Ukraine : la guerre du froid
En Direct

EN DIRECT - L'Allemagne va fournir à l'Ukraine "plus de 350 générateurs"

Publié le 29 novembre 2022 à 6h30, mis à jour le 30 novembre 2022 à 4h08
JT Perso

L'Allemagne va fournir "plus de 350 générateurs" à l'Ukraine, dont les infrastructures énergétiques ont été en partie détruites par des frappes russes, a annoncé mardi le porte-parole du gouvernement.
Suivez les dernières informations.

LES LIVRAISONS D'ENGRAIS RUSSE SE DEBLOQUENT 


Après des obstacles liés aux sanctions qui frappent Moscou, une première cargaison d'engrais russes a quitté mardi les Pays-Bas à destination du Malawi, ont indiqué la douane néerlandaise et l'ONU. Les exportations d'engrais russes, cruciales pour combattre la crise alimentaire, sont longtemps restées paralysées. 


Les produits agricoles et les engrais ne tombent pas sous le coup des sanctions à l'égard de la Russie, mais en raison des risques liés au conflit encourus en mer Noire, les armateurs ne voulaient plus engager leur bateaux faute d'assureurs.

GREENPEACE DENONCE LE COMMERCE NUCLEAIRE FRANCE RUSSIE 


Greenpeace a appelé mardi le gouvernement français à stopper "les contrats sur le commerce d'uranium" entre la France et la Russie alors que les livraisons se poursuivent malgré la guerre, en l'absence de sanctions internationales sur le nucléaire civil russe.  


Mardi matin encore, des dizaines de fûts d’uranium enrichis et des containers d’uranium naturel arrivaient par cargo sur le port de Dunkerque, en provenance de Russie, à destination d’une usine du constructeur de centrales nucléaires et fournisseur de combustible Framatome, filiale d'EDF, située à Romans-sur-Isère (Drôme).


L'ONG réclame "la résiliation de tous les contrats en cours entre l'industrie nucléaire française et Rosatom (le géant russe, ndlr) ainsi que ses filiales, en commençant par les contrats concernant le commerce d'uranium entre Tenex, filiale de Rosatom, et respectivement EDF et Orano". 

EMMANUEL MACRON AUX ETATS-UNIS 


Emmanuel Macron est arrivé dans la nuit de mardi à mercredi à Washington pour une visite d'Etat qui mêlera les fastes de la Maison Blanche aux discussions stratégiques avec Joe Biden sur la guerre en Ukraine et le protectionnisme commercial des Etats-Unis. Il entend évoquer avec son homologue américain le plan massif de soutien à la transition énergétique, ou Inflation Reduction Act (IRA). 


Mais au-delà des questions commerciales, le rendez-vous américain doit permettre aux présidents des deux pays alliés d'afficher leur unité dans le soutien à l'Ukraine et, peut-être, d'esquisser un message commun en faveur de l'idée de négociations, à terme, pour mettre fin à la guerre lancée par la Russie - un thème cher au chef de l'Etat français que certains, à Washington, commencent aussi à défendre.

LE MESSAGE DE KIEV ENVERS L'OTAN


L'Ukraine a appelé mardi les pays membres de l'Otan réunis à Bucarest à accélérer la livraison d'armes et d'équipements électriques afin d'aider le pays meurtri par plus de neuf mois de guerre à faire face aux dommages causés à son infrastructure énergétique par les bombardements russes. 


"La dernière fois, j'avais dit trois mots: des armes, des armes, des armes. Cette fois, j'ai trois autres mots: plus vite, plus vite et plus vite", a lancé le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, peu avant une rencontre avec le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.


Quels sont les besoins ukrainiens les plus pressants? Des générateurs et des missiles Patriot de défense aérienne, a-t-il martelé.

SECTEUR ENERGETIQUE


L'Allemagne va fournir "plus de 350 générateurs" à l'Ukraine, dont les infrastructures énergétiques ont été en partie détruites par des frappes russes, a annoncé mardi le porte-parole du gouvernement.


Le chancelier Olaf Scholz s'est entretenu avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky et l'a "assuré d'un soutien supplémentaire à court terme", a annoncé dans un communiqué Steffen Hebestreit, précisant que l'aide allemande dans ce domaine s'élevait déjà jusqu'à présent à 56 millions d'euros.

ARMEMENT


L'Ukraine a annoncé mardi avoir reçu des lance-roquettes unitaires (LRU), l'équivalent français des Himars américains, pour renforcer son arsenal militaire face à la Russie, après plus de neuf mois d'invasion des troupes de Moscou.


