Ukraine : la guerre du froid
En Direct

EN DIRECT - Ukraine : la paix ne peut être atteinte "en déposant les armes", estime la lauréate du Nobel

Publié le 10 décembre 2022 à 6h30, mis à jour le 11 décembre 2022 à 14h52
JT Perso

"Le peuple d'Ukraine veut la paix plus que quiconque dans le monde", a déclaré samedi la cheffe du Centre pour les libertés civiles (CCL) Oleksandra Matviïtchouk, lauréate du prix Nobel.
"Mais la paix pour un pays attaqué ne peut être atteinte en déposant les armes. Ce ne serait pas la paix, mais l'occupation."
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

MACRON ET ZELENSKY SE SONT PARLÉS


Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky se sont entretenus au téléphone ce dimanche, annoncé l'Élysée à LCI. Il s'agit du 43e échange entre les deux présidents depuis le début du conflit. Il se tient à deux jours de la conférence pour la reconstruction de l'Ukraine, prévue à Paris à l'initiative des deux pays. 

LA CHASSE AUX ANCIENS "COLLABORATEURS" DES RUSSES


En Ukraine à Kherson, ville libérée le 11 novembre par l'armée ukrainienne, les policiers cherchent à démasquer les anciens alliés des forces russes sur place. Des contrôles de papiers d'identité ont lieu dans la ville et dans ses alentours. 


Les autorités craignent toujours la présence de personnes qui auraient collaboré, voire collaborent toujours, avec les Russes, et cherchent à les identifier au plus vite.

LES VÉRIFICATEURS DE TF1INFO


Dans les rangs de l'armée russe, on présente Stepan Bandera comme un héros national en Ukraine. Ce personnage, figure nationaliste controversée, incarne en effet pour de nombreux Ukrainiens un symbole de la résistance à la Russie.


Or, Bandera a, un temps, considéré le IIIe Reich comme un potentiel allié, avant de s'y opposer. TF1info décrypte le vrai du faux sur ce sujet.

International
Célèbre-t-on en Ukraine la mémoire du "héros nazi" Stepan Bandera ?

Célèbre-t-on en Ukraine la mémoire du "héros nazi" Stepan Bandera ?

ODESSA SANS ÉLECTRICITÉ 


Situation compliquée ce samedi soir à Odessa. Environ 1,5 million d'habitants de la ville et de sa région, dans le sud de l'Ukraine, étaient privés d'électricité à la suite de frappes russes menées à l'aide de drones kamikazes iraniens, a indiqué le président ukrainien Volodymyr Zelensky.


Les services de l'administration régionale ont indiqué que la réparation des réseaux énergétiques à la suite des frappes menées la nuit précédente prendraient "des semaines" et ont invité les habitants de cette grande ville portuaire qui le peuvent à quitter la région. "La situation dans la région d'Odessa est très difficile. Après les frappes de la nuit par des drones iraniens, Odessa et d'autres villes et villages de la région sont plongés dans l'obscurité", a déclaré Volodymyr Zelensky dans sa vidéo quotidienne sur les réseaux sociaux.


"A cette heure, plus d'un million et demi de personnes de la région d'Odessa sont sans électricité. Seules les infrastructures essentielles sont connectées - quand il est possible d'avoir de l'électricité", a-t-il ajouté.

LE SOUTIEN DE VIKTOR BOUT


Le marchand d'armes russe Viktor Bout, libéré lors d'un échange avec Washington contre la basketteuse américaine Brittney Griner, a apporté samedi son soutien à Vladimir Poutine et à l'offensive en Ukraine.


Dans une interview au média russe RT, il a confirmé avoir "toujours" eu un portrait de Vladimir Poutine dans sa cellule pendant son emprisonnement aux Etats-Unis, où il avait été condamné à 25 ans de prison après avoir été arrêté en 2008 en Thaïlande.


