Pourparlers Ukraine-Russie : des négociations pour changer le cours du conflit

EN DIRECT - Ukraine : Poutine a "renoncé" à Kiev, selon le chef du Pentagone

La rédaction de TF1info
Publié le 7 avril 2022 à 21h40
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Vladimir Poutine a "renoncé" à prendre Kiev pour se focaliser sur les zones séparatistes du Donbass, ont estimé jeudi les plus hauts responsables de l'armée américaine.
Suivez les dernières informations sur cette guerre.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

Ce live est à présent terminé, vous pouvez retrouver les dernières informations du vendredi 8 avril sur la guerre en Ukraine dans cet article.

ZELENSKY


"La suspension de la participation de la Russie au Conseil des droits de l'Homme de l’ONU est une étape importante. C'est une autre punition pour l'agression de la Russie contre l’Ukraine. Reconnaissant pour la solidarité des partenaires. Nous devons continuer à faire pression de manière coordonnée sur les RF dans tous les forums internationaux. Obligeons la Russie à rechercher la paix ensemble !"

ÉTATS-UNIS 


Le Trésor américain a annoncé avoir sanctionné deux nouvelles entreprises contrôlées par l'Etat russe.


La première est Alrosa, géant minier qui représente à lui seul 90% des diamants extraits en Russie et 28% du marché mondial. Le groupe avait déjà été visé par des sanctions, mais le gouvernement américain les étend.


La seconde est la United Shipbuilding Corporation (USC), premier constructeur naval russe et "responsable de la construction de la quasi-totalité" des navires de guerre du pays, selon le communiqué du département américain au Trésor. 

ONU 


L’Organisation mondiale de la santé a confirmé jeudi plus de 100 attaques contre les services de santé en Ukraine et demandé l'accès humanitaire à la ville de Marioupol assiégée par les forces russes.


"À ce jour, l'OMS a vérifié 103 attaques contre les services de santé, avec 73 personnes tuées et 51 blessées, dont des agents de santé et des patients", a déclaré le chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une conférence de presse, qualifiant ce bilan de "sombre".

AGRICULTEURS UKRAINIENS 


L'Ukraine a détaillé l'aide qu'elle réclame de façon urgente à l'UE pour ses agriculteurs, en pleine préparation des semis sur au moins la moitié de ses terres, a indiqué jeudi la Commission européenne, chargée par les Vingt-Sept de coordonner les acheminements.


Kiev a envoyé à Bruxelles "une liste mise à jour" des besoins les plus criants des agriculteurs ukrainiens, "incluant du carburant, des semences, des engrais, des pesticides, des médicaments vétérinaires et des machines agricoles", a indiqué le commissaire à l'Agriculture Janusz Wojciechowski.


"Il faut que cette aide leur soit apportée très vite, dans les prochaines semaines, à temps pour les semis de maïs et de tournesol", a-t-il insisté, en marge d'une réunion à Luxembourg des ministres européens de l'Agriculture, lors de laquelle est intervenu en visioconférence leur nouvel homologue ukrainien, Mykola Solsky.

CANADA


Le Canada a prévu dans son budget, annoncé jeudi, des ressources additionnelles pour soutenir l'Ukraine, y compris un prêt au gouvernement Zelensky via le Fonds monétaire international (FMI) ainsi qu'une aide militaire supplémentaire.


"Le Canada offrira au gouvernement ukrainien jusqu'à un milliard de dollars canadiens (730 millions d'euros) en nouvelles ressources de prêt par l'entremise d'un nouveau compte administré pour l'Ukraine au FMI afin que le gouvernement puisse continuer à fonctionner", est-il précisé dans le Budget 2022.

À BORODIANKA, UN BILAN "BIEN PLUS HORRIBLE" QU'À BOUTCHA ?


Le bilan de l'offensive russe s'annonce "bien plus horrible" dans la petite ville de Borodianka que dans celle de Boutcha, a prévenu le président ukrainien. Vingt-six corps ont déjà été découverts, dans cette ville martyrisée par les bombardements russes, alors que les recherches ne font que commencer.

ACCUSATIONS "ABSURDES"


Le ministère russe de la Défense a taxé d'"absurdes" les accusations du gouvernement français contre les forces russes qui assiègent la ville de Marioupol. "La déclaration du représentant officiel du gouvernement français Gabriel Attal sur le prétendu manque d'approbation de la Russie pour l'évacuation des civils de Marioupol est totalement incompréhensible", a indiqué une instance au sein du ministère de la Défense, selon laquelle "la partie russe (…) ouvre quotidiennement des couloirs humanitaires". 


Le porte-parole du gouvernement français Gabriel Attal avait déclaré ce matin que "les frappes de la Russie contre l'hôpital pédiatrique de Marioupol sont inhumaines et lâches. Ce sont des femmes, des enfants, des soignants qui ont été ciblés, c'est inqualifiable et nous appelons à nouveau au cessez-le-feu". 

ONU : LA RUSSIE SUSPENDUE


L'Assemblée générale de l'ONU a voté la suspension de la Russie de son siège au Conseil des droits de l'Homme. Le consensus des pays membres n'est cependant pas aussi net que lors des votes précédents sur l'invasion de l'Ukraine.

International
ONU : la Russie suspendue du Conseil des droits de l'Homme

ONU : la Russie suspendue du Conseil des droits de l'Homme

INSULTE A L'HUMANITÉ


"Les indications de viols, de tortures, d'exécutions" en Ukraine "sont une insulte à l'humanité", a affirmé ce soir le président américain, alors qu'on découvre les exactions russes dans les zones occupées du nord de Kiev dont elles viennent de se retirer. "Les mensonges de la Russie ne tiennent pas face aux preuves incontestables de ce qui se passe en Ukraine", a ajouté Joe Biden.

