Les services de sécurité russes (FSB) ont annoncé jeudi l'arrestation pour espionnage du correspondant du journal américain Wall Street Journal, Evan Gershkovich.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

FINLANDE DANS L'OTAN 


Le Parlement turc a ratifié jeudi l'adhésion de la Finlande à l'Otan.

UE


L'UE, par la voix de Josep Borrell, dénonce jeudi le "mépris systématique" de Moscou pour la liberté de la presse. 

OTAN


La Turquie s'apprêtait jeudi soir à devenir le dernier membre de l'Otan à ratifier l'adhésion de la Finlande après un vote attendu au Parlement. L'entrée de ce petit pays nordique dans l'Alliance atlantique devait être approuvée dans la soirée après l'examen de plusieurs projets de lois soumis aux députés, selon le journaliste de l'AFP sur place.


Le président turc Recep Tayyip Erdogan a donné mi-mars son feu vert à l'entrée dans l'Otan de la Finlande, après dix mois de blocage en soumettant aux députés le texte de ratification, une décision aussitôt saluée par l'Alliance atlantique. "Nous avons décidé d'entamer le processus d'adhésion de la Finlande à l'Otan dans notre parlement", avait alors déclaré le chef d'État.


La ratification ne fait a priori aucun doute, la commission parlementaire turque des Affaires étrangères l'ayant approuvée la semaine dernière.

INQUIÉTUDES


La Maison Blanche a exprimé jeudi sa "profonde inquiétude" pour tous les Américains se trouvant sur le sol russe, après l'arrestation d'Evan Gershkovich, un reporter du quotidien Wall Street Journal.


"Nous comprenons que vous faites tous un travail important et que pour le faire, vous voulez et devez prendre des risques. Nous le respectons. Mais cela ne change rien à notre profonde inquiétude sur la présence d'Américains" en Russie, a dit à des journalistes John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale.

FIN DE CAVALE


Un Russe de 54 ans a été arrêté jeudi en Biélorussie. L'homme a pris la fuite après avoir été condamné à deux ans de prison à la suite d'un dessin de sa fille contre la guerre en Ukraine.

CORÉE DU NORD


La Maison Blanche dispose "de nouvelles informations montrant que la Russie cherche activement à se procurer plus de munitions auprès de la Corée du Nord", a alerté jeudi John Kirby, du Conseil de sécurité nationale. 

OSCE


En raison des répercussions extrêmement graves de l’agression de la Russie contre l’Ukraine sur la population civile ukrainienne, et en particulier sur les enfants, 45 États participants de l’OSCE, dont la France, ont invoqué jeudi le mécanisme de Moscou, annonce le ministère français des Affaires étrangères. Ce dispositif "vise à enquêter sur les allégations de graves violations des engagements pris par les États dans le cadre de l’OSCE et à identifier des actions pour y remédier", rappelle le Quai d'Orsay. En l'occurrence, il va s'intéresser, en particulier, aux transferts forcés et à la déportation de civils ukrainiens par la Russie, y compris d’enfants non accompagnés.

BAKHMOUT


L'Ukraine ne contrôle plus qu'un tiers de la ville de Bakhmout, théâtre de combats violents et particulièrement meurtriers depuis des mois dans l'Est, a affirmé jeudi un conseiller de la présidence ukrainienne, Serguiï Lechtchenko. "Bakhmout est contrôlée à un tiers par l'Ukraine, comme l'ont établi les observateurs internationaux", a-t-il indiqué. 


Il a revanche démenti que la ville soit encerclée par les forces russes. 

BLINKEN


Anthony Blinken se dit "extrêmement préoccupé" par l'arrestation du journaliste américain, Evan Gershkovich, accusé d'espionnage par la Russie. "Nous sommes extrêmement préoccupés par l'arrestation très médiatisée d'un journaliste américain", a déclaré le secrétaire d'État dans un communiqué. Selon lui, cette sanction vise à "punir" la presse. 

