EN DIRECT - Israël-Gaza : l'État hébreu dit avoir libéré 39 prisonniers palestiniens en échange du 3e groupe d'otages du Hamas

Publié le 26 novembre 2023 à 6h00, mis à jour le 26 novembre 2023 à 20h47

Des otages ont été libérés ce dimanche, en échange de prisonniers palestiniens, au 3e jour d'une trêve fragile entre Israël et le Hamas.
Israël a ensuite affirmé avoir libéré 39 prisonniers palestiniens en vertu de l'accord avec le Hamas.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

ÉTAT PALESTINIEN

"Ce n'est pas exactement le bon moment, alors que les otages sont encore dans la bande de Gaza, de discuter de l'existence d'un État palestinien", affirme l'ancien Premier ministre israélien Ehud Barak, interrogé sur LCI. "Parler maintenant d'un État palestinien, ce n'est pas une possibilité réalisable mais en tant que vision à long terme, comme but, c'est la seule solution viable. Et au moins la moitié de la population pense comme moi. Il faut se séparer des Palestiniens, mettre fin à cette situation", ajoute-t-il.

LA FRANCE ESPÈRE UNE PROLONGATION DE LA TRÊVE

"Nous demandons la libération de nos otages et de tous les otages. Il serait bon, utile et nécessaire que la trêve soit prolongée à cette fin", a réclamé dimanche Catherine Colonna, assurant avoir "bon espoir" que des otages français soient libérés, au moment où les appels à une prolongation de la trêve entre Israël et le Hamas se multiplient. "La France considère qu'il faut une pause durable, une trêve qui permette d'aboutir à un cessez-le-feu", avec à la clef "la libération d'otages", insiste la ministre des Affaires étrangères. 

LA FORCE D'ISRAËL

"Israël ne sera pas ébranlé par ces événements. C'est une société ouverte qui a beaucoup de forces pour résister", affirme l'ancien Premier ministre israélien Ehud Barak. Pour autant, l'ex-dirigeant "pense" qu'il faut prolonger la trêve entre l'Etat hébreu et le Hamas pour favoriser la libération de davantage d'otages. "Je pense que le gouvernement israélien va l'étendre", ajoute-t-il, sur LCI. 

OTAGE AMÉRICAINE

Le Hamas a libéré dimanche un troisième groupe d'otages. 17 personnes, dont 13 Israéliens, ont rallié l'État hébreu dans la foulée. Une jeune Américaine de 4 ans figure parmi les personnes relâchées.

PRISONNIERS PALESTINIENS

En vertu de l'accord avec le Hamas, Israël a libéré dimanche 39 prisonniers palestiniens. 

OTAGES EN ROUTE

Les quatre otages, dont un ressortissant russe, qui ne sont pas encore arrivés en Israël ont passé le point de passage de Rafah.

Les quatre otages, dont un ressortissant russe, qui ne sont pas encore arrivés en Israël ont passé le point de passage de Rafah.
Les quatre otages, dont un ressortissant russe, qui ne sont pas encore arrivés en Israël ont passé le point de passage de Rafah. - Mohammed ABED / AFP

JOE BIDEN S'EXPRIME

Prenant la parole devant les médias, Joe Biden confirme la libération d'Abigail Edan, une otage israélo-américaine de quatre ans, ce dimanche par le Hamas. "Elle est arrivée en sécurité en Israël", assure-t-il. "Nous n'arrêterons pas nos efforts jusqu'à ce que tous les otages soient de retour", déclare le président américain, qui souhaite que la trêve entre Israël et le mouvement islamiste palestinien se poursuive "au-delà de ce lundi", "jusqu'à la libération de tous les otages". 

