Ukraine : neuf mois de guerre
En Direct

EN DIRECT - Guerre en Ukraine : "Près de la moitié" des infrastructures énergétiques endommagées par les frappes russes

La rédaction de TF1info
Publié le 18 novembre 2022 à 6h15, mis à jour le 18 novembre 2022 à 16h11
JT Perso

"Près de la moitié" du système énergétique est "hors d'état de fonctionner" après les frappes russes, selon l'Ukraine.
La Russie a annoncé vendredi qu'elle effectuait des travaux de fortification dans la péninsule de Crimée annexée.
Suivez les dernières informations sur le conflit.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

RISHI SUNAK À KIEV


Le nouveau Premier ministre britannique Rishi Sunak est arrivé à Kiev avec sa première visite depuis sa nomination à ce poste, annonce Volodymyr Zelensky. "Depuis les premiers jours de la guerre, l'Ukraine et le Royaume-Uni sont les alliés les plus puissants", a écrit le président ukrainien sur Telegram en publiant une vidéo de sa rencontre avec M. Sunak à Kiev. 

RUSSIE 


L’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, a salué la "coopération" de la Russie dans la préparation de la Coupe du monde, lors d’un appel avec le président Vladimir Poutine vendredi.


Le président russe a félicité le Qatar pour l’organisation de la Coupe du monde qui s'ouvre dimanche dans ce pays du Golfe, selon un communiqué du bureau de l’émir. L’émir a remercié Vladimir Poutine pour son message et "loué la coopération de la Russie dans l’organisation de cet événement mondial".


Organisatrice du Mondial-2018, la Russie a été exclue de la Coupe du monde de football 2022 après son invasion de l’Ukraine en février dernier.

KIEV ACCUSÉ DE CRIME DE GUERRE 


La Russie a accusé vendredi l'Ukraine d'avoir exécuté "brutalement" plus de 10 de ses militaires qui avaient déposé les armes, dénonçant un "crime de guerre".


"Personne ne pourra présenter le meurtre délibéré et méthodique de plus de 10 soldats russes qui étaient immobilisés (...), avec des tirs directs dans la tête, comme une 'exception tragique'", a déclaré le ministère russe de la Défense.


Cette accusation intervient après la publication sur les réseaux sociaux russes de deux vidéos d'une trentaine de secondes chacune, présentées par ces sources russes comme montrant l'exécution de militaires qui venaient de se rendre aux forces ukrainiennes.

POLOGNE 


A deux jours de l'ouverture du Mondial, Robert Lewandowski a déclaré vendredi que la sélection polonaise avait été affectée par la chute d'un missile cette semaine dans le sud du pays, qui a fait deux morts. 


"Ce n'était pas un moment facile. Tout le monde attendait des explications, des informations", a dit le buteur de Barcelone à Doha, où la sélection polonaise a pris possession de son camp de base.  "Malheureusement, cela a touché des personnes qui sont mortes. C'est une situation très difficile", a poursuivi Lewandowski. 

VIKTOR ORBAN 


La Hongrie de Viktor Orban, en pleine négociation avec Bruxelles pour le déblocage de fonds européens en sa faveur, est accusée de faire du "chantage" à l'égard de l'UE en s'opposant notamment à un plan d'aide financière à l'Ukraine.


Le dirigeant nationaliste a rappelé vendredi qu'il refusait la proposition de la Commission européenne d'accorder à l'Ukraine une aide de 18 milliards d'euros pour 2023, sous forme de prêts dont les intérêts seraient pris en charge par les Etats membres. Mais il s'est dit disposé à ce que la Hongrie verse de façon bilatérale une subvention à l'Ukraine pouvant aller jusqu'à 170 millions d'euros.

DRONES IRANIENS 


L'Union européenne et ses partenaires pourraient prendre de nouvelles sanctions contre l'Iran, accusé de fournir des drones utilisés par la Russie contre l'Ukraine, a déclaré vendredi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dénonçant "un risque pour la sécurité".


Kiev et ses soutiens occidentaux ont accusé la Russie d'utiliser des drones de fabrication iranienne pour mener des attaques en Ukraine ces dernières semaines. 


"Nous nous coordonnons avec nos partenaires et alliés pour prendre de nouvelles sanctions contre l'Iran en réponse à la prolifération des drones iraniens", a annoncé Ursula von der Leyen, lors d'une conférence annuelle sur la sécurité organisée à Bahreïn, petit royaume du Golfe situé près des côtes iraniennes.

MAISON BLANCHE 


La Maison Blanche a réitéré vendredi que seul le président ukrainien Volodymyr Zelensky était en mesure d'approuver l'ouverture de négociations entre l'Ukraine et la Russie, rejetant toute notion de pressions américaines sur Kiev.


"Nous sommes tous d'accord qu'une solution diplomatique négociée est la meilleure des issues possibles, excepté une décision par (le président russe Vladimir) Poutine de retirer ses troupes" d'Ukraine, a déclaré vendredi à des journalistes le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby.

FINLANDE 


Les gardes-frontières finlandais ont présenté vendredi un plan détaillé prévoyant la construction d'une barrière pour renforcer la sécurité de leur frontière avec la Russie, sous tension depuis l'invasion de l'Ukraine.