BORODIANKA


La situation à Borodianka, une localité au nord-ouest de Kiev récemment reprise par les Ukrainiens aux Russes, est "bien plus horrible" qu'à Boutcha, où des massacres de civils ont été commis, a déclaré jeudi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky.


"Il y a plus de victimes" dans cette petite ville que dans celle de Boutcha, également au nord-ouest de la capitale, a ajouté M. Zelensky dans un message vidéo

AU CŒUR DE MARIOUPOL


L'envoyée spéciale de TF1 et LCI assiste aux combats dans la cité portuaire assiégée de Marioupol. La ville n'est plus qu'un champ de ruines où survivent encore des dizaines de milliers de civiles pris au piège, mais l'armée russe ne parvient pas à briser la résistance ukrainienne de Marioupol. Reportage.

26 CORPS DÉCOUVERTS


Vingt-six corps auraient été découverts dans la localité de Borodianka, près de Kiev, dans les décombres de deux immeubles effondrés à la suite de bombardements russes. Selon la procureure générale d'Ukraine, c'est la ville la plus détruite des environs de la capitale, où selon elle  "seule la population civile a été visée". 

G7 : NOUVELLES SANCTIONS


Les pays du G7 ont décidé de nouvelles sanctions économiques contre la Russie, dont une interdiction de tout nouvel investissement dans des secteurs clés, en réaction à "la poursuite de l'escalade de la guerre" en Ukraine. 

PINK FLOYD POUR L'UKRAINE


Le groupe de rock britannique Pink Floyd a composé une nouvelle chanson originale, une première depuis 1994, en soutien au peuple ukrainien, qui doit être publiée dans la nuit de jeudi à vendredi, selon la maison de disque et les réseaux sociaux du groupe. 

"Hey, Hey, Rise Up !" servira à récolter des fonds pour des œuvres humanitaires. Sur ce titre, les piliers David Gilmour et Nick Mason utilisent la voix d'Andriy Khlyvnyuk, du groupe ukrainien Boombox. 

5000 MORTS A MARIOUPOL, SELON LE CAMP PRO-RUSSE


Le "nouveau maire" proclamé par les forces pro-russes à Marioupol a annoncé qu'"environ 5.000 personnes" étaient mortes parmi la population civile de cette ville portuaire ukrainienne, assiégée depuis des semaines par l'armée russe et ses alliés séparatistes.  


"Environ 60 à 70% du parc de logements a été détruit ou partiellement détruit", a ajouté Konstantin Ivachtchenko, nommé à la tête de la ville la veille par Denis Pouchiline, dirigeant des séparatistes de Donetsk. Les autorités ukrainiennes ont avancé des bilans beaucoup plus lourds, au sein d'une population civile privée d'eau, d'électricité, de chauffage et de nourriture depuis des semaines. 

PENTAGONE : POUTINE A "RENONCÉ A KIEV"


Vladimir Poutine a "renoncé" à prendre Kiev pour se focaliser sur les zones séparatistes du Donbass et l'issue de la guerre en Ukraine "reste à voir", ont estimé les plus hauts responsables de l'armée américaine.


"Poutine pensait qu'il pourrait très rapidement prendre le contrôle de l'Ukraine, très rapidement prendre le contrôle de la capitale. Il avait tort", a déclaré le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, au cours d'une audition au Congrès. "Je pense que Poutine a renoncé à ses efforts pour capturer la capitale et se concentre maintenant sur le sud et l'est du pays", a-t-il ajouté. 

EMBARGO SUR LE CHARBON


L'Union européenne a approuvé un embargo sur le charbon russe, et la fermeture des ports européens aux navires russes, dans le cadre d'une cinquième salve de sanctions contre Moscou. 

Ce paquet "très substantiel" selon la présidence française de l'UE, prévoit également l'interdiction d'exportations vers la Russie, notamment de biens de haute technologie, à hauteur de 10 milliards d'euros, et de nouvelles sanctions contre des banques russes. 

LES FILLES DE POUTINE VISÉES PAR DES SANCTIONS


On sait très peu de choses sur les deux filles aînées de Vladimir Poutine, que lui-même a (presque) toujours refusé d'évoquer. Plus impliquées dans les affaires du régime qu'on l'a longtemps cru, elles sont désormais visées par des sanctions de Washington, que l'Union européenne devrait imiter.

VON DER  LEYEN A KIEV 


La présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen a annoncé qu'elle se rendrait demain à Kiev pour exprimer son "soutien indéfectible" à l'Ukraine dans son combat contre l'invasion russe. "Le peuple ukrainien mérite notre solidarité. C'est pour cette raison que je me rendrai à Kiev demain (vendredi)", a déclaré la dirigeante européenne lors d'une conférence de presse à Stockholm.  

Ursula Von der Leyen avait annoncé hier sa visite à Kiev en compagnie du chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell, sans en préciser la date, où le duo doit notamment rencontrer le président ukrainien Volodymyr Zelensky. 

DES ÉVACUATIONS BLOQUÉES PAR DES FRAPPES RUSSES


Des trains destinés à l'évacuation de la population de l'Est de l'Ukraine ont été bloqués par des frappes russes sur la seule voie ferrée restée sous contrôle ukrainien, a annoncé le directeur des chemins de fer. 


"L'ennemi a effectué des frappes aériennes sur la voie ferrée à côté de la gare de Barbenkovo, de la la ligne de Donetsk", a rapporté Olexandre Kamichine, "c'est la seule voie de sortie ferroviaire de villes comme Sloviansk, Kramatorsk et Liman, à être sous contrôle ukrainien", et c'est aujourd'hui une "voie de survie pour des dizaines de milliers de nos concitoyens".  

LES VÉRIFICATEURS


Les achats de gaz russe par l'Europe sont-ils vraiment "au plus haut depuis le début du conflit en Ukraine ?". Les Vérificateurs de TF1info ont fouillé la question, et penchent pour l'affirmative.