PÈRE ET FILLE


L'homme russe qui s'est vu retirer la garde de sa fille, pour un dessin anti-guerre en Ukraine qu'elle avait fait, a été arrêté jeudi en Biélorussie. Le quinquagénaire a été "arrêté par la police" près de la capitale Minsk "à la demande" des autorités russes, a annoncé le ministère biélorusse de l'Intérieur, cité par les agences de presse russes.

JOURNALISTE AMÉRICAIN


Le Wall Street Journal "réfute avec véhémence" les allégations d'espionnage à l'encontre de son journaliste Evan Gershkovich, emprisonné par la Russie. 

ONU 


Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, compte présider, en avril à New York, une réunion de l'ONU, a annoncé jeudi la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova. "Un autre événement clé de la présidence russe sera le débat public de haut niveau du Conseil (de sécurité) sur 'Un multilatéralisme efficace à travers la défense des principes de la Charte des Nations unies'. Cette réunion sera présidée par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov", a-t-elle indiqué.

CE QUE L'ON SAIT

JOURNALISME


Un tribunal russe a placé en détention le journaliste américain Evan Gershkovich, du Wall Street Journal, accusé d'espionnage. "Par décision du tribunal Lefortovo de Moscou du 30 mars 2023 concernant Gershkovich E., soupçonné d'avoir commis un crime (...), une mesure préventive a été choisie sous la forme d'une détention (...) jusqu'au 29 mai 2023", a indiqué la cour. 

JUSTICE


Deux associations ont déposé mercredi une nouvelle plainte pour tenter d'obtenir la désignation d'un juge d'instruction pour enquêter sur TotalEnergies, qu'ils accusent de complicité de crimes de guerre russes en Ukraine, a appris l'AFP jeudi de source proche du dossier.


Une première plainte avait été classée sans suite en janvier par le Parquet national antiterroriste (Pnat). Accusé d'avoir indirectement contribué à l'effort de guerre russe en continuant à exploiter un gisement après le début de la guerre en Ukraine, ce qui aurait permis de fabriquer du carburant utilisé par les avions de Moscou, le groupe pétrolier a dénoncé auprès de l'AFP des attaques "outrancières", "diffamatoires" et "infondées".

L'INQUIETUDE DE LA FRANCE


La France a exprimé jeudi son inquiétude après l'arrestation en Russie d'un journaliste américain travaillant pour le Wall Street Journal, appelant Moscou à respecter la liberté de la presse.


"Nous sommes particulièrement inquiets et nous avons eu l'occasion de condamner l'attitude répressive de la Russie" que ce soit à l'égard de la presse russe ou de la presse étrangère, a déclaré Anne-Claire Legendre, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, lors d'un point presse.

ESCRIME


La Fédération danoise d'escrime a renoncé jeudi à organiser une épreuve du circuit international prévue en octobre, pour protester contre la réintégration des escrimeurs russes et bélarusses décidée par la Fédération internationale au début du mois.


"C'est avec le cœur lourd que nous prenons cette décision, mais nous ne pouvons pas soutenir le retour des escrimeurs russes et bélarusses sur les pistes dans les circonstances actuelles", écrit le président de la Fédération danoise, Jan Sylvest Jensen, dans un communiqué à l'AFP.


Le Trekanten International, épreuve du circuit secondaire des moins de 23 ans et antichambre de la Coupe du monde, devait se tenir à Copenhague les 7 et 8 octobre.

JEUX OLYMPIQUES


La recommandation du Comité international olympique (CIO) de réintégrer les sportifs russes "ne préjuge en rien" leur présence aux Jeux olympiques 2024 de Paris, a déclaré jeudi la ministre des Sports et des JO Amélie Oudéa-Castéra.


"Si les fédérations internationales devaient décider qu’il y avait cette participation d'athlètes individuels, c'est sous un régime strict de neutralité, sans bannière ni drapeau russe, sans hymne" et "tout ceci est une étape qui ne préjuge en rien ce que nous ferons" pour les JO de Paris, a déclaré la ministre en marge d'un déplacement à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

CHARLES III EN ALLEMAGNE


Le roi Charles III a mis en garde jeudi contre "la menace" que l'invasion russe de l'Ukraine fait peser sur la sécurité de l'Europe et "nos valeurs démocratiques", dans un discours historique devant les députés allemands.


