Ukraine : onze mois de guerre

EN DIRECT - Ukraine : il faudra "au final trouver un accord" pour mettre fin au conflit, dit Poutine

Publié le 9 décembre 2022 à 6h30, mis à jour le 9 décembre 2022 à 23h55
JT Perso

Il faudra "au final trouver un accord" pour mettre fin au conflit en Ukraine, a dit Vladimir Poutine, ce vendredi.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

MOSCOU POURRAIT ENVISAGER DES FRAPPES PRÉVENTIVES CONTRE UN ENNEMI


La Russie pourrait modifier sa doctrine militaire en introduisant la possibilité d'une frappe préventive pour désarmer un ennemi, a déclaré vendredi le président russe Vladimir Poutine.


Il répondait à une question d'un journaliste, lors d'une visite à Bichkek, qui lui demandait de clarifier sa déclaration du début de la semaine sur l'emploi des armes nucléaires.


S'adressant à la presse quelques jours après avoir averti que le risque de guerre nucléaire augmentait mais que la Russie ne frapperait pas la première, M. Poutine a déclaré que Moscou envisageait d'adopter ce qu'il a appelé le concept de Washington d'une frappe préventive.

MOSCOU INTERDIT SON SOL À 200 RESPONSABLES CANADIENS


La Russie a annoncé vendredi interdire l'entrée sur son territoire à 200 Canadiens, parmi lesquels le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, et le président de la Banque CIBC, Victor Dodig, en riposte aux sanctions canadiennes similaires ayant visé des personnalités russes.


Il s'agit d'une décision prise en réponse à "des sanctions personnelles à l'encontre des responsables russes", a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, en dénonçant la politique "russophobe" du régime du Premier ministre canadien Justin Trudeau.


Figurent notamment sur la liste la porte-parole du Parti conservateur, Sarah Fischer, le PDG de Telesat Canada, Daniel Goldberg, le président de la Commission électorale canadienne, Stephane Perrault, ainsi que plusieurs personnalités canadiennes d'origine ukrainienne.

CLARIFICATIONS DE L'ÉLYSÉE


Les récents propos d'Emmanuel Macron sur des "garanties de sécurité" à donner à la Russie ont été "isolés" de leur "contexte", a assuré vendredi l'Élysée, avant une nouvelle conférence mardi à Paris sur l'aide à l'Ukraine.


"Le dialogue entre le président de la République (Emmanuel Macron) et le président (ukrainien Volodymyr) Zelensky est excellent", a assuré la présidence française. "Il y a un décalage entre certains mouvements ou certaines personnes, qui cherchent à isoler un bout de phrase en dehors de son contexte, et la réalité du travail que nous menons qui véritablement se fait sans difficulté". 


Début décembre, en évoquant l'architecture de sécurité à reconstruire en Europe une fois la guerre en Ukraine terminée, le président français avait souligné qu'il faudrait alors aussi donner des "garanties" à la Russie pour trouver un bon équilibre.

LE PARTENARIAT MOSCOU-TÉHÉRAN EST "NÉFASTE" POUR WASHINGTON


Le "partenariat militaire à grande échelle" entre Moscou et Téhéran est "néfaste" pour l'Ukraine, les pays voisins de l'Iran et "la communauté internationale", a estimé vendredi un porte-parole de la Maison Blanche. Il a par ailleurs fait savoir que les États-Unis allaient sanctionner "trois entités basées en Russie" particulièrement actives dans "l'acquisition et l'utilisation de drones iraniens".

NOUVELLE AIDE AMÉRICAINE


Les États-Unis vont envoyer à l'Ukraine une nouvelle aide de 275 millions de dollars pour "doper" sa défense contre les drones en particulier, a annoncé vendredi un porte-parole de la Maison Blanche.


"Une nouvelle aide militaire valorisée à 275 millions de dollars va bientôt être envoyée pour donner à l'Ukraine de nouvelles capacités dopant sa défense antiaérienne et lui permettant de faire face aux menaces venues des drones", a dit John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de l'exécutif américain.

19 MILLIARDS D'EUROS D'AVOIRS RUSSES GELÉS DANS L'UE


Les pays de l'Union européenne, Belgique et Luxembourg en tête, ont gelé 18,9 milliards d'euros d'avoirs d'oligarques et entités russes visés par des sanctions en réponse à la guerre en Ukraine, selon les chiffres recueillis par la Commission auprès des États membres.