LE KREMLIN RECONNAIT DES PERTES IMPORTANTES


Un porte-parole du Kremlin reconnaît des "pertes importantes" militaires en Ukraine, une déclaration rarissime depuis le début de l'offensive russe le 24 février dernier. Dmitri Peskov a ainsi déclaré à la chaîne britannique Sky News  : "Nous avons subi des pertes militaires importantes, c'est une immense tragédie pour nous".

LES VÉRIFICATEURS


Des photographies circulent sur les réseaux sociaux, supposées démontrer la présence de "crematoriums mobiles" de l'armée russe en Ukraine, grâce auxquels celle-ci ferait disparaître soit  les corps des victimes de ses exactions, soit ceux de ses propres soldats, pour dissimuler ses pertes. Les Vérificateurs de TF1info sont remontés aux origines de ces clichés.

RUSSIE SUSPENDUE PAR L'ONU


Le ministre ukrainien des Affaires étrangères félicite les pays membres de l'ONU qui ont choisi "le bon côté de l'Histoire", en suspendant la Russie du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU. Seuls 93 pays, sur les 193 que compte l'ONU, ont voté pour cette résolution soumise à l'Assemblée générale (58 se sont abstenus, et 24 ont voté contre).

ONU : LA RUSSIE SUSPENDUE 


L'Assemblée générale de l'ONU, composée des 193 pays membres, a suspendu jeudi la Russie de son siège au Conseil des droits de l'Homme des Nations unies en raison de l'invasion de l'Ukraine, lors d'un vote qui a recueilli 93 voix favorables et traduit un effritement de l'unité internationale face à Moscou.


Vingt-quatre pays ont voté contre cette suspension -- la deuxième de l'histoire de l'ONU après l'éviction de la Libye en 2011 --, initiée par les Etats-Unis. Et 58 pays se sont abstenus, mais les abstentions, un choix dénoncé par Kiev, n'étaient pas prises en compte dans la majorité des deux-tiers requise parmi les seuls votes pour et contre.

SUISSE : PLUS DE 7 MILLIARDS GELÉS


Le montant des avoirs russes gelés en Suisse a augmenté pour atteindre désormais l'équivalent de 7,3 milliards d'euros, a indiqué un haut responsable du ministère de l'Économie. Ce montant, qui englobe des fonds et valeurs patrimoniales, dont des biens immobiliers situés dans des régions touristiques de Suisse, devrait encore augmenter au fur et à mesure que des informations remontent aux autorités suisses. 

DIPLO


Le ministre ukrainien des Affaires étrangères accuse son homologue russe, Sergueï Lavrov, d'être "complice des crimes" russes. "Le fait qu'il justifie les bombardements d'un hôpital à Marioupol et les crimes de guerre commis à Boutcha et dans d'autres villes et villages d'Ukraine (...) le rend complice de ces crimes", a déclaré Dmytro Kuleba après une rencontre avec ses homologues des pays de l'Otan à Bruxelles. 


"Chaque commentaire qu'il fait vise à perturber les pourparlers, à les bloquer et à ne pas les poursuivre", a poursuivi le chef de la diplomatie ukrainienne, en référence aux pourparlers initiés entre la Russie et l'Ukraine sous l'égide de la Turquie, tout en assurant être "prêt à le rencontrer" de nouveau. 

VERS UNE "BATAILLE DE SLOVIANSK" ?


Cette ville stratégique de l'est de l'Ukraine, déjà traumatisée par d'intenses combats en 2014, pourrait être au cœur de l'offensive massive sur le Donbass que semble préparer l'armée russe. Explications.

International
Guerre en Ukraine : Sloviansk, prochaine bataille cruciale ?

Guerre en Ukraine : Sloviansk, prochaine bataille cruciale ?

ADOPTIONS ILLÉGALES


Le Parlement européen s'inquiète du sort des enfants ukrainiens fuyant la guerre, soulignant le risque "d'adoption illégale" des enfants non accompagnés et réclamant qu'ils soient suivis par les services sociaux. 


Dans une résolution votée à une large majorité (503 voix pour, 3 contre, 47 abstentions), les eurodéputés ont réclamé des États membres plusieurs mesures pour faciliter l'intégration des jeunes ukrainiens dans leur pays d'accueil. 

4,3 MILLIONS DE RÉFUGIÉS


Plus de 4,3 millions de personnes ont fui l'Ukraine depuis le déclenchement de l'offensive russe le 24 février dernier, selon le dernier comptage du Haut commissariat aux réfugiés (HCR). Près 90% de ceux qui ont fui l'Ukraine seraient des femmes et des enfants, les autorités ukrainiennes n'autorisant pas le départ des hommes en âge de porter les armes. L'Europe n'a pas connu un tel flot de réfugiés depuis la Deuxième guerre mondiale. 

OTAN : L'UKRAINE VEUT DES ARMES


L'Ukraine a besoin des armes des pays de l'Otan "maintenant", ou "ce sera trop tard", a déclaré le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba lors d'une réunion de l'Alliance atlantique à Bruxelles. 

"Je ne doute pas que l'Ukraine aura les armes nécessaires pour combattre. La question, c'est quand", a-t-il insisté après avoir rencontré ses homologues des pays de l'Otan, réclamant aussi avec la même urgence que les Occidentaux cessent d'acheter du pétrole et du gaz russes. 

POURPARLERS "ÉCLIPSÉS" PAR LES ÉVÉNEMENTS DE BOUTCHA


Les images des massacres perpétrés à Boutcha et Irpin, près de Kiev, ont "éclipsé" les pourparlers entre l'Ukraine et la Russie, regrette la Turquie, qui avait accueilli par deux fois des négociations directes entre les deux parties.

