Ukraine : onze mois de guerre
En Direct

EN DIRECT - Poutine se montre "irresponsable" en parlant de l'arme nucléaire "à la légère", selon Washington

Publié le 7 décembre 2022 à 6h30, mis à jour le 8 décembre 2022 à 7h11
JT Perso

Poutine se montre "irresponsable" en parlant de l'arme nucléaire "à la lègère", selon Washington
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

Ce live est à présent terminé, retrouvez les dernières infos du jour sur la guerre en Ukraine dans cet article.

INCULPATION D'UN "AGENT RUSSE" 


Un présumé agent russe, accusé d'être impliqué dans des tentatives d'interférence avec les élections américaines de 2020, a été inculpé mercredi aux États-Unis de fraude et de blanchiment d'argent en lien avec l'achat de luxueux appartements en Californie.


"Ce complice du Kremlin a été sanctionné pour avoir tenté d'empoisonner la démocratie, avoir montré qu'il était prêt, et capable d'exploiter le système bancaire au profit de ses objectifs illicites", a déclaré le procureur fédéral de Brooklyn, Breon Peace.


Selon la justice américaine, Andreï Derkach a dissimulé son identité lorsqu'il a acheté en 2013, pour 3,9 millions de dollars, deux appartements à Beverly Hills, en périphérie de Los Angeles.

PROCÈS


La justice norvégienne a acquitté mercredi le fils d'un ancien proche du président russe Vladimir Poutine, Andreï Iakounine, poursuivi pour avoir fait voler un drone au Svalbard malgré l'interdiction de survol faite aux Russes, a annoncé son avocat.


Andreï Iakounine, 47 ans, a été arrêté en octobre, accusé d'avoir utilisé l'été dernier des drones lors d'un voyage à bord de son voilier de luxe Firebird autour de cet archipel de l'Arctique, région hautement stratégique. Il est le fils de l'ex-président de la Compagnie des chemins de fer russes, Vladimir Iakounine, parfois décrit comme un confident de Vladimir Poutine.

NUCLÉAIRE


Les États-Unis ont qualifié d'"irresponsables" les propos "à la légère" du président russe Vladimir Poutine, qui a relativisé mercredi le risque d'un recours à l'arme nucléaire dans le conflit en Ukraine.


Refusant de répondre directement à Vladimir Poutine, le porte-parole du département d'Etat américain, Ned Price, a souligné que "tout discours à la légère sur les armes nucléaires est absolument irresponsable", après que le président russe a laissé entendre que la Russie n'utiliserait pas l'arme nucléaire en premier, mais uniquement "en réponse" à une éventuelle frappe ennemie de ce type sur son territoire.

POUTINE


Le président russe s'est exprimée, ce mercredi 7 décembre, en visioconférence devant son Conseil des droits humains. Il a admis que le conflit en Ukraine était "long", tout en justifiant son opération militaire spéciale. Sur le sujet de l'arme nucléaire, il a affirmé que son utilisation n'interviendra qu'en cas de riposte.

SANCTIONS


La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a proposé mercredi d'ajouter près de 200 individus et entités supplémentaires à la liste des sanctions de l'UE contre Moscou, dont les forces armées de Russie et trois banques du pays.


"Les huit paquets de sanctions adoptés jusqu'ici font déjà mal (à la Russie). Mais aujourd'hui, nous augmentons la pression" en réponse à la guerre en Ukraine, a-t-elle déclaré. Ce neuvième paquet de mesures doit encore être approuvé à l'unanimité des 27 pays membres de l'UE.

TÉMOIGNAGE


En Ukraine, les combats les plus violents se concentrent actuellement autour de la ville de Bakhmout, dans l'est du pays.


Arsène, médecin franco-ukrainien de retour de la ville, a témoigné sur LCI ce mercredi 7 décembre. Il confie que la situation est difficile, mais loue la "résilience" des soldats ukrainiens.

NUCLÉAIRE


Le président russe Vladimir Poutine a laissé entendre ce mercredi que la Russie n'utiliserait pas l'arme nucléaire en premier, mais uniquement "en réponse" à une éventuelle frappe ennemie de ce type sur son territoire.


"Nous considérions les armes de destruction massive, l'arme nucléaire, comme un moyen de défense. (Y recourir) est construit autour de ce qu'on appelle la 'frappe en représailles': si on nous frappe, on frappe en réponse", a-t-il déclaré lors d'une réunion télévisée.

WAGNER


Les forces de l'ordre russes ont arrêté mercredi un fugitif accusé d'avoir blessé par balles un policier et suspecté, selon des médias, d'être un déserteur du groupe paramilitaire Wagner qui combat en Ukraine.


