L'aide humanitaire pour l'Ukraine manque de fonds alors même que les besoins augmentent après deux ans de guerre, se désole Karolina Lindholm Billing, représentante de l'agence de l'ONU pour les réfugiés (HCR) dans ce pays.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

ACTIFS RUSSES GELÉS

La secrétaire américaine au Trésor juge "vital et urgent" de trouver un moyen d'utiliser les intérêts des actifs russes gelés dans les pays occidentaux pour aider l'Ukraine, un sujet qui sera au cœur du G7 Finances cette semaine.


"Il est vital et urgent que nous trouvions collectivement un moyen de libérer la valeur des actifs souverains russes immobilisés dans nos juridictions au profit de l'Ukraine", dira mardi Janet Yellen à Francfort (Allemagne), selon des extraits de son discours publiés ce lundi.

SABOTAGE

Neuf personnes ont été récemment interpellées en Pologne, soupçonnées d'actes de sabotage pour le compte des services de renseignement russe, a déclaré ce lundi le Premier ministre polonais Donald Tusk.  "Nous avons actuellement neuf suspects interpellés, mis en état d'accusation, qui ont été directement impliqués au nom des services russes dans des actes de sabotage en Pologne", a-t-il déclaré dans un entretien à la télévision privée TVN24.


"Il s'agit aussi bien de citoyens ukrainiens, biélorusses que polonais", a-t-il poursuivi, ajoutant que parfois ces personnes étaient recrutées dans les milieux criminels. Ces personnes sont notamment accusées de "passages à tabac, d'incendies criminels et de tentatives d'incendie".

FRAPPES CONTRE LA RUSSIE

L'Ukraine doit pouvoir utiliser les armes livrées par les Occidentaux pour frapper la Russie, a estimé dans un entretien à LCI, le ministre lituanien des Affaires étrangères Gabrielius Landsbergis. "Depuis le début, nous avons fait les erreurs de limiter les Ukrainiens (…) parce que cela pourrait être vu comme une escalade", a-t-il déclaré, regrettant que "l'état d'esprit" des Occidentaux soit "dominé par la peur de la Russie".


Selon le chef de la diplomatie lituanienne, "on doit permettre aux Ukrainiens d'employer les équipements qu'on leur a fourni afin qu'ils puissent atteindre des objectifs stratégiques. Ils doivent pouvoir frapper dans le territoire russe, les lignes d’approvisionnement, les unités militaires qui se préparent à attaquer l'Ukraine".

AIDE HUMANITAIRE

L'aide humanitaire pour l'Ukraine manque de fonds alors même que les besoins augmentent après deux ans de guerre, se désole Karolina Lindholm Billing, représentante de l'agence de l'ONU pour les réfugiés (HCR) dans ce pays. 


Dans la région de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, visée depuis le 10 mai par une nouvelle offensive russe, "ce sont les plus vulnérables, les personnes âgées, les veuves avec des enfants, les personnes handicapées qui n'ont pas les ressources ou la capacité de refaire leur vie ailleurs dans le pays qui souffrent vraiment aujourd'hui", a-t-elle expliqué dans un entretien à l'AFP, lors de son passage à Genève. 


Deux ans après l'invasion russe en Ukraine, elle déplore que l'attention de la communauté internationale ait diminué. "Il y a beaucoup moins de ressources pour l'aide humanitaire alors même que les besoins humanitaires augmentent avec les récents développements. Et ce sont les plus vulnérables qui vont supporter le poids de cette réduction du financement et de l'aide", a-t-elle averti. 


Le plan humanitaire 2024 de l'ONU en Ukraine s'élève à 3,1 milliards de dollars cette année, dont 599 millions pour le HCR. Or tant le plan de réponse global que l'appel du HCR n'étaient financés qu'à hauteur d'environ 15% au premier trimestre de l'année, alors que ce même financement atteignait environ 30% à la même période en 2023, a expliqué Mme Lindholm Billing. 


