EN DIRECT - Guerre en Ukraine : la flotte russe "se retire progressivement de Crimée", affirme Zelensky

Publié le 24 octobre 2023 à 6h45, mis à jour le 24 octobre 2023 à 22h52

"La marine russe ne peut plus opérer dans l’ouest de la mer Noire et se retire progressivement de Crimée", a affirmé ce mardi le président ukrainien dans une série de messages publiés sur les réseaux sociaux.
La Crimée est région annexée par Moscou depuis 2014.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

"NOUS VOULONS QU'IL REVIENNE"

La sœur du journaliste américain du Wall Street Journal, Evan Gershkovich, détenu en Russie depuis mars pour des accusations d'espionnage, a exhorté à sa libération à l'approche de son 32ᵉ anniversaire. 


"Chaque jour qu'Evan passe en prison est un jour de trop", confie Danielle Gershkovich à l'AFP à Washington, "nous voulons qu'il revienne". Evan Gershkovich a été arrêté fin mars par les services de sécurité russes lors d'un reportage à Ekaterinbourg, dans l'Oural et a été emprisonné pour espionnage, un crime passible de 20 ans de prison. M. Gershkovich, qui a aussi travaillé pour l'AFP à Moscou par le passé, rejette catégoriquement ces accusations d'espionnage, tout comme Washington et son journal, assurant qu'il ne faisait que son travail de journaliste. 

NOUVELLE AIDE DE L'ALLEMAGNE

L'Allemagne serait en train de préparer une nouvelle aide d'un montant d'1,4 milliard d'euro à destination de l'Ukraine, a indiqué dans un tweet le Premier ministre ukrainien. Une rallonge pour faire face à l'hiver, qui comprendrait notamment des équipements de défense aérienne, a aussi précisé Denys Chmyhal.

7 ANS DE PRISON POUR UN OPPOSANT RUSSE

Un opposant russe à l'assaut de la Russie contre l'Ukraine, Mikhaïl Kriger a vu sa peine de sept ans de prison confirmée en appel, selon plusieurs ONG, en pleine répression des voix critiques du Kremlin. Selon l'ONG Memorial, M. Kriger a proclamé peu avant la sentence que le président russe Vladimir Poutine était le "terroriste N°1 dans le monde" et lancé dans la salle "Slava Oukraïni!", soit "Gloire à l'Ukraine". 


Arrêté en novembre 2022, le prévenu avait été condamné en mai à sept ans de prison pour "apologie du terrorisme", "incitation publique à l'extrémisme", notamment pour avoir souhaité voir M. Poutine pendu, dans des messages publiés sur Facebook avant l'offensive de février 2022. Ces messages, selon l'accusation, justifiaient également un attentat commis contre l'antenne des services de sécurité (FSB) à Arkhangelsk (nord-ouest) en 2018 et un autre en 2019 contre le siège du FSB à Moscou. 

ZELENSKY AFFIRME QUE LA FLOTTE RUSSE "SE RETIRE PROGRESSIVEMENT DE CRIMÉE"

Dans une série de messages publiés sur les réseaux sociaux, le président ukrainien Vlodymyr Zelensky affirme que "la marine russe ne peut plus opérer dans l’ouest de la mer Noire et se retire progressivement de Crimée", région annexée par Moscou depuis 2014. 

LE SOUTIEN À ISRAËL N'AFFAIBLIRA PAS L'AIDE À L'UKRAINE, ASSURE OLAF SCHOLZ

Le soutien à Israël n'affectera pas l'aide à l'Ukraine, assure ce mardi le chancelier allemand Olaf Scholz. "Nous soutenons l'Ukraine économiquement, financièrement, avec une aide humanitaire mais aussi avec des armes, a expliqué, depuis Berlin, le dirigeant. Ce soutien ne sera en aucun cas affecté par le fait que, depuis les horribles heures du matin du 7 octobre, nous sommes tournés vers Israël et le Moyen-Orient avec la plus grande compassion et la plus grande inquiétude."

DES DRONES RUSSES ABATTUS PAR L'ARMÉE DE L'AIR UKRAINIENNE

L'armée de l'air ukrainienne indique avoir abattu dans la nuit de lundi à mardi six drones explosifs de type Shahed lancés depuis la Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014. 

HUIT BLESSÉS DANS DES BOMBARDEMENTS À KHERSON ET À KHARKIV

Quatre personnes, dont un enfant de 12 ans, ont été blessées lors d'un bombardement avec des "munitions incendiaires", dans le village de Bilozerka, à l'est de la ville de Kherson, a indiqué sur Telegram le ministre ukrainien de l'Intérieur, Igor Klymenko. "Vingt maisons, un réseau de gaz et plusieurs voitures et des bâtiments commerciaux ont été endommagés", a ajouté le responsable.


Dans la région de Kharkiv, quatre personnes ont également été blessées et hospitalisées, lors d'une frappe sur le village de Borova, selon le ministre.

