Ukraine : une guerre qui dure
En Direct

EN DIRECT - Ukraine : situation "extrêmement difficile" à Lyssytchansk, les évacuations impossibles

La rédaction de TF1info
Publié le 30 juin 2022 à 6h45, mis à jour le 1 juillet 2022 à 6h53
JT Perso

La situation à Lyssytchansk, ville de l'est de l'Ukraine sous pression de l'armée russe, est "extrêmement difficile" avec des bombardements "très puissants", rendant impossibles les évacuations de civils, a annoncé jeudi le gouverneur régional.
Suivez les dernières informations sur le conflit.

Ce live est à présent terminé, vous pouvez retrouver les dernières informations du vendredi 1er juillet sur la guerre en Ukraine dans cet article.

L'UKRAINE A COMMENCÉ À EXPORTER DE L'ÉLECTRICITÉ VERS L'UE


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé dans la soirée du jeudi 30 juin que l'Ukraine a commencé à exporter de l'électricité de manière "significative" vers l'Union européenne, via la Roumanie, avant d'ajouter que "ce n'est qu'une première étape".


"Une étape importante de notre rapprochement avec l'Union européenne a été franchie jeudi", a déclaré le président de l'Ukraine, dont la candidature à l'UE a été entérinée la semaine dernière par les Vingt-Sept.

DIX MORTS DANS UN TIR DE MISSILE DANS LA RÉGION D'ODESSA


Dix personnes ont été tuées dans un tir de missile sur la région d'Odessa, dans le sud de l'Ukraine, a annoncé  un haut-responsable ukrainien dans la nuit du jeudi 30 juin au vendredi 1er juillet.


"Le nombre de morts dans un immeuble d'habitation est monté à dix", a annoncé Serguiï Bratchouk, le porte-parole de l'administration de la région d'Odessa.

ILE AUX SERPENTS


Les forces russes ont-elles été chassées de l'île aux Serpents, comme le proclame Kiev, ou sont-elles parties de leur plein gré, comme l'affirme Moscou ?

UN MILLIARD D'AVOIRS GELÉS


Le Trésor américain a annoncé le gel d'avoirs supérieurs à un milliard de dollars d'une société basée aux États-Unis et contrôlée par l'oligarque et homme politique russe Suleiman Kerimov, déjà sanctionné par Washington. 


Une enquête des autorités américaines a "révélé que Kerimov a utilisé une série complexe de structures légales et d'hommes de paille pour dissimuler ses intérêts dans Heritage Trust", une société implantée dans le Delaware (est des États-Unis), affirme le Trésor dans un communiqué. 

SITUATION "DIFFICILE" A LYSSYTCHANSK


La situation à Lyssytchansk, ville de l'est de l'Ukraine voisine de Severodonetsk, est "extrêmement difficile" avec des bombardements "très puissants", rendant impossibles les évacuations de civils, a annoncé le gouverneur régional. 


"Il y a beaucoup de bombardements et depuis plusieurs directions. L'armée russe s'est approchée depuis différentes directions vers Lyssytchansk", a indiqué Serguiï Gaïdaï dans une vidéo sur Telegram. 

MOSCOU CONVOQUE L'AMBASSADRICE BRITANNIQUE


L'ambassadrice du Royaume-Uni à Moscou a été convoquée au ministère russe des Affaires étrangères qui a protesté auprès d'elle contre les propos "grossiers" du Premier ministre Boris Johnson sur le président Vladimir Poutine, a indiqué la diplomatie russe. 


Le Premier ministre britannique Boris Johnson avait déclaré mardi soir à la chaîne de télévision allemande ZDF que Vladimir Poutine n'aurait pas déclenché l'offensive en Ukraine s'il avait été une femme. Il avait ensuite dénoncé l'invasion de l'Ukraine comme "un exemple parfait de toxicité masculine", en clôture du sommet du G7 en Allemagne. 

L'UKRAINE ROMPT AVEC LA SYRIE


Le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères annonce la rupture des relations diplomatiques avec la Syrie, au lendemain de la reconnaissance par Damas des républiques séparatistes autoproclamées du Donbass.

L'UE SOUTIENT LA MOLDAVIE


L'Union européenne a annoncé financement de 40 millions d'euros à destination de la Moldavie, pour renforcer les capacités des forces armées de ce petit pays situé entre l'Ukraine et la Roumanie, dans les secteurs des communications et la lutte contre les cyberattaques, sans toutefois comprendre d'armement. 


