EN DIRECT | Volodymyr Zelensky suggère à l'ONU d'envoyer une commission d'enquête à Krementchouk

Publié le 28 juin 2022 à 6h45, mis à jour le 29 juin 2022 à 7h58

Le président Volodymyr Zelensky suggère à l'ONU d'envoyer une commission d'enquête à Krementchouk.
Une proposition qui intervient après la destruction du centre commercial dans le centre de l'Ukraine.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

MYKOLAÏV


Au moins trois personnes ont été tuées et cinq blessées par une frappe de missile russe sur un immeuble résidentiel de la ville de Mykolaïv, dans le sud de l'Ukraine, mercredi, ont indiqué les autorités locales qui ont lancé une opération de sauvetage pour les survivants.


Le maire Oleksandr Senkevych a déclaré que huit missiles avaient touché la ville et a exhorté les habitants à évacuer. Il a déclaré que le bâtiment semblait avoir été touché par un missile de croisière russe X-55.

"EXTERMINATION PAR LA FAIM"


La peur d'un retour de l'"Holodomor", terme ukrainien qui désigne "l'extermination par la faim" des paysans en 1932 et 1933 par le régime soviétique et qui fit plusieurs millions de morts selon les estimations des historiens. Depuis que l'armée du président russe Vladimir Poutine bombarde leurs réserves de céréales, les Ukrainiens s'indignent.


Car pour Kiev, ce mot est synonyme de génocide, orchestré déjà à l'époque pour briser ses velléités d'indépendance. Alors qu'une crise alimentaire mondiale est désormais à craindre, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a accusé fin mai le président russe Vladimir Poutine "d'utiliser la nourriture comme arme". 

Ce live est à présent terminé, vous pouvez retrouver les dernières informations du mercredi 29 juin sur la guerre en Ukraine dans cet article.

FIN DU G7


Ce mardi 28 juin, Emmanuel Macron a tenu une conférence de presse à l'issue du G7 en Bavière. Le chef d'État a rappelé le soutien de la communauté internationale à Kiev. Pour le président, les sanctions contre Moscou continueront tant que le conflit perdure.

Emmanuel Macron au G7 : "La Russie ne peut, ni ne doit gagner"Source : TF1 Info

CENTRE COMMERCIAL BOMBARDÉ


Ce lundi 28 juin, l'armée russe affirme avoir frappé un entrepôt d'armes à Krementchouk. Elles indiquent que le centre commercial attenant était fermé. De son côté, Kiev parle d'un "crime de guerre".

JOE BIDEN


Un haut responsable de la Maison Blanche a tenu à vanter le rôle joué par le président américain Joe Biden dans les délicates négociations entre la Turquie, la Finlande et la Suède, qui ont mené à l'annonce d'un accord en marge du sommet de l'Otan en Espagne. Officiellement, Washington ne voulait pas jouer "les intermédiaires" dans des discussions menées par le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, a indiqué cette source. Mais elle a lourdement insisté sur l'implication du président des États-Unis.


Le haut responsable a ainsi rappelé que Joe Biden s'était entretenu ce matin avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan des "préoccupations" de ce dernier et de "la manière de les surmonter." Cet appel était destiné à pousser l'accord entre les trois pays "derrière la ligne d'arrivée", a-t-il dit. Les deux hommes doivent avoir ce mercredi une réunion bilatérale à Madrid. La source a assuré que la Suède et la Finlande avaient voulu "s'assurer du soutien" du président américain à l'accord trouvé avec la Turquie "avant de conclure".

ÉDUCATION


Le ministre de l'Éducation nationale Pap Ndiaye a rencontré ce mardi son homologue ukrainien Serhii Shkarlet. "Face au contexte dramatique que connaît l'Ukraine, la France continuera  à accueillir les élèves ukrainiens en leur permettant de garder le lien avec leur pays d'origine, car ils en sont les forces de demain", écrit-il sur Twitter.

