Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé dimanche que des "combats acharnés" se déroulaient sur certaines parties de la frontière dans la région de Kharkiv.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

LONDRES CHARGE CHOÏGOU

Sergueï Choïgou, ministre russe de la Défense limogé dimanche par Vladimir Poutine, est responsable de "plus de 355.000 victimes", des morts et des blessés, "parmi ses propres soldats" dans la guerre en Ukraine, a affirmé son homologue britannique Grant Shapps.


"Sergueï Choïgou a causé plus de 355.000 victimes (morts et blessés, ndlr) parmi ses propres soldats et des souffrances massives parmi les civils dans le cadre d'une campagne illégale en Ukraine", a écrit sur le réseau social X Grant Shapps.

"BESOIN D'INNOVATION"

Dmitri Peskov a justifié la décision de Vladimir Poutine par un besoin venant directement du front, après plus de deux ans de combats en Ukraine. "Aujourd'hui, sur le champ de bataille, celui qui l'emporte, c'est celui qui est le plus ouvert à l'innovation", a affirmé le porte-parole de la présidence russe, cité par les agences russes. Selon Vladimir Poutine, "le ministère de la Défense doit être absolument ouvert à l'innovation, à l'introduction de toutes les idées avancées, à la création des conditions de la compétitivité économique", a-t-il fait valoir.


Le président russe a encouragé ces derniers mois l'industrie de défense du pays à innover et produire en plus grandes quantités pour poursuivre l'offensive en Ukraine, coûteuse en matériel et en hommes.

CHOIGOU LIMOGÉ

Sergueï Choïgou, limogé du ministère de la Défense "continuera à travailler dans ce domaine, qu'il connaît bien, qu'il connaît très bien de l'intérieur, avec ses collègues et ses partenaires sur son ancien lieu de travail", a réagi le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, cité par les agences russes.


Sergueï Choïgou était ministre de la Défense en Russie depuis 2012 et incarnait la stabilité des différents gouvernements sous Vladimir Poutine, tout comme le chef de la diplomatie, Sergueï Lavrov, qui conserve son poste de ministre des Affaires étrangères.

BELOOUSSOV PROPOSÉ

Andreï Belooussov, qui devrait remplacer Sergueï Choïgou, a une formation d'économiste et aucun bagage militaire. Il était premier vice-président du dernier gouvernement depuis 2020 et un des principaux conseillers économiques de Vladimir Poutine ces dernières années. En proposant ce nom, le Kremlin envoie donc un message clair : le conflit contre l'Ukraine se transforme en guerre d'usure, dans laquelle l'économie et la production d'armement se place au cœur de la stratégie. La nomination de cet économiste doit maintenant être approuvée par le Parlement russe. Une formalité tant elles sont dominées par Russie unie, le parti de Vladimir Poutine.

REMANIEMENT SURPRISE

À Moscou, notre envoyé spécial fait le point sur le remaniement surprise annoncé il y a quelques minutes par le Kremlin.

Choïgou démis de ses fonctionsSource : TF1 Info

CHOIGOU LIMOGÉ

Le ministre russe de la Défense a été limogé par Vladimir Poutine lors d'un remaniement surprise en profondeur. Sergueï Choïgou, en poste depuis 2012, est remplacé par Andreï Belooussov et devient secrétaire du Conseil de Sécurité, poste occupé jusque-là par Nikolaï Patrouchev, qui est lui démis de ses fonctions, selon un décret publié par le Kremlin.

DES COMBATS "ACHARNÉS"

Volodymyr Zelensky a décrit dans une vidéo les "combats acharnés" qui se déroulent sur certaines parties de la frontière dans la région de Kharkiv. "Des batailles défensives et des combats acharnés se poursuivent sur une grande part de notre frontière", a déclaré le président ukrainien dans sa prise de parole quotidienne. "L'idée derrière les attaques dans la région de Kharkiv est d'étirer nos forces et de saper le moral" de l'armée ukrainienne, affirme-t-il.

QUATRE MORTS À BELGOROD

Quatre personnes ont été retrouvées mortes dans les décombres d'un bâtiment à Belgorod, touché par une frappe ukrainienne, affirme le ministère russe des Situations d'urgence dans un nouveau bilan. Au moins 20 personnes ont quant à elles été blessées.

