Dans son adresse du soir, samedi, le président Volodymyr Zelensky a assuré que les troupes ukrainiennes "ont mené des contre-attaques" dans la région de Kharkiv.
"Notre tâche numéro un maintenant est de perturber les projets offensifs des Russes", a-t-il déclaré.
Suivez les dernières informations en direct.

FUITE A KHARKIV

Alors la région de Kharkiv était la proie de violents combats près de la frontière, des milliers d'habitants cherchent à quitter la ville. Une situation "vraiment dure", comme a pu en témoigner Dmytro Tkachenko, un travailleur humanitaire aidant à évacuer les habitants, auprès de l'AFP.  "Il y a des mouvements de troupes et en ce moment, ça complique vraiment l'évacuation de ces zones, car c'est vraiment dangereux", a-t-il ajouté, précisant que la situation était particulièrement difficile "dans les directions de Vovtchansk et Lyptsi".

REPORTAGE

Alors que les frappes russes s'intensifient sur Kharkiv, des milliers d'habitants cherchent à quitter la deuxième ville d'Ukraine. Une équipe de TF1 et LCI a pu filmer leur départ.

FRAPPES MEURTRIÈRES À DONESTSK

Au moins trois personnes ont été tuées et huit autres blessées après une frappe ukrainienne sur un restaurant à Donetsk, cette ville ukrainienne occupée par Moscou. "Le restaurant Paradise, situé dans le quartier Kirovsky de Donetsk, a été directement touché et trois civils ont été tués", a indiqué sur Telegram le chef de l'occupation russe de la région, Denis Pouchiline. Selon le responsable russe, un missile de lance-roquettes américain Himars "a touché directement le restaurant et un second a touché un bâtiment inachevé situé à proximité". Des images diffusées sur les réseaux sociaux par des médias russes locaux montraient un bâtiment aux fenêtres soufflées, des corps inertes allongés sur le sol. La façade était en partie effondrée et le toit présentait un trou imposant, selon ces images.

MOSCOU REVENDIQUE UNE NOUVELLE AVANCÉE

Le ministère russe de la Défense a déclaré samedi que ses forces avaient pris le contrôle de six villages dans l'est de l'Ukraine.


Le ministère a déclaré sur Telegram que les troupes avaient "libéré" les villages ukrainiens de Borisivka, Ogirtseve, Pletenivka, Pylna et Strilecha dans la région de Kharkiv, près de la frontière avec la Russie, ainsi que le village de Keramik dans la région de Donetsk.

EMMANUEL MACRON : "J'ESPÈRE DE TOUTES MES FORCES QU'ON N'AURA PAS À PARTIR EN GUERRE"

Dans une vidéo diffusée ce samedi sur les réseaux sociaux, où il répond à des questions d'internautes sur l'Europe, Emmanuel Macron est notamment interrogé sur le risque de voir la France entrer en guerre. "Non, on ne va pas partir en guerre et je veux ici vous rassurer", affirme le chef de l'État, qui estime avoir "tout fait" depuis son arrivée au pouvoir "pour qu'on ait la paix". 


"Être une puissance de paix ne veut pas dire être faible", poursuit-il, qualifiant l'invasion russe en Ukraine d'"immense défi" pour l'UE. "Il faut qu'on arrive à dissuader la Russie de continuer à avancer, parce qu'en Ukraine se joue évidemment la souveraineté et l'intégrité du territoire de ce pays, mais se joue aussi l'État de droit, c'est-à-dire nos règles communes. Et si on laisse faire en Ukraine, c'est la loi du plus fort et on ne peut pas être en sécurité."


"On joue beaucoup de notre avenir et de notre sécurité en Ukraine", fait encore valoir le président de la République. "C'est pour ça que j'ai dit : on doit aider plus, ce qu'on va faire dans les semaines à venir, livrer plus de matériel aux Ukrainiens. Mais on doit dire aussi : à un moment donné, si les Russes vont trop loin, nous tous Européens, on doit être prêts à agir pour les en dissuader. (...) Donc non, j'espère de toutes mes forces qu'on n'aura pas à partir en guerre. Non, la France n'est pas une puissance de guerre mais une puissance de paix. Mais oui, si on veut avoir la paix, il faut la protéger. C'est pour ça qu'il faut s'armer, qu'il faut être dissuasifs et crédibles vis-à-vis parfois de nos adversaires en leur disant : 'si vous allez trop loin et que vous menacer mes intérêts, ma propre sécurité, alors je n'exclus pas d'intervenir'."

EVACUATIONS

Les évacuations continuent à Kharkiv. Comment se déroulent-elles ? Le point en images avec Mathieu Karmann dans "L'Info en Grand". 