MINUTE DE SILENCE


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky fait observer une minute de silence debout au Conseil de sécurité de l'ONU pour "tous les Ukrainiens tués dans la guerre". Il a aussi une nouvelle fois réclamé que la Russie soit expulsée de son siège permanent au Conseil de sécurité et qu'un tribunal soit créé pour juger les "actes terroristes quotidiens" de Moscou.


Représentant la Russie en début de séance, l'ambassadeur russe adjoint, Dmitry Polyanskiy, s'est aussi mis debout pour observer la minute de silence, selon la chaîne de télévision de l'ONU.

OTAN


La Turquie n'a pas demandé de "concessions" aux Américains en échange de son accord sur la Finlande et la Suède, assure Washington, pour qui le feu vert turc donne un "élan puissant" à l'unité occidentale.

KREMENTCHOUK


Après la destruction du centre commercial détruit dans le centre de l'Ukraine, le président Volodymyr Zelensky suggère à l'ONU d'envoyer une commission d'enquête à Krementchouk.

OTAN


L'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'Otan, rendue possible par la levée du véto turc, va rendre l'Alliance "plus forte et plus sûre", a réagi ce soir le Premier ministre britannique Boris Johnson. C'est "une nouvelle fantastique alors que nous commençons notre sommet de l'Otan", a-t-il écrit sur Twitter.

ACCORD


La Turquie a signé un mémorandum d'accord levant le blocage d'Ankara à la candidature de la Suède et de la Finlande à l'Otan, a annoncé ce mardi la présidence finlandaise. Cet accord signé devant les caméras par les chefs de la diplomatie des trois pays au début du sommet de l'Alliance atlantique à Madrid "confirme que la Turquie va, lors du sommet cette semaine, soutenir l'invitation de la Finlande et de la Suède à adhérer à l'Otan", a indiqué le président finlandais Sauli Niinistö.


De son côté, le président turc Recep Tayyip Erdogan a obtenu "la pleine coopération" de la Finlande et de la Suède contre les combattants kurdes du PKK et leurs alliés, a précisé la présidence turque 


L'Otan va désormais "inviter" Suède et Finlande à la rejoindre, a informé le chef de l'Alliance.

RÉFUGIÉS


Plus de six millions d'Ukrainiens sont déplacés à l'intérieur de leur pays, selon un nouveau décompte mardi de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR). Ils s'ajoutent aux plus de 5,2 millions de réfugiés ukrainiens enregistrés comme réfugiés dans d'autres États européens depuis le début du conflit le 24 février.

ARMES


Le maire de Kiev, présent à Madrid pour le sommet de l'Otan, a appelé mardi les pays de l'Alliance atlantique à "accélérer" les livraisons d'armes à l'Ukraine, jugeant ce soutien nécessaire pour le "retour" de la "paix" en Europe.


"Nous attendons" du sommet de l'Otan qu'il permette "d'accélérer" les livraisons d'armes à l'armée ukrainienne, a déclaré Vitali Klitschko, interrogé par des journalistes sur ses attentes vis-à-vis de ce sommet.


"Nous avons besoin de systèmes anti-roquettes. Nous voyons que chaque jour les roquettes russes détruisent nos villes, tuent des civils, détruisent les infrastructures", a poursuivi l'ancien boxeur, aux côtés de son frère jumeau, Volodymyr Klitschko.

L'ESSENTIEL


Lundi après-midi, un centre commercial de Krementchouk, au centre de l'Ukraine, a été visé par un missile russe, ce que l'armée de Vladimir Poutine dément. Plusieurs dirigeants internationaux, dont Emmanuel Macron, ont dénoncé un "crime de guerre". Vingt-quatre heures après le bombardement, où en est-on ?

BULGARIE


La Bulgarie va expulser 70 membres du personnel diplomatique russe, a annoncé ce mardi son Premier ministre Kiril Petkov. "Nos services les ont identifiés comme étant des personnes qui travaillaient contre nos intérêts", a-t-il déclaré devant les journalistes. C'est le plus grand nombre de membres du personnel diplomatique russe en Bulgarie à être expulsés en une seule fois.