L'aide européenne va permettre de financer des équipements, des fournitures et des services pour renforcer les capacités logistiques et la mobilité des unités des forces armées moldaves. Il va également les aider à lutter contre les cyberattaques et à renforcer leurs capacités de reconnaissance aérienne sans pilote et de communications tactiques. 

"NOUS SOMMES LÀ"


Un tweet de l'Élysée publié alors que prenait fin le sommet de l'Otan à Madrid, retweeté quelques heures plus tard par le compte du président français : Emmanuel Macron tient à faire savoir que des moyens militaires français conséquents sont déployés en faveur de l'Ukraine, illustration à l'appui.

ZELENSKY REMERCIE MACRON


Le président ukrainien remercie dans ce tweet son homologue français pour sa présidence du Conseil de l'Europe (qui s'achève ce soir), et dont il juge l'action "historique pour l'Ukraine et pour toute l'Europe". Un compliment bienvenu pour le président français, que ses échanges avec Vladimir Poutine avaient mis en porte-à-faux auprès de l'opinion ukrainienne.

"RIDEAU DE FER"


Le ministre russe des Affaires étrangères a repris la célèbre formule de Winston Churchill, estimant qu'un "rideau de fer" séparait à nouveau l'Occident et la Russie, cette fois à l'initiative de l'ouest, selon lui.

ILE AUX SERPENTS


Moscou soutient avoir volontairement retiré ses troupes de cet îlot stratégique en Mer Noire, tandis que Kiev affirme que c'est son armée qui a chassé les occupants russes.

MESSAGER


Le président indonésien Joko Widodo a annoncé avoir remis à son homologue russe Vladimir Poutine un message du dirigeant ukrainien Volodymyr Zelensky, sans en révéler le contenu. "J'ai remis un message du président Zelensky au président Poutine", a-t-il déclaré après une rencontre avec son homologue russe à Moscou, selon une traduction en russe de ses propos.  

CRISE ALIMENTAIRE : POUTINE SE DÉDOUANE


Vladimir Poutine a nié toute responsabilité de Moscou dans les inquiétudes liées au risque de crise alimentaire mondiale, en recevant son homologue indonésien Joko Widodo, dont le pays assure la présidence tournante du G20. 


"Nous n'avons mis en place aucune restriction sur l'exportation des engrais, ni sur celle des produits d'alimentation", a dit M. Poutine, en accueillant M. Widodo au Kremlin au lendemain d'une visite du président indonésien en Ukraine. 

MUR D'ACIER


La Pologne a annoncé avoir achevé la construction d'un mur d'acier le long de sa frontière avec la Biélorussie, destiné à dissuader les migrants de la franchir, reprochant à Minsk d'autoriser leur afflux pour "déstabiliser" la région. La barrière, haute de 5,5 mètres, s'étend sur plus de 186 kilomètres, et son coût est estimé à 350 millions d'euros.  

MOSCOU AFFIRME DÉTENIR 6.000 PRISONNIERS DE GUERRE


Le ministère de la Défense russe affirme que plus de 6.000 prisonniers de guerre ukrainiens sont entre ses mains, et confirme l'échange, la veille, de 144 d'entre eux, contre autant de Russes.

16 MILLIONS D'UKRAINIENS ONT BESOIN D'AIDE HUMANITAIRE


Quelque seize millions d'Ukrainiens ont besoin d'aide humanitaire et plus de six millions sont toujours déplacés à l'intérieur du pays, a déclaré à Kiev la coordinatrice humanitaire de l'ONU.  


"Près de 16 millions de personnes en Ukraine ont aujourd'hui besoin d'une aide humanitaire : en eau, nourriture, services de santé", a dit Osnat Lubrani lors d'une conférence de presse. 


"Plus de six millions de personnes sont toujours déplacées à l'intérieur du pays. Quelque cinq millions de personnes ont maintenant réussi à rentrer chez elles, mais beaucoup savent qu'elles pourraient être contraintes de fuir à nouveau", a-t-elle poursuivi. 

ERDOGAN POUR UN CESSEZ-LE-FEU


Le président turc a appelé à "intensifier" les efforts en faveur d'un "cessez-le-feu durable" en Ukraine, lors de la clôture du sommet de l'Otan à Madrid. 


"Nous devons intensifier les efforts diplomatiques en faveur d'un cessez-le-feu durable en Ukraine. Pour la Turquie il n'y aura pas de perdants avec la paix", a déclaré Recep Tayyip Erdogan. 

"SI POUTINE ÉTAIT UNE FEMME..."


