Ukraine : une guerre qui dure
En Direct

EN DIRECT - Ukraine : "impossible de dire que Lyssytchansk est sous contrôle russe", affirme Volodymyr Zelensky

La rédaction de TF1info
Publié le 3 juillet 2022 à 6h45, mis à jour le 4 juillet 2022 à 6h17
JT Perso

De violents combats faisaient rage samedi à Lyssytchansk, grande ville de l'est de l'Ukraine, au coeur de la bataille pour le contrôle du Donbass.
La Biélorussie a quant à elle affirmé avoir abattu des missiles tirés depuis l'Ukraine.
Suivez les dernières informations.

Ce direct est désormais terminé. Retrouvez ici les dernières informations sur le conflit. 

SUISSE 


La Conférence de Lugano va tenter lundi et mardi de dessiner les contours de la future reconstruction de l'Ukraine, où la Russie continue de mener une guerre destructrice depuis plus de quatre mois. 


La "tâche est vraiment colossale" ne serait-ce que dans les territoires libérés, a reconnu dimanche le président ukrainien Volodymyr Zelensky, dont les hôtes suisses espéraient la venue en personne mais qui participera -comme il en a désormais l'habitude- par visioconférence. 


Et "il nous faut libérer 2.000 villages et villes dans l'est et le sud de l'Ukraine", a-t-il ajouté, dans un conflit dont l'issue reste incertaine malgré une aide militaire et financière conséquente des alliés de l'Ukraine.

ALEXANDRE LOUKACHENKO


Le président de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, a déclaré que son pays soutenait pleinement la Russie dans sa campagne militaire en Ukraine, dans le cadre de son engagement de longue date en faveur d'un "État d'union" avec Moscou.


Lors d'une cérémonie marquant l'anniversaire de la libération de Minsk par les troupes soviétiques pendant la Seconde Guerre mondiale, Alexandre Loukachenko a déclaré qu'il avait soutenu la campagne de Vladimir Poutine contre l'Ukraine "dès le premier jour" de l'invasion de l'Ukraine par la Russie à la  fin du mois de février.

CIO


Le Comité international olympique va tripler son aide financière directe aux sportifs ukrainiens pour qu'ils puissent "hisser haut" leur drapeau lors des Jeux de Paris 2024 puis des Jeux d'hiver de 2026, a annoncé dimanche le président du CIO, Thomas Bach.


En déplacement à Kiev, Thomas Bach, qui s'exprimait au côté du président ukrainien Volodymyr Zelensky, a également indiqué que "le moment n'était pas venu" de modifier la position du CIO, qui a recommandé une exclusion des sportifs russes et bélarusses de toutes les manifestations sportives internationales.


"Nous les soutenons (les sportifs ukrainiens) de sorte que nous puissions les voir aux Jeux olympiques de Paris 2024 et aux Jeux olympiques d'hiver en 2026 à Cortina-Milan (...), que le drapeau ukrainien soit hissé haut", a-t-il dit.

ROYAUME-UNI


La ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss présentera lundi un vaste plan de soutien pour aider l'Ukraine à long terme et participer à la reconstruction du pays une fois la guerre avec la Russie terminée.


Lors de la conférence sur la reconstruction de l'Ukraine à Lugano, en Suisse, Mme Truss exposera les projets du Royaume-Uni pour soutenir le pays à court terme, à travers l'aide humanitaire, mais aussi à plus long terme pour relancer l'économie ukrainienne en apportant l'expertise financière et économique britannique, a indiqué son ministère dans un communiqué dimanche.

OLAF SCHOLZ


L'Allemagne est "l'un des pays qui en font le plus" pour aider militairement l'Ukraine, a affirmé le chancelier Olaf Scholz, en défendant les délais allemands de livraison d'armes à Kiev, dans une interview diffusée dimanche par CBS.


Ces longs délais pour les armes allemandes, comparés à la rapidité d'envoi de celles fournies par Washington, s'expliquent par la nécessité de former à leur utilisation les soldats ukrainiens, en Allemagne, a-t-il justifié, dans cet entretien donné jeudi à la chaîne américaine en marge d'un sommet de l'Otan à Madrid.


"Et si vous prenez cela en compte, (ainsi que) ce que nous envoyons dans une perspective de deux, trois, quatre semaines à partir de maintenant, vous verrez que l'Allemagne est l'un des pays qui en font le plus pour l'Ukraine, car ce que nous envoyons est la technologie la plus avancée disponible", a affirmé le chancelier.

LYSSYTCHANSK : L'ARMÉE UKRAINIENNE SE RETIRE


L'armée ukrainienne annonce que ses soldats se sont retirés de Lyssytchansk, ville-clé de l'est de l'Ukraine faisant face à un violent assaut des troupes russes depuis des semaines.