MANIFESTATION AU MAROC

Plusieurs dizaines de milliers de Marocains ont manifesté dimanche à Casablanca en solidarité avec le peuple palestinien, appelant à un cessez-le-feu permanent dans la bande de Gaza. "Ce n'est pas d'une trêve dont nous avons besoin mais d'un cessez-le-feu définitif" pour donner une chance "à la paix, pour la création d'un Etat palestinien souverain, avec sa capitale Jérusalem", a affirmé à l'AFP Nabila Mounib, députée socialiste, souhaitant également "le retour de tous les exilés de la diaspora palestinienne" et la libération des prisonniers palestiniens.


La foule a aussi réclamé l'arrêt des relations entre Israël et le Maroc, trois ans après leur normalisation dans le cadre d'un processus entre Israël et plusieurs pays arabes soutenu par Washington.

OTAGES EN ISRAËL

Selon les autorités israéliennes, le troisième groupe d'otages libérés par le Hamas est arrivé sur le territoire de l'État hébreu. Quatre autres personnes jusque-là détenues par le mouvement islamiste palestinien sont, elles, toujours en route vers le point de passage de Rafah.

OTAGES REMIS A ISRAËL

Les otages ont été remis aux autorités israéliennes, a annoncé Daniel Hagari, porte-parole de l'armée israélienne. L'un d'entre eux, à l'état de santé plus qu'incertain, a été envoyé à l'hôpital par hélicoptère, précise le représentant de Tsahal. 

"RAMENER TOUS LES OTAGES"

"Chaque otage ramené en Israël est important pour nous ; nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour les ramener le plus rapidement possible. Nous nous y engageons, je m'y engage personnellement", a déclaré dimanche le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant.


"À la fin de la semaine dernière, j'ai demandé aux forces de défense israéliennes de se préparer à un retour à des combats très intenses. Nous reprendrons le combat et frapperons le Hamas dès que la pause temporaire destinée à ramener les otages sera terminée", a-t-il ajouté. Il a, par ailleurs, souligné que les résultats obtenus à Gaza avaient "créé les conditions nécessaires au retour des otages".

PALESTINIENS LIBÉRÉS

 Selon le Qatar, ce sont 39 Palestiniens qui seront libérés des prisons israéliennes ce dimanche, conformément à l'accord conclu entre Israël et le Hamas.

CADRES DU HAMAS

Le chef, dans le nord de Gaza, des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, et quatre de ses cadres ont été tués par l'armée israélienne au cours de son offensive sur le territoire palestinien, a confirmé dimanche le mouvement.


Membre du Conseil militaire du Hamas, Ahmed al-Ghandour était considéré comme un "terroriste" par les autorités américaines depuis 2017. Il était accusé d'être impliqué dans une attaque contre l'armée israélienne en 2006 au point de passage de Kerem Shalom, entre Israël et la bande de Gaza, à l'extrême sud du territoire palestinien. Visé depuis longtemps par l'armée israélienne, il avait perdu deux de ses enfants dans des frappes avant l'offensive actuelle.


Parmi les autres cadres tués, nommés dans le communiqué des brigades al-Qassam, figure Ayman Siam, présenté comme le chef des unités de tirs de roquettes

AIDE HUMANITAIRE

Le Croissant-Rouge palestinien a envoyé 50 nouveaux camions d'aide à "Gaza et au nord", a annoncé l'organisation dimanche.

"JUSQU'À LA VICTOIRE"

"On continue jusqu'à la victoire" affirme Benyamin Nétanyahou, en visite dans le nord de la bande de Gaza, ce dimanche. "Nous avons trois buts dans cette guerre : éliminer le Hamas, faire revenir tous les nôtres enlevés et faire en sorte que Gaza ne devienne pas à nouveau une menace pour Israël", continue-t-il. "Rien ne nous arrêtera", martèle le Premier ministre israélien. 


Par ailleurs, "nous mettons tout en œuvre pour ramener nos otages et, en fin de compte, nous les ramènerons tous", déclare le dirigeant.