OTAN


Boris Johnson a reconnu ce mardi que les discussions en vue d'une adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Otan donneraient lieu à une "conversation difficile" avec la Turquie au sommet de l'Alliance, se félicitant cependant de "progrès".


"La Finlande et la Suède, en rupture avec des décennies de neutralité historique, veulent maintenant nous rejoindre. Cela sera une conversation difficile", a déclaré le Premier ministre britannique à des journalistes dans l'avion le transportant vers Madrid.

LA FRANCE ENVOIE DE L'AIDE MÉDICALE À L'UKRAINE


"À la demande des autorités ukrainiennes, le Centre de crise et de soutien du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères a acheminé aujourd'hui du matériel médical vers l'Ukraine via la Slovaquie", annonce le gouvernement dans un communiqué.


"Ce matériel sera remis au ministère de la Santé ukrainien. Ce nouvel envoi français comprend un poste sanitaire mobile, composé de matériel médical et de médicaments, destiné à renforcer des structures d'urgence et permettant la prise en charge de 250 patients, ainsi que des dispositifs médicaux utilisés notamment pour l'anesthésie et la réanimation."

LE MAIRE UKRAINIEN DE KHERSON ARRÊTÉ


Le maire ukrainien élu de Kherson, ville occupée par les forces russes et leurs alliés séparatistes, a été arrêté, a annoncé le chef adjoint de l'administration d'occupation, Kirill Stremooussov.


"L'ex-maire (Igor) Kolykhaev a été arrêté. Il est considéré comme un maire héros dans le milieu nazi. [...] Cette personne qui faisait beaucoup de mal au processus de dénazification a enfin été neutralisée", a déclaré à l'agence russe Ria Novosti ce responsable de l'Administration militaire et civile de la région de Kherson, dans le sud de l'Ukraine, selon des propos rapportés par l'AFP.

OTAN


Une rencontre entre le président turc Recep Tayyip Erdogan, son homologue finlandais et la Première ministre suédoise destinée à tenter de lever le veto turc à l'entrée des deux pays nordiques dans l'Otan a débuté à Madrid, selon des responsables suédois et finlandais.


Cette rencontre se tient sur les lieux du sommet de l'Alliance, qui s'ouvre ce mardi soir dans la capitale espagnole. La Turquie bloque l'adhésion de la Suède et de la Finlande, car elle les accuse d'abriter des militants de l'organisation kurde PKK, qu'elle considère comme "terroriste".

VERS DE NOUVELLES ANNONCES AMÉRICAINES


Les États-Unis feront mercredi "des annonces spécifiques" sur "de nouveaux engagements militaires sur terre, en mer et dans les airs à long terme" en Europe, a indiqué ce mardi un haut conseiller de Joe Biden, Jake Sullivan. Il a aussi assuré qu'un "certain nombre de pays" de l'Otan allaient "promettre d'augmenter leurs contributions en matière de défense sur le flanc oriental, avec un accent particulier sur la Baltique".


"À la fin de ce sommet, il y aura un dispositif plus robuste, plus efficace, plus crédible [...] pour tenir compte d'une menace russe plus aiguë et plus grave, pas seulement à cause de ce qu'ils ont fait en Ukraine, mais aussi à cause de la manière dont ils ont changé leur positionnement vis-à-vis de la Biélorussie", a encore déclaré le conseiller.

"LA RUSSIE NE DOIT PAS GAGNER"


"Face au conflit en Ukraine, les pays du G7 vont continuer à agir avec détermination", répète sur Twitter Emmanuel Macron. "La Russie ne peut pas et ne doit pas gagner."

JOE BIDEN À MADRID POUR LE SOMMET DE L'OTAN


Air Force One s'est posé ce mardi à Madrid où Joe Biden va participer à un sommet de l'Otan aux enjeux considérables, qui devrait être consacré notamment à la guerre en Ukraine. Le président américain avait quitté en fin de matinée l'Allemagne, où il avait pris part à un sommet du G7.