"Ce n'est pas juste", a-t-elle souligné, appelant la communauté internationale à "ne pas s'arrêter" de financer l'aide humanitaire alors que "la guerre continue". 

CONDAMNATION

Un tribunal a condamné un Moscovite à une amende pour s'être teint les cheveux en jaune et bleu, les couleurs de l'Ukraine, nouvel exemple de la répression de toute dissidence en Russie, ont rapporté CE lundi des médias russes.


Selon Mediazona, spécialisé dans les affaires judiciaires liées à la répression, Stanislav Netessov s'était rendu dans un commissariat fin avril après avoir été agressé à un arrêt de bus dans le centre de Moscou par un inconnu qui lui avait volé son téléphone.


Les policiers ont cependant remarqué sa couleur de cheveux et ont ouvert une affaire administrative à son encontre. Début mai, il a été reconnu coupable d'avoir "discrédité" l'armée russe et condamné à une amende de 50.000 roubles (environ 507 euros), selon Mediazona.


Dans un entretien à l'ONG OVD-Info, Netessov a assuré qu'il ne soutenait ni l'Ukraine, ni l'offensive russe et que sa couleur de cheveux était "un accident".

DEUX MORTS DANS DES FRAPPES RUSSES

Deux hommes ont été tués aujourd'hui dans des bombardements dans le sud de l'Ukraine, indiquent les autorités régionales. 


"Un habitant de Kherson a été tué par les bombardements russes", et un autre blessé ce matin, selon le gouverneur régional Oleksandre Prokoudine sur Telegram.


Dans la région de Zaporijia, un homme est mort après une frappe sur un village près du front, selon le gouverneur régional Ivan Federov. 

Urgent

CONQUÊTE DE BILOGORIVKA

La Russie annonce la conquête du village de Bilogorivka, l'un des derniers lui échappant dans la région ukrainienne de Lougansk (est) dont Moscou revendique l'annexion. "A la suite d'opérations de combat, les unités du groupement de troupes Sud ont totalement libéré la localité de Bilogorivka dans la République populaire de Lougansk et occupé des positions plus favorables", a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.


L'Ukraine, en manque d'hommes et de munitions, est sous pression sur une très large partie du front, la Russie ayant lancé le 10 mai une nouvelle offensive par le nord, tout en continuant de multiplier les assauts dans l'est. Le village de Bilogorivka est situé dans la région de Lougansk qui est presque totalement sous le contrôle de la Russie.

UN MORT DANS UNE FRAPPE A KHERSON

Un homme a été tué aujourd'hui lors d'une frappe russe à Kherson, dans le sud de l'Ukraine, indiquent les autorités régionales, et plusieurs autres régions du pays ont été visées par une attaque nocturne de drones. "Un habitant de Kherson a été tué par les bombardements russes", lundi matin, et un homme de 72 ans a été blessé, a indiqué le gouverneur régional Oleksandre Prokoudine sur Telegram.


La ville méridionale de Kherson, au bord du fleuve Dniepr, est régulièrement visée par des bombardements russes. Elle avait été occupée pendant plusieurs mois par l'armée russe en 2022 avant son retrait en novembre de la même année de l'autre côté du fleuve, chaque camp contrôlant désormais une rive.

25 ANS DE PRISON

Un tribunal militaire russe condamne à 25 ans de prison un homme accusé d'avoir été recruté par l'Ukraine pour commettre une attaque incendiaire contre un bureau de recrutement militaire en Sibérie. Dans un communiqué, la cour indique qu'Ilia Babourine a été reconnu coupable d'avoir été en contact avec l'unité ukrainienne Azov, désignée "terroriste" en Russie, et d'avoir incendié sur leur ordre une école à Novossibirsk et planifié une attaque contre un bureau de recrutement militaire dans la même ville.

