Vladimir Poutine a assuré jeudi que les frappes sur les infrastructures énergétiques ukrainiennes visent à "démilitariser" le pays.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

AIDER LES PAYS VOISINS DE L'UE

Le Premier ministre polonais Donald Tusk a appelé l'Union européenne à envisager une aide aux pays qui se trouvent en première ligne en tant que voisins de l'Ukraine envahie par la Russie. "Nous devons dans notre ensemble, et pas seulement la Pologne, aider l'Ukraine autant que possible, mais toute l'Europe doit également réfléchir plus activement à la manière d'aider des pays comme la Pologne et l'Estonie, qui se trouvent en première ligne", a-t-il ajouté.


Donald Tusk, dont le pays consacre déjà environ 4% de son produit intérieur brut à la défense, s'est exprimé avant un dîner de travail à Varsovie avec plusieurs chefs de gouvernement européens et le président du Conseil européen, Charles Michel. Celui-ci a exhorté les États membres à investir davantage dans la défense.

LE KREMLIN POURSUIT UNE "DÉMILITARISATION" DE L'UKRAINE

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que les récents bombardements meurtriers visant le réseau énergétique ukrainien, qui ont entraîné d'importantes coupures de courant, suivaient l'objectif de "démilitarisation" de l'Ukraine fixé par le Kremlin.


"Nous partons du principe que de cette manière, nous avons une influence sur le complexe militaro-industriel de l'Ukraine", a déclaré le président russe, tout en affirmant que ces bombardements étaient aussi une réponse aux attaques ukrainiennes sur des infrastructures énergétiques russes. "Nous avons observé ces derniers temps une série de frappes sur nos sites énergétiques et nous étions obligés de répondre", a-t-il dit. 

NOUVELLE ALERTE DE L'AIEA

Les récentes attaques sur la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia peuvent "marquer le début d'un nouveau front de guerre extrêmement dangereux", s'est alarmé le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique.


Elles "nous ont fait entrer dans une phase cruciale" du conflit, a déclaré Rafael Grossi à l'ouverture d'une réunion à Vienne des 35 membres du Conseil des gouverneurs, convoquée en urgence à l'appel de la Russie et de l'Ukraine. Le site de Zaporijjia, occupé depuis mars 2022 par la Russie dans le sud de l'Ukraine, a subi une série d'attaques de drones depuis dimanche, Moscou et Kiev se rejetant mutuellement la responsabilité. "Les frappes doivent cesser", attaquer une installation nucléaire "n'est absolument pas une option", a insisté Rafael Grossi, appelant de nouveau à "la retenue maximale".

UN TON PLUS CONCILIANT EN SLOVAQUIE

Le Premier ministre slovaque, Robert Fico, a appelé à une solution pacifique face à la guerre en Ukraine qui respecte "l'intégrité territoriale" de ce pays, un changement de ton après ses déclarations précédentes vues comme plus favorables à la Russie. Le populiste, dont l'allié Peter Pellegrini a été élu président dimanche dernier, avait précédemment mis en doute la souveraineté ukrainienne.


"Le recours à la force militaire par la Russie en Ukraine est une grossière violation du droit international", a-t-il cette fois déclaré, ajoutant que Kiev avait besoin d'aide et de solidarité.

AMBASSADE UKRAINIENNE EN CÔTE D'IVOIRE

Le vice-ministre ukrainien des Affaires étrangères a inauguré une ambassade ukrainienne en Côte d'Ivoire, après la RDC hier, dans un contexte où l'Ukraine tente de contrer l'influence de la Russie en Afrique.  


C'est Maksym Soubkh, représentant spécial de l'Ukraine pour le Moyen-Orient et l'Afrique, qui était présent pour inaugurer cette représentation diplomatique dans le quartier de Cocody, dans la capitale économique ivoirienne Abidjan. "Une nouvelle page brillante s'écrit dans la nouvelle histoire des relations ukraino-africaines et ukraino-ivoiriennes", s'est félicité le vice-ministre ukrainien dans son discours d'inauguration.

DES DOUBLES FRAPPES CONDAMNÉES PAR L'ONU

L'ONU a condamné un "schéma troublant" de doubles frappes effectuées par la Russie en Ukraine, qui auraient par conséquence de viser les services de secours et les blessés. 