L'ONU VEUT SE PENCHER SUR BOUTCHA


L'organisation des Nations unies estime qu'une enquête sur ce qu'il s'est passé à Boutcha sera "la prochaine étape". Elle souligne la nécessité de déterminer les circonstances de la mort de personnes habillées en vêtements civils, retrouvées mortes par les autorités ukrainiennes après le retrait de l'armée russe dans cette ville proche de Kiev.

L'INDONÉSIE APPELLE A UNE ENQUÊTE INDÉPENDANTE SUR BOUTCHA


L'Indonésie a appelé à une enquête "indépendante" sur les exactions commises dans la localité ukrainienne de Boutcha, sans incriminer la Russie. "Nous espérons qu'il y aura une enquête par une équipe indépendante pour apporter le plus de lumière possible sur ce qui s'est passé, indépendamment des informations variées qui ont été rapportées et que nous avons suivies", a indiqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Teuku Faizasyah, au cours d'un briefing. "La mort, que ce soit de civils, de soldats ou d'officiers de sécurité est quelque chose que nous regrettons profondément, et pour lequel nous exprimons notre plus profonde inquiétude".

LE CHEF D'ÉTAT SUD-AFRICAIN JUGE LE CONSEIL DE SÉCURITÉ "DÉPASSÉ"


Critiqué pour son refus de condamner fermement l'invasion russe en l'Ukraine, le président sud-africain Cyril Ramaphosa s'en est pris violemment au Conseil de sécurité de l'ONU, qu'il juge "dépassé" et pas assez représentatif des pays émergents. Pour le chef d'État, le conflit ukrainien "a mis en lumière l'incapacité du Conseil de sécurité de l'ONU de remplir son mandat de maintien de la paix et de la sécurité au niveau international".


Jusqu'ici, l'Afrique du Sud s'est abstenue de voter les deux résolutions onusiennes exigeant de la Russie l'arrêt immédiat de ses opérations militaires contre l'Ukraine.

SPOTIFY SUSPEND SES SERVICES EN RUSSIE


La plateforme musicale Spotify a annoncé que tous ses services seront entièrement suspendus en Russie, dès le 11 avril. Un e-mail à ce sujet aurait été envoyé aux utilisateurs du service de streaming audio dans le pays. Il précise que les abonnés pourront réactiver leurs comptes lorsqu'ils seront à l'étranger. 

LA PREUVE DE MEURTRES DE CIVILS EN UKRAINE ?


Selon des informations du journal Der Spiegel, les agences de renseignement allemandes ont intercepté des messages radio de soldats russes discutant des meurtres de civils en Ukraine. La localité précise de ces enregistrements audio n'était toutefois pas claire.

FACEBOOK LUTTE CONTRE LA DÉSINFORMATION RUSSE


"Depuis notre dernière mise à jour, le groupe [de hackers, baptisé Ghostwriter] a tenté de pirater les comptes Facebook de douzaines de membres de l'armée ukrainienne", note Meta dans son rapport. "Dans une poignée de cas, ils ont ensuite posté des vidéos appelant l'armée à se rendre", en se faisant passer pour les vrais propriétaires des comptes piratés. Meta indique avoir bloqué l'ensemble des vidéos pour qu'elles ne puissent pas être partagées.


Depuis le début de la guerre, les équipes de Meta ont démantelé un réseau de quelque 200 profils russes qui accusaient des personnes d'enfreindre les règles de la plateforme pour faire retirer leurs contenus sur l'Ukraine.

KIEV APPELLE À RÉDUIRE L'HOSTILITÉ DU CÔTÉ DE MOSCOU


Kiev appelle Moscou à réduire "son degré d'hostilité" dans les négociations, après que la Russie a accusé l'Ukraine jeudi de revenir sur des propositions faites durant leurs pourparlers fin mars à Istanbul. "Si Moscou veut montrer qu'il est prêt au dialogue, il doit réduire son degré d'hostilité", a déclaré sur Twitter un conseiller du président Volodymyr Zelensky, Mykhaïlo Podoliak, également membre de la délégation ukrainienne en charge des discussions avec la Russie.

LE BÉLARUS VEUT PARTICIPER AUX POURPARLERS RUSSO-UKRAINIENS


Visiblement agacé de ne pas participer aux pourparlers en cours entre Moscou et Kiev, le président du Bélarus, principal allié de la Russie, a indiqué vouloir participer aux négociations sur la "guerre" en Ukraine. "Nous considérons cela comme une guerre qui est juste à la porte de notre pays. Et elle a des effets sérieux sur la situation au Bélarus. C'est pourquoi, il ne doit pas y avoir d'accord dans le dos du Bélarus", a-t-il insisté lors d'une réunion de son conseil de sécurité. Selon lui, Moscou "comprend" cette position, mais pas l'Occident. De son côté, l'Ukraine ne veut pas de Minsk à la table des négociations.

L'OMS RÉCLAME UN ACCÈS HUMANITAIRE À MARIOUPOL


L'Organisation mondiale de la santé demande l'accès humanitaire à la ville ukrainienne de Marioupol assiégée par les forces russes et condamne à nouveau les agressions contre le système de santé ukrainien. "L'OMS a été capable de livrer du matériel permettant de sauver des vies à de nombreuses zones touchées, mais il est vrai que certaines restent très difficiles", a reconnu le directeur de la branche européenne de l'OMS, Hans Kluge. "Je pense que la priorité, est Marioupol", a-t-il affirmé, depuis Lviv dans l'ouest de l'Ukraine. Depuis le début de l'invasion russe, 91 attaques contre des infrastructures de santé ont été confirmées.

MOSCOU ACCUSE KIEV DE REVENIR SUR SES PROPOSITIONS


La Russie accuse l'Ukraine de revenir sur ses propositions faites aux pourparlers d'Istanbul, selon Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères russe. "Cette incapacité une fois de plus à trouver un accord négocié démontre les véritables intentions de Kiev, sa ligne visant à faire s'éterniser, voire à faire échouer les négociations, en rejetant les ententes qui avaient été trouvées", déclare le ministre russe des Affaires étrangères dans une vidéo.