L'AMF S'ENGAGE POUR LA RECONSTRUCTION D'IRPIN


L'Association des maires de France (AMF) et le maire de la localité ukrainienne d'Irpin, Oleksandr Markouchine, ont signé à Paris une "déclaration d'intention" qui permet aux communes françaises de participer rapidement à la reconstruction de cette "ville martyre". 


"L'idée est que les collectivités françaises, les communes de France et les intercommunalités participent à la reconstruction par de l’ingénierie juridique, administrative, technique, ainsi que par la mobilisation de moyens financiers et celle des entreprises de nos territoires", a indiqué David Lisnard, le maire LR de Cannes, qui s'est rendu en Ukraine dès le début de la guerre.

L'UKRAINE RÉCUPÈRE 17 PRISONNIERS 


Dix-sept personnes, presque toutes des militaires ukrainiens, ont été libérées de captivité par les Russes dans le cadre d'un nouvel échange de prisonniers avec Moscou, annoncent les services de renseignement ukrainiens.


Selon la direction principale du renseignement du ministère ukrainien de la Défense, il s'agit de deux officiers, de 14 soldats et d'un civil. Cinq d'entre eux sont blessés et nécessitent des soins d'urgence.


De son côté, Kiev a libéré 15 prisonniers russes dans le cadre de cet échange.

LA MISSION OSCE BLOQUÉE EN UKRAINE


La Russie va bloquer d'ici à jeudi minuit le renouvellement de la mission permanente de l'OSCE en Ukraine, qui aide depuis 23 ans ce pays à améliorer ses standards de développement, selon des sources diplomatiques. Moscou "a le pouvoir de bloquer le mandat à la fin du mois de juin et elle a dit qu'elle allait le faire", a déclaré à l'AFP son coordinateur, l'ambassadeur danois Henrik Villadsen. 


Pour rappel, cette mission de l'Organisation pour la Sécurité et la coopération en Europe (OSCE) aide l'Ukraine à mettre sa législation, ses institutions et ses pratiques en conformité avec les normes démocratiques.

RENFORCEMENT DE LA PRÉSENCE AMÉRICAINE EN EUROPE 


Les États-Unis annonceront mercredi un renforcement "à long terme" de leur engagement militaire en Europe, en particulier dans l'est du continent, indique la Maison Blanche. Jake Sullivan, principal conseiller diplomatique et militaire du président américain, a précisé, à bord d'Air Force One, qu'un "certain nombre de pays" de l'Alliance allaient également "promettre d'augmenter leurs contributions en matière de défense sur le flanc oriental".

OLIGARQUE RUSSE


L'oligarque russe Oleg Deripaska, président du groupe RUSAL, qualifie "d'erreur colossale" le conflit en Ukraine.

OPPOSANT RUSSE CONDAMNÉ À 15 JOURS


Un tribunal de Moscou a condamné à 15 jours de prison Ilia Iachine, l'une des dernières figures russes de l'opposition encore dans le pays. Selon le service de presse des tribunaux de Moscou, il a été condamné pour "désobéissance à la police". Une accusation que l'intéressé a jugé montée de toutes pièces, rappelant sur Telegram être "un critique du président Poutine et un adversaire de la guerre en Ukraine".

SUR LE CENTRE COMMERCIAL DE KREMENTCHOUK

UN MESSAGE D'UNITÉ AU SOMMET DE L'OTAN


À quelques heures du sommet de l'Otan, "nous devons être unis à Madrid, unis dans une défense et la sécurité sur le flanc oriental. Le message qui doit ressortir, c'est un message d'unité et de force", appuie Emmanuel Macron. "C'est la sécurité du continent européen qui est en jeu", poursuit-il.

DEPUIS LA SECONDE GUERRE MONDIALE


L'Ukraine face à une "brutalité" inédite en Europe "depuis la Seconde Guerre mondiale", déclare le chef de l'Otan, Jens Stoltenberg. "Nous allons convenir d'un programme d'assistance complet à l'Ukraine pour l'aider à faire respecter son droit à la légitime défense. Il est extrêmement important que nous soyons prêts à continuer à apporter notre soutien" à Kiev, a-t-il déclaré, à quelques heures de l'ouverture du sommet de l'Otan à Madrid.

