Au moins sept personnes ont été tuées jeudi dans des frappes russes sur la ville de Kharkiv, où les bombardements se multiplient ces derniers jours.
"Les terroristes russes profitent du fait que l'Ukraine ne dispose pas d'une protection suffisante en matière de défense antiaérienne", souligne Volodymyr Zelensky, dénonçant la "faiblesse" de la communauté internationale.
Suivez les dernières informations en direct.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

LA POLOGNE ET LA GRÈCE VEULENT UN "BOUCLIER" ANTI-AÉRIEN EN EUROPE

La Pologne et la Grèce ont demandé ce jeudi à l'Union européenne de se doter d'un "bouclier" anti-aérien, afin de mieux se protéger, en pleine guerre entre la Russie et l'Ukraine, selon un communiqué conjoint des deux pays. "L'Europe sera sûre aussi longtemps que le ciel au-dessus de sa tête sera sûr", ont indiqué le Premier ministre polonais Donald Tusk et son homologue grec Kyriakos Mitsotakis, dans une lettre commune adressée à la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

DEUX RESPONSABLES DE L'ARMÉE RUSSE ARRÊTÉS POUR CORRUPTION ET "ABUS DE POUVOIR"

Un haut responsable de l'état-major russe et un militaire en charge des commandes publiques de la Défense ont été placés en détention provisoire, respectivement pour corruption et "abus de pouvoir", ont annoncé jeudi les enquêteurs. Depuis fin avril, en comptant ces deux nouvelles arrestations, au moins cinq généraux ou responsables ont été arrêtés en Russie. 


Le ministre de la Défense a lui-même été remplacé le 12 mai lors d'un remaniement surprise. Le Kremlin a démenti jeudi toute campagne de purges, assurant qu'il s'agissait d'une opération anti-corruption assez classique. Le secteur de la défense russe est miné par les scandales de corruption depuis de nombreuses années. Mais depuis fin avril, les arrestations se multiplient, touchant aussi bien le ministère de le Défense que le commandement militaire.

POUTINE AUTORISE LA CONFISCATION D’ACTIFS LIÉS AUX ÉTATS-UNIS

Le président russe Vladimir Poutine a signé un décret ce jeudi autorisant la confiscation en Russie d'actifs appartenant aux Etats-Unis ou aux personnes leur étant "associées", une réplique aux sanctions adoptées par les Occidentaux. Le texte, publié sur le site officiel des normes juridiques russes, donne la possibilité aux entreprises et particuliers russes de saisir les tribunaux pour obtenir une compensation si leurs actifs étaient saisis au Etats-Unis. En cas de feu vert de la justice, une commission gouvernementale devra alors trouver des actifs américains en Russie et les proposer aux requérants en tant que compensation.


Si de nombreuses entreprises occidentales ont quitté la Russie depuis le lancement de l'assaut contre l'Ukraine en février 2022, d'autres continuent d'y faire des affaires, y compris des sociétés américaines ou ayant des liens avec les Etats-Unis, qui tombent désormais sous la menace de ce décret.

NOUVEAU BILAN DES BLESSÉS À KHARKIV, AUTRES FRAPPES À PROXIMITÉ

Le nombre de victimes des bombardements à Kharkiv - qui ont causé la mort d'au moins sept personnes - s’élève désormais à 20 blessés, ont indiqué les services de secours dans l'après-midi.  Par ailleurs, sept personnes ont été blessées par une frappe sur le centre de Lioubotyn, une ville située à l'ouest de Kharkiv, une attaque qui a également endommagé un parc, des magasins et des véhicules, d'après le parquet régional.


En milieu d'après-midi, au moins 13 personnes ont également été blessées dans une frappe aérienne sur la ville de Dergatchi, au nord-ouest de Kharkiv, a indiqué le gouverneur régional, Oleg Synegoubov.

UN BILAN RÉÉVALUÉ À LA HAUSSE À KHARKIV

Le bilan a été réévalué à la hausse suite à une série de frappes russes sur Kharkiv ce jeudi, alors qu'une offensive terrestre russe est en cours dans la région. Le maire de Kharkiv, Igor Terekhov, avait d'abord fait état d'au moins un mort, six blessés et trois disparus. Finalement, le gouverneur régional a fait savoir qu'au moins sept personnes avaient été tuées et 16, blessées.