DRONES

L'armée de l'air ukrainienne a revendiqué, cette nuit, la destruction de 29 drones Shahed-131 et 136 russes. Les appareils ont été détruits dans les régions d'Odessa, Mykokaïv, Poltava et Lviv", a-t-elle indiqué sur Telegram. Les forces armées aériennes ont également affirmé que "les occupants ont attaqué l'oblast de Kharkiv avec un missile balistique", sans préciser s'il avait été intercepté.

KIEV "RENFORCE" SES POSITIONS

Dans sa traditionnelle prise de parole hier soir sur les réseaux sociaux, le président ukrainiens Volodymyr Zelensky, a assuré que Kiev avait "renforcé" ses positions dans la région de Kharkiv. "Nos forces repoussent également efficacement les occupants dans la direction de Donetsk, en particulier près de Chasiv Yar", a-t-il détaillé, affirmant que "les occupants en parviennent pas à atteindre leurs objectifs, qui sont d'étirer nos forces et d'affaiblir l'Ukraine sur un large front allant de la région de Kharkiv à celle de Donetsk". 

AU MOINS 11 MORTS À KHARKIV

Des bombardements dimanche ont fait au moins onze morts dans la région de Kharkiv dans le nord-est de l'Ukraine, visée depuis le 10 mai par une nouvelle offensive russe, ont annoncé les autorités locales. L'assaut terrestre déclenché par l'armée russe dans cette zone frontalière, après une intensification des attaques aériennes, lui a permis d'enregistrer ses gains territoriaux les plus importants depuis fin 2022. La progression russe a désormais été stoppée, affirme Kiev, ce que Moscou réfute.


Dimanche, six personnes, dont une femme enceinte, ont péri et 27 autres ont été blessées lorsqu'un centre de loisirs de la périphérie de Kharkiv, la deuxième plus importante ville ukrainienne, a été atteint par des tirs de missiles en provenance de la région russe voisine de Belgorod, ont déclaré des responsables ukrainiens.

Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré à la guerre en Ukraine. Retrouvez ici les dernières informations sur le conflit.

Des bombardements dimanche ont fait au moins onze morts dans la région de Kharkiv dans le nord-est de l'Ukraine, visée depuis le 10 mai par une nouvelle offensive russe. Dimanche, six personnes, dont une femme enceinte, ont péri et 27 autres ont été blessées lorsqu'un centre de loisirs de la périphérie de Kharkiv, la deuxième plus importante ville ukrainienne, a été atteint par des tirs de missiles en provenance de la région russe voisine de Belgorod, ont déclaré des responsables ukrainiens. Peu après, cinq civils ont perdu la vie et neuf ont été blessés dans des tirs au lance-roquettes multiple sur les villages de Novoossynove et de Kivcharivka, a déploré le gouverneur de la région de Kharkiv, Oleg Synegoubov.

Les militaires russes cherchent de cette manière à "terroriser" la population, a réagi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, réclamant "deux Patriot pour Kharkiv", des systèmes américains de défense antiaérienne qui "modifieront fondamentalement la situation". L'assaut terrestre déclenché par l'armée russe autour de Kharkiv, après une intensification des attaques aériennes, lui a permis d'enregistrer ses gains territoriaux les plus importants depuis fin 2022. La progression russe a désormais été stoppée, affirme Kiev, ce que Moscou réfute.

Dans son message du soir, dimanche, il a affirmé que les défenses dans cette partie de l'Ukraine avaient été renforcées : "Ces jours-ci, toute la semaine, nous avons acquis des positions plus solides dans la région de Kharkiv", a-t-il martelé. L'état-major de l'armée ukrainienne avait estimé quelques heures plus tôt que les assauts des Russes dans la région de Kharkiv avaient "un peu ralenti" mais que ceux-ci poursuivaient leurs efforts en vue de "percer" près de Vovtchansk, Starytsia et Lyptsi. 

Les unités russes "continuent d'avancer dans la profondeur des défenses ennemies", ont parallèlement signalé les militaires russes, qui disent s'être emparés de Starytsia.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info