Huit pays ont chacun bloqué plus d'un milliard d'euros d'avoirs : la Belgique (3,5 milliards), le Luxembourg (2,5), l'Italie (2,3), l'Allemagne (2,2), l'Irlande (1,8), l'Autriche (1,8), la France (1,3), l'Espagne (1), selon un tableau récapitulatif des montants déclarés au 25 novembre, consulté vendredi par l'AFP.


Au total, 1241 individus et 118 entités font l'objet d'un gel des avoirs et d'une interdiction d'entrer sur le territoire de l'UE en raison de leur rôle dans le conflit en Ukraine.

LES RUSSES BIENTÔT DE RETOUR DANS LES COMPÉTITIONS OLYMPIQUES ?


Le Comité international olympique envisage une réintégration progressive des sportifs russes et biélorusses dans les compétitions sportives internationales, qui pourrait commencer par des épreuves accueillies en Asie, a-t-il annoncé vendredi, sans toutefois fixer d'échéance.


Alors que le CIO voulait mercredi "explorer des moyens" de ramener dans le giron du sport mondial les Russes et Biélorusses, bannis depuis l'invasion russe de l'Ukraine, le Comité olympique d'Asie (OCA) a franchi un pas supplémentaire en offrant vendredi de "faciliter leur participation" aux compétitions organisées en Asie "sous son autorité", selon la déclaration finale du Sommet olympique.

LE CANADA ANNONCE DES SANCTIONS CONTRE LA RUSSIE


Le Canada a annoncé vendredi des sanctions contre 67 individus et neuf entités pour "violations flagrantes et systématiques" des droits humains dans plusieurs pays, notamment en Russie.


"La dignité, la liberté et la justice sont des piliers de la politique du Canada à l'étranger", a déclaré la ministre canadienne des Affaires étrangères Mélanie Joly dans un communiqué. "Alors que le monde est témoin du piétinement des droits de la personne dans des endroits comme la Russie, l'Iran et le Myanmar, nous nous rappelons que nous ne pouvons créer un changement qu'en nous levant et en défendant les valeurs qui nous sont chères", a-t-elle ajouté.


Six entités et 33 actuels et anciens responsables en Russie ont été sanctionnés pour avoir réprimé les citoyens qui s'étaient élevés contre "l'invasion illégale de l'Ukraine par la Russie et les politiques antidémocratiques du régime russe".

TOTAL PREND SES DISTANCES AVEC NOVATEK


À l'instar de BP et Shell et plus de neuf mois après le début de la guerre en Ukraine, le français TotalEnergies a pris ses distances vendredi avec l'un de ses partenaires russes, Novatek, tout en se maintenant dans le gaz naturel liquéfié (GNL) russe pour l'Europe qui grelotte.


Le groupe français a annoncé vendredi avoir décidé de ne plus comptabiliser dans ses résultats la participation de 19,4% qu'il détient dans le géant du gaz Novatek, son partenaire historique dans le pays. Pour couvrir son désengagement progressif, TotalEnergies va inscrire une nouvelle dépréciation d'actifs, de 3,7 milliards de dollars, dans ses comptes, soit la quatrième depuis le début de l'année portant sur ses activités russes. 

DE NOUVEAUX ÉCHANGES DE PRISONNIERS ? "POSSIBLE" POUR V. POUTINE


D'autres échanges de prisonniers entre Moscou et Washington sont "possibles", a indiqué vendredi le président russe Vladimir Poutine, au lendemain de la libération de la basketteuse américaine Brittney Griner contre celle du trafiquant d'armes russe Viktor Bout.


"Les contacts se poursuivent au niveau des services de renseignement, ils n'avaient jamais cessé. Est-ce que d'autres (échanges) sont possibles ? Oui, tout est possible", a déclaré le dirigeant russe, lors d'une conférence de presse en marge d'un sommet régional à Bichkek, la capitale du Kirghizstan. 


"C'est le résultat de négociations et de la recherche de compromis. Dans ce cas-là, des compromis ont été trouvés et nous ne refusons pas de poursuivre ce travail à l'avenir", a ajouté Vladimir Poutine.

LAURÉATE UKRAINIENNE DU PRIX NOBEL DE LA PAIX


L'Ukrainienne Oleksandra Matviïtchouk, colauréate du Nobel de la paix, a appelé vendredi à traduire Vladimir Poutine devant la justice internationale, se disant certaine que "tôt ou tard" le président russe serait jugé.


