Après des frappes ayant endommagé une cathédrale historique d'Odessa, la France a accusé lundi la Russie de "viser délibérément des infrastructures civiles et les sites d’une ville classée au patrimoine mondial de l'Humanité".
Au moins un enfant a été tué et six personnes blessées lundi dans un bombardement russe sur la ville de Kostiantynivka, dans l'est de l'Ukraine.
Suivez les dernières informations sur le conflit.

Régulièrement visée par des frappes russes, Odessa, sur la mer Noire, dont le centre historique a été inscrit en début d'année par l'Unesco au patrimoine mondial de l'Humanité, a été la cible d'une nouvelle attaque nocturne qui a fait deux morts et 22 blessés, dont au moins quatre enfants, selon les autorités ukrainiennes. Ce dimanche 23 juillet, l'Ukraine a promis, des "représailles".

Concernant Wagner, le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, a assuré dimanche à Vladimir Poutine, au cours d'un rendez-vous près de Saint-Pétersbourg (Russie) qu'il "gardait" le groupe paramilitaire russe dans le centre de la Biélorussie, quelques semaines après l'arrivée dans ce pays de plusieurs de ses combattants. 

Ce live est à présent terminé. 

DES FRAPPES RUSSES "TOUT PRÈS DE LA ROUMANIE"


Le président roumain Klaus Iohannis a dénoncé "les graves risques pour la sécurité en mer Noire" après le bombardement par la Russie d'infrastructures portuaires sur le Danube, à la frontière de la Roumanie et de la Moldavie. "Je condamne fermement les récentes attaques russes contre les infrastructures civiles ukrainiennes sur le Danube, tout près de la Roumanie", un pays membre de l'Otan, a-t-il écrit sur Twitter.


Plus tôt dans la journée, un Roumain avait diffusé sur les réseaux sociaux des images montrant une explosion sur la rive opposée du Danube. Le port ukrainien de Reni semblait avoir été frappé. Les autorités ukrainiennes ont fait état d'une attaque de quatre heures menée par des drones russes contre des équipements portuaires dans la région d'Odessa, dans le sud de l'Ukraine.

DISCUSSIONS ENTRE LA BIELORUSSIE ET WAGNER


Les autorités de Biélorussie ont indiqué avoir évoqué les "menaces et les défis" aux frontières de leur pays limitrophe de l'Ukraine et la Pologne avec le groupe paramilitaire Wagner qui s'y est exilé après sa rébellion avortée en Russie.


Le ministre biélorusse de l'Intérieur, Ivan Koubrakov, a rencontré des commandants de Wagner dans un centre de formation et élaboré avec eux "un plan d'action clair" pour la formation des forces de Minsk par les paramilitaires russes.


"Compte tenu de la situation difficile près des frontières de la république, il est particulièrement important d'être prêt à répondre aux éventuels défis et menaces", a-t-il ajouté, cité dans un communiqué de son ministère.

ZELENSKY INDIGNÉ


Le président Volodymyr Zelensky a jugé lundi "inacceptable" l'éventualité d'une prolongation des restrictions à l'exportation des céréales ukrainiennes au sein de l'UE, comme le réclament cinq pays voisins de l'Ukraine afin de protéger leurs agriculteurs.


"Toute extension des restrictions est absolument inacceptable et franchement anti-européenne. L'Europe a la capacité institutionnelle d'agir plus rationnellement plutôt que de fermer la frontière à une marchandise particulière", a déclaré M. Zelensky dans son intervention quotidienne diffusée sur les réseaux sociaux.

UN ENFANT TUÉ DANS L'EST


Au moins un enfant a été tué et six personnes blessées lundi dans un bombardement russe sur la ville de Kostiantynivka, dans l'est de l'Ukraine, a annoncé sur Telegram le gouverneur régional Pavlo Kyrylenko.


Selon lui, les forces russes ont tiré des roquettes Smertch sur "un étang local, où les gens se reposaient". Trois enfants figurent parmi les blessés, selon la même source.

UN JOURNALISTE BLESSÉ DANS UNE ATTAQUE DE DRONES


Un journaliste vidéo de l'AFP a été blessé par une attaque de drone alors qu'il effectuait un reportage sur une position d'artillerie ukrainienne près de Bakhmout, dans l'est de l'Ukraine. Dylan Collins, un Américain de 35 ans basé au Liban et qui se trouvait en mission en Ukraine, a reçu de multiples blessures causées par des éclats lors de cette attaque survenue dans une zone boisée près de Bakhmout.