Surmontée de barbelés, cette clôture de trois mètres de haut, doit être construite sur une zone couvrant 200 km le long d'une route, pour une somme totale de 380 millions d'euros.


Les zones particulièrement sensibles seront équipées de caméras à vision nocturnes, d'éclairage et de haut-parleurs, a expliqué lors d'une conférence de presse le chef du projet au sein des gardes-frontières, Ismo Kurki.  

PRISONNIERS DE GUERRE 


La Russie a accusé vendredi l'Ukraine d'avoir exécuté "brutalement" plus de 10 de ses militaires qui avaient déposé les armes, dénonçant un "crime de guerre". 


"Personne ne pourra présenter le meurtre délibéré et méthodique de plus de 10 soldats russes qui étaient immobilisés (...), avec des tirs directs dans la tête, comme une exception tragique", a déclaré le ministère russe de la Défense. Cette accusation intervient après la publication sur les réseaux sociaux de deux vidéos d'une trentaine de secondes chacune, présentées comme montrant l'exécution de militaires russes qui venaient de se rendre aux forces ukrainiennes. 

POLOGNE 


La Pologne a refusé à la délégation russe l'entrée sur son sol pour une réunion ministérielle de l'OSCE prévue début décembre à Lodz (centre), a indiqué vendredi à l'AFP le porte-parole du ministère polonais des Affaires étrangères.


Interrogé explicitement par l'AFP sur la question de savoir si Varsovie a refusé l'entrée à la délégation russe, Lukasz Jasina a répondu par un "Oui" sec, exprimé par texto

KHERSON

INFRASTRUCTURES ÉNERGÉTIQUES HORS SERVICE


"Près de la moitié" des infrastructures énergétiques d'Ukraine est "hors d'état de fonctionner" à la suite d'une série de frappes russes depuis début octobre, indique le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal lors d'une conférence de presse à Kiev avec le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis. Il a ainsi réclamé "un soutien supplémentaire" de l'UE pour faire face à cette situation.

BIÉLORUSSIE


"Nous aussi, on sait couper du pain en deux" : le président biélorusse Alexandre Loukachenko s'est moqué ce vendredi du départ du groupe américain de restauration rapide McDonald's de son pays, où il sera remplacé par une enseigne russe.


À partir du 22 novembre, les McDonald's de Biélorussie vont opérer sous le nom de Vkousno i Totchka (Délicieux. Point), la chaîne russe qui a repris les restaurants du groupe américain en Russie. Aucune explication n'a été donnée.

EMMANUEL MACRON


La guerre en Ukraine a été au menu d'une rencontre ce vendredi à Bangkok (Thaïlande) entre Emmanuel Macron et le prince héritier d'Arabie Saoudite Mohammed ben Salmane (MBS) en marge du sommet de l'Apec, a indiqué l'Élysée. Les deux dirigeants ont également évoqué la situation au Liban.

ENGRAIS RUSSES


Une deuxième cargaison d'engrais russes devrait être acheminée depuis l'UE vers l'Afrique de l'Ouest après que l'ONU a réussi à surmonter les obstacles liés aux sanctions qui frappent la Russie, a indiqué une haute responsable onusienne très impliquée dans les discussions.


"Maintenant, nous avons un modèle qui fonctionne. Il s'agit d'une activité humanitaire. Le Programme alimentaire mondial (PAM) est chargé d'acheminer les engrais des ports vers les pays qui en ont besoin", a déclaré la responsable de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), Rebeca Grynspan, lors d'un point de presse à Genève.

LA STRATÉGIE DE POUTINE


Depuis plus d'un mois, les frappes russes se concentrent sur les infrastructures énergétiques de l'Ukraine. Objectif : impacter le quotidien de la population et sa résilience, après plusieurs mois de guerre.

DES RUSSES PRIS À PARTIE PAR DES RUSSES


Une unité russe qui terminait une opération de destruction a été prise à partie par d'autres soldats russes situés de l'autre côté du Dniepr, à Kherson, là où l'armée de Moscou s'est retranchée après avoir dû quitter la ville à la hâte.

RÉOUVERTURE DE LA LIGNE KIEV-KHERSON


L'Ukraine annonce la réouverture de la ligne de train entre la capitale Kiev et Kherson, une semaine jour pour jour après le retrait de l'armée russe de cette importante ville du sud du pays.


"Le premier trajet aura lieu aujourd'hui à 22h14 (23h14, heure française) depuis la capitale, et arrivera demain autour de 9h (10h) à Kherson", a indiqué sur Facebook un responsable local, Serguiï Khlan, précisant qu'"environ 200 passagers (...) voyageront à bord" du train.

"NOUS GLISSONS VERS LA GUERRE"


Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a qualifié ce vendredi les sanctions de l'UE contre la Russie de "pas vers la guerre", intensifiant ses critiques contre une stratégie bruxelloise jugée "dangereuse".