L'historienne Lucile Peytavin analyse pour TF1info la déclaration du Premier ministre britannique Boris Johnson, qui jugeant que le conflit en Ukraine n'aurait jamais eu lieu si une femme était à la tête du Kremlin.

BIDEN : SOUTENIR L'UKRAINE


"Nous allons rester aux côtés de l'Ukraine et toute l'Alliance restera aux côtés de l'Ukraine aussi longtemps qu'il faudra pour assurer qu'ils ne soient pas battus par la Russie",  a affirmé Joe Biden en clôture du sommet de l'Otan à Madrid.

RIDEAU DE FER


Un "rideau de fer" est en train de s'abattre entre la Russie et l'Occident, a affirmé le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. 


"Le rideau de fer, de fait, il est déjà en train de s'abattre", a estimé M. Lavrov, faisant écho à la célèbre phrase de Winston Churchill, lors d'une conférence de presse à Minsk. 

PLAFONNER LE PRIX DU PÉTROLE RUSSE ?


Plafonner le prix du pétrole russe, comme l'envisagent certains pays occidentaux, provoquerait un "déficit" qui entraînerait une flambée des prix pour les consommateurs européens, a mis en garde le vice-Premier ministre russe chargé de l'Énergie. 


Une telle mesure, selon Alexandre Novak, qui s'exprimait sur la chaîne de télévision russe Rossiia-24, "ne peut que mener à un déséquilibre du marché, à un déficit de ressources énergétiques sur le marché, ce qui, en retour, entraînera une hausse des prix" que devront "payer les consommateurs européens". 

NOUVELLE AIDE MILITAIRE


Joe Biden a annoncé une nouvelle aide militaire de 800 millions de dollars pour l'Ukraine, en promettant que Washington soutiendra Kiev "aussi longtemps qu'il le faudra".

"RIDICULE"


Au sorti du sommet de l'Otan, Olaf Scholz juge "ridicule" l'accusation de Poutine sur les "ambitions impérialistes" de l'Alliance.

LA QUESTION DE LA CHINE


Par ailleurs, "l'Otan n'est pas une alliance contre la Chine. Elle est une alliance pour la paix" dans sa zone stratégique, ajoute Emmanuel Macron, au sommet de l'Otan. "Mais il faut tenir comptes des défis systémiques" provoqué par Pékin et Moscou, selon le président français.

L'ILE DES SERPENTS


Le retrait russe de l'Ile des Serpents montre qu'il est "impossible" de soumettre l'Ukraine, déclare le Premier ministre britannique Boris Johnson.


"Si vous vouliez des preuves de l'incroyable capacité des Ukrainiens à riposter pour surmonter l'adversité et repousser les Russes, regardez ce qui s'est passé aujourd'hui sur l'île aux Serpents, où encore une fois, la Russie a dû céder du terrain", a-t-il déclaré. Et d'ajouter : "En fin de compte, il s'avérera impossible pour Poutine de soumettre un pays qui n'acceptera pas sa domination".

L'ARRIVÉE DES RÉFUGIÉS UKRAINIENS EN ALLEMAGNE


En juin, le taux de chômage en Allemagne a grimpé, pour la première fois depuis juin 2020, en raison notamment de "l'arrivée des réfugiés ukrainiens sur le marché de l'emploi", a indiqué l'Agence pour l'emploi. Il a atteint 5,3 % en données corrigées des variations saisonnières (CVS), soit 0,3 point de plus qu'en mai, a détaillé l'Agence dans un communiqué. 


Le nombre de chômeurs a quant à lui augmenté de 133.000, toujours en données CVS. En données brutes, ce chiffre a grimpé à 2.363.000, soit une hausse de 103.000, selon l'agence.


Il s'agit de la première hausse du taux de chômage depuis juin 2020.

EMMANUEL MACRON S'EXPRIME AU SOMMET DE L'OTAN


"La guerre est rude. Mais notre devoir est d'être aux côtés de Volodymyr Zelensky", plante Emmanuel Macron. "L'Europe a pris sa responsabilité face à la guerre en adoptant des sanctions massives, en offrant le statut de candidat à l'adhésion", énumère-t-il. Et l'Otan "soutiendra aussi longtemps que nécessaire" l'Ukraine, malgré des risques comme celui de l'inflation.