"Pendant des décennies, l'armée russe a perpétré des crimes de guerre dans de nombreux pays et elle n'a jamais été punie", a déclaré Mme Matviïtchouk lors d'une conférence de presse à Oslo, à la veille de la cérémonie de remise du Nobel.


"Nous devons maintenant casser le cercle de l'impunité. Nous devons établir un tribunal international et demander à Poutine, (à son allié, le dirigeant bélarusse Alexandre) Loukachenko, et d'autres criminels de guerre de rendre des comptes, non seulement pour les Ukrainiens mais aussi pour les autres nations", a-t-elle affirmé.

"TROUVER UN ACCORD"


Un accord sera nécessaire "au final" pour mettre un terme au conflit en Ukraine, a affirmé vendredi Vladimir Poutine, tout en exprimant des doutes sur la "confiance" que Moscou peut selon lui accorder à ses interlocuteurs.


"Comment trouver un accord ? Et peut-on s'entendre avec quelqu'un ? Et avec quelles garanties ? C'est évidemment toute la question (...) Mais au final il faudra trouver un accord. J'ai déjà dit à plusieurs reprises que nous sommes prêts à ces arrangements, nous sommes ouverts, mais cela nous oblige à réfléchir pour savoir à qui nous avons affaire", a déclaré le président russe, en marge d'un sommet régional au Kirghizstan.

INFRASTRUCTURES ÉNERGÉTIQUES À KHERSON


Les infrastructures énergétiques ukrainiennes autour de Kherson ont été "pratiquement détruites" lors du retrait des forces russes et la situation est "compliquée" à Odessa, ciblée par des frappes, a indiqué vendredi l'opérateur national Ukrenergo.


"Lundi, l'ennemi a encore frappé. Ce fut encore les installations d'Ukrenergo, les sous-stations de la ligne principale, en particulier dans le sud de l'Ukraine, et les centrales électriques qui ont été endommagées", a déploré son chef, Volodymyr Koudritskiï lors d'une conférence de presse.


Selon lui, "le travail réussi" de la défense antiaérienne ukrainienne a évité que plus de frappes russes ne touchent leurs cibles et endommagent encore plus le réseau énergétique national.

PÉTROLE : LA MENACE DE POUTINE


Le président russe Vladimir Poutine a menacé vendredi l'Occident de "réduire la production" de pétrole russe "si nécessaire", quelques jours après l'introduction par l'UE, le G7 et l'Australie d'un plafonnement du prix de l'or noir russe à 60 dollars.


"On réfléchira à une éventuelle réduction de la production si nécessaire", a déclaré M. Poutine lors d'une conférence de presse à Bichkek, en marge d'un sommet régional. Le mécanisme mis en place par l'Occident est "une décision stupide" qui "n'affecte pas la Russie", a-t-il ajouté.

NAVALNY 


La condamnation vendredi de l'opposant russe Ilia Iachine à huit ans et demi de prison pour avoir critiqué l'offensive militaire contre l'Ukraine est "un verdict honteux", a dénoncé l'ennemi numéro un du Kremlin, Alexeï Navalny, incarcéré en Russie depuis début 2021.

VIKTOR BOUT 


Le marchand d'armes russe Viktor Bout, détenu aux Etats-Unis et échangé jeudi contre la basketteuse américaine Brittney Griner, a accusé l'Occident de vouloir "détruire" et "diviser" la Russie, dans une interview parue vendredi. "Les Occidentaux pensent qu'ils ne nous ont pas achevés en 1990, quand l'Union soviétique a commencé à s'effondrer", a déclaré M. Bout, un ancien officier soviétique, au média russe RT.


"Et le fait qu'on essaye de vivre, de n'être gouvernés par personne et de ne dépendre de personne, d'être une véritable puissance indépendante (...) C'est bien sûr pour eux une nouveauté choquante. Ils pensent qu'ils peuvent à nouveau nous détruire et diviser la Russie", a-t-il poursuivi.

PERSONNALITÉ DE L'ANNÉE


Les médias russes ont réagi au titre de "personnalité de l'année" attribué au président ukrainien par le magazine "Time". Une distinction qui fut, nous indique-t-on, décernée en son temps à Adolf Hitler. Et qui permet d'alimenter la propagande russe décrivant les Ukrainiens comme des nazis. Si Hitler a bien reçu ce "titre", il ne salue pas nécessairement l'action de celui ou celle qui est mis en avant. Vladimir Poutine l'a par ailleurs déjà obtenu.