MACRON REFUSE D'EMPLOYER LE TERME D''ÉTAT PARRAIN DU TERRORISTE'


"Nous sanctionnons la Russie, mais nous n'avons pas besoin de qualificatif pour établir ces sanctions. C'est à la justice à le faire", appuie Emmanuel Macron, interrogé sur la volonté de Volodymyr Zelensky de qualifier la Russie d'"État parrain du terroriste".

VERS UNE FIN DE LA GUERRE ?


Ici, "personne ne s'inscrit dans une fin de la guerre dans les prochaines semaines, ni même dans les mois à venir", indique Emmanuel Macron qui espère toutefois "avec beaucoup de force" qu'elle pourra s'arrêter d'ici à la fin de l'année. La Russie "ne peut et ne doit pas gagner (...) Nous continuerons donc de sanctionner Moscou pour obtenir soit la victoire complète de l'Ukraine, soit d'aller vers une négociation dans le sens de Kiev", poursuit-il, au sortir du sommet du G7.

LA QUESTION DES CÉRÉALES


Il faut "également sortir les céréales, pris au piège de la guerre", poursuit Emmanuel Macron. Pour ce faire, "une médiation a été commencée pour utiliser la voie maritime au port d'Odessa". Cette médiation suppose toutefois des discussions entre la Russie et l'Ukraine - ainsi qu'avec la Turquie -, car "il ne faut pas fragiliser la situation en Ukraine". 


En parallèle, "d'autres voies sont étudiées", appelle le président français qui évoque les voies ferroviaire ou fluviales, via la Roumanie ou la Moldavie.


De l'autre, il est évident que "la production ukrainienne ne sera pas la même, nous avons de toute façon une déstabilisation du marché", complète-t-il.

"AUGMENTER" LE COÛT POUR LA RUSSIE


Le G7 veut "augmenter" les coûts de la guerre en Ukraine pour la Russie, fait savoir le chancelier allemand, Olaf Scholz, de son côté. "Le G7 reste uni dans son soutien à l'Ukraine", a-t-il ajouté, lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet des dirigeants du G7, en Allemagne. Et de poursuivre : "Nous continuerons à maintenir et à augmenter les coûts économiques et politiques de cette guerre pour le président (Vladimir) Poutine et son régime".

RECONSTRUCTION, CRISE ALIMENTAIRE...


Sur la question de la reconstruction en Ukraine, "nous avons décidé de donner de la cohérence à nos initiatives entre Européens et non-Européens pour organiser nos efforts" sur ce sujet.


"Le G7 est aussi au rendez-vous pour éviter une sur-crise mondiale à la guerre", appuie Emmanuel Macron, évoquant notamment les prix des produits alimentaires. "Nous avons donc une normalisation monétaire à coordonner (...) pour veiller à absorber les différents types d'inflation et le maintien de l'emploi", poursuit le président français. 


Même question pour les énergies fossiles dont le prix a augmenté avec la guerre. Là encore, les pays du G7 doivent "accélérer les investissements", tout en tenant le cap de la neutralité carbone à l'horizon 2050, indique Emmanuel Macron. Sur le gaz russe, "il faut avancer sur les voies alternatives" en ayant une "discussion concertée entre les grands acheteurs", appuie-t-il. "C'est une première concertation à notre niveau."

UN SOUTIEN A L'UKRAINE "AUSSI LONGTEMPS QUE POSSIBLE"


Dans une conférence de presse en sortie du G7, Emmanuel Macron a annoncé que le soutien des différents pays membres du G7 continuerait "aussi longtemps que nécessaire (...) La Russie ne peut et ne doit gagner". "Ce n'est pas l'ouest qui s'oppose au reste du monde, mais le camp de la paix qui s'oppose à la guerre", a-t-il déclaré en préambule de sa prise de parole. 