EMMANUEL MACRON S'EXPRIME AU SOMMET DE L'OTAN


Emmanuel Macron soutien l'arrivée de la Suède et de la Finlande en Otan. "Nous avons pu faire ce pas qui est très important et je me félicite que la Turquie ait finalement rejoint le consensus", appuie le président français. A cet égard, poursuit-il, "le fait que ces deux pays aient envie de rejoindre notre alliance et le message stratégique le plus clair que l'on peut envoyer à Vladimir Poutine : ces pays qui regardaient l'alliance l'ont rejoint d'eux-mêmes."

RENFORCEMENT DU DISPOSITIF MILITAIRE SUR LE FLANC ORIENTAL


Si la guerre "est de retour en Europe, l'Otan n'est pas en guerre", affirme Emmanuel Macron. Le retour de la guerre en Europe a rendu "nécessaire le renforcement de la posture de dissuasion et de défense", notamment dans les États baltes, poursuit-il. L'Otan a donc décidé "d'un renforcement sur le flanc oriental" de l'alliance.

EMMANUEL MACRON S'EXPRIME AU SOMMET DE L'OTAN


Le président Français Emmanuel Macron prend la parole au sommet de l'Otan. "C'est une guerre que nous avons ni voulue, ni décidée (...) Et la Russie ne doit pas l'emporter, car c'est notre propre sécurité qui est en danger", appelle-t-il. C'est une guerre "sur le sol européen, mais qui touche tous les pays du monde et vient percuter les droits internationaux", ajoute-t-il.


 Il évoque également la livraison de six canons Caesar supplémentaires ainsi que de véhicules blindés.

ILE DES SERPENTS


Sur les réseaux sociaux, le ministère de la Défense ukrainienne se vante de la libération de l'île des serpents, haut point stratégique, par les Russes : "Trois ingrédients de l'opération réussie : les compétences de l'armée ukrainienne ; des armes ukrainiennes modernes ; du matériel de nos partenaires internationaux… et l'île des serpents est libre d'occupation."

ILE DES SERPENTS


L'armée russe a annoncé, ce jeudi 30 juin, avoir quitté l'île des Serpents, un point hautement stratégique de la mer Noire. L'îlot était sous la coupe de Moscou depuis le début du conflit.

AIDE MILITAIRE SUÉDOISE


La Suède va envoyer sa cinquième cargaison d'armes à l'Ukraine, rapporte le média suédois VK. Celui-ci comprend des armes antichars et des mitrailleuses, ainsi que du matériel de déminage pour une valeur d'environ 47 millions d'euros. Le gouvernement suédois prévoit d'adopter le programme d'aide ce jeudi.

ÉCHANGE DE PRISONNIERS


D'après le ministère russe de la Défense, l'échange de 144 prisonniers avec l'Ukraine s'est faite sur "sur instruction directe" de Vladimir Poutine. Cet échange, mené hier, est le plus important effectué depuis le début du conflit. Le dernier en date annoncé officiellement avait eu lieu début mai et concernait 41 Ukrainiens. 

ILE AUX SERPENTS


L'île aux serpents capturée de haut par un satellite, le 12 mai dernier. On y distingue l'étendue des dégâts.

undefinedundefinedSatellite image ©2022 Maxar Technologies / AFP

LA LIBÉRATION "D'UN TERRITOIRE STRATÉGIQUE"


Après l'annonce de la Russie de quitter l'île des Serpents, l'armée ukrainienne salue "la libération d'un territoire stratégique". 


"Je remercie les défenseurs de la région d'Odessa qui ont fait le maximum pour libérer un territoire stratégiquement important", s'est félicité sur Telegram le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Valeriï Zaloujniï.

PRISONNIERS DE GUERRE


La Russie dit détenir plus de 6.000 prisonniers de guerre ukrainiens, selon le ministère russe la Défense. Ce nombre était invérifiable de manière indépendante dans l'immédiat.

MÉDIAS ÉTRANGERS EN RUSSIE


Les députés russes ont adopté une loi pour faciliter l'interdiction des médias de pays désignés comme "inamicaux". Le texte permet également de suspendre les médias ruses accusés de diffuser de fausses informations sur le conflit en Ukraine.


La loi est présentée comme une mesure de représailles, de nombreux pays occidentaux ayant interdit de diffusion sur leurs territoires des médias russes.

L'ILE DES SERPENTS REPRISE PAR KIEV


L'Ukraine aurait expulsé l'armée russe de l'île des Serpents, trois jours après avoir annoncé une victoire "significative" dans cette zone stratégique, selon la journaliste de la BBC, Myroslava Petsa. Les forces ukrainiennes indiquent également que leurs adversaires russes ont perdu 40 soldats.