International
Avant Zelensky, Hitler nommé "personnalité de l'année" par "Time" ?

Avant Zelensky, Hitler nommé "personnalité de l'année" par "Time" ?

L'UE VERSE 2 MILLIARDS POUR LA PAIX


Les pays membres de l'Union européenne se sont entendus vendredi pour abonder de deux milliards d'euros la Facilité européenne pour la paix (FEP), leur instrument de financement pour l'assistance militaire fournie à l'Ukraine. L'accord doit encore être entériné lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE lundi à Bruxelles. 


La FEP avait été dotée de 5,7 milliards d'euros pour la période 2021-2027 afin de financer des actions opérationnelles relevant de la politique étrangère et de sécurité commune (PESC). Elle a été utilisée peu après l'invasion russe de l'Ukraine pour financer les fournitures d'armements à Kiev.  


Et 3,1 milliards d'euros ont déjà été décaissés pour rembourser aux Etats membres les armements et les munitions prélevées sur leurs stocks et fournis aux forces armées ukrainiennes. Avec les fournitures bilatérales, le soutien des Etats membres de l'UE se chiffre à près de 9 milliards d'euros, a précisé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

OPPOSANT RUSSE CONDAMNÉ


Un tribunal de Moscou a condamné l'opposant Ilia Iachine à huit ans et demin de prison avoir diffusé de "fausses informations" sur l'armée russe, après des critiques contre l'offensive militaire en Ukraine. 


Lors d'une intervention en direct sur YouTube, il avait dénoncé "le meurtre de civils" dans la ville ukrainienne de Boutcha, près de Kiev, où l'armée russe a été accusée d'exactions, ce que nie Moscou.

SANCTIONS BRITANNIQUES


Le Royaume-Uni a annoncé vendredi avoir sanctionné 30 entités ou personnalités originaires de 11 pays, dont l'Iran, la Russie, la Birmanie, la Serbie ou la Moldavie, "opprimant les libertés fondamentales dans le monde".


"C'est notre devoir de promouvoir des sociétés ouvertes et libres dans le monde. Aujourd'hui nos sanctions vont plus loin pour exposer ceux qui sont derrière les violations odieuses de nos droits les plus fondamentaux", a déclaré le ministre des Affaires étrangères britannique James Cleverly, cité dans un communiqué.


Elles visent "des personnes corrompues, celles ayant violé et abusé les droits humains, ainsi que les auteurs de violences sexuelles dans des conflits", a détaillé le ministère. Londres a notamment adopté une loi en 2018 lui permettant d'appliquer des sanctions (interdiction d'entrer sur le territoire, gel d'actifs) à des personnes accusées de violations des droits de l'homme à l'étranger.

PRISONNIERS AFRICAINS


Suite à la mort de cet étudiant Zambien, Kiev avait accusé Moscou d'envoyer d'autres prisonniers africains combattre les soldats ukrainiens, contre la promesse d'un salaire important et d'une remise de peine. Retour sur ces accusations dans notre article. 

ÉTUDIANT ZAMBIEN TUE AU FRONT 


Le corps d'un étudiant zambien, recruté dans une prison russe avant d'être tué lors de combats en Ukraine, va être rapatrié auprès des siens dimanche, a annoncé vendredi le gouvernement zambien.  


Lemekhani Nathan Nyirenda, 23 ans et qui purgeait une peine de prison près de Moscou, a été tué en septembre en combattant du côté de l'armée russe.

SOMMET ANNUEL RUSSO-INDIEN ANNULÉ


Le Premier ministre indien, Narendra Modi, ne tiendra pas de sommet annuel en personne avec Vladimir Poutine, après que le président russe a menacé d'utiliser des armes nucléaires dans la guerre en Ukraine, selon des informations de Bloomberg. 

PERTES RUSSES 


Selon les estimations du ministère ukrainien de la Défense, l'armée russe a enregistré la perte de 310 de ses soldats dans la journée de jeudi. 

TOTALENERGIES SE RETIRE DE RUSSIE 


Le groupe français TotalEnergies a annoncé vendredi retirer ses administrateurs du russe Novatek et ne plus comptabiliser dans ses résultats les 19,4% qu'il détient dans le géant gazier, prévoyant en conséquence une dépréciation d'actifs de 3,7 milliards de dollars au quatrième trimestre.