Revenant sur le bombardement d'un centre commercial dans la ville ukrainienne de Krementchouk, Emmanuel Macron a condamné "avec la plus grande fermeté ce nouveau crime de guerre". Il a appelé à ce que la vérité de cet événement soit faite et que les coupables soient condamnés.

LE KREMLIN ARRÊTERA SON OFFENSIVE QUAND L'UKRAINE CAPITULERA


Le Kremlin a annoncé que son offensive en Ukraine se terminerait quand les autorités et l'armée ukrainienne auront capitulé.


"La partie ukrainienne peut mettre fin (au conflit) dans la journée", indique-t-il. Pour ce faire, "il faut ordonner aux unités nationalistes de déposer les armes, il faut ordonner aux soldats ukrainiens de déposer les armes et il faut mettre en œuvre toutes les conditions fixées par la Russie. Alors tout sera fini en une journée", a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole de Vladimir Poutine.

LA RUSSIE, "ÉTAT PARRAIN DU TERRORISME"


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky demande que la Russie soit reconnue comme "État parrain du terrorisme", au lendemain d'une frappe russe sur un centre commercial ayant fait au moins 18 morts, selon Kiev. 


"Seuls des terroristes complètement fous, qui ne devraient pas avoir de place sur Terre, peuvent frapper des missiles sur des objectifs civils. (...) La Russie doit être reconnue comme État parrain du terrorisme. Le monde peut et donc doit arrêter la terreur russe", a écrit le président sur Telegram.

LA SITUATION EN CARTES

LES DOUTES AMÉRICAINS


La Maison Blanche perd-elle confiance ? Selon CNN, le président américain Joe Biden et ses conseillers craignent que l'Ukraine ne puisse pas un jour reprendre les territoires perdus depuis le début du conflit.

LA RECONSTRUCTION DE L'UKRAINE


Le G7 s'engage à contribuer à la reconstruction de l'Ukraine via une conférence internationale, selon un projet de communiqué final où les cinq pays émergents, dont l'Inde, condamnent l'invasion russe.

L'OTAN RAPPELLE SON SOUTIEN À L'UKRAINE

ATTÉNUER LA PÉNURIE ALIMENTAIRE


Le G7 exhorte pays et entreprises disposant de stocks alimentaires à atténuer la pénurie, selon une déclaration commune.


"Comme recours à court terme, nous demandons aux partenaires qui ont d'importants stocks de nourriture, ainsi qu'au secteur privé, de rendre la nourriture disponible sans fausser les marchés, notamment en soutenant la stratégie d'achat du Programme alimentaire mondial", demandent dans une déclaration les sept puissances industrielles.

LA TURQUIE ATTEND DES "RÉSULTATS, PAS DES MOTS CREUX"


Le président turc Recep Tayyip Erdogan attend des "résultats, pas des mots creux" de la part de la Finlande et de la Suède à Madrid, lors du sommet de l'Otan auquel les deux pays nordiques veulent adhérer. “Nous allons rencontrer aujourd'hui la Première ministre de Suède, la présidente finlandaise et le Secrétaire général de l'Otan : nous verrons jusqu'où (elles) peuvent aller" a déclaré le chef de l'État, qui s'oppose depuis mi-mai à l'adhésion des deux pays.

LA RUSSIE INTERDIT SON TERRITOIRE À LA FILLE ET L'ÉPOUSE DE JOE BIDEN


En représailles aux sanctions occidentales, la Russie annonce l'interdiction de son territoire à 25 Américains, dont l'épouse et la fille du président américain Joe Biden. La liste comprend aussi le chef de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnel, d'autres sénateurs comme Charles Grassley, Kirsten Gillibrand et Susan Collins et des professeurs d'université comme Francis Fukuyama. 

MICHELIN SUSPEND SON ACTIVITÉ EN RUSSIE


De son côté, le groupe Michelin annonce la cession "d'ici fin 2022" de ses activités en Russie, qui représentent 2 % des ventes du groupe. Après avoir suspendu ses activités industrielles le 15 mars dernier, le fabricant de pneus "fait aujourd'hui le constat de l'impossibilité technique de leur reprise", déclare-t-il dans un communiqué. Et d'ajouter que cette opération n'aura pas d'impact sur ses objectifs financiers.


