La Russie a lancé vendredi une offensive terrestre dans la région de Kharkiv, annonce les autorités ukrainiennes.
Dans la soirée, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a rapporté des "combats intenses" sur toute la ligne de front.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

INTENSIFICATION PROBABLE DES ATTAQUES RUSSES

La Russie "va certainement intensifier ses attaques et engager davantage de soldats" dans le nord-est de l'Ukraine "ces prochaines semaines", et essayer d'installer une "zone tampon" le long de la frontière, a averti vendredi un porte-parole de la Maison Blanche.


"Nous ne prévoyons pas d'avancées majeures" des troupes russes, a toutefois ajouté John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, en ajoutant: "Nous avons confiance dans les forces ukrainiennes et nous travaillons sans relâche pour leur faire parvenir (...) les armes dont elles ont besoin pour se défendre contre ces attaques".

DES "COMBATS INTENSES" SELON ZELENSKY

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a rapporté des "combats intenses" sur toute la ligne de front, alors que la Russie a lancé vendredi une offensive terrestre d'envergure dans le nord-est de l'Ukraine.


"Il y a des combats intenses le long de toute la ligne de front", a déclaré M. Zelensky dans un message diffusé sur les réseaux sociaux après avoir été tenu informé de la situation par le commandant en chef des forces armées. "Nous avons discuté d'actions défensives et (des moyens) de renforcer nos positions dans la région de Kharkiv", (nord-est), a-t-il ajouté.

ATTAQUES TERRESTRES

Vendredi soir, l'État-major ukrainien a indiqué que la Russie avait mené dans la région de Kharkiv cinq attaques terrestres près des localités de Krasné, Morokhovets et Oliinykové, frontalières de la Russie, ainsi qu'un peu plus à l'est près de celle de Gatychtché.

AIDE DES AMÉRICAINS

Ce nouvel envoi américain contient des armes dont l'Ukraine a un besoin "urgent", a indiqué le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, dans un communiqué. Il s'agit entre autres de munitions pour les systèmes de défense anti-aérienne de type Patriot notamment, de missiles pour les lance-missiles Stinger, d'obus de 155 et 105 mm, de missiles Javelin, de véhicules blindés Bradley, de bateaux de patrouille ainsi que de grenades et de pièces détachées.

AIDE MILITAIRE AMÉRICAINE

La Maison Blanche a annoncé vendredi une aide militaire de 400 millions de dollars, sous forme d'équipement et d'aide à la formation, pour "porter assistance à l'Ukraine", selon un communiqué. Cette nouvelle enveloppe est dévoilée au moment où la Russie vient de lancer une offensive terrestre dans la région de Kharkiv, dans le nord-est du pays.

DEUX MORTS ET DEUX BLESSÉS DANS LA RÉGION DE DONETSK

Le parquet ukrainien a indiqué que deux civils avaient été blessés vendredi dans la région de Donetsk, lors d'un bombardement russe. Selon la même source, deux civils ont par ailleurs tués par une frappe d'artillerie ennemie dans le village de Yelyzavetivka, près de la ville de Pokrovsk, toujours dans la région de Donetsk.

24 HEURES AVANT L'OFFENSIVE RUSSE

Avant le début de l'offensive russe dans la région de Kharkiv ce vendredi, à quelques kilomètres de la frontière, les habitants vivaient déjà au rythme des bombardements quotidiens. Dans un village proche de la frontière, dans le nord de Kharkiv, un habitant rencontré par LCI parle d'une intensification des frappes depuis plusieurs semaines.


Dans la région, les Ukrainiens dressent des fortifications, particulièrement visées par les drones de l'armée russe, et qui sont érigées pour freiner les chars russes. Regardez le reportage, tourné 24 heures avant l'offensive russe, par les envoyées spéciales de LCI, Charline Hurel et Charlotte Lefetey.

LCI sur le terrain : au nord de Kharkiv, la menace russeSource : TF1 Info

"TOUS NOS PARTENAIRES NE RESPECTENT PAS LES ACCORDS DANS LES DÉLAIS"

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a rencontré vendredi la présidente slovaque Zuzana Čaputová et l'a remerciée pour sa "détermination et son leadership moral pendant cette guerre". 


"J'ai informé la présidente Čaputová des tentatives russes d'étendre leur offensive dans les régions de Donetsk et de Kharkiv, ainsi que de nos besoins en matière de défense pour contrer les efforts des occupants", a-t-il écrit sur son compte X, soulignant par ailleurs que selon lui, "tous [leurs] partenaires ne respectent pas les accords dans les délais". "Nous avons besoin d'une concentration maximale des amis de l'Ukraine pour accélérer les approvisionnements", a-t-il affirmé sur X.

L'APPEL DE BERLIN

Le ministère allemand des Affaires étrangères a appelé vendredi à "assurer le soutien" à l'Ukraine face à l'offensive russe sur Kharkiv, dans le nord-est du pays.


"Les habitants de Kharkiv continuent de résister courageusement aux bombardements constants de la Russie. Votre courage appelle notre solidarité. Avec nos partenaires, nous sommes aux côtés de l'Ukraine et devons assurer le soutien nécessaire à sa défense", écrit le ministère sur X.