"Le Conseil d’Administration de TotalEnergies a décidé du retrait des représentants de la Compagnie au Conseil d’Administration de PAO Novatek avec effet immédiat" et la "participation de 19,4% détenue par TotalEnergies dans Novatek ne sera plus consolidée dans les comptes de la Compagnie", a indiqué TotalEnergies dans un communiqué, cette décision se traduisant par "une dépréciation d’environ 3,7 milliards de dollars".

VIKTOR BOUT 


Après 10 ans de détention, le trafiquant d'armes russe Viktor Bout a été libéré par les États-Unis suite à un échange de prisonniers. Il a été accueilli par sa famille à son arrivée à Moscou, dans la nuit de jeudi à vendredi, selon de premières images de la télévision russe.

International
VIDÉO - Libéré, le "marchand de mort" Viktor Bout atterrit à Moscou

VIDÉO - Libéré, le "marchand de mort" Viktor Bout atterrit à Moscou

FRAPPES RUSSES : POUTINE SE JUSTIFIE 


Un verre à la main, devant ses généraux, Vladimir Poutine est apparu à la télévision russe jeudi, reconnaissant et justifiant les frappes russes sur le sol ukrainien. Pour le général Jean-Paul Perruche, ex- directeur général de l'État major militaire de l'UE invité de LCI, le premier objectif de Poutine est "de rassurer", de montrer que la situation est sous contrôle". Ensuite le président russe cherche à "justifier ces frappes", déroule le général, qui note que le sinvités à cette réception ne sont pas choisis au hasard "ce sont des officiers, le lien de Poutine avec son armée est ainsi magnifié", selon lui. 

L'AVENIR DE POUTINE


"Je ne crois pas à une révolution en Russie, style de 1917", a indiqué Bertrand Badie, tout en estimant néanmoins que l'avenir de Vladimir Poutine à la tête de la Russie n'était pas assurée. Le chef du Kremlin a essuyé "trois défaites sur le plan international en moins d'un an". "Ces trois défaites-là, je ne sais pas véritablement comment un dictateur peut s'en remettre", a déclaré le professeur de relations internationales.

"DES GARANTIES À LA RUSSIE"


Selon Bertrand Badie, "la résolution de ce conflit par un face à face diplomatique est parfaitement utopique dans le contexte actuel". C'est pourquoi le professeur défend l'idée mise en avant par Emmanuel Macron, qui est d'assurer "des garanties" de sécurité collective à la Russie en plus de négociations territoriales. Une manière pour la Russie de ne pas "perdre la face", souligne Bertrand Badie.

"DIPLOMATIE FLUIDE"


À la suite de l'échange de prisonniers, les Émirats arabes unies et l'Arabie saoudite ont fait un communiqué commun pour mettre en avant leur rôle dans la bonne réalisation de cet échange. Selon Bertrand Badie, il s'agit d'un exemple de la "mutation profonde des relations internationales". Ce qu'il appelle une "diplomatie fluide", contraste avec les "vieilles alliances issues de la guerre froide.

"ON NE CESSE DE PARLER"


Invité de l'Interview politique de LCI, le professeur en Relations internationales à Sciences Po Paris, Bertrand Badie est revenu sur l'échange d'otages entre la Russie et les États-Unis survenu jeudi 8 décembre. Selon lui, cela montre qu'il n'y jamais eu d'arrêt des discussions entre les différents pays, malgré la guerre. "On ne cesse de parler", assure-t-il, comparant les relations internationales comme "un échange humain comme un autre".

DRONES IRANIENS


La Russie a probablement reçu un nouvel arrivage de drones iraniens, estime le Renseignement britannique dans son point de situation quotidien. "Pour la première fois en trois semaines, des attaques" de ces drones "fournis par l'Iran ont été signalés", peut-on lire dans le brief du jour. 


"Ces événements restent à vérifier, mais il est probable que la Russie ait épuisé son stock précédent de plusieurs centaines de Shahed-131 et 136 et ait maintenant reçu un réapprovisionnement", est-il ajouté. 

SANCTIONS AMÉRICAINES


De l'autre côté de l'Atlantique, les Américains aussi ont décidé d'imposer de nouvelles sanctions, en matière de droits de l'homme. Selon le Wall Street Journal, ces sanctions viseront le déploiement par la Russie de drones iraniens en Ukraine, ainsi que les violations présumées des droits de l'homme par la Russie.