Michelin emploie environ 1.000 personnes en Russie, dont 750 dans l'usine de Davydovo, près de Moscou. Ce site, ouvert en 2004, produit entre 1,5 et 2 millions de pneumatiques par an, principalement pour les voitures du marché local.

LYSSYTCHANSK CONTINUE DE SE DÉFENDRE


La ville de Lyssytchansk, voisine de Severodonetsk, tombée aux mains des Russes la semaine dernière, "continue de se défendre", déclare le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï. Pour l'heure, jusqu'à "15.000 personnes" sont toujours dans la ville, dont la population s'élevait à 95.000 avant l'agression russe, a-t-il ajouté sur Telegram.


"La région de Lougansk devient une ruine totale. Les destructions dans les villages sont catastrophiques", a-t-il ajouté, assurant que les Russes tentaient de prendre le "contrôle de l'autoroute Bakhmout-Lyssytchansk".

36 PERSONNES TOUJOURS PORTÉES DISPARUES


Les procureurs ukrainiens ont confirmé au Guardian, ce mardi matin, que 36 personnes sont toujours portées disparues après la frappe de missiles sur le centre commercial de Krementchouk.

KREMENTCHOUK


L'armée russe affirme avoir frappé hier un entrepôt d'armes à Krementchouk. Elle indique également que le centre commercial de la ville, où au moins 18 personnes ont trouvé la mort, était fermé.

PLAFONNER LE PRIX DU PÉTROLE RUSSE


Les dirigeants du G7  vont lancer les travaux visant à mettre en place un mécanisme de plafonnement du pétrole russe, afin de frapper une importante source de revenus de Moscou, a dit un haut responsable de la Maison Blanche.

5 MILLIARDS DE DOLLARS POUR L'INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE


Le G7 va promettre jusqu'à 5 milliards de dollars pour lutter contre l'insécurité alimentaire, selon un haut responsable Maison Blanche.

3 MORTS DANS UNE ATTAQUE À OCHAKIV


Une attaque russe tue trois personnes, dont un enfant, à Ochakiv, dans l'oblast de Mykolaïv. Selon le maire de Mykolaïv, Oleksandr Sienkevych, la Russie a attaqué la ville à 4 h du matin le 28 juin, frappant le marché de la ville, un centre communautaire et des immeubles résidentiels.

BILAN QUOTIDIEN, SELON KIEV


Dans son dernier point quotidien, les forces ukrainiennes ont indiqué avoir tué 35.250 soldats russes depuis le début du conflit. Elles ont également détruit 1567 tanks, 185 hélicoptères, 778 pièces d'artillerie, ou encore 102 systèmes anti-aérien.

LE SOMMET DE L'OTAN


Le marathon diplomatique des alliés n'est pas terminé. Après le G7, le sommet de l'Otan s'ouvre aujourd'hui à Madrid, un rendez-vous auquel le président ukrainien Volodymyr Zelensky doit également participer à distance.

TROIS JOURS DE DEUIL


À Krementchouk, une période de deuil de trois jours, ces 28, 29 et 30 juin, a été décrétée pour les personnes tuées dans le centre commercial, annonce sur Telegram, le maire de la ville, Vitaly Maletsky. "Je présente mes sincères condoléances aux familles et proches des morts. Ce qui s'est passé est la plus grande tragédie de l'histoire de Krementchouk", écrit-il.

LE POINT SUR LA SITUATION


Centre commercial bombardé, Zelensky s'adresse aux dirigeants du G7, vers une nouvelle aide militaire française… Retrouvez les faits marquants de ces 24 dernières heures.

LES DOUTES D'UNE RECONQUÊTE TOTALE ?