"14 ISRAÉLIENS ET 3 ÉTRANGERS"

"Selon les informations reçues de la Croix-Rouge, 14 otages israéliens et trois otages étrangers ont été transférés à la Croix-Rouge", indique Tsahal. Ils seraient en route vers le point de passage de Rafah.

14 OTAGES DONT "BEAUCOUP D'ENFANTS"

Au lendemain de la libération de 17 otages dont 13 Israéliens, marquée par un contre-temps dans le processus, le colonel Olivier Rafowicz s'exprime sur LCI : "Normalement les choses devraient se faire de manière sereine" pour le 3e groupe attendu, indique l'officier de l'armée israélienne à propos des 14 otages, dont "beaucoup d'enfants", qui devraient être libérés aujourd'hui. Selon ce porte-parole, ces personnes seraient, à l'heure où il s'exprime, en route vers les membres du CICR. 

Libération d'otages : "Normalement les choses devraient se faire de manière sereine" pour le 3e groupe attendu ce dimancheSource : TF1 Info

AÉROPORT DE DAMAS

L'aéroport de Damas est de nouveau hors d'usage après des frappes israéliennes ce dimanche, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). "L'aviation israélienne a mené dimanche après-midi une nouvelle frappe visant l'aéroport international de Damas (...) le mettant de nouveau hors d'usage", a rapporté l'ONG.

UN RUSSE AUSSI LIBÉRÉ ?

Le Hamas a annoncé dimanche la libération d'un otage de nationalité russe "en réponse aux efforts" du président russe Vladimir Poutine et à son "soutien à la cause palestinienne". Cet otage s'ajoute aux treize autres qui doivent être libérés plus tard dans la journée dans le cadre de l'accord conclu avec Israël. 

NOMS DES OTAGES

Les noms des 13 otages qui doivent être libérés ce dimanche ont été communiqués aux autorités égyptiennes, a déclaré Diaa Rashwan, le chef du service d'information de l'Etat égyptien (SIS), dans un communiqué relayé par The Guardian. Le Caire s'est aussi vu remettre l'identité des 39 Palestiniens qui doivent, en parallèle, être relâchés par Israël.

"LA BALLE EST DANS LE CAMP DU HAMAS"

Le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis se dit confiant quant à la poursuite de la trêve. "Nous avons toutes les raisons de croire que tout cela se mettra en place aujourd'hui, comme cela a été le cas ces deux derniers jours", a confié Jake Sullivan au micro de NBC News, soulignant toutefois que la mise en œuvre de la trêve reste chaque jour "quelque-chose de complexe et compliqué". 


"Que cet accord soit prolongé ou non, cela dépend en réalité du Hamas", a ajouté le conseiller à la sécurité nationale. "Israël a été très clair dans le cadre de l'accord. L'armée est prête à poursuivre la pause pour chaque jour où le Hamas produira dix otages supplémentaires. La balle est donc dans le camp du Hamas."

AIDE HUMANITAIRE BLOQUÉE ?

Israël accuse le Hamas de bloquer l'entrée de l'aide humanitaire dans le nord de Gaza. "Un poste de contrôle" mis en place par le groupe terroriste "a bloqué les camions acheminant l'aide humanitaire", affirme l'administration civile israélienne dans les Territoires palestiniens (COGAT), photo à l'appui. 

UN AMÉRICAIN PARMI LES OTAGES LIBÉRÉS ?

CNN affirme que "pour la première fois depuis l'entrée en vigueur de la trêve", un citoyen américain devrait figurer sur la liste des otages qui seront libérés ce dimanche. Une information confirmée par Jake Sullivan. Auprès de NBC News, le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis estime qu'"au moins un Américain sera libéré aujourd'hui", sans toutefois préciser l'identité de l'otage.