L'OPPOSANT RUSSE ALEXEÏ NAVALNY ABSENT À UNE AUDIENCE JUDICIAIRE

Lundi, l'opposant à Vladimir Poutine Alexeï Navalny ne s'est pas présenté à une audience judiciaire en Russie. En cause, selon des informations rapportées par l'agence Associated Press ? La confiscation dans sa prison de l'ensemble de son matériel d'écriture, alors qu'il devait assister à plusieurs "procédures d'enquête" non précisées. 


La semaine précédente, Alexeï Navalny avait déjà dénoncé "l'arrestation scandaleuse et illégale" de plusieurs de ses avocats dans une affaire d'"extrémisme". D'autres de ses conseillers avaient également fui le pays, par crainte de poursuites judiciaires.

DES DRONES ABATTUS PAR LA RUSSIE EN MER NOIRE ?

La Russie a affirmé mardi avoir neutralisé trois drones navals ukrainiens en mer Noire qui semblent avoir visé la baie de Sébastopol, en Crimée annexée. "Une frappe avec des systèmes de missiles anti-diversion a été effectuée contre la zone de détection" de ces trois engins, a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.


Des mesures anti-diversion et celles visant à détecter des mines étaient en cours dans la baie de Sébastopol, port d'attache de la Flotte russe de la mer Noire en Crimée, après cet incident, a-t-il ajouté.

UN CÂBLE DE TÉLÉCOMMUNICATIONS ENDOMMAGÉ ENTRE SUÈDE ET ESTONIE

Après le gazoduc Nordstream, un autre câble endommagé dans la mer Baltique ? C'est en tout cas ce qu'a affirmé lundi le gouvernement suédois dans un communiqué, indiquant qu'un câble de communication entre le pays et l'Estonie avait été abîmé  par "une force extérieure" ou une "manipulation". 


Quelques jours plus tôt, un autre gazoduc, finlandais cette fois, avait lui aussi été endommagé. Ce nouvel incident suédo-estonien aurait eu lieu "dans la même fenêtre temporelle" que lors de la dégradation de cet équipement finlandais. 

PLUS DE 400.000 MILITAIRES RUSSES SUR LE SOL UKRAINIEN

"Plus de 400.000 militaires russes" sur le territoire ukrainien : voilà le nouveau bilan dressé lundi par le renseignement ukrainien sur l'état des troupes de Moscou dans le pays. Alors que ces dernières concentrent pour le moment leurs efforts pour avancer à l'est du pays, "il y a suffisamment de forces pour mener des opérations séparées dans certaines zones du front", a souligné un porte-parole du renseignement. 

L'ATTAQUE D'AVDIIVKA PAR LES RUSSES SE POURSUIT

La Russie tente d'avancer à l'est de l'Ukraine, dans la localité d'Avdiivka. Théâtre de nombreux affrontements, les positions ukrainiennes dans le secteur sont "protégées", a pourtant estimé dimanche Volodymyr Zelensky. D'ailleurs, l'armée russe n'aurait pour le moment repris que 3 à 4 kilomètres carrés de terres.

BIENVENUE

Bienvenue sur ce live consacré à l'actualité de la guerre en Ukraine.

Un tribunal russe a ordonné ce lundi le placement en détention provisoire "jusqu'au 5 décembre" de la journaliste russo-américaine Alsu Kurmasheva, arrêtée la semaine dernière, devenant le second reporter américain détenu dans le pays. La Russie mène une vaste campagne de répression à l'encontre des médias indépendants, ONG, avocats et opposants depuis le début de son assaut contre l'Ukraine en février 2022.

La journaliste a été arrêtée mercredi et est accusée de manquements liés à son inscription au registre des "agents de l'étranger" alors qu'elle était engagée dans "la collecte intentionnelle d'informations concernant des activités militaires" pouvant être dommageables pour "la sécurité de la Russie", a indiqué le tribunal la semaine dernière.

Alsu Kurmasheva, qui travaille pour le média américain Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL), risque jusqu'à cinq ans de prison. Son président par intérim, Jeffrey Gedmin, a appelé à la "libération immédiate" de sa journaliste.

À Washington, le porte-parole du département d'Etat Matthew Miller a fait part de la "profonde inquiétude" des États-Unis à son sujet. "Nous avons demandé un accès consulaire. Jusqu'à présent, on ne nous l'a pas accordé. On va continuer à faire pression afin de l'obtenir", a-t-il dit lundi à la presse.

Le statut d'"agent de l'étranger", qui rappelle le qualificatif soviétique d'"ennemi du peuple", impose aux personnes ou entités visées des contraintes administratives et un contrôle financier très lourd. Il oblige également à accompagner toute publication, y compris sur les réseaux sociaux, de ce label. Certains des critiques les plus respectés du président russe Vladimir Poutine figurent parmi ces "agents de l'étranger", comme le prix Nobel de la Paix et rédacteur en chef du journal indépendant Novaïa Gazeta, Dmitri Mouratov.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info