L'info en grand : des habitants fuient les combats à KharkivSource : TF1 Info

EMMANUEL MACRON

Le président français est revenu, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, sur la capacité militaire de l'Europe à aider l'Ukraine. "Nous, Européens, on n'a pas de quoi suffisamment se protéger et être crédibles, explique Emmanuel Macron. On est en danger sur le plan militaire." Le chef de l'État est aussi revenu sur ses récents propos, où il n'excluait d'envoyer des troupes au sol en Ukraine. "Non, on ne va pas partir en guerre [contre la Russie], je veux vous rassurer", a-t-il ainsi assuré.

LCI SUR LE TERRAIN

La pression russe s'intensifie sur la région ukrainienne de Kharkiv. Les précisions à Rostov-sur-le-Don de Jérôme Garro, notre correspondant en Russie.

Pression russe sur Kharkiv : LCI sur le terrainSource : TF1 Info

EVACUATIONS

Des centaines de personnes ont été évacuées de zones proches de la frontière russe, dans la région ukrainienne de Kharkiv, a déclaré le gouverneur régional samedi, au lendemain du lancement par la Russie d'une offensive terrestre transfrontalière surprise.


"Au total, 1 775 personnes ont été évacuées", a écrit le gouverneur Oleg Synegubov sur les réseaux sociaux, ajoutant que la Russie avait procédé à des tirs d'artillerie et de mortier sur 30 localités de la région au cours des dernières 24 heures.

LE POINT SUR LA SITUATION

- La Russie à l'offensive vers Kharkiv : les troupes de Moscou ont lancé une série d'attaques d'ampleur dans la région de cette grande ville du nord-est de l'Ukraine, vendredi. En fin de journée, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a rapporté des "combats intenses" sur toute la ligne de front, indiquant que des renforts étaient envoyés dans la zone. Selon un responsable du haut commandement militaire ukrainien, cité par l'AFP, les mouvements russes viseraient à créer une zone tampon pour empêcher Kiev de frapper les régions frontalières russes.


- Bombardements et évacuation de civils : vendredi après-midi, le gouverneur local, Oleg Synegoubov, indiquait que des "combats actifs" avaient lieu à "1 ou 2 kilomètres" de la frontière russe. Selon le parquet de la région, au moins deux civils ont été tués par des frappes et quatre autres blessés pendant la journée à Vovtchansk. Des évacuations de civils ont été ordonnées autour de cette localité. Un autre civil a été tué lors d'une frappe dans la localité de Tcherkaski Tychky, au nord de Kharkiv.


- Nouvelle aide américaine : après ces offensives russes, la Maison-Blanche a débloqué 400 millions de dollars d'aide à l'Ukraine, prélevés directement dans les réserves du ministère américain de la Défense, et donc pratiquement disponibles de manière instantanée. Kiev devrait notamment recevoir de la part des États-Unis des systèmes de défense Patriot et NASMAS, ainsi que des munitions pour l'artillerie et des lance-roquettes. Le Canada a aussi annoncé vendredi l'envoi de 50 millions d'euros d'aide supplémentaire à l'Ukraine.

BIENVENUE

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue sur ce live consacré à l'actualité de la guerre en Ukraine.

La Russie a lancé, vendredi 10 mai, une offensive terrestre dans la région de Kharkiv (nord-est) et tenté de "percer les lignes de défense" ukrainiennes, a annoncé le ministère de la Défense ukrainien, affirmant que des combats se poursuivaient. "Au cours de la dernière journée, l'ennemi a effectué des frappes aériennes dans le secteur de Vovtchansk", frontalier de la région russe de Belgorod, avec des bombes aériennes guidées, a indiqué le ministère.

Vendredi soir, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a rapporté des "combats intenses" sur toute la ligne de front. "Nous avons discuté d'actions défensives et (des moyens) de renforcer nos positions dans la région de Kharkiv", (nord-est), a-t-il ajouté. L'Ukraine envoie des renforts dans la région de Kharkiv et répond à l'attaque russe avec de l'artillerie et des drones, a-t-il indiqué. 

Après le début de cette attaque russe, la Maison-Blanche a annoncé une aide militaire de 400 millions de dollars, prélevée sur les réserves du ministère de la Défense américain et donc immédiatement disponible ou presque. Le chef de cabinet du président ukrainien, Andriy Yermak, a affirmé qu'elle sera notamment composée de missiles antiaériens pour les systèmes Patriot et NASAMS, ainsi que de munitions pour l'artillerie et les lance-roquettes Himars. 

Dans la soirée, un porte-parole de la Maison-Blanche a estimé que la Russie "va certainement intensifier ses attaques et engager davantage de soldats" dans le nord-est de l'Ukraine "ces prochaines semaines", et essayer d'installer une "zone tampon" le long de la frontière. Pour autant, "nous ne prévoyons pas d'avancées majeures" des troupes russes, a toutefois ajouté John Kirby.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info