SANCTIONS BRITANNIQUES


Le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, a annoncé dans le Guardian d'aujourd'hui qu'il imposerait de nouvelles sanctions à des individus en Russie. "Jusqu'à présent, nous avons ciblé plus de 1 200 personnes russes, dont au moins 100 oligarques et leurs familles, avec une valeur nette supérieure à 140 milliards de livres sterling", écrit James Cleverly dans le quotidien britannique, saluant les effets de ces sanctions sur des "secteurs entiers de l'économie russe. 


"Aujourd'hui, j'annoncerai de nouvelles sanctions contre des individus dans 11 pays, dont l'Iran, la Russie, le Mali et le Nicaragua, visant les responsables d'actes de torture, de violences sexuelles et de la répression des manifestations", ajoute-t-il. 

ESPIONS RUSSES


Les Renseignements ukrainiens ont annoncé avoir arrêté des espions russes à Odessa, qui préparaient des frappes aériennes depuis le sol ukrainien. Les explications de Benjamin Cruard. 

Ukraine : des espions russes préparent des frappesSource : TF1 Info

NOUVELLE AIDE AMÉRICAINE 


Washington va envoyer une nouvelle aide à Kiev, de 275 millions de dollars, ont déclaré des responsables américains, sous couvert d'anonymat, auprès de l'agence Associated Press. Cette aide comprendra de grandes quantités de munitions et de systèmes de haute technologie pour contrôler et détecter les drones, apprend-on encore. 

RÉCAP'


Vladimir Poutine a annoncé vouloir poursuivre les frappes contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes. Lors d'une prière au nom du peuple de Zelensky, à Rome, le pape François s'est montré très ému. Retour sur les informations marquantes de ces dernières 24 heures.

LA FRANCE A ENVOYÉ 100 GÉNÉRATEURS À L'UKRAINE


L'ambassade de France en Ukraine a remis 100 générateurs à Kiev "pour affronter l’hiver", dans le cadre d'un programme européen de soutien aux autorités ukrainiennes, a-t-elle indiqué sur Twitter, photos à l'appui. Elle rappelle aussi qu'une conférence internationale pour l'Ukraine sera organisée le 13 décembre prochain à l'initiative de Paris.

LES LARMES DU PAPE FRANÇOIS


Le pape François n'a pas pu réprimer ses larmes en évoquant la guerre dans l'Ukraine "martyrisée", lors d'une cérémonie en public jeudi après-midi dans le centre de Rome. À l'occasion de la traditionnelle cérémonie d'hommage à la Vierge Marie au cours de la fête de l'Immaculée Conception, un jour férié en Italie, le pape s'est rendu en milieu d'après-midi près de la place d'Espagne devant la statue de la Vierge installée au sommet d'une colonne.


"Ô Vierge Immaculée, j'aurais voulu t'apporter aujourd'hui le remerciement du peuple ukrainien...", a-t-il déclaré, lisant son discours debout, avant de s'interrompre, brisé par l'émotion. Le corps agité de soubresauts, le pape en larmes est ensuite resté silencieux de longues secondes, puis la foule présente l'a chaleureusement applaudi.

Le pape pleure en public en évoquant l'Ukraine "martyrisée"Source : TF1 Info

BONJOUR À TOUS


Bienvenue dans ce nouveau live du vendredi 9 décembre 2022, consacré à la guerre en Ukraine. 

Vladimir Poutine a promis jeudi de poursuivre les frappes contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes, une réplique selon lui à des attaques de Kiev notamment en Crimée, péninsule annexée dont Moscou a admis la vulnérabilité.

De son côté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé les forces russes de miner et piéger intensément les territoires qu'ils abandonnent lors de leurs retraits, assurant que "le terrorisme des mines figurera parmi les accusations portées contre la Russie". 

"Les terroristes essaient délibérément de laisser derrière eux autant de pièges mortels que possible", a-t-il déclaré dans son adresse quotidienne sur internet. "Mines terrestres enfouies, fils-pièges, bâtiments, voitures et infrastructures minés... Il s'agit de plus de 170.000 kilomètres carrés de territoire dangereux", a estimé M. Zelensky.

Remettant des médailles à des soldats et à d'autres personnalités jeudi au Kremlin, Vladimir Poutine a pour sa part balayé les critiques occidentales des frappes russes qui ont laissé ces dernières semaines des millions d'Ukrainiens sans courant, voire sans eau et sans chauffage, en pleines températures hivernales.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info