"Afin de préserver les vies des défenseurs ukrainiens, la décision a été prise de se retirer" de la ville, a indiqué l'état-major des forces armées ukrainiennes dans un communiqué, pointant la "supériorité multiple" de l'armée russe sur le plan matériel.

LYSSYTCHANSK SOUS CONTRÔLE RUSSE ? ZELENSKY CONTESTE

 

Il est "impossible de dire que Lyssytchansk est sous contrôle russe", affirme Volodymyr Zelensky, assurant que les combats continuent dans la périphérie de cette ville dont la prise a été revendiquée plus tôt par Moscou. "Il y a des combats dans les faubourgs", ajoute le président ukrainien.


La prise de Lyssytchansk, dans l'est de l'Ukraine, permettrait à Moscou de contrôler l'intégralité de la région de Lougansk et aux troupes russes de menacer Sloviansk et Kramatorsk, deux villes majeures de la région industrielle du Donbass sous contrôle ukrainien.

LE PREMIER MINISTRE AUSTRALIEN À KIEV


En visite à Kiev, le Premier ministre australien Anthony Albanese promet d'augmenter le soutien militaire à l'Ukraine, avec notamment la livraison de nouveaux véhicules blindés. "L'Australie va annoncer aujourd'hui un soutien militaire supplémentaire de 100 millions de dollars, portant notre soutien global à presque 390 millions de dollars", a-t-il déclaré lors d'un point presse avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.


Il n'a pas confirmé s'il s'agissait de 100 millions de dollars australiens (65 millions d'euros), ou de 100 millions de dollars américains, quelque 95 millions d'euros. Anthony Albanese a précisé que Canberra fournirait "14 véhicules blindés de transport de troupes supplémentaires et 20 blindés 'Bushmaster' de plus", ainsi que des drones et une aide aux gardes-frontières ukrainiens.

RECONSTRUCTION


À Marioupol, les forces russes qui occupent la ville ont lancé un vaste programme de construction résidentielle. Les chantiers ont déjà commencé.

Zones occupées reconstruites en Ukraine : la russification à marche forcéeSource : Les MATINS LCI
JT Perso

LA SUÈDE VERS L'OTAN


La Suède a-t-elle "promis" l'extradition de 73 personnes à la Turquie pour entrer dans l'Otan ? La Première ministre suédoise a refusé ce dimanche de démentir l'affirmation du président turc Erdogan, qui suscite l'embarras dans le pays nordique. Malgré l'insistance des journalistes et l'inquiétude de réfugiés kurdes ou turcs en Suède, la cheffe du gouvernement Magdalena Andersson n'a pas voulu dire si un tel engagement avait été donné - ou non -  à Ankara pour lever le blocage turc à la candidature de la Suède et de la Finlande.


"J'ai été ministre depuis huit ans et je n'ai jamais parlé de ce qu'il s'est dit à la table des négociations", a-t-elle affirmé lors d'une conférence de presse. "Ce qui me met un peu dans une situation difficile en ce moment." Dans un accord signé par Stockholm et Helsinki mardi lors du sommet de l'Otan à Madrid, les deux pays nordiques s'engagent notamment par écrit à examiner "promptement et minutieusement" les demandes d'extradition turques.

SLOVIANSK : SIX MORTS DONT UN ENFANT


Les tirs au lance-roquettes multiple ayant touché ce dimanche Sloviansk ont fait "six morts et quinze blessés", a annoncé Vadim Liakh, le maire de cette ville de l'est de l'Ukraine, sous pression de l'armée russe. "Parmi les morts, il y a un enfant."

FRAPPES SUR KRAMATORSK


La ville de Kramatorsk, centre administratif du Donbass sous contrôle ukrainien, a été touchée pour le deuxième jour consécutif par des roquettes Smertch, selon le maire de la ville Oleksandr Gontcharenko.


Ces frappes, qui ont touché un quartier résidentiel et un hôtel inoccupé, n'ont pas fait de victimes, a-t-il précisé.

FRAPPES SUR SLOVIANSK


"Des tirs au lance-roquettes multiple sur Sloviansk" ont fait "de nombreux morts et blessés", annonce Vadim Liakh, le maire de cette ville de l'est de l'Ukraine sous pression de l'armée russe. "Il y a quinze incendies."

L'UKRAINE DÉMENT 


Yuriy Sak, le porte-parole du ministère de la Défense ukrainien, a assuré à la BBC que Lyssytchansk ne se trouvait pas sous le "contrôle total" des forces russes. Ces propos viennent contredire la revendication récente du ministre de la Défense russe. 


 "Pour les Ukrainiens, protéger la vie humaine est une priorité absolue, donc, parfois, nous pouvons nous retirer de certaines zones, afin de pouvoir les reprendre à l'avenir", a-t-il affirmé. 