"Arrivée de LRU ! L'armée ukrainienne est maintenant plus forte", s'est félicité sur Twitter le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov. Le ministre n'a pas précisé combien de LRU avaient été livrés, mais son homologue français, Sébastien Lecornu, avait indiqué le 19 novembre dans un entretien au Journal du Dimanche que la France allait envoyer "deux LRU pour la frappe terrestre en profondeur" à l'Ukraine.


Le LRU a une porté d'"environ 70 km" et peut toucher sa cible avec une précision "à moins d'un mètre", selon une description sur le site du ministère français de la Défense.

SOUTIEN FINANCIER


La France va accorder un prêt bilatéral de 100 millions d'euros pour venir en aide à l'Ukraine, en guerre depuis l'invasion russe, a annoncé mardi le ministère français de l’Économie et des Finances.  Cette assistance financière s'ajoute à un prêt de 300 millions d'euros octroyé en mars. 


"L'assistance financière à l'Ukraine joue un rôle crucial pour soutenir la stabilité économique du pays et la continuité des services publics", a indiqué Bercy dans un communiqué. 


"Elle contribue aussi au maintien en fonctionnement des infrastructures essentielles, alors que les destructions menées par la Russie à l'approche de l'hiver se sont intensifiées et génèrent de graves conséquences pour la population ukrainienne", a-t-on ajouté de même source.

LE GROUPE WAGNER RECONNAÎT LA MORT D'UN ZAMBIEN


Le groupe paramilitaire russe Wagner a reconnu mardi qu'un étudiant zambien recruté en prison avait été tué en Ukraine, deux semaines après que la Zambie eut demandé des explications à la Russie sur les circonstances de la mort d'un de ses concitoyens.


"Lemekhani Nathan Nyirenda, le 22 septembre, a été l'un des premiers à pénétrer dans les tranchées ennemies, faisant preuve de courage et de bravoure", a salué sur les réseaux sociaux de son entreprise le chef de Wagner, Evguéni Prigojine. Oligarque réputé proche de Vladimir Poutine et devenu personnalité médiatique du conflit en Ukraine, il a affirmé "bien se rappeler de ce gars" de 23 ans, "mort en héros" au combat.

MOSCOU EN COLÈRE CONTRE LE PAPE


La Russie a exprimé son "indignation" après des propos du pape François sur le rôle présumé des minorités ethniques russes dans le conflit en Ukraine, ont rapporté mardi les agences de presse russes.


Le pape François a affirmé dans une interview publiée lundi que certains des combattants "les plus cruels" à l'offensive russe en Ukraine "ne sont pas de tradition russe", mais appartiennent à des minorités comme "les Tchétchènes, les Bouriates", en référence aux peuples autochtones de ces régions russes.


La réaction russe ne s'est pas fait attendre, Moscou ayant déposé mardi une plainte officielle auprès du Vatican, selon l'agence de presse publique RIA Novosti. "J'ai exprimé mon indignation après ces insinuations et indiqué que rien ne pouvait ébranler la cohésion et l'unité du peuple multinational russe", a déclaré à l'agence l'ambassadeur russe auprès du Saint-Siège, Alexandre Avdeïev.

MESSAGE DE SOUTIEN À LA COUPE DU MONDE


L'Italien qui a traversé la pelouse vêtu d'un T-shirt de soutien à l'Ukraine et aux femmes iraniennes lundi lors d'un match du Mondial-2022 au Qatar a assuré qu''"enfreindre les règles pour une bonne cause n'est jamais un crime". "La Fifa a interdit les brassards de capitaine arc-en-ciel et les drapeaux des droits de l'Homme dans les tribunes, ils ont bloqué tout le monde, MAIS PAS MOI, comme un Robin des Bois", a écrit Mario Ferri sur son compte Instagram.


Cet homme de 35 ans, surnommé "Le Faucon" et habitué de ce type d'intrusion, a interrompu le match Portugal-Uruguay lundi en courant sur le terrain avec un T-shirt, notamment frappé sur l'avant du logo de Superman avec une inscription de soutien à l'Ukraine, "Save Ukraine" ("Sauvez l'Ukraine").

"CRIME DE GUERRE TERRIBLE"


Le ministre allemand de la Justice Marco Buschmann a qualifié de "crime de guerre" mardi les destructions "systématiques" d'infrastructures énergétiques perpétrées par la Russie en Ukraine.