"Nous avons vu ces dernières semaines un schéma particulièrement troublant dans la séquence des attaques", a déclaré lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU Edem Wosornu, au nom du chef du bureau des Affaires humanitaires de l'ONU Martin Griffiths. "Alors que les premiers secours ou les services d'urgence se précipitent sur les lieux d'une attaque, une deuxième vague frappe le même endroit, tuant les blessés, et provoquant morts et blessures des membres des services de secours", a-t-elle décrit.


"Cela aggrave la souffrance des blessés et empêche les secours de faire leur travail", a-t-elle ajouté. "Les attaques visant les blessés et ceux qui leur viennent en aide sont interdites par le droit humanitaire international. Elles sont cruelles, inadmissibles et doivent cesser", a-t-elle par ailleurs rappelé.

DES POURPARLERS QUI N'ONT "AUCUN SENS"

Moscou a estimé que des pourparlers sur l'Ukraine en l'absence de la Russie n'avaient "aucun sens", après que la Suisse a annoncé hier organiser une conférence à ce propos en juin, mais sans représentation russe.


"Nous avons dit bien des fois qu'un processus de négociation sans la Russie n'avait aucun sens", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, interrogé sur l'initiative suisse. La porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a de son côté affirmé que toute action pour l'Ukraine qui "ignore la position de la Russie" était "détachée de la réalité" et n'avait "aucune perspective".

LA PUBLICATION DES MÉMOIRES DE NAVALNY

Des mémoires de l'opposant numéro un de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, mort en prison en Russie dans des circonstances restées opaques le 16 février, seront publiés le 22 octobre 2024, a annoncé jeudi l'éditeur américain Knopf dans un communiqué.


Selon Knopf, Alexeï Navalny, mort à 47 ans, a commencé l'écriture de "Patriot" (le titre du livre en anglais) peu après son empoisonnement en 2020. Les mémoires contiennent des "correspondances inédites" de sa prison, une colonie pénitentiaire réputée parmi les plus éprouvantes dans l'Arctique russe, ajoute l'éditeur.

"NOUS NE POUVONS PAS LÂCHER L'UKRAINE"

"On a triplé la production de canons Caesar, on a doublé la production d'obus. On sait ce qu'on doit faire en plus, mais il y a déjà à marche forcée la transformation de nos industries", a poursuivi Emmanuel Macron, assurant que l'économie française était déjà tournée vers la production militaire. "Ce n'est pas demain l'économie de guerre, c'est là, et on accélère encore."


Le président français a par ailleurs défendu l'aide à l'Ukraine, alors que les Etats-Unis bloquent depuis plusieurs mois un soutien militaire au pays. "La France est au rendez-vous de ce qu'elle s'est engagé à livrer à l'Ukraine", a rappelé Emmanuel Macron, évoquant les "risques" d'un éventuel retrait de l'aide américaine. "Nous, nous devons être prêts à accroitre et renforcer notre force", a-t-il continué, ce que la France fait, selon lui. 


"Cette année, on va produire 75 canons Caesar qui vont être livrés à l'Ukraine, c'est beaucoup plus que ce qu'on a livré depuis le début de la guerre. On accroit les choses", a-t-il souligné. "Nous ne pouvons pas lâcher l'Ukraine parce que l'Ukraine est à 1500 km d'ici. C'est-à-dire que c'est notre propre sécurité. C'est la possibilité pour l'Europe d'être en paix", a encore insisté Emmanuel Macron.

POUR UNE ÉCONOMIE DE GUERRE

"Cette dynamique est lancée partout en Europe et dans le monde." Emmanuel Macron, à Bergerac pour l'inauguration d'une usine de poudre pour obus, a assuré que la cadence de production des canons avait triplé et que la production de poudre, a, elle, doublé, pour continuer à soutenir l'Ukraine. 


Le président a défendu cet investissement dans la défense, alors que le gouvernement accuse un déficit public plus important que prévu. "Je préfère la paix, mais la réindustrialisation créée de l'emploi", a déclaré Emmanuel Macron.

ACCORD UKRAINE-LETTONIE

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, en visite en Lituanie, a annoncé ce jeudi avoir signé un accord décennal avec la Lettonie voisine sur l'aide que ce pays balte s'engage à apporter à l'Ukraine.