LES COMBATS FONT RAGE AUTOUR DE LYSSYCHANSK


Selon le dernier point du ministère britannique de la Défense, les combats terrestres  se concentrent autour de la raffinerie de pétrole de Lysychansk, située à 10 km au sud-ouest du centre-ville.

UN PREMIER NAVIRE CHARGÉ DE CÉRÉALES QUITTE LE PORT


Après des mois de blocage par l'invasion russe, un premier navire a quitté le port occupé de Berdiansk. À son bord, 7000 tonnes de céréales.

341 ENFANTS TUÉS DEPUIS LE DÉBUT DU CONFLIT


Selon le bureau du procureur général d'Ukraine, 341 enfants ont été tués sur le sol ukrainien depuis le début du conflit. 631 autres ont été blessés.

DEUX CIVILS TUÉS À DONETSK


Deux civils ont été tués par les forces russes à Krasnohorivka et Sydorove, dans l'oblast de Donetsk, indique le gouverneur de l'oblast de Donetsk Pavlo Kyrylenko sur Telegram. Selon ce dernier, deux autres personnes ont été blessées.

BILAN QUOTIDIEN


Dans son dernier bilan quotidien, l'armée ukrainienne annonce que 35.600 soldats russes sont morts depuis le début du conflit. Et d'ajouter : 1573 tanks, 790 pièces d'artillerie, 104 système anti-aériens, 14 bateaux ou encore 217 avions ont été détruits.

LE GOGOL CENTER DE MOSCOU


Le réalisateur et metteur en scène russe Kirill Serebrennikov, opposé à l'offensive en Ukraine, s'est insurgé contre le changement de direction de son ancien théâtre, qu'il avait transformé en épicentre de l'avant-garde.


Hier soir, le département de la Culture de la ville de Moscou a indiqué qu'un nouveau directeur artistique, Anton Iakovlev, avait été nommé au Centre Gogol et que l'établissement allait retrouver son ancien nom : le Théâtre dramatique Nikolaï Gogol.


Entre 2012 et 2021, Kirill Serebrennikov avait été le directeur artistique du Centre Gogol à Moscou, où il a mis en scène des pièces osées mêlant critique sociale et la religion, sexualité, des thèmes peu en phase avec la ligne conservatrice du Kremlin. 

NAVIRE DE CÉRÉALES


Un navire avec 7000 tonnes de céréales quitte le port occupé de Berdiansk, au sud-est de l'Ukraine, selon les autorités pro-russes. "Après plusieurs mois d'arrêt, un premier navire marchand a quitté le port commercial de Berdiansk, 7.000 tonnes de céréales partent vers des pays amis", a indiqué sur Telegram le chef de l'administration prorusse de la région, Evguéni Balitski.

UKRAINE/SYRIE : FIN DES RELATIONS DIPLOMATIQUES 


Le président ukrainien a décidé, hier soir, de mettre un terme aux relations diplomatiques avec la Syrie. La même journée, Bachar Al-Assad avait reconnu l’indépendance des républiques séparatistes prorusses de Donetsk et de Lougansk, soutenues par Moscou depuis 2014.

RETOUR SUR LA VISITE DU PRÉSIDENT INDONÉSIEN


Après sa visite à dans la capitale ukrainienne cette semaine, le président indonésien, Joko Widodo, l'a comparée à une "manifestation de la préoccupation du peuple indonésien" pour le pays. "L'esprit de paix ne s'estompe jamais. J'ai offert de porter un message du président Zelensky pour le président Poutine à qui je rendrais également visite", ajoute-t-il.

THÉÂTRE DE MARIOUPOL : UN "CRIME DE GUERRE"


Une enquête menée par le groupe de défense des droits humains Amnesty International a conclu que les forces militaires russes avaient commis un crime de guerre lorsqu'elles ont frappé le théâtre de Marioupol le 16 mars dernier.


"Jusqu'à présent, nous parlions d'un crime de guerre présumé. Maintenant, nous pouvons clairement dire que c'en était un, commis par les forces armées russes", a affirmé à l'AFP Oksana Pokaltchouk, la directrice d'AI en Ukraine, lors d'un entretien à Paris. 