"Je suis fier d'être russe et notre président, c'est Poutine", a-t-il affirmé. Cet ex-officier de l'armée soviétique, âgé de 55 ans, a également dit soutenir "pleinement" l'attaque du Kremlin en Ukraine.  "Si j'en avais la possibilité et les compétences nécessaires, je me porterais volontaire (pour combattre en Ukraine)", a-t-il déclaré, disant ne "pas comprendre" pourquoi l'offensive massive de Moscou n'avait pas eu lieu dès 2014.

PRIX NOBEL DE LA PAIX


La lauréate ukrainienne du Nobel de la paix estime que la paix dans son pays ne peut être atteinte en "déposant les armes" face à la Russie de Vladimir Poutine. "Le peuple d'Ukraine veut la paix plus que quiconque dans le monde", assure Oleksandra Matviïtchouk.

UKRAINE : J. STOLTENBERG REDOUTE UN CONFLIT RUSSIE VS OTAN


Le chef de l'Otan Jens Stoltenberg  a exprimé, dans une interview publiée ce vendredi soir, sa crainte que les combats en Ukraine ne deviennent incontrôlables et ne déclenchent une guerre entre la Russie et les pays membres de l'Otan. 


"Si les choses tournent mal, elles peuvent tourner terriblement mal", a déclaré le secrétaire général de l'OTAN, lors d'une allocution devant la chaîne de télévision norvégienne NRK, relayé par The Guardian. "C'est une terrible guerre. C'est aussi une guerre qui peut devenir une guerre à part entière et se transformer en guerre majeure entre l'OTAN et la Russie. Nous travaillons tous les jours pour éviter cela."

LA RUSSIE VEUT TRANSFORMER L'UKRAINE EN  "DICTATURE DÉPENDANTE"


La Russie veut transformer l'Ukraine en une "dictature dépendante" comme la Biélorussie, a déclaré ce samedi l'épouse du lauréat biélorusse du prix Nobel de la paix, Ales Byalyatski, après avoir reçu le prix en son nom.


Natallia Pinchuk a également souligné qu'Ales Byalyatski avait dédié le prix à "des millions de citoyens biélorusses qui se sont levés et ont agi dans la rue et en ligne pour défendre leurs droits civils. Cela met en évidence la situation dramatique et la lutte pour les droits de l'homme dans le pays", a-t-elle ajouté, précisant qu'elle reprenait les mots de son mari.

L'UKRAINE NE PEUT OBTENIR LA PAIX "EN DÉPOSANT" LES ARMES


La lauréate ukrainienne du Nobel de la paix a estimé ce samedi, en recevant son prix à Oslo, que la paix dans son pays ne pouvait être atteinte en "déposant les armes" face à la Russie de Vladimir Poutine.


"Le peuple d'Ukraine veut la paix plus que quiconque dans le monde", a déclaré la cheffe du Centre pour les libertés civiles (CCL) Oleksandra Matviïtchouk. "Mais la paix pour un pays attaqué ne peut être atteinte en déposant les armes. Ce ne serait pas la paix, mais l'occupation". 


Elle ajoute par ailleurs que la guerre en Ukraine n'est "pas une guerre entre deux états, mais entre deux systèmes : l'autoritarisme et la démocratie". 

LE LAURÉAT RUSSE FUSTIGE LA GUERRE "FOLLE" DE V. POUTINE


En recevant sa prestigieuse récompense à Oslo, le lauréat russe du prix Nobel de la paix, le président de l'ONG Memorial, a fustigé ce samedi "la guerre folle et criminelle" que mène Vladimir Poutine en Ukraine.


Sous la présidence de Vladimir Poutine, "résister à la Russie équivaut à du fascisme", une dénaturation qui fournit "la justification idéologique à la guerre d'agression folle et criminelle contre l'Ukraine", a déclaré Ian Ratchinski dans son discours de remerciement.