LA CROIX ROUGE DOUTE D'UNE NOUVELLE LIBERATION

Un haut responsable de la Croix-Rouge confie à la chaine SkyNews qu'il n'est "pas sûr" que d'autres otages soient libérés aujourd'hui. Depuis la bande de Gaza, Pascal Hundt a toutefois précisé qu'une équipe de la Croix-Rouge était prête à accueillir d'éventuels otages. 

PÉTROLIER ISRAÉLIEN

Un pétrolier appartenant à une société liée à Israël a été arraisonné au large des côtes du Yémen, indique la firme de sécurité maritime Ambrey, dans le dernier incident en date sur la même zone. "L'événement est probablement lié à des acteurs étatiques", a commenté Ambrey, précisant que le navire qui appartient à une société basée au Royaume-Uni avait reçu des menaces des rebelles yéménites Houthis, soutenus par l'Iran.


Les forces navales américaines sont au courant de l'incident, a ajouté la firme maritime, sans dire si elles s'étaient portées au secours du navire, appelé Central Park.

DISCOURS DU PAPE

Le pape François se réjouit de la trêve en cours ainsi que de la libération de certains otages. "Aujourd'hui nous remercions Dieu, car il y a finalement une trêve entre Israël et la Palestine et certains otages ont été libérés", a-t-il fait dire à l'issue de la prière de l'Angélus, un religieux lisant le texte à sa place, car il est grippé. Il a appelé à prier "qu'ils le soient tous le plus rapidement possible, pensons à leurs familles" et pour "que davantage d'aide humanitaire arrive à Gaza et que l'on insiste sur le dialogue". "C'est la seule voie, la seule voie pour la paix. Ceux qui ne veulent pas dialoguer ne veulent pas la paix", a-t-il conclu.

TÉMOIGNAGE D'OTAGES

Les membres de la famille d'ex-otages racontent dans la presse israélienne les conditions de vie de leurs proches dans les mains du Hamas. Keren Munder, libérée vendredi, a expliqué à sa cousine que les otages se nourrissaient essentiellement de riz et de pains pita. Ils dormaient sur des chaises en plastique alignées, comme dans une salle d'attente. "Lorsqu'ils avaient besoin d'aller aux toilettes, ils frappaient à la porte et devaient parfois attendre une heure et demie avant de pouvoir y aller", raconte la cousine de cette otage.

TENSIONS IRLANDE - ISRAËL

Israël convoque l'ambassadeur d'Irlande en Israël après les propos "scandaleux du Premier ministre irlandais", annonce le chef de la diplomatie israélienne sur X. 


Dans une publication hier soir, le chef du gouvernement irlandais avait posté un message concernant le retour d'Emily Hand, une ex-otage Israélo-irlandaise, disant qu'elle avait été "perdue et retrouvée". 

UN CHEF DU HAMAS ABATTU

Le Hamas confirme la mort d'un haut chef militaire et de trois commandants de haut rang, ciblés par Israël le 17 novembre dernier. L'organisation islamiste indique qu'Ahmed al-Ghandour, le commandant des brigades al-Qassam pour le nord de la bande de Gaza, Ayman Siam, présenté comme le chef des unités de tirs de roquettes, ainsi que Wael Rajab et Raafat Salman ont été tués. Ahmed al-Ghandour était aussi membre du Conseil militaire du Hamas et était considéré comme un "terroriste" par les autorités américaines. Parmi 


Tsahal avait indiqué il y a dix jours avoir pris pour cible Ahmed al-Ghandour et Ayman Siam mais n'avait pas confirmé qu'ils avaient été tués.

1,3 MILLION D'EUROS SAISIS

Le ministère de la Défense israélien affirme avoir saisi cinq millions de shekel, soit l'équivalent de 1,2 million d'euros au cours d'opérations dans la bande de Gaza. Le pactole, qui comprenait des dinars irakiens, des dinars jordaniens et des dollars américains, a été saisi "dans les bastions du Hamas et aux domiciles des terroristes", précise le ministère. La somme "confisquée au profit de l'État".