Dans un communiqué, le Comité d'enquête russe, chargé des principales investigations criminelles, a indiqué que le suspect, âgé de 38 ans, a été interpellé dans le village de Kisselevo, dans la région de Rostov-sur-le-Don, frontalière de l'Ukraine. Selon cette source, il est suspecté d'avoir ouvert le feu mardi avec un fusil mitrailleur sur des fonctionnaires de police, en blessant un, dans la ville de Novochakhtinsk.

CIVILS TUÉS


Au moins six civils ont été tués et cinq autres blessés dans une frappe russe mercredi sur la ville de Kourakhové, à 50 km à l'ouest de Donetsk dans l'est de l'Ukraine, a déploré le président Volodymyr Zelensky.


"Les terroristes ont attaqué la paisible ville de Kourakhové. Un marché, une gare routière, des stations-services et des immeubles d'habitation ont été les cibles de frappes. Au moins six civils ont été tués, cinq ont été blessés", a-t-il annoncé sur les réseaux sociaux, qualifiant d"'inhumaine" l'armée russe.

"RUSSOPHOBIE"


Le président russe Vladimir Poutine a accusé mercredi l'ONU et d'autres organisations internationales, ainsi que les médias occidentaux, d'avoir une attitude biaisée anti-russe quant à l'offensive lancée par Moscou en Ukraine.


"Ce n'est qu'après le début de l'opération militaire spéciale que le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, le Conseil de l'Europe et d'autres soi-disant organisations de défense des droits de l'homme ont soudainement 'vu la lumière' et ont commencé sans vergogne à démontrer leur parti pris cynique", a fustigé Vladimir Poutine.


"Cela signifie que ces structures ne sont pas en mesure de remplir leurs missions statutaires", a-t-il ajouté à la télévision, lors d'une réunion devant les membres triés sur le volet de son propre conseil des droits humains. Il a également accusé les "médias étrangers" de diffuser des "faux ignobles" et des "mensonges flagrants" sur l'offensive de Moscou, les fustigeant pour leur "racisme ouvert" et leur "russophobie agressive".

POUTINE


Le président russe Vladimir Poutine a reconnu mercredi que le conflit en Ukraine était "long", tout en vantant des "résultats significatifs" en référence à l'annexion qu'il revendique de quatre régions ukrainiennes.


"Bien sûr, c'est un long processus", a déclaré M. Poutine lors d'une réunion retransmise à la télévision avec son Conseil pour la société civile et les droits de l'Homme, une assemblée pro-Kremlin.

RÉSERVISTES 


La Russie a déployé en Ukraine près de la moitié des hommes recrutés lors de la mobilisation partielle des réservistes, soit environ 150.000 soldats, a annoncé mercredi le président Vladimir Poutine.


"Sur 300.000 de nos combattants mobilisés, nos hommes, nos défenseurs de la Patrie, 150.000 se trouvent dans la zone d'opération", a déclaré M. Poutine lors d'une réunion télévisée, précisant que 77.000 sont déployés directement au combat.

DAUPHINS


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé mercredi un "écocide" après la mort répertoriée de milliers de dauphins en mer Noire, directement liée selon lui aux effets de l'invasion russe en Ukraine sur l'environnement marin.


"Des milliers de dauphins morts se sont échoués sur les rives de la mer Noire", a affirmé Volodymyr Zelensky dans un message sur les réseaux sociaux, relayant un reportage diffusé par United24, une plate-forme de financement participatif en ligne qu'il a lancé début mai. "La guerre russe a un impact énorme sur la faune de notre pays", a-t-il fustigé, regrettant ses "conséquences dévastatrices" sur les écosystèmes.

PERSONNALITÉ DE L'ANNÉE 


Le magazine américain "Time" a choisi le président ukrainien comme "personnalité de l'année 2022".

International
Volodymyr Zelensky personnalité de l'année 2022 pour "Time magazine"

Volodymyr Zelensky personnalité de l'année 2022 pour "Time magazine"

OFFENSIVE RUSSE AU PRINTEMPS


Le secrétaire général de l'Otan prédit une "grande offensive" russe au printemps. Auparavant, Moscou va geler les combats cet hiver pour se préparer à cette attaque, assure Jens Stoltenberg. Invité à un événement public du "Financial Times", il a assuré que l'Otan va poursuivre sa fourniture d'armes et de soutien à l'Ukraine.

"PERSON OF THE YEAR"


Le célèbre magazine américain Time a choisi Volodymyr Zelensky et "l'esprit de l'Ukraine" comme "Personne de l'année" 2022. 