MOSCOU RÉCLAME À LA FINLANDE LE RETOUR DES ŒUVRES D'ART SAISIES


La Russie a réclamé à la Finlande le retour de plusieurs œuvres d'art de musées russes transitant via le pays scandinave et saisies par les autorités finlandaises dans le cadre des sanctions contre Moscou. "L'ambassadeur de Finlande à Moscou, Antti Helantera, a été convoqué le 7 avril au ministère russe des Affaires étrangères", a indiqué la diplomatie russe dans un communiqué, en précisant avoir "protesté fermement" contre la saisie des œuvres d'art. La diplomatie russe a dénoncé une décision "juridique arbitraire". Mercredi, la Finlande avait annoncé la saisie des œuvres, d'une valeur dépassant les 40 millions d'euros.

POUR ROBERTA METSOLA, VLADIMIR POUTINE DOIT ÊTRE JUGÉ DEVANT LA CPI


Invitée exceptionnelle de LCI, la présidente du Parlement européen s'exprime, ce jeudi dans l'émission de Darius Rochebin, sur les sanctions européennes visant les plus hauts dirigeants russes. Roberta Metsola pointe également la responsabilité du maître du Kremlin et de son cercle.

UN AVION RUSSE LIVRE DU COMBUSTIBLE NUCLÉAIRE EN HONGRIE


"Nous avons pu faire atterrir pour la première fois mercredi un avion russe transportant des combustibles nucléaires et ayant traversé la Biélorussie, la Pologne et la Slovaquie", a indiqué sur Facebook Peter Szijjarto. "Jusqu'à présent, le transport s'effectuait par voie ferrée en Ukraine, mais en raison de la guerre, c'est désormais impossible", a-t-il ajouté. "L'énergie nucléaire fait exception au régime de sanctions de l'Union européenne (UE)" visant Moscou et adopté suite à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, a précisé le ministre de ce pays membre de l'UE et de l'Otan.

V. ZELENSKY EXHORTE LA GRÈCE À UTILISER SON INFLUENCE


Devant le Parlement grec, ce jeudi, Volodymyr Zelensky a exhorté la Grèce à "utiliser son influence" en tant que membre de l'Union européenne pour aider Marioupol. "Marioupol a besoin d'un soutien imminent", notamment par l'aide humanitaire, a-t-il indiqué, rappelant que "la grande majorité des bâtiments ont été détruits."


"Les Russes ont attaqué les civils, il faut les arrêter", a déclaré le président ukrainien réitérant son appel à la communauté internationale à "arrêter les barbares".

SUSPENSION DE LA RUSSIE


De son côté, le G7 demande la suspension de la Russie du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU. "Les massacres de la ville de Bucha et d'autres villes ukrainiennes seront inscrits sur la liste des atrocités et violations graves du droit international", indiquent les ministres des Affaires étrangères du G7 dans un communiqué commun. Ils expriment également leur "sincère solidarité avec le peuple ukrainien et nos plus sincères condoléances aux victimes".

LE PARLEMENT EUROPÉEN APPELLE À UN EMBARGO SUR LES ÉNERGIES RUSSES


Le Parlement européen a réclamé, dans une résolution adoptée jeudi, l'imposition d'un embargo "total et immédiat" sur les importations "de pétrole, de charbon de combustible nucléaire et de gaz" russes. La résolution a été votée par 513 eurodéputés (22 voix contre, 19 abstentions). 


La Commission européenne a proposé mardi aux Vingt-Sept d'accentuer les sanctions en arrêtant les achats de charbon russe, qui représentent 45% du total des importations de charbon de l'UE, et en fermant les ports européens aux bateaux russes. Les modalités de ce 5e train de sanctions sont actuellement discutées entre les représentants des États membres. Le Parlement exige donc d'aller plus loin. Avec cette résolution, les eurodéputés demandent également "d'intensifier les livraisons d’armes à l'Ukraine".

LA DIFFICILE IDENTIFICATION DES VICTIMES


Image tragique. Dans le cimetière de Boutcha, près de Kiev, des sacs mortuaires sont alignés pour être identifiés par le personnel médico-légal et les policiers sur place, après que des centaines de civils ont été retrouvés morts dans la ville ukrainienne.

LES SÉPARATISTES PRORUSSES COMBATTENT DES MILLIERS D'UKRAINIENS


A Marioupol, où la situation humanitaire est catastrophique, les séparatistes prorusses de l'Est de l'Ukraine admettent combattre des civils. "Nous pensons qu'il reste environ 3.000 ou 3.500 (militaires adverses), mais il faut aussi tenir compte du fait que parmi les habitants de Marioupol, certains ont pris les armes, et donc le nombre peut être bien plus important", a déclaré Edouard Bassourine, représentant des forces séparatistes de Donetsk.

ENGIE MET EN GARDE CONTRE L'IMPACT D'UN EMBARGO SUR LE GAZ


Faut-il craindre de nouvelles sanctions contre le gaz russe ? Le président du géant français de l'énergie Engie, Jean-Pierre Clamadieu répond à l'affirmative. Un embargo sur les importations de gaz russe aurait un impact "massif" sur l'économie européenne, a-t-il mis en garde.


"Aujourd'hui, ce qu'il faut peser, c'est bien sûr toutes les raisons morales, politiques, qui pousseraient vers de nouvelles sanctions vis-à-vis de la Russie et puis l'impact massif qu'aurait sur l'économie européenne un arrêt des importations de gaz russe", a-t-il insisté sur Radio Classique.


Depuis le massacre de Boutcha, l'Union européenne examine un cinquième ensemble de sanctions qui, pour la première fois, comporterait des mesures dans le secteur de l'énergie avec un embargo sur les achats de charbon à la Russie.