Pour en savoir plus sur le financement du Hamas, vous pouvez retrouver notre article à ce sujet ici.

8 PALESTINIENS TUÉS EN CISJORDANIE

L'armée israélienne a communiqué au sujet de son activité à Jénine, en Cisjordanie occupée, où cinq Palestiniens auraient été tués. Dans un message publié sur les réseaux sociaux, elle a déclaré que l'opération menée dans ce bastion des groupes armés palestiniens a "permis d'éliminer cinq terroristes" et arrêter "21 personnes recherchées".

TENSIONS IRLANDE - ISRAËL

Les relations diplomatiques tendues entre Israël et l'Irlande se poursuivent ce matin. Sur le réseau social X, le ministre israélien des Affaires étrangères, Eli Cohen, accuse le Premier ministre irlandais d'avoir perdu sa "boussole morale" et sa "connexion à la réalité". Une critique qui arrive alors que le chef du gouvernement irlandais, Leo Varadkar, avait posté un message concernant le retour d'Emily Hand, une ex-otage Israélo-irlandaise. "Une enfant innocente qui avait été perdue a été retrouvée et rendue, et nous poussons un énorme soupir de soulagement", avait-il écrit.


Un choix de mot qui a déplu à Eli Cohen. Sur X, il a tenu à rappeler que "Emily Hand n'était pas perdue", mais avait été "kidnappée par une organisation terroriste". 

"GUERRE PSYCHOLOGIQUE" DU HAMAS

Le porte-parole de l'armée israélienne décrit la "tactique dilatoire" du Hamas après que sa branche armée a repoussé jusqu'au dernier moment la libération de 13 Israéliens et quatre Thaïlandais. Pour le porte-parole, Doron Spielman, cette stratégie du Hamas s'inscrit dans dans le cadre de la "guerre psychologique", menée par le groupe islamiste.

8 PALESTINIENS TUÉS EN CISJORDANIE

Huit Palestiniens ont été tués par l'armée israélienne en Cisjordanie, selon le ministère palestinien de la Santé. Parmi eux, cinq sont morts à Jénine, ce bastion des groupes armés palestiniens dans ce territoire occupé depuis 56 ans par Israël. Cela a eu lieu lors d'une incursion de nombreux blindés dans la ville, théâtre récemment du raid israélien le plus meurtrier en Cisjordanie depuis près de 20 ans, qui avait fait 14 morts, selon l'ONU. Des sources médicales ont par ailleurs rapporté à l'AFP que 15 personnes avaient été blessées, tandis que des témoins affirment qu'un drone israélien avait mené une frappe aérienne sur le camp de réfugiés de la ville.


Selon d'autres témoins, l'armée israélienne encerclait l'hôpital public de Jénine ainsi que la clinique Ibn Sina. Des soldats fouillaient des ambulances. Ils ont également fait état de violents combats à l'arme automatique.

13 NOUVEAUX OTAGES LIBÉRÉS ?

Selon un responsable qatari cité par la presse israélienne, treize autres enfants et femmes seront libérés ce dimanche. Dans le cadre d'un accord distinct, sept autres ressortissants étrangers seront également relâchés, affirme la presse israélienne. 


Le gouvernement israélien n'a pas encore communiqué officiellement à ce sujet, mais le site d'information Ynet et Army Radio assurent que des responsables israéliens ont confirmé qu'ils s'attendaient à ce que treize Israéliens soient libérés.

CROIX GAMMÉES DANS LA CAPITALE

Tandis que la France connaît une forte montée des actes antisémites, treize membres de l'ultradroite ont été interpellés vendredi alors qu'ils réalisaient des tags de croix gammées au sol.