MENACES CONTRE LES DIPLOMATES UKRAINIENS 


L'Ukraine a affirmé mercredi que ses ambassades ont reçu 31 colis en une semaine, et que chacun avait pour adresse d'expédition celle d'un concessionnaire automobile de l'Américain Tesla en Allemagne. 


"Au cours des deux derniers jours, des colis suspects sont arrivés aux ambassades en Italie, en Pologne, au Portugal, en Roumanie et au Danemark, ainsi qu'au consulat de Gdansk" en Pologne, portant leur nombre à "31 dans 15 pays", a affirmé sur Facebook le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba.


"Les menaces contre nos diplomates continuent d'affluer", a-t-il déploré, une semaine jour pour jour après qu'une lettre piégée eut explosé et blessé légèrement un employé de l'ambassade d'Ukraine à Madrid (Espagne).

GAZ AMÉRICAIN 


Les Etats-Unis vont fortement augmenter leurs livraisons de gaz au Royaume-Uni dans le cadre d'un accord de partenariat sur la sécurité énergétique. "Dans les prochaines années, les États-Unis prévoient de plus que doubler les quantités de gaz exportées vers le Royaume-Uni comparé à 2021, pour assurer la sécurité de l'approvisionnement et réduire la volatilité des prix", selon un communiqué du gouvernement britannique.


Washington vise ainsi des exportations de 9-10 milliards de mètres cubes de gaz naturel liquéfié sur l'an prochain via les terminaux britanniques, notamment avec l'objectif de "remplir les stockages de gaz", poursuit ce texte. 

MOSCOU TENTE DE "GELER LES COMBATS"


La Russie cherche à geler les combats en Ukraine pendant l'hiver afin de renforcer ses forces en vue d'un nouvel assaut au printemps, a déclaré le chef de l'Otan, Jens Stoltenberg. 


"Ce que nous voyons maintenant, c'est que la Russie tente d'imposer une sorte de gel de cette guerre, au moins pour une courte période, afin qu'elle puisse se regrouper, réparer, récupérer et ensuite essayer de lancer une plus grande offensive au printemps prochain", a déclaré M. Stoltenberg lors d'un événement public organisé par le quotidien britannique Financial Times.


Le secrétaire général de l'Alliance atlantique a déclaré que les membres de l'Otan poursuivaient leur fourniture "sans précédent" d'armes et de soutien à l'Ukraine, malgré les inquiétudes sur un éventuel épuisement des stocks occidentaux. 

BAKHMOUT 


La ville de Bakhmout n’est plus qu’un champ de ruines. Depuis l’été, elle essuie les salves de l’artillerie russe, mais résiste toujours. Vue du ciel, c’est un spectacle de désolation que donne à voir cette cité martyre de l’est de l’Ukraine.

COLLISION MORTELLE EN UKRAINE 


Un camion de l'armée russe et un mini-bus civil sont entrés en collision dans une zone de l'Est de l'Ukraine, sous contrôle de Moscou, faisant au moins 16 morts et quatre blessés, selon les autorités locales. Dans un communiqué, le chef des séparatistes prorusses de Donetsk, Denis Pouchiline, a annoncé ce bilan et précisé que l'accident a eu lieu sur une route entre les localités de Torez et Chakhtiorsk.


"Cette tragédie a coûté la vie à 16 personnes, dont certains de nos défenseurs", a indiqué de M. Pouchiline, sans préciser le nombre de militaires tués. Des images du lieu de l'accident, publiées par des médias locaux, montrent les deux véhicules très gravement endommagés : un mini-bus et un camion kaki de transport de troupes marqué d'un V, l'un des signes d'identification de l'armée russe en Ukraine.

EN IMAGES : BAKHMOUT DEVASTEE 


Six mois après le début des frappes russes sur la ville de Bakhmout, dans le Donetsk(est de l'Ukraine), dont le groupe Wagner avait affirmé qu'il s'en saisirait rapidement, les images de dévastation sont saisissantes. Mais elles traduisent, "une nouvelle fois, l'échec des Russes", estime Jean de Gliniasty, directeur de l'IRIS sur le plateau de LCI

Ukraine : les images de Bakhmout dévastéeSource : TF1 Info

MOBILISATION CACHÉE EN RUSSIE


Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, le nombre de mariages a explosé en Russie. En cause : un changement de la loi, qui permet à chaque Russe qui reçoit une convocation de mobilisation de se marier le jour-même (au lieu d'un délai d'un mois en temps normal). Un média a recensé ces chiffres qui traduisent une mobilisation militaire russe plus forte que les chiffres officiels du Kremlin. Regardez l'éclairage de notre journaliste Narjisse Hadj

Russie : les chiffres de la mobilisation cachéeSource : TF1 Info

"POUTINE EST UN MANIPULATEUR"


"Fondamentalement, Poutine un manipulateur. Il a appris ce métier avec le KGB", explique sur LCI Christian Mégrelis, ancien conseiller de Gorbatchev . Ce que souhaite le président russe, "c'est devenir le nouveau Lénine : celui qui a reconstruit la Russie, en retrouvant les frontières naturelles de l'empire des Tsars" poursuit-il.

