Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé que les combats se poursuivaient à Soledar, une petite ville de l'est de l'Ukraine dont le groupe de mercenaires Wagner avait revendiqué la conquête, et que le front dans la région "tenait".
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

PORTRAIT


À 67 ans, le général Valéri Guerassimov devient "commandant du groupement combiné de troupes" déployées en Ukraine. Il était, depuis 2012, chef d'état-major des armées. Portrait de ce militaire de carrière, élément-clé de l'armée russe.

LE FRONT "TIENT"


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé mercredi que les combats se poursuivaient à Soledar, une petite ville de l'est de l'Ukraine dont le groupe de mercenaires Wagner avait revendiqué la conquête, et que le front dans la région "tenait".


"L'Etat terroriste et ses propagandistes essaient de prétendre" avoir obtenu des succès à Soledar, a déclaré M. Zelensky dans son allocution quotidienne, "mais les combats se poursuivent". "Nous faisons tout pour renforcer la défense ukrainienne sans aucune pause, même pour un jour" dans la région orientale de Donetsk, où, a-t-il dit, le front "tient".

NOMINATION


La Russie a de nouveau remplacé mercredi le commandant de son offensive en Ukraine en nommant cette fois le général Valéri Guerassimov, le chef d'état-major des armées, a annoncé le ministère de la Défense.


Dans un communiqué, le ministère a déclaré que Valéri Guerassimov devenait "commandant du groupement combiné de troupes" déployées en Ukraine en remplacement de Sergueï Sourovikine qui aura dirigé les opérations pendant à peine trois mois. 


"La hausse du niveau de commandement de l'opération spéciale (en Ukraine) est liée à un élargissement de l'ampleur des missions à accomplir, à la nécessité de mener une interaction plus étroite entre les composantes des forces armées", a expliqué le ministère.

COULOIR HUMANITAIRE


Les médiateurs des droits humains ukrainien et russe ont demandé l'intervention du président turc Recep Tayyip Erdogan en faveur d'un "couloir humanitaire" permettant d'évacuer femmes, enfants et blessés pris au piège en Ukraine, a rapporté mercredi leur homologue turc. M. Erdogan a assuré en retour qu'il était "prêt" à jouer ce rôle.


"Il y a des blessés. Des femmes et des enfants sont restés au milieu des combats des deux côtés. Les deux médiateurs ont exprimé une demande commune: l'ouverture d'un couloir humanitaire sous l'égide de Recep Tayyip Erdogan, comme il l'a fait pour le corridor des céréales" en mer Noire, a affirmé devant la presse le médiateur turc Seref Malkoç, après une rencontre avec les représentants ukrainien et russe à Ankara.


"M. Malkoç a exprimé une proposition concernant l'ouverture d'un couloir pour les blessés. Nous y sommes prêts", a affirmé peu après le chef de l'Etat turc, sans en préciser les contours.

POLOGNE


La Pologne est prête à livrer à l'Ukraine une compagnie de chars Leopard réclamés par Kiev, dans le cadre d'une coalition internationale, a déclaré mercredi le président polonais.


"Une compagnie de chars d'assaut Leopard (14 blindés, ndlr) sera transmise dans le cadre d'une coalition qui est en train de se construire", a déclaré Andrzej Duda, lors d'une conférence de presse conjointe avec ses homologues ukrainien et lituanien, à Lviv dans l'Ouest de l'Ukraine. 

GARANTIES


L'Ukraine n'attaquera pas le territoire russe si les Occidentaux lui livrent des missiles de longue portée, affirme mercredi la présidence. De telles armes permettraient à Kiev d'inverser le cours de la guerre et de la remporter dans l'année à venir, ajoute l'exécutif ukrainien. "Seuls les missiles d’une portée de plus de 100 km nous permettront d'accélérer de manière significative la désoccupation des territoires", juge Mykhaïlo Podoliak, conseiller à la présidence ukrainienne. 


Par ailleurs, "tout ce qui se passe aujourd'hui en direction de Bakhmout ou de Soledar est le scénario le plus sanglant de cette guerre", a-t-il déclaré.