Même si la situation reste confuse, de plus en plus d'images attestent de l'avancée des Russes dans la ville, confirmée dimanche matin par plusieurs responsables ukrainiens.

SOLDATS RUSSES


Neil Hauer, journaliste de CNN qui couvre l'invasion russe en Ukraine, a tweeté une photographie d'un soldat russe dans le centre de Lyssytchank : "Les troupes russes dans le centre de Lysychansk aujourd'hui. Il semble que la ville soit tombée ou très proche."

LE BILAN DES FRAPPES UKRAINIENNES A BELGOROD PASSE A 4 MORTS


Viatcheslav Gladkov, le gouverneur de l'Oblast de Belgorod, a revu à la hausse le bilan des frappes qui ont touché la ville russe, passant à quatre morts et quatre blessés. Il a publié une vidéo à la mi-journée sur son fil Telegram pour annoncer ces dernières informations.  

LA RÉGION DE LOUGANSK CONQUISE, SELON LA RUSSIE


Sergueï Choïgou, le ministre de la Défense de la Russie, dit avoir conquis Lyssytchank et toute la région de Lougansk, dans le Donbass. Il a rendu compte à Vladimir Poutine de la "libération de la République populaire de Lougansk", selon l'agence de presse TASS reprise par l'AFP. La superficie totale des territoires libérés au cours des dernières 24 heures s'élèverait à 182 kilomètres carrés.


Le ministre a déclaré que les troupes russes avaient encerclé les villages (Belogorovka, Novodruzhesk, Maloryazantsevo et Belaya Gora) autour de Lyssytchank et que des combats avec l'armée ukrainienne se déroulaient désormais au sein même de la ville. "Les troupes russes et les unités de la République populaire de Lougansk se battent à l'intérieur de Lyssytchansk, battant complètement l'ennemi encerclé", a déclaré le ministère dans un communiqué.

DES MISSILES BALISTIQUES TOCHKA A BELGOROD ?


Le ministère de la Défense de la Russie, citée par l'agence de presse TASS, affirme que Kiev a tiré des missiles balistiques Tochka-U avec des armes à sous-munitions et des drones Tu-143 Reus sur des quartiers résidentiels de Koursk et de Belgorod pendant la nuit. Selon le représentant officiel du ministère russe de la Défense, "la frappe a été délibérément planifiée et menée par la partie ukrainienne contre la population civile de la Fédération de Russie." 


Dans les faits, l'Ukraine ne possède que très peu de ce type de missiles, l'approvisionnement de Tockha-U étant très rare, si ce n'est nul. Ce type de missile est majoritairement utilisé pour cibler des bases aériennes militaires vérifiées, et non des quartiers résidentiels. Pour exemple, les forces ukrainiennes avaient tiré un missile sur deux bases aériennes situées en Russie à Millerovo et Taganrog le 22 février 2022 et un sur le port de Berdyansk sous contrôle russe au bord de la mer d'Azov, le 24 mars 2022. 

SITUATION MENAÇANTE A LYSSYTCHANSK


Lyssytchansk pourrait tomber. C'est ce qu'a admis une proche conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky, selon The Guardian


Oleksiy Arestovych a déclaré que les forces russes avaient traversé pour la première fois depuis le début des combats la rivière "Severski Donets" qui sépare Lyssytchansk de Sievierodonetsk, déjà sous occupation russe. De leurs côtés, les combattants ukrainiens tentent tant bien que mal de défendre le territoire. Mais "les occupants [les Russes, ndlr.] ont jeté toutes leurs forces sur Lysychansk. Ils ont attaqué la ville avec des tactiques d'une cruauté incompréhensible", a déclaré le gouverneur de Louhansk, Serhiy Haidai, sur l'application de messagerie Telegram.


"C'est effectivement une menace. Nous verrons ", a expliqué le proche conseiller de Zelensky. "Je n'exclus pas l'un des nombreux résultats ici. Les choses deviendront beaucoup plus claires d'ici un jour ou deux."

UNE BASE RUSSE FRAPPÉE PAR L'UKRAINE 


RIA Novosti, un média russe contrôlé par l'État, accuse l'Ukraine d'avoir bombardé l'aérodrome occupé par la Russie à Melitopol. Les bombardements seraient intervenus dans la nuit de samedi à dimanche, à deux reprises.


"À 3 heures et à 5 heures, il y a eu plus de 30 frappes exclusivement sur la base militaire", a déclaré le maire en exil de Melitopol, Ivan Fedorov, qui se trouve actuellement sur le territoire sous contrôle ukrainien, dans une vidéo sur Telegram, ajoutant que la base avait été "mise hors service".