Seule bonne nouvelle du rapport : "Amnesty international pense qu'au moins une douzaine de personnes sont mortes dans l'attaque, et sûrement bien davantage, et que beaucoup d'autres ont été sérieusement blessées". La municipalité de Marioupol avait fait état d'environ 300 morts

RICHARD BRANSON DE PASSAGE À KIEV


Le milliardaire britannique, fondateur du groupe Virgin, a rencontré hier soir le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, et le ministre des Affaires étrangères. "Je garde espoir que l'Ukraine et son peuple prévaudront et gagneront cette guerre, prenant le contrôle de leur territoire, de leur souveraineté et de leur avenir. Mais plus que jamais, nous devons tous nous unir et faire face à la menace à laquelle l'Ukraine et le monde sont confrontés", écrit-il sur le réseau social Twitter.

L'ÉCHEC DE LONDRES


Un rapport parlementaire étrille l'échec de Downing Street à lutter contre l'afflux d'"argent sale" russe qui continue d'arriver au Royaume-Uni, pourtant intransigeant sur le sujet. Le pays de Boris Johnson est accusé de longue date de complaisance envers les élites russes et leurs millions, qui vaut à certains quartiers chics de la capitale le surnom de Londongrad.


Le rapport souligne ainsi que la législation actuelle ne va pas assez loin malgré son renforcement récent, et qu'il est "honteux qu'il ait fallu une guerre" pour pousser le gouvernement à agir.

VERSEMENT DE 1,3 MILLIARD DE DOLLARS D'AIDE


Le Trésor américain a annoncé, hier, le transfert d'une tranche de 1,3 milliard de dollars d'aide économique à l'Ukraine, dans le cadre d'un premier soutien de 7,5 milliards promis à Kiev par le gouvernement Biden en mai.


"Avec cette aide économique, nous réaffirmons notre engagement résolu envers le peuple ukrainien alors qu'il se défend contre l'agression de Poutine et s'efforce de soutenir son économie", a commenté Janet Yellen, la secrétaire américaine au Trésor, dans un communiqué.


Selon les estimations de la Banque mondiale, la guerre menée par la Russie en Ukraine risque d'entraîner une contraction de 45 % en 2022 de l'économie ukrainienne.

POUTINE REJETTE LA RESPONSABILITÉ RUSSE


Lors de cette même conférence de presse, le président russe a nié toute responsabilité de l’armée russe dans une frappe qui a fait au moins 18 morts, selon Kiev dans un centre commercial bondé à Krementchouk, en Ukraine.


"Notre armée ne frappe aucun site d’infrastructure civile. Nous avons toutes les possibilités de savoir où se trouve quoi", a-t-il assuré.

LES DIRIGEANTS DU G7 TORSE NU ? UN "SPECTACLE DÉGOÛTANT" SELON POUTINE


A l'ouverture du sommet du G7 en Allemagne, dimanche, le Premier ministre britannique Boris Johnson a demandé si les grands dirigeants mondiaux devaient garder leurs vestes ou les enlever pour montrer leurs "pectoraux". Et le premier ministre canadien de renchérir : "Nous allons avoir droit à la démonstration d'équitation torse nu", se référant à une fameuse séance photo de Vladimir Poutine à cheval torse nu en 2009.


"Je ne sais pas s'ils voulaient se déshabiller jusqu'à la ceinture ou encore plus bas, mais de toute façon, cela aurait été un spectacle dégoûtant", a ironisé, mercredi, Vladimir Poutine, lors d'une conférence de presse à Achkhabad, la capitale turkmène.

LE POINT SUR LA SITUATION


Renforcement de l'Otan, poursuite des aides européennes, échange de soldats… TF1info fait le point sur les faits marquants des 24 dernières heures.

Bienvenue à toutes et à tous dans ce nouveau direct consacré aux derniers développements de la guerre en Ukraine, qui entame ce jeudi son 126ᵉ jour.

Vladimir Poutine dément. Le président russe a rejeté mercredi la responsabilité de l'armée russe dans une frappe qui a fait au moins 18 morts selon Kiev dans un centre commercial bondé à Krementchouk, dans le centre de l'Ukraine. "Notre armée ne frappe aucun site d'infrastructure civile. Nous avons toutes les possibilités de savoir où se trouve quoi", a assuré le maître du Kremlin lors d'une conférence de presse à Achkhabad, la capitale turkmène.

"Personne ne tire chez nous juste comme ça, au hasard. Normalement, cela se fait à la base des données de renseignement sur les cibles" et avec des "armes de haute précision", a-t-il poursuivi, se disant "convaincu que cette fois, tout a été fait exactement de cette manière".

L'Ukraine a accusé la Russie d'avoir frappé et détruit lundi un centre commercial, à Krementchouk, à 330 kilomètres au sud-est de Kiev, faisant au moins 18 morts et des disparus.

Suivez les dernières informations dans le fil ci-dessous :


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info