SOLEDAR


Le ministère de la Défense ukrainien a évoqué mercredi de  "violents combats" à Soledar. Aucune percée russe a été effectuée, jusqu'ici, affirme Kiev. 

LVIV


Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s'est rendu à Lviv, la ville la plus à l'ouest de l'Ukraine. "Gloire à tous ceux qui ont donné leur vie pour notre liberté et l'indépendance de notre État", écrit-il sur Telegram. 

VLADIMIR POUTINE


Dans une adresse à ses ministres ce mercredi, Vladimir Poutine a affirmé que la Russie allait "renforcer (sa) capacité de défense". 

Évoquant le niveau de vie dans les territoires russes, dont ceux annexés à l'Ukraine, le président russe a reconnu une situation "difficile dans certains endroits" où "les hostilités continuent". Il a, en revanche, affirmé que dans ces "nouveaux territoires", tous les citoyens avec un passeport russe toucheraient "toutes les aides sociales", comme les autres Russes. 

ÉCHANGE DE PRISONNIERS


Lors de leur rencontre, les commissaires russe et ukrainien aux droits de l'homme ont convenu d'un nouvel échange de 40 prisonniers de guerre, rapporte The Guardian.


Le premier entretien entre Tatyana Moskalkova et son homologue ukrainien a duré 40 minutes environ, avant un second tour de table à 11h20, heure française, ajoute-t-il. 

SOLEDAR


Le ministère russe de la Défense a indiqué que des combats étaient toujours en cours à Soledar, contrairement aux dires du groupe Wagner. "Des unités aéroportées ont bloqué les parties nord et sud de Soledar. Les forces aérospatiales russes frappent les bastions ennemis. Des forces d'assaut se battent dans la ville", a-t-il expliqué. 

IMBROGLIO À SOLEDAR


Le groupe paramilitaire russe Wagner a pris le contrôle de Soledar, a affirmé mercredi son chef. Les "batailles urbaines" se poursuivent, a-t-il toutefois reconnu. Le Kremlin appelle à ne pas "se presser" de déclarer une victoire, tandis que Kiev soutient que cette ville "est et sera toujours ukrainienne".

LE KREMLIN TEMPORISE


Le Kremlin a appelé mercredi à ne pas "se presser" de déclarer une victoire à Soledar, après que le groupe paramilitaire russe Wagner a affirmé avoir pris le contrôle de cette ville dans l'est de l'Ukraine, à l'issue de plusieurs mois d'intenses combats.


"Il ne faut pas se presser. Attendons des déclarations officielles", a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, tout en estimant qu'il y avait "une dynamique positive dans les avancées" des forces russes. Il a également salué  l'"héroïsme fantastique" des soldats. 

DROITS HUMAINS


Une réunion s'est tenue mardi en Turquie entre les chargés des droits humains ukrainien et russe, Dmytro Loubinets et Tatiana Moskalkova. 


Les deux représentants "ont discuté d'un large éventail de problèmes humanitaires et de cas liés à la fourniture d'une assistance en matière de droits humains aux citoyens des deux pays", a indiqué mercredi l'Ukrainien Loubinets sur ses réseaux sociaux. "L'aide humanitaire aux citoyens" ukrainiens et russes a bien été évoquée, souligne, de son côté, la représentante russe. 


Ce type de rencontres officielles entre les deux pays est devenu une rareté depuis plusieurs mois. 

UKRAINE


Soledar "est et sera toujours ukrainien", affirme l'armée ukrainienne ce vendredi. Plus tôt dans la journée, la milice Wagner avait affirmé avoir conquis la ville. Selon elle, il n'est "pas vrai" que le chef du groupe paramilitaire Wagner, Evguéni Prigojine, puisse se trouver à l'intérieur des mines de sel de Soledar, ainsi que l'a relayé par une photographie de l'agence publique d'information russe RIA Novosti.

MISSILE À KHERSON 


Emine Dzheppar, vice-ministre ukrainienne des affaires étrangères, a publié mardi les photos des dégâts causés par une frappe de missile sur Kherson. 

