Des bombardements russes ont fait au moins 11 morts ce dimanche à la périphérie de la ville de Kharkiv dans le nord-est de l'Ukraine.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

UNE RAFFINERIE RUSSE A L'ARRÊT

Une raffinerie de pétrole située dans la région russe de Krasnodar (sud) a dû suspendre ses activités après une attaque de six drones, ont indiqué ce dimanche la direction et les autorités locales. Pendant la nuit, "six drones sont tombés sur le territoire de la raffinerie à Slaviansk-sur-Kouban", a écrit sur Telegram Roman Siniagovski, un responsable régional. Il s'agit de l'une des plus grandes raffineries du sud de la Russie, qui fait partie du groupe "Slaviansk EKO".

NOUVEAU BILAN À KHARKIV

Des bombardements ont fait au moins 11 morts dans la région de Kharkiv dans le nord-est de l'Ukraine, visée depuis le 10 mai par une nouvelle offensive russe, selon les autorités locales. L'assaut terrestre déclenché par l'armée russe dans cette zone frontalière, après une intensification des attaques aériennes, lui a permis d'enregistrer ses gains territoriaux les plus importants depuis fin 2022. La progression russe a désormais été stoppée, affirme Kiev, ce que Moscou réfute.

BILAN MEURTRIER À KHARKIV

Des bombardements dimanche ont fait au moins dix morts dans la région du nord-est de l'Ukraine de Kharkiv, visée depuis le 10 mai par une nouvelle offensive russe, ont annoncé les autorités locales. L'assaut terrestre déclenché par l'armée russe dans cette zone frontalière, après une intensification des attaques aériennes, lui a permis d'enregistrer ses gains territoriaux les plus importants depuis fin 2022. La progression russe a été stoppée, affirme Kiev, ce que Moscou réfute. 

Ce dimanche, cinq civils ont été tués dans la périphérie de Kharkiv, la deuxième plus importante cité ukrainienne, a déclaré le ministre de l'Intérieur, Igor Klimenko. Parmi eux, une femme enceinte de sept mois, a précisé la police régionale. 

Peu après, cinq autres civils ont péri et neuf ont été blessés dans des tirs au lance-roquettes multiple sur les villages de Novoossynove et de Kivcharivka, a déploré le gouverneur de la région de Kharkiv, Oleg Synegoubov. 

LA SITUATION DEPUIS KIEV

Alors que Kiev affirme avoir repoussé les troupes russes à Tchassiv Yar, ville dans l'oblast de Donestk, notre reporter dans la capitale ukrainienne fait le point sur la situation. 

UKraine : quelle est la situation à Chassiv Yar ?Source : TF1 Info

6 BLESSES A KHERSON

Au moins six personnes ont été blessées dans l'oblast de Kherson après une série d'attaques russes ce dimanche, a annoncé l'administration militaire régionale. Déjà le 15 mai, les forces russes avaient mené une frappe aérienne contre le centre de Kherson, blessant au moins 19 personnes.

ATTAQUE DE DRONE

Une personne a été tuée et plusieurs autres ont été blessées ce dimanche dans une attaque de drone ukrainien contre un minibus dans la région ukrainienne de Kherson (sud), partiellement contrôlée par la Russie, ont affirmé les autorités russes d'occupation.


Dans la matinée, "un drone a frappé un minibus avec des civils qui sont venus pour les travaux de récolte des fraises" dans le village de Radensk, a écrit sur Telegram Vladimir Saldo, le responsable local d'occupation russe dans la région de Kherson. L'attaque, qui a provoqué une explosion, "a fait un mort. Beaucoup de personnes ont été blessées", a-t-il précisé, en rejetant la responsabilité sur les forces armées ukrainiennes.

BOMBARDEMENTS RUSSES

Des bombardements russes ont fait au moins quatre morts ce dimanche à la périphérie de la ville de Kharkiv dans le Nord-Est de l'Ukraine, a annoncé le gouverneur de cette région qui fait face à une nouvelle offensive des troupes de Moscou. "Nous savons que quatre civils ont été tués. Au moins huit personnes sont blessées", a déclaré Oleg Synegoubov, précisant que les forces russes avaient "attaqué la zone où les habitants se reposaient". Les bombardements ont touché le quartier de Malodanylivka, dans le nord-ouest de Kharkiv, a-t-il ajouté.

UNE RAFFINERIE À l'ARRÊT

Une raffinerie de pétrole située dans la région russe de Krasnodar, dans le sud du pays, a dû suspendre ses activités ce dimanche après une attaque de six drones, ont indiqué la direction et les autorités locales. Pendant la nuit, "six drones sont tombés sur le territoire de la raffinerie à Slaviansk-sur-Kouban", a écrit sur Telegram Roman Siniagovski, un responsable régional. Il s'agit de l'une des plus grandes raffineries du sud de la Russie, qui fait partie du groupe "Slaviansk EKO".


"Il y a eu des frappes. L'usine est actuellement à l'arrêt. Nous sommes en train d'évaluer le préjudice" porté par l'attaque, a précisé à l'agence Interfax Edouard Troutnev, chargé de la sécurité à la raffinerie "Slaviansk EKO". Au total, 57 drones ukrainiens ont été interceptés ou abattus dans la nuit de samedi à dimanche dans la région de Krasnodar, selon le ministère russe de la Défense.

QUI EST LE BOXEUR OLEKSANDR USYK ?