"Fondamentalement, Poutine est un manipulateur"Source : TF1 Info

MARQUES OCCIDENTALES EN RUSSIE


Depuis l'invasion de l'Ukraine, la Russie est de plus en plus isolée économiquement. La plupart des entreprises occidentales ont quitté le pays et depuis, des ersatz ont remplacé les produits originaux. Regardez cet étonnant reportage des envoyés spéciaux de TF1 à Moscou.

PROPAGANDE RUSSE 


Le Kremlin répond directement aux rumeurs émanant de l'opposition russe sur la préparation d'une deuxième vague de mobilisation, explique The Institute for The Study of War (ISW). L'organisme de recherche rapporte que l'attaché de presse du Kremlin, Dmitri Peskov a exhorté les Russes à ne se fier qu'aux communications de la Défense et du président, et à ignorer les "messages provocateurs" publiés sur les réseaux sociaux. 


Alors que la propagande russe commence à diffuser des théories sur la menace d'une invasion ukrainienne, Poutine lui-même agit pour censurer l'opposition. Il a par exemple signé une loi interdisant les rassemblements dans les bâtiments gouvernementaux, les universités, écoles, ports ou hôpitaux... pour éviter les manifestations anti-mobilisation.  

TRANCHÉES A BELGOROD


"La Russie a commencé à étendre ses positions défensives le long de sa frontière avec l'Ukraine, et dans sa région de Belgorod" notent les renseignements britanniques dans leur point de situtation quotidien sur la guerre en Ukraine. "Le 6 décembre, le gouverneur de Belgorod a annoncé l'établissement d'une unité "d'auto-défense locale", où des tranchées ont été signalées depuis au moins avril 2022", ajoutent ils. 


"Il est possible que Moscou encourage ce genre de préparatifs défensifs sur son territoire, afin d'aiguiser le sentiment patriotique", analysent encore les renseignements. " Cela illustre probablement la conviction de certains décideurs russes qu'il existe une menace crédible (mais fausse) d'invasion par les forces ukrainiennes".

"IL FAUT SE CALMER SUR LE NUCLÉAIRE"


Dans son entretien avec Adrien Gindre, le général Yakovleff tempère sur le risque d'une attaque nucléaire. 

FORCES SPÉCIALES UKRAINIENNES EN RUSSIE ? 


Le général n'exclut pas la présence de forces spéciales ukrainiennes sur le sol russe, qui auraient guidé les drones jusqu'en Russie. "C'est une possibilité, mais pas une nécessité", selon lui. 

FRAPPES UKRAINIENNES


Pour le général Yakovleff, les frappes ukrainiennes sur le sol russe n'arrangent pas les États-Unis, qui redoutent une escalade. "Cela donne à Washington des arguments pour ne pas leur livrer ses missiles à longue portée, puisque les Ukrainiens savent visiblement les fabriquer", explique-t-il. "De l'autre côté, c'es un argument pour Zelensky de montrer qu'en contrepartie, il ne demande pas l'autorisation à son homologue américain pour frapper". 


"Si les Russes franchissent une nouvelle escalade en Ukraine, en particulier contre la population, les Américains se gardent la possibilité de livrer ses missiles de portée de 300 kilomètres", ajoute-t-il. 

STOCKS DE MISSILES RUSSES EN DÉCLIN 


"Les Russes vont sans doute faire une nouvelle dégelée punitive de missiles sur les infrastructures ukrainiennes, encore plus forte qu'auparavant" prévoit le général. Mais le stock disponible de ces missiles diminue, observe-t-il : "on voit que les missiles qui tombent actuellement sont de fabrication récente, ce qui veut dire que les stocks anciens sont épuisés. Bientôt, leur cadence de tir sera égale à leur cadence de production", ajoute-t-il. 