Les attaques actuelles ciblées contre l'approvisionnement en courant et en chauffage "afin de laisser les gens dans leurs appartements pendant un hiver où les températures pourraient descendre à -30°C" sont "un crime de guerre terrible", a déclaré le ministre à l'issue d'une réunion avec ses homologues du G7.

OTAN : V. POUTINE VEUT UTILISER L'HIVER COMME "UNE ARME DE GUERRE"


Le président russe Vladimir Poutine veut utiliser l'hiver comme "une arme de guerre" contre l'Ukraine avec des "attaques délibérées" contre des infrastructures civiles pour priver le pays de chauffage, d'électricité et d'eau, a dénoncé mardi le secrétaire général de l'Otan.


"Les attaques délibérées contre les services essentiels - le chauffage, la lumière, l'eau, le gaz - ont pour but d'infliger autant de souffrances que possible aux civils ukrainiens pour essayer de briser leur engagement, leur unité dans la lutte contre l'invasion russe", a affirmé Jens Stoltenberg à son arrivée à Bucarest pour une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Otan.


Il a aussi assuré que l'Alliance ne reviendrait pas sur son soutien à l'Ukraine, et a appelé ses partenaires à fournir une aide supplémentaire au pays à l'approche de l'hiver. "L'Otan continuera à soutenir l'Ukraine aussi longtemps qu'il le faudra. Nous ne reculerons pas", a-t-il déclaré, comme le rapporte The Guardian.

PLUS DE 17.000 VICTIMES CIVILES DEPUIS LE DÉBUT DU CONFLIT SELON L'ONU


Dans un nouveau bilan provisoire sur le conflit publié lundi, l'ONU estime que la guerre a fait 17.023 victimes civiles depuis le 24 février, date du début de l'offensive russe en Ukraine. Parmi elles, 6655 personnes ont été tuées (dont 419 enfants) et 10.368 blessées (dont 769 enfants). Des chiffres probablement sous-estimés, puisque les informations peinent à circuler dans certains territoires, et que des rapports faisant état de victimes civiles doivent encore être confirmés, soulève le média ukrainien The Kyiv Independent

MESSAGE DE SOUTIEN


Un homme est entré lundi sur la pelouse lors du match Portugal-Uruguay, lors de la Coupe du Monde au Qatar, en brandissant un drapeau arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT+, mais aussi un T-shirt portant un message de soutien en faveur de l'Ukraine, ainsi que de la mobilisation des femmes iraniennes. Il s'agirait de Mario Ferri, un "joueur de football italien et activiste public", a tweeté Anton Gerashchenko, conseiller du ministre de l'Intérieur ukrainien. "En mars 2022, il a aidé à évacuer des femmes et des enfants ukrainiens à la frontière polonaise", a-t-il ajouté, vidéo à l'appui, montrant un homme apportant des collations à des personnes réfugiées dans un bus. Et de lancer : "Grazie mille ! (merci beaucoup, ndlr)".

KIEV : "NE PAS PERMETTRE À POUTINE DE VOLER NOTRE NOËL"


Kiev prévoit d'installer des arbres de Noël dans toute la ville, bien que sans illuminations, pour conserver l'esprit des fêtes au milieu des coupures de courant, ont déclaré des responsables de la capitale, cités par The Guardian. "Personne ne va annuler le Nouvel An et Noël, et l'atmosphère du Nouvel An devrait être là", a lancé le maire de Kiev, Vitali Klitschko, dans une interview à l'agence de presse RBC-Ukraine. "Nous ne pouvons pas permettre à Poutine de nous voler notre Noël".


Sergey Kovalenko, directeur général de YASNO, l'entreprise qui fournit l'électricité à Kiev, a de son côté indiqué sur sa page Facebook que pour économiser de l'électricité, les arbres ne seront pas décorés d'illuminations et de guirlandes. "Il y aura l'arbre de Noël du Nouvel An et il sera le plus économe en énergie, mais toujours festif pour nous tous", a-t-il annoncé. Aucun rassemblement ni concert ne sera toutefois prévu, une tradition en Ukraine au moment du passage à la nouvelle année.

LE RÉSUMÉ DES DERNIÈRES INFORMATIONS 


Les combats se poursuivent sur le front à Donetsk. L'Ukraine s’attend à de nouvelles attaques russes cette semaine. Les faits marquants des dernières 24 heures.