D’après la chaîne américaine CNN, des conseillers du président américain Joe Biden douteraient que l’Ukraine soit en mesure de reprendre l’ensemble des territoires perdus depuis le début du conflit. Les responsables américains ont souligné à CNN que "cette évaluation plus pessimiste ne signifie pas pour autant que les États-Unis prévoient de faire pression sur l’Ukraine pour qu’elle fasse des concessions territoriales formelles afin de mettre fin à la guerre".

PLUS DE 10.000 VICTIMES CIVILES


Depuis le début du conflit, 4731 civils sont morts et 5900 autres blessés, indique le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme. Il ajoute qu'au moins 330 enfants ont été tués et 489 blessés.

UN DÉFAUT DE PAIEMENT


Les paiements bloqués de la Russie constituent un défaut, estime l'agence de notation américaine Moody's dans un communiqué diffusé sur son site internet. "Le 27 juin, les détenteurs de la dette russe n’avaient pas reçu de paiement de coupon sur deux euro-obligations d’une valeur de 100 millions de dollars à l’expiration du délai de grâce de trente jours calendaires, ce que nous considérons comme un cas de défaut selon notre définition", a expliqué l’agence de notation, qui n’a plus le droit de noter la Russie à cause des sanctions internationales.

LE POINT SUR LA SITUATION


Selon le ministère britannique de la Défense, les forces russes sont de plus en plus épuisées. Elles ont dégradé leur efficacité au combat et n'ont obtenu de succès tactique qu'à Sieverodonetsk malgré le déploiement de six armées différentes.

AIDE MILITAIRE FRANÇAISE


Dans une interview au "Parisien", le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, annonce une nouvelle aide militaire de la France à l'Ukraine. Elle comprend notamment des véhicules armés.

LE BILAN MONTE À 18 MORTS ET 59 BLESSÉS


Les opérations de recherche et de sauvetage se poursuivent au centre commercial de Krementchouk. Dans un dernier bilan, les autorités ont annoncé la mort de 18 personnes, dont une à l'hôpital. 59 personnes ont également consulté un médecin, 25 d'entre elles ont été hospitalisées en unité de soins intensifs.


Au total, 440 personnes (dont 14 psychologues) et 70 unités ont été impliquées dans les opérations de sauvetage, a ajouté le service d'urgence de l'État ukrainien.

LA LIVRAISON D'ENGRAIS


Le président russe Vladimir Poutine a assuré par téléphone à son homologue brésilien Jair Bolsonaro que la Russie "s'engage" à garantir au Brésil "un approvisionnement ininterrompu" d'engrais, primordial pour la puissante industrie agroalimentaire brésilienne. Le chef du Kremlin a, en outre, appelé à "rétablir l'architecture du libre-échange des denrées alimentaires et des engrais, effondrée par les sanctions occidentales" contre son pays.

L'HORREUR ABSOLUE


Sur Twitter, Emmanuel Macron a dénoncé une "horreur absolue" après la frappe de missile sur un centre commercial à Krementchouk en Ukraine et appelé le peuple russe à "voir la vérité" en face.

CENTRE COMMERCIAL BOMBARDÉ


Le centre commercial "très fréquenté" de Krementchouk, dans le centre de l'Ukraine, a été touché ce lundi par un missile. Plus d'un millier de personnes se trouvaient à l'intérieur, selon le président Volodymyr Zelensky. Le dernier bilan communiqué fait état de 16 morts. 

Bonjour et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à la guerre en Ukraine. Suivez ici les dernières informations sur le conflit.

Un bombardement russe a fait au moins 13 morts dans un centre commercial dans le centre de l'Ukraine, selon les autorités locales. C'est "l'un des actes terroristes les plus éhontés de l'histoire européenne", a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky à propos de la frappe ayant touché ce bâtiment de Krementchouk, une cité à 330 km au sud-est de Kiev, et à plus de 200 km du front. Les pays du G7 réunis en Allemagne, qui ont dénoncé un "crime de guerre".

Une frappe russe a également tué dans la journée huit civils à un point de distribution d'eau dans l'est, selon Kiev, qui en a appelé au G7 pour mettre fin à la guerre.

Suivez les dernières informations sur la guerre en Ukraine dans le fil ci-dessus.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info