Il a été évacué vers un hôpital à proximité où il est soigné. Selon les médecins, ses jours ne sont pas en danger. Dylan Collins est conscient et parle à ses collègues. "Nous enquêtons sur toutes les circonstances de cet incident. Nos pensées sont avec Dylan et à ses proches", a déclaré la directrice Europe de l'AFP, Christine Buhagiar, dans un communiqué.

PARIS ACCUSE MOSCOU DE VISER "DÉLIBÉRÉMENT" PATRIMOINE ET SITES CIVILS


La France a accusé lundi la Russie de "viser délibérément des infrastructures civiles et les sites d'une ville classée au patrimoine mondial de l'humanité", après des frappes ayant endommagé une cathédrale historique de la ville ukrainienne d'Odessa et détruit un hangar à céréales. Avec ces frappes visant le patrimoine et des sites civiles, "la Russie se livre à une double violation du droit international humanitaire", selon le ministère français des Affaires étrangères, qui dénonce "des crimes de guerre".

MOSCOU ENVISAGE DE "SÉVÈRES REPRÉSAILLES"


La Russie se donne le droit de mener de "sévères représailles" après les attaques de drones attribuées à l'Ukraine ayant visé lundi la ville de Moscou et la péninsule annexée de Crimée, a déclaré la diplomatie russe dans un communiqué. "Nous considérons ces évènements comme un nouveau recours à des méthodes terroristes (...) pour intimider la population civile", a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères, en accusant les Occidentaux "d'être derrière" les "actes effrontés" de Kiev.

L'ATTAQUE SUR MOSCOU, "UNE OPÉRATION SPÉCIALE" DE KIEV


L'attaque de deux drones ayant visé la capitale russe Moscou, lundi dans la matinée, était "une opération spéciale" de Kiev, a affirmé une source au sein de la Défense ukrainienne. "L'attaque de drones contre Moscou aujourd'hui était une opération spéciale du GUR", le renseignement militaire au sein du ministère ukrainien de la Défense, a indiqué à l'AFP cette source ayant requis l'anonymat.

MOSCOU DÉMENT AVOIR VISÉ LA CATHÉDRALE D'ODESSA


Le Kremlin a démenti lundi avoir frappé la cathédrale de la Transfiguration d'Odessa, ravagée pendant la nuit de samedi à dimanche par des tirs ayant touché le centre historique de la ville. "Nos forces armées ne frappent jamais des infrastructures sociales et encore moins des églises (...) Nous démentons ces accusations, c'est absolument faux. Il s'agit ici de tirs anti-missiles (ukrainiens) qui ont été lancés et ont détruit la cathédrale", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

"COMME SI NOUS VIVIONS SUR UNE POUDRIÈRE"


Bien que libérée en septembre 2022 par l'armée ukrainienne, Koupiansk demeure sous le feu permanent des troupes russes. LCI est allée au contact des habitants de cette ville de la région de Kharkiv, où Moscou a renforcé son contingent militaire.

LE RÉCAP' DES 24 DERNIÈRES HEURES


Au lendemain du pilonnage d'Odessa, Moscou a été visée lundi par une attaque nocturne de drones ukrainiens. Retenus en Biélorussie depuis leur coup de force raté contre le Kremlin, les mercenaires de Wagner auraient envie d'aller faire une excursion en Pologne. Les faits marquants de ces dernières 24 heures.

KIEV DIT AVOIR "LIBÉRÉ" PLUS DE 16 KM2 LA SEMAINE DERNIÈRE


Kiev a affirmé lundi avoir repris plus de 16 km2 aux forces russes la semaine dernière dans l'est et le sud du pays, près de deux mois après le début d'une contre-offensive censée repousser les Russes hors d'Ukraine. "Au cours de la semaine (...), dans le secteur de Bakhmout, quatre km2 ont été libérés" et "12,6 km2" dans le sud, a déclaré la vice-ministre ukrainienne de la Défense, Ganna Maliar, à la télévision ukrainienne.