DES "ACTIONS OFFENSIVES" REPOUSSÉES

Le gouverneur de la région de Kharkiv, Oleg Synegoubov, a maintenu vendredi que "toutes les actions offensives" avaient été repoussées et qu'il n'y avait "pas de perte de territoire". Il a néanmoins affirmé, lors d'une interview diffusée à la télévision nationale, que des "combats actifs" avaient lieu à "1 ou 2 kilomètres" de la frontière russe.

LE POINT SUR L'OFFENSIVE RUSSE À KHARKIV

Moscou tente de "percer les lignes de défense" ukrainiennes, a annoncé ce vendredi le ministère de la Défense ukrainien. La Russie veut créer une "zone tampon" dans la région de Kharkiv afin de protéger la région russe de Belgorod, estime l'Ukraine. Des habitants de Vovtchansk ont été évacués. Le point dans notre article ci-dessous.

LA SITUATION SUR PLACE

En direct de Kharkiv, l'envoyée spéciale de LCI, Charline Hurel, décrit une situation sur place "très complexe à comprendre". Selon l'administration régionale, à 15h, aucun village n'était sous le contrôle russe. Plus de détails dans ce duplex ci-dessous, diffusé sur LCI ce vendredi.

Offensive russe à Kharkiv : la situation sur placeSource : TF1 Info

DES MAISONS DÉTRUITES PAR LES BOMBARDEMENTS

Les bombardements dans la région de Kharkiv ont détruit plusieurs maisons, comme on le voit ci-dessous dans un cliché capturé par la police ukrainienne.

Cette photographie prise et publiée par la police nationale ukrainienne le 10 mai 2024 montre des employés des services d'urgence de l'État éteignant les incendies de maisons privées détruites par un bombardement à Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine.
Cette photographie prise et publiée par la police nationale ukrainienne le 10 mai 2024 montre des employés des services d'urgence de l'État éteignant les incendies de maisons privées détruites par un bombardement à Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine. - HANDOUT / NATIONAL POLICE OF UKRAINE / AFP

LE DÉROULÉ DE L'OFFENSIVE RUSSE

L'opération russe de grande ampleur autour de la région de Kharkiv a débuté vers 5h du matin, ce vendredi. Les véhicules blindés russes sont arrivés de l'oblast frontalier de Belgorod. Retrouvez le déroulé de cette offensive dans la vidéo ci-dessous.

Offensive russe en cours dans la région de KharkivSource : TF1 Info

DEUX MORTS ET CINQ BLESSÉS

Un civil a été tué et cinq autre blessés à Vovtchansk lors de frappes pendant la matinée, a affirmé le gouverneur régional, ajoutant qu'un autre civil avait été tué lors d'une frappe dans la localité de Tcherkaski Tychky, au nord de Kharkiv.


Des évacuations de civils ont été ordonnées autour de Vovtchansk, a précisé un responsable local. "La ville (de Vovtchansk) est actuellement sous des bombardements massifs. Les résidents n'avaient pas vu de telles frappes auparavant", a-t-il affirmé au média ukrainien Hromadske Radio.

ZELENSKY ÉVOQUE UNE "BATAILLE FÉROCE" À KHARKIV

Volodymyr Zelensky fait état d'une "bataille féroce" dans la région de Kharkiv, où une offensive terrestre des forces russes est en cours. "La Russie a lancé une nouvelle vague d'actions de contre-offensive dans cette direction", a indiqué le président ukrainien lors d'une conférence de presse, tout en assurant que son état-major "le savait" et s'y était préparé.

ÉVACUATION DE 3000 PERSONNES

Suite à l'offensive terrestre de la Russie, des évacuations ont été lancées à Vovtchansk, où vivent environ 3000 personnes, et dans des localités voisines de la région de Kharkiv, en raison de "bombardements massifs", a indiqué Tamaz Gambarachvili, chef de l'administration militaire locale.

UNE "ZONE TAMPON"

La Russie, qui vient de lancer une offensive terrestre dans la région frontalière de Kharkiv, cherche à créer une "zone tampon" pour empêcher l'Ukraine de frapper la région russe de Belgorod, très régulièrement ciblée, a indiqué une source au sein du commandement militaire ukrainien.

OPÉRATION RUSSE EN COURS

La Russie a lancé vendredi une offensive terrestre dans la région de Kharkiv (nord-est) et tenté de "percer les lignes de défense" ukrainiennes, a annoncé le ministère de la Défense ukrainien, affirmant que des combats se poursuivaient.


Les forces de Moscou "se sont enfoncées d'un kilomètre dans le territoire ukrainien" et essaient d'avancer encore, a déclaré, en parallèle, une source haut placée dans le commandement militaire ukrainien. Une importante partie de la région de Kharkiv avait été occupée puis libérée en 2022. L'Ukraine s'inquiétait depuis plusieurs semaines d'une potentielle nouvelle offensive russe dans la zone.