Dans la nuit de samedi à dimanche, à Ryad (Arabie saoudite), Oleksandr Usyk a vaincu aux points Tyson Fury, devenant le nouveau champion incontesté des lourds, une première en 25 ans. Avant cela, celui qu'on surnomme "le chat" avait été mobilisé pour la guerre en Ukraine. Portrait du porte-étendard de tout un peuple.

LCI SUR LE TERRAIN

Sans cet homme, Vovchansk serait peut-être aux mains des Russes. Le 10 mai dernier, quand la ville est attaquée, c’est lui, Denis Yaroslavskii, officier de renseignement de la 57e brigade motorisée, qui a donné l’alerte. Notre équipe, sur place, l'a rencontré. 

LCI SUR LE TERRAIN Menacée par l''avancée russe, Vovchansk se vide de ses habitantsSource : TF1 Info

NOUVELLE CONSCRIPTION

 La nouvelle loi entrée en vigueur samedi et abaissant l'âge minimal de conscription de 27 à 25 ans prévoit également des mesures incitatives pour les soldats, "telles que des primes en espèces ou de l'argent pour l'achat d'une maison ou d'une voiture", indique The GuardianSelon le quotidien britannique, Zelensky a également signé deux autres lois vendredi, autorisant les prisonniers à rejoindre l'armée et multipliant par cinq les amendes infligées aux réfractaires. Un autre texte permet aussi de recruter des détenus en échange d'une libération conditionnelle.

LE RECAP' DE SAMEDI

⚫ Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit s'attendre, dans un entretien exclusif avec l'AFP, à une offensive plus large de l'armée russe dans le nord et dans l'est, où elle poursuit son assaut d'ampleur déclenché le 10 mai qui viserait à prendre la grande ville de Kharkiv.

⚫ Il a néanmoins assuré que, malgré les avancées russes des derniers jours dans la région de Kharkiv, dans le nord-est, la situation était meilleure pour les forces ukrainiennes qu'il y a une semaine, lorsque les troupes ennemies avaient franchi par surprise la frontière.

⚫ Pour lui, la Russie veut attaquer Kharkiv, la deuxième plus importante ville du pays, à seulement quelques dizaines de kilomètres du front. 

⚫ M. Zelensky a reconnu auprès de l'AFP que les effectifs militaires étaient insuffisants. "Il y a un nombre important de brigades qui sont vides", a-t-il dit. Face à ces carences, une législation controversée est entrée en vigueur samedi pour accélérer la mobilisation avec l'abaissement de l'âge minimal de 27 à 25 ans. Vendredi, M. Zelensky a en outre promulgué une loi permettant de recruter des détenus en échange d'une libération conditionnelle.

⚫ S'adressant aux Occidentaux, il a déploré n'avoir qu'un quart des systèmes de défense antiaérienne dont l'Ukraine a besoin, ajoutant avoir également besoin de 120 à 130 avions de combat F-16.

⚫ Dans la région de Kharkiv, la Russie a annoncé samedi s'être emparée du village de Staritsa près de Vovtchansk, une ville située à une cinquantaine de kilomètres de Kharkiv, assurant que ses forces "poursuivent leur avancée en profondeur dans les positions défensives de l'ennemi". 

⚫ Près de dix mille personnes ont été contraintes de quitter leur habitation dans la région de Kharkiv, ont fait savoir les autorités ukrainiennes. "Au total, 9.907 personnes ont été évacuées", a déclaré samedi le gouverneur Oleg Synegoubov.

BONJOUR À TOUS

Bonjour à toutes et à tous, et bienvenue dans ce nouveau direct du dimanche 19 mai consacré à la guerre en Ukrain.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit s'attendre, dans un entretien exclusif avec l'AFP, à une offensive plus large de l'armée russe dans le nord et dans l'est, où elle poursuit son assaut d'ampleur déclenché le 10 mai qui viserait à prendre la grande ville de Kharkiv. Les Russes "ont lancé leur opération, elle peut être constituée de plusieurs vagues. Et ça, c'est leur première vague", a affirmé Zelensky à un moment où la Russie vient d'engranger ses plus grands gains territoriaux depuis fin 2022.

Il a néanmoins assuré que, malgré les avancées russes des derniers jours dans la région de Kharkiv, dans le nord-est, la situation était meilleure pour les forces ukrainiennes qu'il y a une semaine, lorsque les troupes ennemies avaient franchi par surprise la frontière. Pour lui, la Russie veut attaquer Kharkiv, la deuxième plus importante ville du pays, à seulement quelques dizaines de kilomètres du front. Les soldats russes avaient déjà échoué dans leur tentative de la prendre en 2022 et Vladimir Poutine a déclaré vendredi ne pas avoir l'intention de vouloir y donner l'assaut "pour l'instant".

Zelensky a reconnu auprès de l'AFP que les effectifs militaires étaient insuffisants. "Il y a un nombre important de brigades qui sont vides", a-t-il dit. Face à ces carences, une législation controversée est entrée en vigueur samedi pour accélérer la mobilisation avec l'abaissement de l'âge minimal de 27 à 25 ans. Vendredi, Zelensky a en outre promulgué une loi permettant de recruter des détenus en échange d'une libération conditionnelle.

Dans son message quotidien aux Ukrainiens samedi soir, Volodymyr Zelensky a cependant souligné que la Russie payait au prix fort ses avancées, et n'avait pas réussi à avancer aussi rapidement qu'elle l'escomptait. "Les envahisseurs perdent leur infanterie et leur matériel, c'est une perte significative", a-t-il dit. La Russie "comptait sur une avancée rapide dans nos terres", comme lors du lancement de l'invasion en 2022, a-t-il souligné. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info