"Quiconque intervient économiquement dans un conflit militaire prend position", a déclaré le dirigeant nationaliste lors de sa traditionnelle interview à une radio proche du pouvoir. "Petit à petit, nous glissons vers la guerre", a-t-il insisté, s'inquiétant de l'accumulation de mesures prises pour sanctionner l'offensive russe en Ukraine.

CRIMÉE


La Russie a annoncé ce vendredi qu'elle effectuait des travaux de fortification dans la péninsule de Crimée annexée, après le repli de ses soldats dans la région ukrainienne voisine de Kherson face à une contre-offensive de Kiev.


"Des travaux de fortification sont menés sous mon contrôle sur le territoire de la Crimée afin de garantir la sécurité des Criméens", a déclaré Sergueï Aksionov, le gouverneur installé par Moscou après l'annexion de cette péninsule ukrainienne en 2014.

"LES ÉTATS-UNIS NE PEUVENT PLUS LÂCHER L'UKRAINE"


Invitée ce vendredi sur LCI, la spécialiste du monde russe Galia Ackerman a estimé que les Occidentaux allaient soutenir Kiev jusqu'au bout de la guerre. "C'est la première fois que les États-Unis défendent un pays démocratique depuis des années", a relevé l'écrivaine.

NORD STREAM


Deux mois après les explosions au niveau des gazoducs Nord Stream, construits pour acheminer le gaz russe en Europe, la Suède confirme ce vendredi un sabotage.


"Les analyses qui ont été réalisées montrent des restes d'explosifs sur plusieurs des objets étrangers découverts", a déclaré dans un communiqué le procureur Mats Ljungqvist, chargé de l'enquête préliminaire ouverte après la découverte fin septembre de quatre énormes fuites de gaz sur les gazoducs reliant la Russie à l'Allemagne.

DES CHIRURGIENS OPÈRENT DANS LE NOIR


Plus de dix millions d'Ukrainiens sont privés d'électricité ce vendredi. Parmi eux, des chirurgiens, obligés d'opérer dans le noir.

Ukraine : privés d'électricité, des chirurgiens opèrent dans le noirSource : TF1 Info
JT Perso

AU CŒUR DES TRANCHÉES RUSSES


Les équipes de TF1 et LCI se sont rendues dans le Donbass, au cœur des tranchées russes. Les conditions de vie des soldats de Moscou ressemblent à celles de la Première Guerre mondiale. Reportage.

Donbass : dans les tranchées russesSource : JT 20h Semaine
JT Perso

L'INVITÉE DE 8H30


L'historienne et écrivaine Galia Ackerman, spécialiste du monde russe, est l'invitée d'Adrien Gindre sur LCI à partir de 8h30.

LE POINT SUR LA SITUATION


Les échanges et l'enquête se poursuivent toujours autour du missile tombé en Pologne, alors que Kiev continue de nier l'incident. Sur le plan économique, la Turquie a annoncé la prolongation de l'accord d'exportation céréalier ukrainien pour quatre mois supplémentaires. Le point sur les faits marquants de ces dernières 24 heures.

MACRON


Le président français Emmanuel Macron a appelé vendredi les pays d'Asie-Pacifique à se joindre au "consensus croissant" contre la guerre en Ukraine, en soulignant que cette guerre était aussi "leur problème".


"La priorité numéro un de la France est de contribuer à la paix en Ukraine et d'essayer d'avoir une dynamique mondiale pour mettre la pression sur la Russie", a-t-il lancé au sommet des dirigeants économiques de l'Apec.

10 MILLIONS D'UKRAINIENS SANS ÉLECTRICITÉ


"À l'heure actuelle, plus de dix millions d'Ukrainiens sont sans électricité", notamment dans la région de Kiev, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors de son adresse télévisée quotidienne, jeudi soir.

CAS DE TORTURES 


Kherson a été libérée, après huit mois d'occupation russe. Ses habitants y auraient subi des tortures d'ampleur "horrible", assure Kiev. Un phénomène qui serait étendu à toute la région, où plusieurs salles de tortures ont été découvertes.

BIENVENUE SUR LE DIRECT UKRAINE DU VENDREDI 18 NOVEMBRE


Retrouvez toutes les actualités du jour sur la guerre en Ukraine dans ce fil d'informations en direct.

Le froid, nouvelle arme privilégiée par Moscou. Plusieurs villes ukrainiennes, dont Kiev, ont été ciblées par des frappes russes alors que tombent les premières chutes de neige. Dix millions d'habitants sont privés d'électricité au moment où les températures pourraient descendre jusqu'à -10°C.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé "une autre attaque terroriste russe""Des dizaines de missiles ce matin. Des sites civils sont la cible principale. La Russie fait la guerre contre l'électricité et le chauffage destinés aux gens en faisant exploser des centrales électriques et d'autres installations énergétiques". La répétition de ces bombardements visant les infrastructures depuis octobre prive régulièrement de courant mais aussi d'eau des millions d'Ukrainiens.

"À l'heure actuelle, plus de dix millions d'Ukrainiens sont sans électricité", notamment dans la région de Kiev, a précisé le président ukrainien lors de son adresse télévisée quotidienne. Dans la journée, le Kremlin a affirmé que les souffrances des civils en Ukraine étaient imputables au refus de Kiev de négocier.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info