SITUATION "DIFFICILE" À KHARKIV

Alors que  les Russes continuent de bombarder la région de Kharkiv, plus de 4000 personnes ont été évacuées, selon le gouverneur de la région ukrainienne. Notre reportage dans la deuxième plus grande ville d'Ukraine. ↓

Kharkiv : les Russes à 40 km de la villeSource : TF1 Info

OFFENSIVE DE MOSCOU À KHARKIV

L'ensemble des "zones" frontalières de la région ukrainienne de Kharkiv sont "sous le feu" russe "presque  24 heures sur 24", indique le gouverneur de cette région de l'est de l'Ukraine, deux jours après le lancement d'une offensive de Moscou. "La situation est difficile", a reconnu Oleg Synegubov sur ses réseaux sociaux.

NOUVEAU BILAN EN RUSSIE

Le bilan du tir ukrainien augmente en Russie. Au moins 20 personnes ont été blessées dans l'effondrement partiel d'un immeuble à Belgorod, près de la frontière ukrainienne, après une frappe de l'armée de Kiev, selon les secours cités par l'agence de presse d'État.


Le ministère russe de la Défense a précisé, dans un communiqué, que l'armée ukrainienne avait attaqué en fin de matinée "des quartiers résidentiels de la ville de Belgorod". C'est la chute d'un des missiles ukrainiens Tochka-U, intercepté par la défense antiaérienne russe, qui a "endommagé" l'immeuble, selon cette source.

TIR UKRAINIEN EN RUSSIE

Le bilan du tir ukrainien augmente en Russie. Au moins 17 personnes ont été blessées dimanche dans l'effondrement partiel d'un immeuble à Belgorod, près de la frontière ukrainienne, après une frappe de l'armée de Kiev, a annoncé le ministre russe de la Santé, Mikhaïl Mourachko.

Info TF1/LCI

INCURSIONS RUSSES À VOLCHANSK

Selon nos informations, des incursions russes ont eu lieu dans le nord de Volchansk, ville de 20.000 habitants située à une soixantaine de kilomètres au nord-est de Kharkiv. Des sources militaires nous affirment que les forces ukrainiennes sont parvenues à les repousser, sans plus de précisions à ce stade. 

Urgent

AVANCÉES RUSSES

Le ministère russe de la Défense a revendiqué la prise de quatre nouvelles localités dans la région de Kharkiv, dans la zone frontalière du nord-est de l'Ukraine, deux jours après le déclenchement d'un assaut terrestre de ses troupes dans cette zone.


"Les unités du groupe de troupes Nord ont avancé profondément dans les défenses ennemies et ont libéré les localités de Gatichtché, Krasnoïé, Morokhovets et Oleïnikovo dans la région de Kharkiv", a-t-il indiqué dans un communiqué. Samedi, l'armée russe avait affirmé avoir conquis six villages ukrainiens, dont cinq dans la région de Kharkiv.

TIR UKRAINIEN À BELGOROD

Au moins sept personnes ont été blessées dimanche dans l'effondrement partiel d'un immeuble à Belgorod, près de la frontière ukrainienne, après une frappe de l'armée de Kiev, ont indiqué les services d'urgence russes. "L'évacuation des résidents est en cours", a déclaré un représentant des services d'urgence, cité par l'agence de presse Ria Novosti.


Selon l'agence de presse Interfax, "plus de 10 personnes" pourraient se trouver au total sous les décombres. Quelques minutes plus tôt, Viatcheslav Gladkov, le gouverneur de la région de Belgorod, régulièrement visée par des frappes ukrainiennes, avait diffusé sur Telegram une vidéo montrant un pan entier d'un immeuble effondré sur lui-même, laissant un trou béant dans le bâtiment.

DRONE EN RUSSIE

Une attaque de drone ukrainien a provoqué dans la nuit de samedi à dimanche un incendie sur le site de la raffinerie de Volgograd, dans le sud de la Russie, a déploré le gouverneur de la région éponyme, Andreï Botcharov.


"Dans la nuit du 12 mai, les forces de défense aérienne et de guerre électronique ont repoussé une attaque de drone sur le territoire de la région de Volgograd, a-t-il indiqué sur Telegram. Les conséquences de la chute d'un drone suivi d'une détonation ont provoqué un incendie sur le site de la raffinerie de pétrole de Volgograd." Le responsable a précisé que "l'incendie a été éteint" depuis et qu'"il n'y avait pas de victimes".

EVACUATIONS

Plus de 4.000 personnes ont déjà été évacuées dans la région de Kharkiv, selon les autorités. "Au total, 4.073 personnes ont été évacuées", a écrit le gouverneur Oleg Synegubov sur les réseaux sociaux, un jour après que les forces russes ont revendiqué la prise de cinq villages dans la région.