"Mais le monde n'a pas regardé sans rien faire", a ajouté le souverain britannique, soulignant le "rôle majeur" endossé par son pays et l'Allemagne dans le soutien à Kiev, notamment sur le plan militaire.


Il a loué les livraisons d'armes lourdes à l'Ukraine par l'Allemagne, un pays profondément pacifiste depuis les horreurs du nazisme et qui a longtemps hésité à sauter ce pas. "La décision de l'Allemagne de faire parvenir à l'Ukraine une grande aide militaire est courageuse, importante et bienvenue", a-t-il jugé. 


"Nous sommes bouleversés par les terribles destructions (en Ukraine) mais nous pouvons puiser du courage dans notre unité", a souligné le souverain, s'exprimant la plupart du temps en allemand.

JOURNALISME


Le Wall Street Journal "réfute avec véhémence" les accusations d'espionnage contre son journaliste en Russie.

JOURNALISME


La diplomatie russe a affirmé jeudi que le journaliste américain du Wall Street Journal arrêté en Russie pour "espionnage" avait été pris "la main dans le sac".


"Ce que faisait le collaborateur de la publication américaine Wall Street Journal à Ekaterinbourg n'avait aucun rapport avec le journalisme", a estimé sur Telegram la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.


Elle a ajouté que le reporter n'était "pas le premier Occidental célèbre à être pris la main dans le sac" et que d'autres avaient "utilisé le statut de +correspondant étranger+ à des fins de couverture de leurs activités".

JOURNALISME


Le quotidien américain Wall Street Journal s'est dit jeudi "profondément préoccupé pour la sécurité" de son journaliste arrêté en Russie pour '"espionnage", dans un contexte de tensions entre Moscou et Washington sur fond de conflit en Ukraine.


"Le Wall Street Journal est profondément préoccupé pour la sécurité" d'Evan Gershkovich, a indiqué le quotidien dans un bref communiqué. L'arrestation du reporter a été annoncée jeudi par les services de sécurité russes (FSB).

RECRUTEMENT EN RUSSIE


Dans son rapport quotidien, le ministère de la défense britannique assure que les autorités russes se préparent à lancer une grande campagne de recrutement militaire. Objectif : enrôler 400 000 soldats supplémentaires. 


Cette campagne serait basée sur le "volontariat". Mais selon les Britanniques, il est possible que les autorités régionales essaient d’atteindre les objectifs de recrutement qui leur sont assignés en contraignant des hommes à s’engager, sachant que l’objectif de 400 000 "volontaires" reste hypothétique.

RELATIONS CHINE / UE


L'avenir des relations entre l'Union européenne et la Chine dépendra pour une large part de l'attitude de Pékin vis-à-vis de la "guerre de Poutine" en Ukraine, a mis en garde jeudi Ursula von der Leyen.


"Nous devons être francs: la manière dont la Chine continuera de réagir face à la guerre de Poutine sera un facteur déterminant de l'avenir des relations entre l'UE et la Chine", a lancé la présidente de la Commission européenne, qui doit se rendre à Pékin la semaine prochaine avec le président français Emmanuel Macron

JOURNALISME


Les services de sécurité russes (FSB) ont annoncé jeudi l'arrestation pour espionnage du correspondant du journal américain Wall Street Journal, Evan Gershkovich.


"Le FSB a déjoué l'activité illégale du correspondant accrédité (...) du bureau moscovite du journal américain Wall Street Journal, citoyen des Etats-Unis, Evan Gershkovich", a indiqué le FSB dans un communiqué cité par les agences russes, précisant que le journaliste était soupçonné d'"espionnage" au profit de Washington.


Il aurait été arrêté dans la ville d'Ekaterinbourg, dans l'Oural.

"UNE MAUVAISE BLAGUE"


L'Ukraine a qualifié jeudi la future présidence russe du Conseil de sécurité de l'ONU, à partir de samedi et pour un mois, de "mauvaise blague".