DERNIÈRE CHANCE


Les jours à venir seront, pour les civils de l'est de l'Ukraine, "la dernière chance" d'évacuer la région, ont annoncé les autorités locales. "Toutes les villes libres de la région de Lougansk sont sous le feu ennemi", a averti sur Facebook son gouverneur, Serguiï Gaïdaï, indiquant que les Russes "étaient en train de couper toutes les voies possibles de sortie". "N'hésitez pas à évacuer", a-t-il ainsi martelé, après avoir assuré plus tôt sur Telegram que les autorités "n'autoriseront pas de deuxième Marioupol".

PRÈS DE 19.000 SOLDATS RUSSES TUÉS


Dans son dernier point, l'armée ukrainienne annonce que 18.900 soldats russes ont été tués depuis le début de l'invasion russe. Elle indique également que 150 avions, 135 hélicoptères, 698 tanks ou encore 332 pièces d'artillerie ont été détruits.

MASSACRE DE BOUTCHA : DES GENDARMES FRANÇAIS ENVOYÉS EN UKRAINE


Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé, ce matin sur BFMTV, que des gendarmes et des magistrats français seront envoyés ce jeudi en Ukraine pour constater des massacres qui ont eu lieu sur place. "Le président de la République nous a demandé d'envoyer, avec le garde des Sceaux, des gendarmes et des magistrats en Ukraine pour pouvoir aider nos amis ukrainiens à pouvoir constater les massacres qui ont eu lieu", indique-t-il face à Bruce Toussaint.

MOSCOU ACCUSE GOOGLE DE "FAKES" SUR L'UKRAINE


Le gendarme russe des télécommunications a annoncé interdire à Google de faire sa publicité en Russie, accusant sa plateforme YouTube de diffuser de fausses informations sur les forces russes engagées en Ukraine. "YouTube est devenu une plateforme clé pour la diffusion de "fakes" sur l'opération militaire spéciale sur le territoire de l'Ukraine, discréditant les forces armées russes", indique Roskomnadzor, qui reproche aussi au site de publier les contenus d'"extrémistes" ukrainiens.


En conséquence, Google n'aura plus le droit "de faire la réclame de Google LLC" et de ses plateformes en Russie.  Par ailleurs, les moteurs de recherche russes devront indiquer que Google et ses filiales violent la loi russe lorsqu'une recherche est effectuée sur leurs noms.

PROGRESSION DANS L'EST DE L'UKRAINE


Dans son point quotidien, le ministère de la Défense britannique note la progression des forces russes à l'est de l'Ukraine. "L'artillerie et les frappes aériennes russes se poursuivent le long de la ligne de contrôle du Donbass", écrit-il. Malgré cela, l'armée russe "continuera probablement à faire face à des problèmes de moral et à des pénuries de fournitures et de personnel", nuance le ministère.

LA RÉPUBLIQUE TCHÈQUE ENVOIE DES CHARS POUR AIDER KIEV


La République tchèque est le premier pays de l'Otan à livrer des chars de combat à l'Ukraine. La cargaison tchèque contient des chars T-72 et des véhicules de combat d'infanterie BVP-1.

SHELL PRÉVOIT JUSQU'À 5 MILLIARDS DE DOLLARS DE PERTES


Le géant pétrolier britannique Shell a prévenu que son retrait d'activités en Russie dans la foulée de l'invasion de l'Ukraine allait entraîner 4 à 5 milliards de dollars de dépréciations et charges dans ses résultats du premier trimestre,  qui seront publiés le 5 mai. Fin février, le groupe avait annoncé se séparer de ses parts dans plusieurs projets avec le géant gazier russe Gazprom. Shell avait aussi dit, début mars, vouloir se retirer "graduellement" du pétrole et du gaz russes pour "s'aligner avec les nouvelles directives du gouvernement" britannique.

COUP DE FROID SUR LA TOMATE FRANÇAISE


Cœur de bœuf, Noire de Crimée ou Rose de Berne : en ce jour de printemps, la récolte des tomates anciennes bat son plein. Mais, ce matin-là, l'ambiance est plus fraîche qu'à l'accoutumée. Les températures ne dépassent pas les 12 °C, contre une moyenne de 20 °C habituellement. Depuis la flambée des prix du gaz provoquée par la guerre en Ukraine, qui ont grimpé jusqu'à dix fois leur cours habituel, les producteurs évitent de chauffer leurs serres. 


Conséquence, les tomates, privées de chauffage, risquent en outre de pousser moins vite et de développer des maladies. La France compte environ 1.200 hectares de serres de tomates hors sol, chauffées principalement au gaz, selon les organisations professionnelles du secteur.

"ILS M'ONT POUSSÉE SUR LE LIT ET DÉSHABILLÉE"


Elena a été violée pendant des heures par deux soldats russes, selon le récit qu'elle a livré à l'AFP. Traumatisée, elle affirme n'en avoir encore parlé à personne.

TENSIONS ENTRE BUDAPEST ET KIEV


La tension entre l'Ukraine et la Hongrie ne s'est pas apaisée ce matin. "Si la Hongrie veut vraiment aider à mettre fin à la guerre, voici comment le faire : cesser de détruire l'unité de l'UE, soutenir de nouvelles sanctions anti-russes, fournir une assistance militaire à l'Ukraine et ne pas créer de sources supplémentaires de financement de la machine militaire russe. Il n'est jamais trop tard pour se mettre du bon côté de l'histoire", écrit sur Twitter le porte-parole du gouvernement ukrainien Oleg Nikolenko.

LE QUAI D'ORSAY CONVOQUE L'AMBASSADEUR RUSSE


"Face à l'indécence et la provocation", le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a décidé de convoquer l'ambassadeur de Russie. Mercredi, l'ambassade russe s'était fendu d'un tweet "malvenu", supprimé depuis, sur le massacre de civils à Boutcha. "Nous continuerons à lutter contre toutes les manipulations russes de l'information sur la guerre en Ukraine", écrit le ministre français sur Twitter. 