"Une personne aurait été tuée et une autre blessée dans l'attaque", rapporte The Guardian. 

LE POINT SUR LA SITUATION 


Multipliant les coups de boutoir dans la région de Bakhmout, la Russie semble gagner du terrain à Soledar, une ville voisine. Dans le même temps, les bombardements massifs sur les zones toujours contrôlées par Kiev se poursuivent. Voici les faits marquants de ces dernières 24 heures.

GOLDEN GLOBES


Le chef de l'État ukrainien a pris la parole lors de la 80e cérémonie des Golden Globes mardi soir. Un discours engagé au cours duquel il a prédit la victoire de son pays face à la Russie.

PATRIOT


Les États-Unis formeront dans une base militaire située dans l'Etat de l'Oklahoma, dans le sud du pays, les forces ukrainiennes au maniement et à l'entretien du système de défense antiaérienne Patriot que Washington va fournir à Kiev, a annoncé mardi le Pentagone.


"Cet entraînement préparera entre 90 et 100 soldats ukrainiens à opérer, entretenir et maintenir le système de défense à travers une formation qui devrait durer plusieurs mois", a déclaré à la presse le porte-parole du Pentagone, le général Pat Ryder.

SOLEDAR


Le chef du groupe paramilitaire russe Wagner, Evguéni Prigojine, a affirmé mercredi matin que ses combattants avaient pris le contrôle de la ville ukrainienne de Soledar après les intenses combats de cette semaine, ajoutant que des "batailles urbaines" se poursuivent.


"Les unités de Wagner ont pris le contrôle du territoire entier de Soledar", a-t-il  déclaré par la voix de son service de presse sur les réseaux sociaux. Le dirigeant a précisé que des combats avaient lieu au centre de la ville, rendant incertaine l'étendue du contrôle du groupe russe sur celle-ci. 


L'AFP n'était pas en mesure de vérifier ses propos.

FRANCE


Les propagandistes du Kremlin voient d'un mauvais œil l'aide que fournissent les Occidentaux à l'Ukraine, à commencer par la France. Paris a en effet annoncé livrer des chars à Kiev. En réponse, un expert militaire russe appelle, sur la télévision d'État russe, à une "frappe préventive" sur la France

BONJOUR


Bonjour et bienvenue sur TF1info pour suivre l'actualité de la guerre en Ukraine en ce mercredi 11 janvier 2023.

Les États-Unis formeront dans une base militaire située dans l'État de l'Oklahoma les forces ukrainiennes au maniement et à l'entretien du système de défense antiaérienne Patriot que Washington va fournir à Kiev, a annoncé mardi le Pentagone. L'exécutif américain a dévoilé à la fin de l'année dernière un nouveau volet d'aide à l'Ukraine, comprenant un système de missile sol-air Patriot, réclamé depuis longtemps par Kiev, pour contrer les attaques de la Russie.

"L'entraînement des forces ukrainiennes au maniement du système de défense antiaérienne Patriot va commencer dès la semaine prochaine à Fort Sill dans l'Oklahoma", a déclaré à la presse le porte-parole du Pentagone, le général Pat Ryder. "Cet entraînement préparera entre 90 et 100 soldats ukrainiens à opérer, entretenir et maintenir le système de défense à travers une formation qui devrait durer plusieurs mois", a-t-il ajouté. "Une fois sur le terrain, le Patriot (...) contribuera à la défense aérienne ukrainienne et dotera le peuple ukrainien d'un moyen supplémentaire pour se défendre contre les actuels assauts aériens russes."

Les systèmes de défense aérienne ont joué un rôle essentiel en protégeant l'Ukraine des frappes de Moscou et en empêchant les forces russes de prendre le contrôle de l'espace aérien. Depuis que la Russie subit d'importants revers sur le terrain, elle a opté pour une tactique de bombardements massifs des infrastructures ukrainiennes, privant des millions de personnes d'électricité, d'eau et de chauffage en plein hiver. Fabriqué par Raytheon, le MIM-104 Patriot est un système de missile sol-air à moyenne portée développé à l'origine pour intercepter les avions volant à haute altitude.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info