Par ailleurs, côté effectifs militaires, l'armée russe "a un gros problème de formation, car ses cadres sont sur le front" ajoute Yakovleff. "Et ils ne semblent pas s'être structurés pour former les gens correctement". Ils les ont simplement rassemblés, ils manquent de matériel, et leur entraînement est superflu, décrit-il. 

ATTAQUES AU DRONE 


Les attaques au drone ont "déconstruit le discours de l'opération spéciale" De Poutine qui devait se dérouler loin des yeux des Russes, explique sur LCI le général Michel Yakovleff, ancien vice-chef d'Etat major du Shape à L'Otan. À chaque attaque, les russes "jouent à la vierge effarouchée", note-t-il. 


Selon lui, "les Russes ont un problème pour défendre leur espace aérien, qui est très grand, et ils n'ont pas non plus de capacités infinies", explique-t-il. "Il est possible que les Ukrainiens ont récupéré des transpondeurs russes, faisant fait passer leurs drones pour des appareils russes. C'est malin", juge le général.

SYSTÈME DE DÉFENSE ANTI-AÉRIEN POLONAIS


Un mois après qu'un missile de défense antiaérienne ukrainien perdu s'est écrasé en Pologne, Varsovie déploie le système de défense allemand Patriot, destiné à l'aider à protéger son espace aérien. Berlin avait  refusé de placer ce système directement en Ukraine. 


"Après avoir parlé au ministère allemand de la Défense, j'ai été déçu d'accepter la décision de rejeter le soutien de l'Ukraine. Déployer les Patriotes dans l'ouest de l'Ukraine augmenterait la sécurité des Polonais et des Ukrainiens", a tweeté le ministre de la Défense polonais Blaszczak mardi soir. "Nous procédons donc à des arrangements de travail pour placer les lanceurs en Pologne et les connecter à notre système de commandement", a ajouté Blaszczak.

ATTAQUES DE DRONES UKRAINIENS : MISE EN GARDE DE MOSCOU


Invité de BFMTV mardi soir, le porte-parole de l'ambassade de Russie en France, Alexander Makogonov a réagi aux attaques de drones ukrainiens - que Kiev ne revendique pas - sur le sol russe. Il a estimé que Moscou doit se "préparer pour prévenir ce genre de frappes" affirmant que si Volodymyr Zelensky "continue de semer le vent", il "va toujours récolter la tempête".

RECAP'


Volodymyr Zelensky s'est rendu à Sloviansk, une ville située à proximité des champs de bataille du Donbass ukrainien. Une visite qui intervient alors que plusieurs bombardements ont eu lieu à Donetsk. Retour sur les faits marquants de ces 24 dernières heures.

RECAP'


Volodymyr Zelensky s'est rendu à Sloviansk, une ville située à proximité des champs de bataille du Donbass ukrainien. Une visite qui intervient alors que plusieurs bombardements ont eu lieu à Donetsk. Retour sur les faits marquants de ces 24 dernières heures.

ATTAQUES UKRAINIENNES DE DRONES


Washington a déclaré mardi soir "ne pas encourager" les attaques ukrainiennes de drones en Russie - frappes que Kiev ne revendique pas - après que Moscou a signalé qu'un de ces engins avait touché un aérodrome près de la frontière, sans faire de victime. 

BONJOUR À TOUS


Bienvenue dans ce nouveau live du mercredi 7  décembre 2022, consacré à la guerre entre la Russie et l'Ukraine. 

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est rendu mardi près du front, non loin de Bakhmout, le principal champ de bataille de l'Est de l'Ukraine où l'armée ukrainienne résiste depuis des mois à une offensive russe. Ce déplacement intervient également au moment où la Russie accuse son voisin de multiplier les attaques de drones contre des aérodromes sur son territoire, que Washington a toutefois déclaré "ne pas encourager". 

Des frappes que Kiev ne revendique pas, mais qui illustrent les difficultés que rencontre l'invasion déclenchée le 24 février par Vladimir Poutine.

"Nous n'aidons pas l'Ukraine à organiser des frappes au-delà de ses frontières, nous n'encourageons pas l'Ukraine à lancer des frappes au-delà de ses frontières", a assuré à la presse, à Washington, le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price. "Tout ce que nous faisons, tout ce que le monde fait pour soutenir l'Ukraine, vient en soutien à l'indépendance de l'Ukraine".

Les Ukrainiens continuent quant à eux de subir des coupures de courant, au lendemain d'une nouvelle série de bombardements sur les infrastructures énergétiques de leur pays. Ces attaques provoquent "un nouveau niveau de besoins" humanitaires pour la population, s'est alarmé à New York le chef de l'agence humanitaire de l'ONU. 


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info