"Cet accord prévoit un soutien militaire annuel de la Lettonie à l'Ukraine à hauteur de 0,25% du PIB. La Lettonie s'est également engagée à aider l'Ukraine pendant dix ans dans les domaines de la cyberdéfense, du déminage et des technologies sans équipage, ainsi qu'à soutenir l'adhésion de l'Ukraine à l'UE et à l'Otan", a précisé Volodymyr Zelensky sur les réseaux sociaux, en remerciant son homologue letton Edgars Rinkevics.

LA SUÈDE RENFORCE SA DÉFENSE

Le gouvernement suédois a annoncé ce jeudi qu'il allait consacrer 385 millions de couronnes (33 millions d'euros) supplémentaires au renforcement de ses abris antiatomiques, de ses services d'urgence et de sa défense civile, après avoir averti que le pays devait se préparer à la guerre.


La Suède, qui a rejoint l'Otan début mars, investit pour améliorer les capacités de fonctionnement des services d'urgence en cas de conflit, renforcer sa cybersécurité et compléter les stocks de médicaments, a indiqué le ministre de la Défense civile, Carl-Oskar Bohlin.

CONFÉRENCE SUR LA PAIX

Le Kremlin a estimé ce jeudi que des pourparlers sur l'Ukraine en l'absence de la Russie n'avaient "aucun sens", après que la Suisse a annoncé la veille organiser une telle conférence en juin sans représentation russe.


"Nous avons dit bien des fois qu'un processus de négociation sans la Russie n'a aucun sens", a indiqué le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, interrogé sur l'initiative suisse qui doit réunir les 15 et 16 juin les représentants d'une centaine de pays.

FRAPPE À MYKOLAÏV

Une frappe a fait deux morts et quatre blessés ce jeudi à Mykolaïv, grande ville du sud de l'Ukraine, a indiqué le gouverneur régional. "En conséquence d'un bombardement dans la ville, deux personnes sont mortes et quatre ont été blessées, selon des informations préliminaires", a déclaré le gouverneur Vitaly Kim sur Telegram.

MOBILISATION UKRAINIENNE

Le Parlement ukrainien a adopté ce jeudi, selon des députés, un projet de loi durcissant la mobilisation dans l'armée, un texte controversé car il ne prévoit pas de délai de démobilisation pour les soldats.


"C'est fait !! la loi sur la mobilisation est adoptée. 283 (députés ont voté) pour", a indiqué sur Telegram l'élu Oleksiï Gontcharenko, alors que l'Ukraine, confrontée à une pénurie de soldats volontaires, travaillait à ce texte depuis de longs mois, émaillés de controverses après plus de deux ans de guerre contre la Russie.

ZELENSKY EN LITUANIE

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky annonce son arrivée en Lituanie pour parler du soutien régional à l'Ukraine.

LES ATTAQUES RUSSES EN IMAGES

La Russie a lourdement frappé l'Ukraine dans la nuit. Découvrez les images de ces attaques, qui ont détruit de nombreux bâtiments et des "infrastructures essentielles".

Ukraine : 40 missiles et 40 drones lancés par la Russie sur des "infrastructures essentielles"Source : TF1 Info

Urgent

ATTAQUES NOCTURNES

La Russie a lancé plus de 40 missiles et 40 drones contre l'Ukraine dans la nuit de mercredi à jeudi en ciblant ses "infrastructures essentielles", a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky.


"Au cours de la nuit, la Russie a tiré plus de 40 missiles et 40 drones sur l'Ukraine", a affirmé le chef d'État sur X. "Certains missiles et drones Shahed ont été abattus avec succès. Malheureusement, seulement une partie d'entre eux. Les terroristes russes ont une fois de plus ciblé des infrastructures essentielles."

ATTAQUES RUSSES

La Russie a conduit dans la nuit une "attaque massive" contre l'Ukraine et ciblé ses infrastructures énergétiques à travers le pays, ont annoncé les autorités ukrainiennes ce jeudi matin. "L'ennemi attaque à nouveau nos infrastructures énergétiques !", a affirmé le ministre ukrainien de l'Énergie Guerman Galouchtchenko sur le réseau social Telegram.