LA HONGRIE ACCUSÉE "D'AIDER POUTINE"


Kiev accuse la Hongrie d'"aider Poutine" dans la guerre contre l'Ukraine,  au lendemain de déclarations de Viktor Orban se disant prêt à acheter du gaz russe en roubles, à rebours des autres pays de l'Union européenne.

L'AUTRICHE EXPULSE QUATRE DIPLOMATES RUSSES


L'Autriche a annoncé l'expulsion de quatre diplomates russes, après des décisions similaires prises par d'autres pays européens depuis lundi. "Le ministère autrichien des Affaires étrangères révoque le statut diplomatique de trois membres de l'ambassade de Russie à Vienne et d'un membre du consulat général de Russie à Salzbourg", a indiqué une porte-parole dans un communiqué transmis à l'AFP. "Ces personnes ont commis des actes incompatibles avec leur statut diplomatique et sont invitées à quitter le territoire au plus tard le 12 avril", a-t-elle ajouté. 

L'AMBASSADE DE RUSSIE EN FRANCE PROVOQUE COLÈRE ET DÉGOÛT


L'ambassade russe en France s'est fendu, mercredi 6 avril, d'un tweet sur le massacre de civils à Boutcha. Un message malvenu, dans lequel la diplomatie russe évoque un "plateau de tournage".

IL FAUT RENFORCER LES SANCTIONS, ASSUME B. LE MAIRE


Les sanctions occidentales contre Moscou sont-elles suffisantes ? Avec 10 % de récession en Russie, "il y a un effondrement de l'économie russe, une vie plus difficile aujourd'hui en Russie, un pouvoir russe qui est affaibli. Est-ce que cela suffit ? Certainement pas, puisque la guerre continue en Ukraine. Il faudra donc renforcer ces sanctions", répond le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, invité sur FranceInfo. En France, "nous sommes prêts à ce qu'il y ait une interdiction du charbon, mais aussi du pétrole russe." Toutefois, il faut "le faire ensemble", avec les Vingt-Sept pays membres de l'UE. Pour ce faire, le ministre dit préférer attendre encore quelques semaines.

LES COUREURS RUSSES INTERDITS AU MARATHON DE BOSTON


Les coureurs en provenance de Russie ou du Belarus ne seront pas autorisés à participer au marathon de Boston, le 18 avril, ont annoncé les organisateurs. Cette interdiction concerne uniquement les coureurs résidant en Russie ou au Bélarus, les expatriés d'origine russe ou belarusse pourront eux prendre part à la course à condition qu'il ne porte pas les couleurs de leur pays d'origine, a précisé la Boston Athletic Association.


"Nous croyons que la course à pied est un sport mondial, et en tant que tel, nous devons faire ce que nous pouvons pour montrer notre soutien au peuple ukrainien", a déclaré Tom Grilk, directeur général de la Boston Athletic Association, ajoutant que les organisateurs ont été "horrifiés et indignés" par les reportages et les images montrant ce qui se passe en Ukraine.

L'AUSTRALIE SANCTIONNE 67 OLIGARQUES RUSSES


De son côté, la ministre des Affaires étrangères australienne, Marise Payne, a déclaré que son pays imposera des "sanctions supplémentaires" à 67 oligarques russes et proches de Vladimir Poutine. Tout comme le Japon, l'Australie n'est pas membre de l'Alliance atlantique, mais a été invitée à la réunion des Alliés à Bruxelles.

DES ARMES, DES ARMES, DES ARMES


Sur Twitter, le ministre ukrainien répète sa ligne. "Je suis venu [au siège de l'OTAN à Bruxelles] pour discuter des trois choses les plus importantes : les armes, les armes et les armes. Les besoins urgents de l'Ukraine, la durabilité des approvisionnements et les solutions à long terme qui aideront l'Ukraine à s'imposer."

10 COULOIRS HUMANITAIRES ATTENDUS


Sur Telegram ce jeudi, la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Vereshchuk, a annoncé que l'Ukraine envisageait d'ouvrir dix corridors humanitaires pour cette nouvelle journée. Parmi les villes concernées, entre autres : Marioupol, Berdiansk, Tokmak, Melitopol.

L'UKRAINE "POURRAIT ABSOLUMENT" GAGNER LA GUERRE


Alors même que les responsables américains parlent du risque d'un conflit prolongé, le Pentagone a déclaré que l'Ukraine pourrait "absolument" gagner la guerre contre la Russie. "Vladimir Poutine n'a atteint exactement aucun de ses objectifs stratégiques à l'intérieur de l'Ukraine. Il n'a pas pris Kiev. Il n'a pas renversé le gouvernement. Il n'a pas supprimé l'Ukraine en tant qu'État-nation", présente le porte-parole du Pentagone, John Kirby, face à la presse.

DAVANTAGE D'ARMES


"Je viens demander trois choses : des armes, des armes et des armes." À son arrivée au siège de l'Otan à Bruxelles, le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a exhorté les membres de l'Alliance atlantique de lui fournir davantage d'armes pour combattre les forces russes.  "Nous avons besoins d'avions, de véhicules blindés, de défense anti-aérienne", a-t-il insisté, appelant "tous les alliés à mettre de côté leurs hésitations". "Plus rapidement [ces armes] seront livrées, plus de vies seront sauvées et de destructions évitées", a-t-il indiqué.


En outre, le proche de Volodymyr Zelensky a plaidé pour que toutes les portes d'entrée de la Russie en Union européenne soient closes, mais également à ce qu'un "embargo total" sur le pétrole et le gaz russes soit mis en place. Face à la presse, le ministre ukrainien a toutefois déploré "qu'il ait fallu des atrocités telles que celles commises à Boutcha" pour espérer l'intensification des sanctions contre Moscou.

