Zaporijia : la centrale nucléaire ukrainienne cristallise les tensions

EN DIRECT - Ukraine : l'arrivée d'un navire russe en mer Noire fait craindre de nouvelles frappes

Publié le 28 novembre 2022 à 6h30, mis à jour le 29 novembre 2022 à 3h10
JT Perso

Les responsables ukrainiens ont dit s'attendre à une nouvelle vague de bombardements russes cette semaine.
Les précédentes salves ayant visé des infrastructures critiques et provoqué des coupures massives d'eau et d'électricité, notamment dans la capitale Kiev.
Suivez avec nous les dernières infos sur le conflit.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

ÉTATS-UNIS / RUSSIE


La réunion prévue entre Russes et Américains pour discuter de la possible reprise de leurs inspections dans le cadre du traité New Start, un accord clé de désarmement nucléaire, a été reporté sine die, a annoncé lundi la diplomatie russe.

"La session de la commission consultative bilatérale sur le traité Start russo-américain, initialement prévue au Caire du 29 novembre au 6 décembre, n'aura pas lieu aux dates indiquées", a indiqué le ministère russes des Affaires étrangères, cité par l'agence TASS. "L'événement est reporté à une date ultérieure", a-t-il ajouté.

CANADA / RUSSIE


La ministre canadienne des Affaires étrangères Mélanie Joly a demandé lundi à ses services de convoquer l'ambassadeur de Russie à Ottawa, Oleg Stepanov, suite à une série de tweets anti-LGBT+ dont un visant une ministre fédérale ouvertement lesbienne.

Les messages publiés par le compte Twitter de l'ambassade russe font écho à l'adoption la semaine dernière par la Douma d'un projet de loi interdisant toute "propagande" LGBT+, ou encore de "faire la promotion de relations sexuelles non traditionnelles" auprès de tous les publics, dans les médias, sur internet, dans les livres et dans les films.

L'APPEL D'UN NOBEL DE LA PAIX POUR DES ARMES


A l'approche de la remise du prix Nobel de la paix, la cheffe de l'une des organisations lauréates a appelé lundi la communauté internationale à livrer des armes à l'Ukraine pour l'aider à se défendre et mettre fin aux atrocités. 


"Quand quelqu'un me demande comment stopper ces crimes prolongés dans les territoires occupés, je ne peux que répondre: fournissez à l'Ukraine des armes pour libérer ces territoires", a déclaré l'avocate des droits de l'homme et présidente du Centre pour les libertés civiles, l'Ukrainienne Oleksandra Matviitchouk, dans un entretien accordé à l'AFP à Stockholm. 


"Nous devons empêcher d'autres dommages sur les infrastuctures civiles. Et nous avons besoin de systèmes de défense anti-aérienne. Nous avons besoin d'autres types d'équipement militaire qui pourrait nous aider à défendre notre ciel", a déclaré l'avocate.

VIOLENCES SEXUELLES


La Première dame d'Ukraine Olena Zelenska a affirmé lundi lors d'une conférence à Londres que "violences et crimes sexuels" faisaient partie de "l'arsenal" russe pour "humilier les Ukrainiens", appelant à une "réponse globale" des dirigeants dans le monde.


Depuis l'invasion russe le 24 février, "les opportunités des occupants se sont élargies pour humilier les Ukrainiens et malheureusement, les violences sexuelles et les crimes sexuels font partie de leur arsenal", a affirmé Mme Zelenska.


La Russie a recours à la violence sexuelle "systématiquement et ouvertement", a-t-elle souligné.  "C'est pour cette raison qu'il est extrêmement important que ce soit reconnu comme un crime de guerre pour poursuivre tous les agresseurs", a-t-elle dit, pressant pour une "réponse globale" lors d'une conférence  organisée à Londres contre les violences sexuelles pendant les conflits.

ESPIONNAGE


L'ambassadeur norvégien à Moscou a été convoqué lundi au ministère russe des Affaires étrangères en signe de protestation après l'arrestation de plusieurs Russes en Norvège, accusés d'avoir fait voler des drones.