"La présidence russe du Conseil de sécurité de l'ONU le 1er avril est une mauvaise blague. La Russie a usurpé son siège; elle mène une guerre coloniale ; son président est un criminel de guerre recherché par la CPI pour enlèvement d'enfants", a fustigé sur Twitter le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba.

LE POINT SUR LA SITUATION


Retour sur les faits marquants de ces dernières 24 heures.

LE SOUTIEN DE CHARLES III


Charles III a appelé mercredi soir à défendre les valeurs démocratiques et loué la solidarité avec l'Ukraine pour défendre la "liberté" contre "l'agression" russe, en entamant une visite d'Etat en Allemagne, sa première en tant que roi à l'étranger.


Le Royaume-Uni et l'Allemagne se tiennent "côte à côte pour protéger et faire progresser (leurs) valeurs démocratiques partagées", a-t-il dit dans un discours à Berlin, au château de Bellevue où le chef de l'Etat allemand, Frank-Walter Steinmeier, donnait un dîner en son honneur. Ce combat "est incarné par le fait que nous sommes ensemble aux côtés de l'Ukraine pour la défense de la liberté et de la souveraineté face à une agression non provoquée", a ajouté le monarque britannique.


"L'Allemagne et le Royaume-Uni sont aujourd'hui, également sur le plan militaire, les deux plus grands soutiens de l'Ukraine en Europe", lui a fait écho le chef de l'Etat allemand, évoquant une invasion russe qui a ravivé lui "les souvenirs des pires moments" de l'histoire de l'Europe.

HISTOIRE


Maria Moskaliova a écrit une lettre à son père, condamné à deux ans de prison, suite à un dessin anti-guerre qu'elle a réalisé à l'école. L'adolescente de 13 ans y clame haut et fort son amour et son soutien à Alexeï, qui s'est échappé de sa résidence surveillée, où il était retenu. L'affaire provoque un vif émoi en Russie.

EN DIRECT


Bienvenue sur ce direct consacré à la situation en Ukraine.

Empêcher une "prise par les armes" : les troupes russes déployées à la centrale nucléaire de Zaporijia, en Ukraine, assurent se préparer à une attaque de Kiev, qui dément et accuse en retour Moscou d'utiliser le site comme "bouclier". Des journalistes de l'AFP ont pu se rendre mercredi 29 mars sur place à l'occasion de la venue du directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, dans le cadre d'une visite de presse strictement encadrée par l'armée russe.

Vladimir Poutine a dit que les sanctions internationales visant Moscou pour son offensive en Ukraine "peuvent" avoir des conséquences "négatives" à "moyen terme" sur l'économie nationale, après avoir pourtant vanté ces derniers mois l'adaptation de la Russie face à cette nouvelle conjoncture.

Le Premier ministre polonais a appelé Bruxelles à freiner les importations du blé ukrainien qui, selon lui, remplit les sites de stockage en Pologne et "déstabilise" les marchés locaux.

Le Kremlin a dit vouloir "défendre les intérêts" des athlètes russes "de toutes les manières possibles", au lendemain de la recommandation du CIO de les réintégrer aux compétitions internationales sous bannière neutre, à titre individuel et à condition qu'ils n'aient pas soutenu le conflit en Ukraine.

En Allemagne, la commission budgétaire du Bundestag a donné mercredi son feu vert à de nouvelles aides militaires en faveur de l'Ukraine, à hauteur de 8 milliards d'euros pour les années à venir. Les fonds débloqués d'ici 2032 atteignent désormais 12 milliards d'euros au total, à la fois en aides directes à Kiev et en faveur de l'armée allemande, victime de sous-investissements avant l'offensive russe et délestée d'une partie de ses stocks au profit de l'Ukraine.

L'administration d'occupation russe a affirmé mercredi que Melitopol, une des principales villes du sud ukrainien occupée par la Russie, a été touchée par des roquettes de l'armée ukrainienne, entraînant des coupures d'électricité.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info