167 ENFANTS TUÉS, 297 BLESSÉS


Dans son point quotidien sa messagerie Telegram, le bureau du procureur général indique que 167 enfants ont été tués depuis le début de l'offensive russe (un nombre équivalent par rapport à hier). Plus de 297 autres ont été blessés. Ces chiffres pourraient toutefois être supérieurs, continue-t-il.

DES ÉVACUATIONS TRÈS DIFFICILES


Les responsables ukrainiens de l'est du pays, désormais cible prioritaire du Kremlin, s'efforcent d'évacuer sa population civile, avant une nouvelle offensive russe. Mais les conditions sont très difficiles. En l'absence de cessez-le-feu, les évacuations doivent se faire lors de brèves accalmies quand elles ne sont pas sont rendues impossibles par les bombardements incessants, comme à Popasne, au sud de Sverodonetsk. Plus d'un mois après le début du conflit, les autorités ukrainiennes redoutent dans l'est de l'Ukraine une situation analogue à celle de Marioupol, dans le sud, où des milliers de personnes encore bloquées, vivent un enfer.

L'UKRAINE ENTERRE SES MORTS


Les Ukrainiens rassemblent leurs morts après le départ des troupes russes. Ce mercredi, à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, une famille et leurs proches assistent aux funérailles des militaires Viacheslav Ubyivovk et Lubomyr Hudzeliak, tous deux tués lors de l'invasion russe.

LE POINT SUR LA SITUATION


L'inquiétude de Jens Stoltenberg, Macron "assume" ses appels avec Vladimir Poutine... Retour sur les faits marquants des dernières 24 heures.

LES MINISTRES DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES À BRUXELLES


Les ministres des Affaires étrangères de l'Otan seront aujourd'hui, à Bruxelles, pour parler de "l'invasion brutale et non provoquée de l'Ukraine" par Vladimir Poutine, a indiqué l'alliance. Ils seront notamment rejoints par leur homologue ukrainien.

SANCTIONS


De nouvelles sanctions américains visent les deux filles de Vladimir Poutine, Maria Vorontsova et Katerina Tikhonova.

AMBASSADE


"Au-delà de la honte, stop" : le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, a adressé ce mercredi soir sur Twitter un bref rappel à l'ordre à l'ambassade de Russie en France, qui a partagé une photo de la presse à Boutcha, ville ukrainienne où des dizaines de civils ont été tués par l'armée russe, avec pour légende la mention "plateau de tournage". Face aux exactions dont elle est accusée, la Russie assure qu'il s'agit de fausses informations et de montages. 


Selon une source diplomatique française à LCI, Paris pourrait réagir de façon plus formelle ce jeudi, en convoquant par exemple l'ambassadeur russe.

ONU


L'Assemblée générale de l'ONU votera ce jeudi, à 10h heure locale (16h en France) pour suspendre ou non la Russie du Conseil des droits de l'Homme, en raison de l’invasion de l’Ukraine. Pour que la Russie soit suspendue, il faut une majorité des 2/3 des pays qui voteront pour et contre lors du scrutin, auquel sont conviés les 193 membres de l'Assemblée générale. Les abstentions ne sont pas prises en compte. 


"La Russie ne devrait pas occuper une position d'autorité dans cet organe, et nous ne devrions pas non plus permettre à la Russie d'utiliser son rôle au sein du Conseil comme un outil de propagande pour suggérer qu'elle a une préoccupation légitime concernant les droits de l'Homme", a plaidé lundi l'ambassadrice américaine à l'ONU, Linda Thomas-Greenfield. 


Les Etats-Unis sont convaincus d'avoir une majorité des deux tiers à l'Assemblée. D'autres pays membres, européens mais aussi africains, en sont moins sûrs, ont confié à l'AFP plusieurs diplomates. Le secrétariat de l'ONU a de son côté exprimé des réticences sur une telle suspension, craignant qu'il n'ouvre la porte à n'importe quelle demande de suspension d'un pays dans n'importe quel organe de l'ONU par n'importe quel pays. 

JOUR 43


Bonjour à toutes et à tous, bienvenue sur ce nouveau direct de la rédaction de TF1info. Suivez ici tout au long de ce jeudi 7 avril les dernières actualités en lien avec la guerre en Ukraine, déclenchée par l’invasion russe il y a un mois et demi exactement.

"Des crimes de guerre majeurs" dans un conflit qui peut durer "des mois, voire des années" : l'inquiétude prédomine ce jeudi concernant le conflit en Uraine. Le président américain Joe Biden a dénoncé mercredi des "crimes de guerre majeurs" en évoquant les "corps laissés dans les rues après le retrait des Russes" et les "civils exécutés de sang-froid" à Boutcha, à côté de Kiev. Le président russe Vladimir Poutine avait auparavant qualifié de "provocation grossière et cynique" des autorités ukrainiennes la découverte de ces cadavres.

Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, la Russie bloque l'accès humanitaire à Marioupol (sud-est) pour dissimuler les "milliers" de victimes de cette ville assiégée. Vladimir Poutine n'a pas renoncé à sa volonté de s'emparer de toute l'Ukraine et la guerre risque de durer "des mois, voire des années", a averti de son côté le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

Lire aussi

La Commission européenne "encourage" les Etats membres qui ont ouvert des enquêtes sur les possibles crimes de guerre en Ukraine à se joindre à l'équipe d'enquête commune coordonnée par l'agence de coopération judiciaire Eurojust, a indiqué mercredi un porte-parole.

En attendant l'avancée de ces enquêtes, les autorités redoutent une accélération du conflit dans l'est du pays. Kiev a appelé mercredi les habitants de l'Est de l'Ukraine à évacuer la région "maintenant", face à la menace d'une offensive majeure de l'armée russe sur le Donbass. Des obus et roquettes se sont abattus à intervalles réguliers sur Severodonetsk, la ville la plus à l'Est tenue par l'armée ukrainienne.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info