Robert Kvile s'est vu signifier le caractère "inacceptable" de ces arrestations, que Moscou a dénoncé comme "politiquement motivées" et n'ayant "rien à voir avec les principes d'une justice équitable et impartiale", a précisé le ministère russe dans un communiqué.


Moscou a appelé les autorités norvégiennes à "mettre fin à ces actions russophobes et à la persécution des citoyens russes sur la base de leur nationalité". Près d'une dizaine de Russes ont été arrêtés en Norvège ces dernières semaines pour avoir fait voler des drones ou photographié des sites sensibles.

DIPLOMATIE


La réunion prévue entre Russes et Américains pour discuter de la possible reprise de leurs inspections dans le cadre du traité New Start, un accord clé de désarmement nucléaire, a été reporté sine die, a annoncé lundi la diplomatie russe.


"La session de la commission consultative bilatérale sur le traité Start russo-américain, initialement prévue au Caire du 29 novembre au 6 décembre, n'aura pas lieu aux dates indiquées", a indiqué le ministère russes des Affaires étrangères, cité par l'agence TASS.

DES DRONES RUSSES EN NORVÈGE


L'ambassadeur norvégien à Moscou a été convoqué au ministère russe des Affaires étrangères en signe de protestation après l'arrestation de plusieurs Russes en Norvège, accusés d'avoir fait voler des drones.


Robert Kvile s'est vu signifier le caractère "inacceptable" de ces arrestations, que Moscou a dénoncé comme "politiquement motivées" et n'ayant "rien à voir avec les principes d'une justice équitable et impartiale", a précisé le ministère russe dans un communiqué.


Près d'une dizaine de Russes ont été arrêtés en Norvège ces dernières semaines pour avoir fait voler des drones ou photographié des sites sensibles. L'un d'entre eux, un citoyen russe qu avait quitté la Russie pour échapper à la mobilisation dans l'armée, a été condamné mercredi à 90 jours de prison ferme. 

UN NAVIRE RUSSE EN MER NOIRE


Les responsables ukrainiens ont dit s'attendre à une nouvelle vague de bombardements russes cette semaine, les précédentes salves ayant visé des infrastructures critiques et provoqué des coupures massives d'eau et d'électricité, notamment dans la capitale Kiev.


"Il est fort probable que le début de la semaine soit marqué par une telle attaque", a déclaré lundi la porte-parole du commandement Sud de l'armée ukrainienne, Natalia Goumeniouk, soulignant qu'un navire russe porteur de missiles était apparu en mer Noire. 


"C'est un porte-missiles de surface qui embarque huit missiles de type Kalibr. Cela indique que des préparatifs sont en cours", a-t-elle ajouté à la télévision ukrainienne.

ENTENTE AFFICHÉE ENTRE LA RUSSIE ET LE KAZAKHSTAN


Vladimir Poutine et son homologue kazakh Kassym-Jomart Tokaïev ont affiché leur unité en louant leurs liens historiques, après des désaccords sur le conflit en Ukraine. "Pour le Kazakhstan, la Russie a toujours été et reste le principal partenaire stratégique", a déclaré Jomart Tokaïev lors d'une rencontre avec le président russe au Kremlin.

RISQUE D'ARMES CHIMIQUES


L'invasion de l'Ukraine par la Russie a accru la menace d'utilisation d'armes de destruction massive, y compris les munitions chimiques, a déclaré Fernando Arias, le chef de l'organisme mondial de surveillance des armes toxiques. Cette organisation, qui suit la situation en Ukraine de près, a fourni à ce pays, à sa demande, une formation pour les premiers intervenants pour les attaques chimiques et pour la détection des fuites chimiques.