LA PRISE D'UN VILLAGE UKRAINIEN

En pleine offensive terrestre dans la région de Kharkiv, l'armée russe revendique la prise du village ukrainien d'Andriïvka, à une dizaine de kilomètres au sud de Bakhmout. "Les unités du groupe Sud (...) ont libéré la localité d'Andriïvka", a indiqué le ministère russe de la Défense, qui avait déjà annoncé la veille la prise d'un village voisin, Klichtchiïvka.

ACTIFS RUSSES GELÉS

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a appelé les pays du G7 à être "plus ambitieux" dans l'utilisation des actifs russes gelés par les pays occidentaux pour aider l'Ukraine. "Nous soutenons la décision de l’UE d’utiliser les bénéfices exceptionnels générés par ces actifs, mais nous devons aussi poursuivre nos efforts collectifs en faveur d'options plus ambitieuses, en prenant en compte tous les risques associés et en agissant ensemble", a-t-elle déclaré lors du G7 Finances à Stresa, en Italie.

"UNE ATTAQUE EXTRÊMEMENT BRUTALE"

Sur le réseau social X, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a commenté l'attaque russe qui a frappé ce matin Kharkiv, évoquant une attaque "extrêmement brutale" et rappelant que l'Ukraine pâtit toujours d'une défense antiaérienne efficace. "Je suis reconnaissant envers tous ceux qui nous aident. Mais nous avons besoin de plus de détermination, en particulier de la part des dirigeants mondiaux", a-t-il insisté.

FRAPPES RUSSES SUR KHARKIV

Le maire de Kharkiv, Igor Terekhov, a fait savoir que des frappes russes sur la 2e ville ukrainienne a fait au moins un mort et six blessés, en pleine offensive russe dans la région. "Une frappe a touché une entreprise privée. Selon les premières informations, il y a un mort, six blessés" et trois disparus, a-t-il annoncé sur les réseaux sociaux, faisant état "d'un important incendie".

DEUX MORTS SUITE À DES FRAPPES UKRAINIENNES

Deux personnes sont mortes dans des frappes ukrainiennes, ont rapporté les autorités locales. Dans la région de Belgorod, une femme a été tuée dans le village de Krassnyï Vostok lorsqu'un drone ukrainien, après avoir été abattu par la défense anti-aérienne russe, s'est écrasé sur une maison en détruisant l'étage supérieur, a indiqué sur Telegram le gouverneur régional Viatcheslav Gladkov.


Dans la région ukrainienne de Donetsk, partiellement contrôlée par la Russie, un homme a été tué lorsque sa voiture a été touchée par une frappe ukrainienne sur la ville de Gorlivka, a affirmé sur Telegram le maire installé par les autorités russes, Ivan Prikhodko.

11.000 ÉVACUÉS PRÈS DE KHARKIV

Sous la poussée russe, les évacuations ont eu lieu en nombre autour de Kharkiv. Ce jeudi, le gouverneur de la région a fait savoir que près de 11.000 personnes ont été contraintes de quitter leur domicile depuis l'offensive terrestre russe lancée le 10 mai dans cette zone. "Au total, 10.980 personnes ont été évacuées", a déclaré Oleg Synegubov, le gouverneur de la région de Kharkiv, sur la messagerie Telegram. "Nos défenseurs mènent une bonne riposte", ajoute le communiqué.

ARRESTATION D'UN HAUT RESPONSABLE DE L'ÉTAT-MAJOR RUSSE

Un haut responsable de l'état-major russe a été placé en détention provisoire pour corruption, ont rapporté les médias russes, alors que les arrestations de généraux se multiplient en Russie suite au changement de ministre de la Défense.


Chef adjoint de l'état-major en charge des communications, le général Vadim Chamarine a été placé en détention provisoire pour deux mois par un tribunal militaire mercredi, ont rapporté les médias russes. Il est accusé d'avoir "accepté un pot-de-vin particulièrement important" dans ce secteur de la défense miné par les scandales de corruption.

UNE NOUVELLE FRONTIÈRE FERMÉE AUX TOURISTES RUSSES

La Norvège a annoncé la prochaine fermeture de sa frontière aux touristes russes, les privant du dernier point d'accès direct dans l'espace Schengen. Le pays scandinave, qui partage une frontière terrestre de 198 km avec la Russie dans l'Arctique, emboîte ainsi le pas à l'Union européenne - dont il n'est pas membre - qui avait pris une mesure similaire dans le sillage de l'invasion russe de l'Ukraine.