Un porte-parole de l'état-major ukrainien avait annoncé ce matin que l'aviation ukrainienne avait effectué une quinzaine de sorties, notamment dans la région de Zaporijjia à laquelle appartient Melitopol, et "qu'une vingtaine d'unités d'équipement ennemi et deux dépôts de munitions" avaient été détruits. Les médias ukrainiens ont publié plusieurs vidéos issues des réseaux sociaux, montrant une immense colonne de fumée s'élevant dans les airs près de Melitopol.

LE POINT SUR LA JOURNÉE DU SAMEDI 2 JUILLET


Situation confuse à Lyssytchansk où les séparatistes pro-russes disent avoir encerclé la ville. De l'autre côté, les forces ukrainiennes démentent cette affirmation. 


Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a annoncé que son armée a abattu des missiles tirés depuis l'Ukraine sur la Biélorussie, en pleine spéculation sur une implication grandissante de Minsk dans le conflit entre Kiev et Moscou...


Retrouvez l'ensemble des événements d'hier dans cet article.  

48 000 EXPLOSIFS


Selon l'administration militaire régionale de Kiev, plus de 17.739 hectares de territoire ont été inspectés et débarrassés des explosifs jusqu'à présent. En tout, ce sont plus de 48 000 engins explosifs qui ont été désamorcés jusqu'à aujourd'hui.  

RÉFÉRENDUM


Des responsables soutenus par la Russie ont déclaré qu'ils organiseraient un référendum sur l'adhésion de l'oblast de Kherson à la Fédération de Russie d'ici l'automne 2022. La Russie souhaite donner la priorité à un vote "pseudo-constitutionnel" pour tenter de légitimer son contrôle sur la région.


Le 28 juin 2022, Ihor Kolykhaiev, le maire élu de la ville de Kherson, avait été arrêté par la Russie dans le but de réprimer l'opposition à l'occupation russe. Une résistance armée et pacifique généralisée a cependant vu le jour dans les zones occupées.

FRAPPES A BELGOROD EN RUSSIE


Vyacheslav Gladkov, le gouverneur de la région où se situe la ville russe de Belgorod, a annoncé, vers 2h du matin, sur son fil Telegram, qu'une "série de bruits forts a été entendue à Belgorod. Un immeuble résidentiel privé est en feu. Tous les services opérationnels travaillent sur place." 


Il précise que 11 immeubles résidentiels et 39 maisons ont été partiellement détruits. Au moins trois personnes sont décédées et deux ont été hospitalisées, dont un homme dans un état grave.  La cause des explosions n’est pas encore confirmée.

CRIME DE GUERRE


La procureure générale ukrainienne, Iryna Venediktova, a qualifié l'attaque à la roquette proche d'Odessa faisant 21 morts de "crime de guerre". Les missiles visaient-ils initialement la zone résidentielle située dans la région de Bilgorod-Dniester ? Selon le magazine d'investigation allemand Der Spiegel, plusieurs enquêteurs tentent d'identifier les auteurs de ce bombardement et de définir la trajectoire initiale des projectiles. 

LYSSYTCHANSK AUX MAINS DES RUSSES


Selon l'Institute for the Study of War (ISW), les forces ukrainiennes se sont probablement délibérément retirées de Lysychansk. Le think tank a rapporté hier que des images géolocalisées peuvent suggérer que les forces russes n'ont pas rencontré beaucoup de résistance lors de l'entrée de Lyssytchansk, ce qui a entraîné la prise de la ville par la Russie.

Bienvenue à toutes et à tous dans ce nouveau direct consacré aux dernières évolutions de la guerre en Ukraine, qui entame ce dimanche son 130ᵉ jour.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a affirmé samedi que son armée avait abattu des missiles tirés depuis l'Ukraine sur la Biélorussie, en pleine spéculation sur une implication grandissante de Minsk dans le conflit entre Kiev et Moscou.

Dans le Donbass, région de l'est de l'Ukraine, en partie contrôlée par les séparatistes prorusses depuis 2014 et dont Moscou vise la conquête, les informations en provenance de Lyssytchansk étaient contradictoires ce samedi. "Les combats font rage (...) Heureusement, la ville n'est pas encerclée et est sous contrôle de l'armée ukrainienne", a assuré dans la journée à la télévision Rouslan Mouzytchouk, porte-parole de la Garde nationale de l'Ukraine.

Les séparatistes soutenus par Moscou, citée par l'agence de presse TASS, ont auparavant affirmé que la ville était "totalement encerclée". Lyssytchansk est la dernière grande ville à ne pas être tombée aux mains des Russes dans la région de Lougansk, l'une des deux provinces du Donbass.

Suivez les dernières informations sur la guerre en Ukraine dans le fil ci-dessus.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info