Ces attaques ont visé "des installations de production et des systèmes de transmission" dans les régions de Kiev, Kharkiv (nord-est), Zaporijia (sud) et Lviv (ouest), a-t-il détaillé. Deux centrales thermiques du fournisseur d'énergie ukrainien DTEK ont été attaquées, a signalé l'entreprise sur Telegram ce matin, sans préciser leur localisation.

POINT DE SITUATION

  • Des frappes russes dans la région de Kharkiv. Les forces russes ont effectué au moins dix frappes dans la nuit contre des "infrastructures essentielles" de la région de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine entièrement en état d'alerte aérienne, a annoncé le gouverneur local ce jeudi matin. "À l'heure actuelle, il n'y a pas de victime", a rapporté Oleg Synegoubov sur le réseau social Telegram.


  • Bientôt une conférence sur la paix. La Suisse a annoncé mercredi qu'elle organisait une conférence "sur la paix" sur l'Ukraine les 15 et 16 juin, mais sans la présence de la Russie qui y voit un projet "des démocrates américains". "L'idée d'organiser une conférence de haut niveau pour lancer le processus de paix recueille une adhésion suffisamment importante au niveau international", a assuré le gouvernement suisse dans un communiqué. "C'est un premier pas pour un processus pour une paix durable."


  • Toujours pas d'aide américaine. Le président américain Joe Biden a appelé mercredi à Washington la Chambre des représentants à voter immédiatement pour débloquer des milliards de dollars d'aide à l'Ukraine. "La majorité des démocrates et des républicains soutiennent massivement l'Ukraine. Il doit y avoir un vote maintenant", a déclaré le président à la presse alors que le chef de la Chambre, le républicain Mike Johnson, bloque l'examen de cette enveloppe.

Bonjour et bienvenue sur TF1info dans ce direct consacré à l'actualité autour de la guerre en Ukraine.

Sept personnes ont été tuées mercredi 10 avril dans les régions ukrainiennes de Kharkiv (nord-est) et d'Odessa (sud) au cours d'attaques nocturnes qui ont touché deux sites énergétiques. Dans la région d'Odessa, quatre personnes ont péri, dont une fillette de 10 ans, et sept autres ont été blessées, a déclaré le gouverneur Oleg Kiper. "Un homme est dans un état grave, ses membres inférieurs ont été amputés", a-t-il dit sur Telegram, affirmant que la région a été frappée par des missiles balistiques russes.

Quelques heures plus tôt, deux femmes et un enfant avaient perdu la vie dans une frappe russe sur la région de Kharkiv, régulièrement prise pour cible, selon le ministère de l'Intérieur qui précise que deux personnes ont aussi été blessées. Cette frappe a eu lieu sur le village de Lyptsi, situé à une dizaine de kilomètres de la frontière russe, endommageant des magasins, selon les autorités.

En Russie, trois personnes, dont deux enfants, ont été tués par un drone ukrainien qui a visé une voiture circulant dans un village de la région frontalière de Koursk, a déclaré sur Telegram le gouverneur Roman Starovoït. L'armée russe a également dit avoir détruit dans la nuit cinq drones ukrainiens au-dessus de la région russe frontalière de Briansk, déjà visée la veille par des tirs d'artillerie qui ont fait deux morts.

Les députés ukrainiens ont commencé mercredi à examiner en deuxième lecture le projet de loi controversé sur la mobilisation, à l'origine d'une nouvelle levée de boucliers en raison d'un revirement sur le retour des soldats qui combattent depuis longtemps. L'enrôlement de nouvelles personnes suscite des débats en Ukraine depuis plus d'un an, alors que l'armée manque d'effectifs et de munitions face à des forces russes à l'offensive sur plusieurs fronts.

Le chef républicain de la Chambre américaine des représentants, Mike Johnson, a refusé de s'avancer sur l'avenir de l'aide à l'Ukraine, assurant que les négociations étaient toujours en cours, malgré des appels répétés à agir. "Les élus de la Chambre continuent de débattre de la marche à suivre", s'est-il cantonné à dire lors d'une conférence de presse. Une enveloppe de 60 milliards de dollars pour Kiev, réclamée par le président démocrate Joe Biden, est bloquée au Congrès américain depuis des mois. 


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info