LES DÉCLARATIONS D'A. LOUKACHENKO SUR WAGNER SONT "LUNAIRES"


Après la rencontre entre Vladimir Poutine et Alexandre Loukachenko ce week-end à Saint-Pétersbourg, le général Olivier de Bavinchove, invité de LCI ce matin, juge que les déclarations du président biélorusse sont "lunaires". "Bien sûr, que je les garde dans le centre du Bélarus, comme nous en avions convenu", avait indiqué dimanche Loukachenko face au président russe au sujet des mercenaires, affirmant toutefois avoir noté "leur mauvaise humeur". L'accueil de Wagner par la Biélorussie "est un sujet d'inquiétude qui transparaissait à l'écran", estime Olivier de Bavinchove.

"LA MER NOIRE EST DEVENUE UNE ZONE DE BELLIGÉRANCE"


Invité de la matinale de LCI ce matin, le général Olivier de Bavinchove, ex-chef d'état-major de la force internationale de l'Otan, estime que "la mer Noire est clairement devenue une zone de belligérance", après les récentes menaces de Moscou de prendre pour cible militaire l'ensemble des navires civils présents dans la zone.

UN DÊPOT DE MUNITIONS VISÉ PAR KIEV EN CRIMÉE


Un dépôt de munitions a été touché lors d'une attaque ukrainienne de drones en Crimée, a rapporté le gouverneur installé par Moscou dans la péninsule annexée par Moscou. "Dans le ciel au-dessus de la Crimée, 11 drones ennemis ont été abattus par les forces de défense aériennes et neutralisés", a indiqué Sergueï Aksionov sur Telegram, ajoutant qu'un "dépôt de munitions" avait été touché dans le district de Djankoï et que les débris d'un drone avaient endommagé une maison.

DEUX DRONES UKRAINIENS "SE SONT ÉCRASÉS" À MOSCOU


La Russie a dit lundi avoir "neutralisé" deux drones ukrainiens à Moscou durant la nuit. "Le matin du 24 juillet, une tentative du régime de Kiev de commettre un acte terroriste en utilisant deux drones sur des objets (situés) sur le territoire de la ville de Moscou a été stoppée", a déclaré le ministère russe de la Défense. "Deux drones ukrainiens ont été neutralisés et se sont écrasés. Il n'y a pas de victimes."

DES "FRAGMENTS D'UN DRONE" RETROUVÉS À MOSCOU


Les "fragments d'un drone" ont été découverts à Moscou tôt lundi sur un axe important près du ministère russe de la Défense, a rapporté Tass. "Les fragments d'un drone ont été trouvés sur Komsomolsky Prospekt à Moscou, nous ont indiqué les services d'urgence", a fait savoir l'agence publique russe.

UN HANGAR À GRAINS DÉTRUIT DANS UNE ATTAQUE RUSSE


Une attaque russe de drones a ciblé une infrastructure portuaire ukrainienne dans la région d'Odessa et détruit un hangar à grains, a indiqué lundi le commandement opérationnel ukrainien pour le sud du pays.  "Cette nuit, une attaque de près de quatre heures (menée) par des drones Shahed-136 a été dirigée sur une infrastructure portuaire", a indiqué l'armée de Kiev sur Facebook. "Un hangar à grains a été détruit et des réservoirs de stockage d'autres cargaisons ont été endommagés", a-t-elle ajouté.

BIENVENUE


Bonjour à toutes et à tous. Bienvenue sur TF1info pour suivre les dernières actualités autour de la guerre en Ukraine, débutée le 24 février 2022. Bon lundi. 

Le dirigeant biélorusse, présenté comme ayant été le médiateur entre le Kremlin et Evguéni Prigojine au moment de la rébellion avortée de Wagner fin juin, s'est ensuite affiché aux côtés de Vladimir Poutine lors d'un bain de foule rare pour les deux dirigeants, à Kronstadt, près de Saint-Pétersbourg. Les deux hommes ont posé avec des badauds visiblement enthousiastes.

Alexandre Loukachenko a par ailleurs accusé Varsovie de vouloir "transférer des territoires" de l'ouest de l'Ukraine à la Pologne. Le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, a dénoncé des "tentatives futiles" visant à "creuser un fossé entre Kiev et Varsovie". "Contrairement à la Russie, la Pologne et l'Ukraine ont appris (les enseignement, ndlr) de l'Histoire et resteront toujours unies contre l'impérialisme russe et le non-respect du droit international", a assuré le ministre ukrainien sur Twitter.

"Il n'y a pas de contre-offensive" ukrainienne, a aussi lâché Alexandre Loukachenko. Vladimir Poutine l'a alors interrompu et a lancé : "Il y en a une mais elle a échoué".

>> Retrouvez les dernières infos dans le fil ci-dessus.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info