L'UNE DES OTAGES DANS UN ÉTAT "MODÉRÉ"

Le directeur du centre médical Soroka affirme que l'état de santé Maya Regev, une ex-otage de 21 ans, est "modéré". La jeune femme, qui était apparue avec une cheville bandée et marchant avec des béquilles hier soir, a été emmenée directement à l'hôpital après son retour en Israël, va devoir subir une série "d'interventions chirurgicales". Elle devrait se "rétablir complètement", a précisé le docteur Shlomi Kodesh, cité dans la presse israélienne.

DE NOUVELLES LIBÉRATIONS ATTENDUES

Le gouvernement israélien dispose de la troisième liste des personnes enlevées qui doivent être libérées ce dimanche. Le bureau du Premier ministre n'a toutefois dévoilé ni leur identité, ni leur nombre, ni l'heure prévue pour leur remise au CICR.


Cette liste est en train d'être vérifiée par des responsables de la sécurité et les familles des otages ont été informées.

LE POINT SUR LA SITUATION

Il est 8h30. L'occasion de revenir sur les faits marquants des 24 dernières heures.

RETROUVAILLES

Les Forces de défense israéliennes publient des photos et des vidéos des retrouvailles entre les otages et leurs familles. Ci-dessous, le moment où Emily Hand, une fillette de neuf ans, retrouve son père Tom et Hila Rotem, 13 ans, enlace son oncle.

6 PALESTINIENS TUÉS EN CISJORDANIE

Six Palestiniens ont été tués par l'armée israélienne dans ce territoire occupé depuis 56 ans par Israël, selon le ministère palestinien de la Santé. Parmi eux, quatre sont morts à Jénine, ce bastion des groupes armés palestiniens. Cela a eu lieu lors d'une incursion de nombreux blindés dans la ville, théâtre récemment du raid israélien le plus meurtrier en Cisjordanie depuis près de 20 ans, qui avait fait 14 morts, selon l'ONU. Des témoins ont par ailleurs rapporté à l'AFP que l'armée israélienne encerclait l'hôpital public de Jénine ainsi que la clinique Ibn Sina, assurant que des soldats fouillaient des ambulances. Ils ont également fait état de violents combats à l'arme automatique.

UNE OTAGE LIBÉRÉE SANS SA MÈRE

Les autorités du kibboutz Be'eri, dans lequel 12 des 13 otages libérés hier soir avaient été enlevés, accuse le Hamas d'avoir violé les termes de l'accord. Si elles déclarent que la communauté est "heureuse" du retour des otages, elles relèvent que le Hamas a relâché Hila Rotem, âgée de 13 ans, sans sa mère Raya. "Hila rentre chez elle sans sa mère Raya, qui reste en captivité. Le Hamas a grossièrement violé l'accord et a séparé la mère et la fille", indique le communiqué, selon le site d'information Walla. "Trois enfants de deux familles du kibboutz ont été arrachés au seul parent qui leur restait", ajoute le communiqué.

DE NOUVELLES LIBÉRATIONS ATTENDUES

Un nouvel échange d'otages du Hamas contre des prisonniers palestiniens est prévu au troisième jour de la trêve entre Israël et le mouvement islamiste au pouvoir à Gaza, après deux premières séries de libérations.

TÉMOIGNAGES

Notre équipe sur place raconte l'attente interminable des familles des otages toujours dans les mains du Hamas.

Familles des otages : la guerre des nerfsSource : JT 20h WE

TRÊVE À GAZA

248 camions d'aide humanitaire sont arrivés dans la bande de Gaza depuis l'entrée en vigueur de la trêve, selon les chiffres de l'ONU. Parmi eux, 61 véhicules ont acheminé du matériel médical, de la nourriture et de l'eau dans le nord du territoire. 


Par ailleurs, onze ambulances, trois autocars et un véhicule à plateau ont été livrés à l'hôpital Al-Shifa, le plus grand du territoire enclavé, "pour aider aux évacuations", précise dans un communiqué l'agence des Nations Unies chargée de la coordination humanitaire (OCHA). "Plus la trêve durera, plus les organisations humanitaires seront en mesure d'envoyer de l'aide à l'intérieur et à l'extérieur de la bande de Gaza", a ajouté l'OCHA, remerciant le Croissant-Rouge palestinien et le Croissant-Rouge égyptien.