"La décision de durcir les règles d'entrée est conforme à l'approche norvégienne consistant à se tenir aux côtés de ses alliés et partenaires en réponse à la guerre d'agression illégale de la Russie contre l'Ukraine", a justifié la ministre de la Justice, Émilie Enger Mehl, dans un communiqué.

POINT DE SITUATION

Retrouvez ci-dessous un résumé des informations majeures liées au conflit de ces dernières 24 heures :

  • Des enfants ukrainiens de retour : les autorités russes ont remis à leurs proches six enfants ukrainiens retenus en Russie suite à une médiation du Qatar. Les garçons, âgés de 6 à 17 ans, ont été remis à leurs familles dans l'enceinte de l'ambassade du Qatar à Moscou. L'Ukraine réclame le retour de près de 20.000 mineurs "déportés ou déplacés de force" en Russie depuis le début de son assaut le 24 février 2022.
  • La Russie avance sur le front : l'armée russe a revendiqué avoir capturé Klichtchiïvka, un village de la région de Donetsk (Est) que l'Ukraine avait reconquis en septembre 2023, lors de son offensive estivale ayant finalement échoué. L'armée russe a l'initiative et mène depuis plusieurs mois une poussée sur le front Est, où elle a multiplié les succès tactiques et conquis une série de localités, notamment la ville-forteresse d'Avdiïvka, en février.
  • Attaque de drone russe dans la région de Kharkiv : une frappe russe a tué un policier ukrainien et en a blessé un autre à Vovtchansk, une ville au cœur des combats dans la région de Kharkiv (nord-est), où Moscou mène une offensive depuis le 10 mai.
  • Frappes ukrainiennes en Russie : trois personnes ont été tuées et plus d'une quinzaine, blessées, dans des frappes ukrainiennes en Russie et dans les territoires occupés de l'est de l'Ukraine, ont affirmé les autorités locales.
  • Mobilisation de détenus ukrainiens : un tribunal ukrainien a ordonné la libération des premiers détenus s'étant portés volontaires pour combattre dans l'armée, en vertu d'une nouvelle loi visant à mobiliser plus de soldats pour lutter contre l'invasion russe. Selon les autorités ukrainiennes, plus de 3000 détenus ont émis la volonté de rejoindre l'armée en échange d'une libération.
  • Nouveau cas de corruption : les services anticorruption d'Ukraine ont accusé l'ancien chef adjoint du cabinet du président ukrainien Volodymyr Zelensky d'enrichissement illégal pour une valeur de près de 400.000 dollars. Depuis le début de l'assaut russe contre l'Ukraine en février 2022, plusieurs affaires de corruption à grande échelle ont été mises au jour dans ce pays, y compris au sein des forces armées et de structures gouvernementales.
  • Une arme spatiale russe : le Pentagone a accusé Moscou d'avoir lancé une arme spatiale et de l'avoir déployée sur la même orbite qu'un satellite du gouvernement américain, a-t-il annoncé. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a refusé de commenter les informations selon lesquelles Moscou aurait lancé une arme spatiale.

BONJOUR

Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré à la guerre en Ukraine. Retrouvez ici toutes les informations liées au conflit initié par la Russie il y a plus de deux ans.

Apporter du soutien sur le front. Quitte à le trouver dans les prisons. Un tribunal ukrainien a ordonné mercredi la libération des premiers détenus s'étant portés volontaires pour combattre dans l'armée, en vertu d'une nouvelle loi visant à mobiliser plus de soldats pour lutter contre l'invasion russe.

Selon les autorités ukrainiennes, plus de 3.000 détenus ont émis la volonté de rejoindre l'armée en échange d'une libération. Un tribunal de la ville de Khmelnytsky, dans l'ouest du pays, a indiqué avoir approuvé mardi la libération de deux d'entre eux, un homme né en 2000 et un autre autre en 1981, tous deux condamnés pour vol, pour rejoindre la Garde nationale ukrainienne.

Début mai, les députés ukrainiens ont adopté une loi, signée dans la foulée par le président Volodymyr Zelensky, permettant à certaines catégories de prisonniers d'aller combattre sur le front en échange d'une libération conditionnelle. Elle ne concerne pas les détenus condamnés pour certains crimes graves, notamment les homicides volontaires de plus de deux personnes, les violences sexuelles, les atteintes à la sécurité nationale ou des condamnations pour corruption.

En Russie, à partir de 2022, la société paramilitaire Wagner avait recruté dans les prisons russes des dizaines de milliers de détenus qui ont ensuite été décimés lors d'attaques extrêmement meurtrières, notamment lors de la bataille de Bakhmout.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info