estimé ces derniers jours que les États-Unis devaient "arrêter de donner de l'argent sans espérer être remboursés". "Pourquoi l'Europe ne donne-t-elle pas plus d'argent pour aider l'Ukraine ?", a écrit le républicain dans une publication sur son réseau jeudi. Et de lancer, en lettres capitales : "BOUGEZ-VOUS L'EUROPE !".

Donald Trump a échangé sur la question avec le président polonais Andrzej Duda et le chef de la diplomatie britannique David Cameron, qui lui ont tous les deux rendu visite ces derniers jours. 

Le milliardaire républicain a déjà semé la panique en Europe lorsqu'il a menacé en février de ne plus garantir la protection des pays de l'Otan face à la Russie si ceux-ci ne payaient pas leur part. Selon l'institut de recherche allemand Kiel Institute, l'aide européenne totale pour l'Ukraine dépasse l'aide américaine en montants engagés.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info