39 PRISONNIERS PALESTINIENS DE RETOUR CHEZ EUX

L'Autorité pénitentiaire israélienne a annoncé dans la nuit avoir libéré 39 prisonniers palestiniens. Il s'agit uniquement de femmes ou de jeunes de moins de 19 ans. 


Au moment où sortait le premier groupe de 39 prisonniers, le Club des prisonniers, ONG palestinienne de défense des détenus, rapportait que 17 Palestiniens avaient été arrêtés le même jour.

QUI SONT LES OTAGES RELÂCHÉS ?

Voici ce que l'on sait des 13 otages israéliens libérés samedi soir ↓

QUATRE OTAGES ALLEMANDS

La cheffe de la diplomatie allemande a salué hier soir la libération d'un deuxième groupe d'otages par le Hamas, dont à nouveau quatre Germano-israéliens, exprimant son "soulagement". "Je pense à celles et ceux qui sont encore aux mains du Hamas. Nous travaillons de toutes nos forces pour qu'ils soient bientôt en liberté", a dit la ministre Annalena Baerbock sur X.

13 OTAGES LIBÉRÉS

13 otages israéliens ont été libérés hier soir par le Hamas, portant à 46 le total d'otages libérés, sur les quelque 240 séquestrés à Gaza depuis leur enlèvement lors de l'attaque du 7 octobre. Il s'agit essentiellement de familles et d'enfants isolés, tous enlevés au kibboutz Beeri.


Quatre Thaïlandais, non concernés par cet accord, ont également été libérés samedi. Ils s'ajoutent à dix Thaïlandais et un Philippin relâchés vendredi. 

BIENVENUE

Bonjour à toutes et tous et bienvenue dans ce direct. Nous allons suivre ensemble toutes les informations sur le conflit entre Israël et le Hamas, alors qu'un troisième jour de trêve s'ouvre ce dimanche.

Un deuxième groupe d'otages retenus dans la bande de Gaza par le Hamas, a été libéré samedi 25 novembre au soir. Ils sont ensuite arrivés en Israël, a annoncé l'armée de l'État hébreu. Selon les autorités égyptiennes et israéliennes, il s'agit de 13 otages israéliens et quatre Thaïlandais. Leur libération, retardée une partie de la journée, a fini par être débloquée dans le cadre de l'accord de trêve entre Israël et le Hamas. L'Autorité pénitentiaire israélienne a ensuite annoncé avoir libéré 39 prisonniers palestiniens.

Une trêve humanitaire de quatre jours, renouvelable, est entrée en vigueur vendredi matin après un accord entre Israël et le Hamas conclu sous l'égide du Qatar, et tenait encore samedi. L'accord prévoit la libération de 50 otages retenus dans la bande de Gaza en échange de 150 Palestiniens détenus dans des prisons israéliennes, ainsi que l'entrée quotidienne d'aide à Gaza.

La guerre entre Israël et le Hamas, entrée samedi dans son 50e jour, a été déclenchée par l'attaque sanglante du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre sur le sol israélien depuis la bande de Gaza, où il a pris le pouvoir en 2007.

Selon Israël, 1200 personnes, en grande majorité des civils, ont été tuées lors de cette attaque au cours de laquelle environ 240 personnes ont été enlevées et emmenées dans la bande de Gaza.

En représailles, Israël a juré d'"anéantir" le Hamas et a bombardé sans relâche la bande de Gaza jusqu'à la trêve. Et l'armée israélienne y a lancé une opération terrestre le 27 octobre. Son offensive a fait près de 15.000 morts dans la bande de Gaza dont 6.150 enfants et jeunes de moins de 18 ans, selon le gouvernement du Hamas.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info