POINT DE SITUATION

Retrouvez ci-dessous les principales informations liées au conflit de ces dernières 24 heures :

  • Menaces nucléaires de Vladimir Poutine : lors de son discours sur la place Rouge pour la parade militaire du 9 mai, le dirigeant russe a rappelé que les forces nucléaires stratégiques russes étaient "toujours" prêtes au combat. "La Russie fera tout pour éviter un affrontement mondial. Mais, dans le même temps, nous ne permettrons pas que l'on nous menace", a précisé Vladimir Poutine.
  • De commandant en chef des armées à ambassadeur : Valery Zaloujny, très populaire commandant en chef des armées ukrainiennes jusqu'à son limogeage en février dernier, a été officiellement nommé ambassadeur au Royaume-Uni, allié clé de Kiev dans sa guerre contre la Russie.
  • L'Europe doit "tenir" ses promesses : en déplacement à Kiev, la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, a exhorté l'Europe à fournir l'aide promise à l'Ukraine et à "intensifier" encore son soutien face à l'invasion russe.
  • Limogeage du chef de sécurité de Zelensky : le président ukrainien a renvoyé le chef de sa sécurité personnelle, deux jours après que les autorités ukrainiennes ont affirmé avoir déjoué un complot russe visant à assassiner le dirigeant et plusieurs hauts responsables militaires. 
  • Bombardements russes à Nikopol : dans le sud de l'Ukraine, deux personnes ont été tuées à Nikopol suite à des bombardements russes. Le pays a également subi une attaque nocturne de drones, mais aucune victime n'a été rapportée.
  • Attaques en Russie : au moins huit personnes ont été blessées dans la nuit de mercredi à jeudi dans une attaque aérienne ukrainienne sur la ville russe de Belgorod et ses environs, a annoncé le gouverneur régional, Viatcheslav Gladkov. Dans la journée, deux femmes ont été tuées dans des frappes ukrainiennes distinctes dans les régions russes frontalières de Belgorod et de Koursk.

BONJOUR

Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré à la guerre en Ukraine. Retrouvez ici toutes les informations liées à ce conflit initié il y a plus de deux ans par la Russie.

Les forces nucléaires stratégiques russes sont "toujours" prêtes au combat, a souligné jeudi 9 mai Vladimir Poutine lors de son discours pour célébrer la victoire soviétique contre Hitler. Le président russe a supervisé le défilé militaire du 9 mai sur la place Rouge, pièce centrale du récit du Kremlin exaltant la puissance du pays. Plus de 9000 militaires, selon les médias russes, des véhicules blindés, des lanceurs de missiles et des avions de combat y ont pris part.

Volodymyr Zelensky, lui, a renvoyé le chef de sa sécurité personnelle, selon un décret publié jeudi, deux jours après que les autorités ukrainiennes ont affirmé avoir déjoué un complot russe visant à assassiner le président ukrainien et plusieurs hauts responsables militaires. 

Dans le même temps, l'ex-commandant en chef des armées ukrainiennes Valery Zaloujny, remplacé en février et très populaire, a été officiellement nommé ambassadeur au Royaume-Uni, allié clé de Kiev dans sa guerre contre la Russie, a annoncé la présidence. Le président Volodymyr Zelensky a signé un décret sur la nomination de M. Zaloujny au poste d'ambassadeur, selon ce document. 

En Russie, des frappes ukrainiennes distinctes ont tué deux femmes dans les régions frontalières de Belgorod et de Koursk, ont annoncé leurs gouverneurs respectifs. Le gouverneur de la région de Koursk, Roman Starovoït, a affirmé qu'une habitante avait été tuée et une autre blessée par un "bombardement" ukrainien sur le village de Tiotkino, tout près de la frontière. Viatcheslav Gladkov, à la tête de la région de Belgorod, a lui affirmé qu'une frappe ukrainienne avait tué une résidente du village de Novaïa Tavoljanka, également tout proche de l'Ukraine.

Les forces de Kiev, de leur côté, ont frappé avec un drone une raffinerie russe dans la république du Bachkortostan, à une distance record de près de 1200 km de la frontière, a affirmé à l'AFP une source au sein du secteur ukrainien de la défense. "Un drone à long rayon d'action a 'rendu visite' à la république du Bachkortostan, où il a frappé la raffinerie Neftekhim Salavat (du géant russe) Gazprom", située dans la ville de Salavat, a indiqué cette source. Selon cette dernière, le drone a battu un "record" en volant sur une distance de 1500 kilomètres pour frapper cette raffinerie, une des plus grandes en Russie et située à Salavat.

Deux personnes ont été tuées par des bombardements russes à Nikopol, dans le sud de l'Ukraine, ont annoncé jeudi les autorités locales, et le pays a subi une nouvelle attaque de drones dans la nuit précédente, mais aucune victime n'a pour l'heure été recensée. "L'artillerie ennemie a fait deux morts : un homme de 62 ans et une femme de 65 ans", a indiqué Serguiï Lyssak, le gouverneur de la province de Dnipropetrovsk, qui a publié des photographies d'une maison le toit en feu et d'autres bâtiments endommagés.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info