AVANCÉES RUSSES

Les Russes avancent dans l'est de l'Ukraine. Ils ne sont désormais qu'à 40 kilomètres de la grande ville de Kharkiv. Les détails dans ce sujet de LCI.

Kharkiv : les Russes à 40 km de la villeSource : TF1 Info

LE POINT SUR LA SITUATION

- La Russie revendique la prise de six villages : Moscou a revendiqué samedi plusieurs avancées dans l'est de l'Ukraine, où des centaines de personnes ont été évacuées de secteurs proches de la frontière russe. Les forces russes, repoussées il y a près de deux ans de cette zone du nord-est ukrainien, ont amorcé vendredi une offensive dans la région face à l'armée ukrainienne, à court de recrues et d'armements.


Dernière progression en date : le ministère russe de la Défense a déclaré que ses troupes avaient "libéré" les villages ukrainiens de Borisivka, Ogirtseve, Pletenivka, Pylna et Strilecha dans la région de Kharkiv, près de la frontière avec la Russie, ainsi que le village de Keramik dans la région de Donetsk, plus au sud.


- Zelensky indique que l'Ukraine "a mené des contre-attaques" : dans son message quotidien du soir, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a assuré que les troupes ukrainiennes "ont mené des contre-attaques" dans la région de Kharkiv. "Notre tâche numéro un maintenant est de perturber les projets offensifs des Russes, a-t-il détaillé. Je remercie chacune de nos brigades, qui défend courageusement ses positions, repousse les assauts et détruit" les positions russes. "Chaque système de défense antiaérienne, chaque système antimissile est littéralement ce qui sauve des vies", a t-il par ailleurs ajouté.


- Bombardements russes et ukrainiens : Deux hommes de 50 et 48 ans ont été tués et deux autres blessés par une attaque russe à la bombe aérienne à Vovtchansk, près de la frontière, a indiqué le gouverneur de Kharkiv. Dans le même temps, samedi, les autorités installées par Moscou dans la région de Lougansk, occupée par la Russie dans l'est de l'Ukraine, ont annoncé la mort de trois personnes dans une attaque ukrainienne, menée avec des missiles de fabrication américaine, sur un dépôt pétrolier.

BIENVENUE

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue sur ce live consacré à l'actualité de la guerre en Ukraine.

La Russie a revendiqué, samedi 10 mai, la prise de six villages dans l'est de l'Ukraine. Le ministère russe de la Défense a déclaré que ses troupes avaient "libéré" les villages ukrainiens de Borisivka, Ogirtseve, Pletenivka, Pylna et Strilecha dans la région de Kharkiv, près de la frontière avec la Russie, ainsi que le village de Keramik dans la région de Donetsk, plus au sud. 

Côté ukrainien, "1775 personnes ont été évacuées", a indiqué le gouverneur de la région, Oleg Synegoubov, ajoutant que la Russie avait procédé à des tirs d'artillerie et de mortier sur 30 localités de la zone ces dernières 24 heures. Il a assuré qu'il n'y avait "pas de menace d'une opération terrestre" russe vers la ville de Kharkiv, la deuxième plus grande du pays.

Dans son adresse du soir, le président Volodymyr Zelensky a assuré que les troupes ukrainiennes "ont mené des contre-attaques" dans la région de Kharkiv. "Notre tâche numéro un maintenant est de perturber les projets offensifs des Russes", a-t-il déclaré.

Samedi, les autorités installées par Moscou dans la région de Lougansk, occupée par la Russie dans l'est de l'Ukraine, ont annoncé la mort de trois personnes dans une attaque ukrainienne, menée avec des missiles de fabrication américaine, sur un dépôt pétrolier. Le gouverneur, Leonid Pasechnik, a déclaré que la frappe avait "enveloppé le dépôt de pétrole dans les flammes et endommagé les maisons environnantes". "Le bilan s'élève à trois morts et huit autres personnes sont hospitalisées", a-t-il dit sur les réseaux sociaux.

Trois personnes ont par ailleurs péri et neuf ont été blessées dans une frappe ukrainienne sur un restaurant à Donetsk, ville occupée par Moscou dans la région ukrainienne éponyme, selon les autorités d'occupation. En Russie, les médias ont fait état de deux personnes tuées par des frappes ukrainiennes dans les régions de Belgorod et de Koursk.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info