E. MACRON VA RENCONTRER J. BIDEN : L'UKRAINE AU PROGRAMME


Emmanuel Macron se rend mardi à Washington pour sa deuxième visite d'État, un "honneur" dont il espère profiter pour pousser son plaidoyer diplomatique sur la guerre en Ukraine notamment. Depuis l'invasion russe, il fait entendre une petite musique qui a longtemps agacé le partenaire américain : soutien total à Kiev, mais aussi dialogue avec Moscou pour que, quand les Ukrainiens le décideront, la guerre se termine "autour de la table des négociations".


Le chef de l'État français continue de concilier cet "en-même-temps" diplomatique en organisant le 13 décembre à Paris une conférence de soutien à la résistance civile de l'Ukraine, tout en promettant de reparler, "dans les prochains jours", à Vladimir Poutine. 

V. ZELENSKY : "L'UKRAINE NE SERA JAMAIS UN LIEU DE DÉVASTATION"


Dans son allocution quotidienne, Volodymyr Zelensky a accusé lundi soir la Russie d'avoir "en une semaine seulement, tiré 258 fois sur 30 colonies de la région de Kherson". Il y voit "la véritable essence" des personnes "qui ont pris le contrôle de la Russie". "Après 20 ans de règne, une grande partie de leur propre État est dans un tel état de dévastation. (...) Ils ne sont capables que de dévastation. C'est tout ce qu'ils laissent derrière eux", a-t-il fustigé, avant de poursuivre : "L'Ukraine ne sera jamais un lieu de dévastation. Nous ferons tout pour restaurer chaque objet, chaque maison, chaque entreprise détruite par les occupants".


Le président ukrainien a également annoncé s'être entretenu le jour même avec "les ministres des Affaires étrangères de sept pays d'Europe du Nord : Finlande, Estonie, Lettonie, Lituanie, Suède, Norvège, Islande", pour justement "évoquer les besoins de l'Ukraine en matière de protection et de reconstruction". Des "accords sur la poursuite de la coopération dans le domaine de la défense et de l'énergie, dans les projets de reconstruction de notre État et dans le domaine des sanctions" ont été discutés, tout comme celui de "la création d'un tribunal spécial pour le crime d'agression russe contre l'Ukraine", a-t-il ajouté.

AIDE AMÉRICAINE POUR L'ÉNERGIE


Les États-Unis devraient annoncer mardi une aide financière "substantielle" à l'Ukraine pour l'aider à faire face aux dommages causés par la Russie sur ces infrastructures énergétiques, en marge d'une réunion de l'Otan en Roumanie, ont indiqué lundi des hauts responsables américains.


Cette aide, qui sera détaillée par le secrétaire d'État américain Antony Blinken, arrivé lundi soir à Bucarest, "sera substantielle et ce n'est pas fini", a indiqué à des journalistes l'un des hauts responsables s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, en se refusant à donner de plus amples détails ou le montant précis. Il a toutefois rappelé que l'administration Biden avait budgété 1,1 milliard de dollars pour l'énergie en Ukraine et en Moldavie.


Elle s'inscrit dans la perspective d'une conférence internationale des bailleurs de fonds en "soutien à la résistance civile ukrainienne", qui se tiendra le 13 décembre en France, a-t-il souligné.

BIENVENUE


Bonjour à tous et à toutes, bienvenue dans ce direct consacré à la guerre en Ukraine. Vous retrouverez ici les dernières informations, reportages et images fortes à propos du conflit et de ses conséquences dans le monde.

Selon la marine ukrainienne, 11 navires de combat russes dont ce porte-missiles se trouvent actuellement en mer Noire, au large de l'Ukraine, ainsi que plusieurs autres en mer d'Azov et en mer Méditerranée, pour un total de 76 ogives pouvant être tirées. 

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a averti dans un discours vidéo dimanche soir que "la semaine qui commence peut être aussi difficile que la semaine passée", marquée par des bombardements russes qui ont provoqué des pannes de courant massives alors que les températures hivernales s'installent. "Nos forces de défense se préparent. Tout l'État se prépare. Nous élaborons tous les scénarios, y compris avec des partenaires" occidentaux, a-t-il ajouté, appelant les Ukrainiens à prêter attention aux alertes aériennes.

Après les frappes russes de mercredi dernier, des millions d'Ukrainiens s'étaient retrouvés sans courant. Selon l'opérateur national Ukrenergo, le pays fait encore face lundi à un déficit d'électricité concernant 27% des foyers et des coupures d'urgence sont toujours en vigueur sur tout le territoire. La région de Kiev est à 40% privée de courant, a précisé son gouverneur, Oleksiï Kouleba.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info