POURSUITE DES COMBATS AUTOUR DE BAKHMOUT (SUD-EST)


Si les gains russes sont minces autour de la ville de Bakhmout, les combats n'en sont pas moins violents. Selon les sources militaires de notre envoyée spéciale en Ukraine, Solène Riou, 50 à 100 personnes meurent chaque jour. Mais l'acharnement des troupes russes reste intact : après avoir essuyé plusieurs revers militaires ces derniers mois, reconquérir cette ville du sud-est est hautement symbolique pour la Russie. 

Ukraine : des combats acharnés autour de BakhmoutSource : TF1 Info

RUSSIE - IRAN : UNE ALLIANCE MILITAIRE QUI DEVRAIT SE RENFORCER


Le soutien de l'Iran à l'armée russe est susceptible de croître dans les prochains mois. En retour, Moscou offrira probablement à Téhéran un niveau de soutien militaire "sans précédent", a déclaré le ministère britannique de la Défense.


Le ministère a affirmé que la Russie avait très probablement utilisé une grande partie de son stock de ses propres missiles balistiques à courte portée SS-26 Iskander, et donc avait besoin de se procurer davantage d'armes.


Or, si la Russie met la main sur un grand nombre de missiles balistiques iraniens, elle pourrait  étendre sa campagne de frappes contre les infrastructures électriques de l'Ukraine, en dépit de l'hiver glacial. 


D'après le ministère, l'Iran est l'un des principaux soutiens militaires de la Russie depuis que le pays a envahi l'Ukraine en février dernier.

RETOUR SUR LES FAITS MARQUANTS DES 24 DERNIERES HEURES


Tout en brandissant de nouveau la menace nucléaire, Vladimir Poutine a indiqué qu'un accord serait nécessaire "au final" pour mettre un terme au conflit. Sur le terrain, près de la moitié des infrastructures énergétiques ukrainiennes ont été détruites par les frappes russes, tandis que d'intenses combats intenses se poursuivent autour de Bakhmout. TF1 Info fait le point.

NOBEL DE LA PAIX : REMISE DES PRIX CE SAMEDI 


Formant un trio ukrainien, russe et bélarusse hautement symbolique, les lauréats du Nobel de la paix reçoivent leur prix ce samedi en début d'après-midi à Oslo, en présence de la famille royale norvégienne, bien déterminés à ne pas baisser les armes face à Vladimir Poutine et à son allié de Minsk. 


Pour rappel, l'un est en prison, l'autre officiellement dissous par ordre de la justice, le troisième à l'œuvre dans un pays envahi par l'Etat du second : le Nobel mettra peut-être un peu de baume au cœur du militant bélarusse Ales Beliatski, de l'ONG russe Memorial et du Centre ukrainien pour les libertés civiles (CCL).

Bienvenue dans ce nouveau live du samedi 10 décembre 2022, consacré à la guerre entre la Russie et l'Ukraine. 

La Maison Blanche a lancé vendredi un grave avertissement contre le "partenariat militaire à grande échelle" et toujours plus approfondi entre Moscou et Téhéran, et annoncé par la même occasion de nouvelles sanctions contre la Russie.

Alors que l'Iran fournit déjà à l'armée russe des drones utilisés en Ukraine, John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de l'exécutif américain, a indiqué qu'en retour, la Russie "offrait à l'Iran un niveau sans précédent de soutien militaire et technique", ce qui "transforme leur relation en un partenariat de défense plein et entier".

Cette évolution est "néfaste" pour l'Ukraine, les pays voisins de l'Iran et "la communauté internationale", a-t-il ajouté, annonçant dans le même élan des sanctions contre trois entités russes particulièrement actives dans l'acquisition et la diffusion de drones iraniens. Selon le renseignement américain, Moscou et Téhéran envisagent en particulier de lancer une production commune de drones "tueurs" en Russie, a indiqué John Kirby, sans donner plus de détails sur l'état d'avancement du projet.

Le porte-parole a aussi rappelé que l'Iran envisageait de vendre à la Russie des "centaines" de missiles balistiques, une information que les Américains avaient déjà rendue publique.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info