VISITE D'EMMANUEL MACRON AUX ETATS-UNIS


A partir de demain et jusqu'au 2 décembre, Emmanuel Macron sera en visite à Washington pour rencontrer le président américain Joe Biden. L'occasion pour le chef d'Etat français de pousser sa position concernant la guerre en Ukraine, celui-ci poussant depuis le début du conflit vers une diplomatie du "en-même-temps", mêlant un soutien total à Kiev à un dialogue avec Moscou. 


Mais Emmanuel Macron veut aussi une "resynchronisation" de la réponse économique, des deux côtés de l'Atlantique, à la crise provoquée par le conflit. Le dirigeant français prévoit ainsi de hausser le ton face au protectionnisme américain mis en place par Joe Biden, au détriment des Européens.

LES RUSSES RESTERONT À ZAPORIJIA


L'administration installée par la Russie dans la ville occupée d'Enerhodar, où se trouve la centrale nucléaire de Zaporijia, a réfuté les propos tenus par Petro Kotin, directeur d'Energoatom. Celui-ci, lors d'un entretien à la télévision ukrainienne dimanche soir, a expliqué que les Russes seraient sur le point de se retirer de la centrale. 


"Les médias diffusent activement des fausses informations selon lesquelles la Russie aurait l'intention de se retirer d'Enerhodar et de quitter la [centrale nucléaire]. Cette information n'est pas vraie", a-t-il été déclaré par l'administration russe sur Telegram, ce lundi matin.

LES FAITS DES DERNIÈRES 24 HEURES


En ce 278e jour de conflit, retrouvez les faits marquants liés à l'invasion russe en Ukraine de ces dernières 24 heures.

KHERSON


L'électricité a partiellement été restaurée dans la ville libérée de Kherson, selon le gouverneur de la région, Yaroslav Yanushevych, cité par The Kyiv Independent. 17% des foyers sont désormais de nouveau raccordé au réseau.

VERS UN RETRAIT DE ZAPORIJJIA ?


Selon Petro Kotin, directeur d'Energoatom, la Compagnie nationale de production d'énergie nucléaire d'Ukraine, les Russes seraient sur le point de se retirer de la centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée depuis le début de l'invasion.


"Depuis plusieurs semaines, nous recevons des informations faisant état de signes qui indiqueraient qu'ils se prépareraient à quitter la centrale", a-t-il affirmé à la télévision ukrainienne.

BIENVENUE


Bonjour à tous et à toutes, bienvenue dans ce direct consacré à la guerre en Ukraine. Vous retrouverez ici les dernières informations, reportages et images fortes à propos du conflit et de ses conséquences dans le monde.

Les affrontements entre les troupes ukrainiennes et russes se sont poursuivis ce dimanche. Des bombardements ont été signalés dans plusieurs zones du pays. Deux civils sont morts ce dimanche dans la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, après un bombardement russe, rapportent les médias ukrainiens, dont le Kyiv Independent. Une autre personne a été blessé et quatre maisons ont été détruites dans la même frappe. "Aujourd'hui, nous faisons tout ce qui est possible et impossible pour arrêter la nouvelle politique génocidaire de la Russie”, a déclaré le président ukrainien sur les réseaux sociaux. 

Selon Petro Kotin, directeur d'Energoatom, la Compagnie nationale de production d'énergie nucléaire d'Ukraine, les Russes seraient sur le point de se retirer de la centrale nucléaire de Zaporijia, occupée depuis le début de l'invasion. "Depuis plusieurs semaines, nous recevons des informations faisant état de signes qui indiqueraient qu'ils se prépareraient à quitter la centrale", a-t-il affirmé à la télévision ukrainienne.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a assuré que son peuple tiendrait bon face aux attaques russes, qui provoquent régulièrement des coupures massives d'électricité et d'eau alors que les températures hivernales s'installent. "Les Ukrainiens ont vécu des choses vraiment terribles. Et malgré tout, ils ont conservé la capacité de ne pas se soumettre et leur amour de la liberté. Autrefois, ils voulaient nous détruire par la faim, aujourd'hui par l'obscurité et le froid", a déclaré Zelensky dans une vidéo publiée ce week-end sur Telegram.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info