EN DIRECT - Guerre Israël-Hamas : 70 morts dans une frappe sur un camp de la bande de Gaza, selon le Hamas

Publié le 24 décembre 2023 à 6h45, mis à jour le 24 décembre 2023 à 22h15

Source : JT 13h WE

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé ce dimanche soir qu'au moins 70 personnes avaient été tuées dans une frappe israélienne sur des maisons dans un camp dans la bande de Gaza.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

70 MORTS DANS UN CAMP, DÉNONCE LE HAMAS

Le ministère de la Santé du Hamas a indiqué ce dimanche soir qu'une frappe israélienne a touché des maisons situées dans un camp de la bande de Gaza. Au total, au moins 70 personnes auraient été tuées. Un premier bilan faisait état de 45 victimes, mais il a rapidement été revu à la hausse pour atteindre 60, puis 70 victimes.


La frappe israélienne aurait au total détruit au moins trois maisons. Des habitations qui se trouvaient dans le camp d'al-Maghazi, dans la partie centre de la bande de Gaza.

"NOTRE CŒUR, CE SOIR, EST A BETHLÉEM", LANCE LE PAPE

Ce dimanche soir, le pape François a évoqué la guerre entre Israël et le Hamas lors de la messe de Noël. "Notre cœur, ce soir, est à Bethléem", a-t-il déclaré, alors que les festivités dans la ville de Cisjordanie occupée sont assombries par le conflit.


Bethléem, "où le prince de la paix est encore rejeté par la logique perdante de la guerre, avec le fracas des armes qui, aujourd'hui encore, l'empêche de trouver une place dans le monde", a ajouté le pape argentin depuis la basilique Saint-Pierre, au Vatican.


Environ 6.500 fidèles, selon l'estimation du Vatican, ont assisté à la messe présidée par le souverain pontife. Le tout en présence de responsables religieux et du corps diplomatique, tandis que des centaines d'autres l'ont suivie sur des écrans géants installés à l'extérieur, sur la place Saint-Pierre.

Tiziana FABI / AFP

DES PALESTINIENS LIBÉRÉS PAR ISRAËL DISENT AVOIR ÉTÉ TORTURÉS

Après avoir été arrêtés dans la bande de Gaza, des Palestiniens ont témoigné à l'issue de leur libération. Ces derniers expliquent avoir été torturés en détention, des accusations que dément l'armée de l'État hébreu.


Ces hommes font partie de centaines de Palestiniens arrêtés par l'armée israélienne lors de ses opérations terrestres lancées dans la bande de Gaza à partir du 27 octobre. Une vingtaine d'entre eux ont été admis dimanche à l'hôpital Najjar de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, lorsqu'ils ont été relâchés. Le directeur de l'établissement, Marwan al-Hams a témoigné auprès de l'AFP et évoqué leurs blessures. "Ils ont des contusions et des traces de coups sur leurs corps", a-t-il fait savoir.


Interrogée au sujet de ces accusations, l'armée israélienne a affirmé que "les personnes détenues sont traitées conformément au droit international".

UN SYSTÈME DE SANTÉ DÉCIMÉ A GAZA, DÉPLORE L'OMS

Le patron de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déploré ce dimanche une "décimation" du système de santé dans la bande de Gaza. Dans le même temps, il a réitéré son appel urgent à un cessez-le-feu. "La décimation du système de santé de Gaza est une tragédie", a lancé Tedros Adhanom Ghebreyesus sur X (ex-Twitter).


Cela fait plusieurs semaines que L'OMS s'alarme de l'état des soins de santé à Gaza. Une situation qui s'aggrave au fil du temps depuis le 7 octobre et les ripostes d'Israël qui ont fait suite à l'attaque du Hamas.

AU MAROC, 10.000 MANIFESTANTS EN SOUTIEN À GAZA

Dans les rues de Rabat, la capitale marocaine, plus de 10.000 manifestants ont défilé ce dimanche. Un rassemblement organisé en solidarité avec les Palestiniens dans la bande de Gaza. Les participants ont notamment dénoncé une "guerre d'extermination" et la normalisation des relations entre le Maroc et Israël.


À l'appel d'un groupe hétéroclite de soutien à la cause palestinienne composé de formations de gauche et de militants du mouvement islamiste Justice et bienfaisance, les manifestants ont emprunté l'avenue Mohammed V, le cœur battant de la ville, se rassemblant derrière des slogans tels que "stop à la guerre d'extermination à Gaza, stop à la normalisation".

AFP

LE CHEF DU JIHAD ISLAMIQUE AU CAIRE

Le Jihad islamique, mouvement armé palestinien qui combat au côté du Hamas, a envoyé au Caire son chef, Ziad al-Nakhala. Ce dernier est arrivé en Égypte pour prendre part à des discussions pour des discussions portant entre autres sur "l'arrêt de l'agression sioniste" et "l'échange de prisonniers". Il est reçu sur place par des dirigeants égyptiens. 


Avant lui, c'est le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh qui avait fait mercredi le voyage vers le Caire. Une présence visant à poursuivre des négociations, dans l'optique d'acter une nouvelle pause dans les combats. Celle-ci permettrait la libération de plus d'otages israéliens, après une trêve de sept jours ayant pris fin le 1ᵉʳ décembre.

PLUS D'UNE CENTAINE D'OTAGES TOUJOURS DÉTENUS

Selon les derniers bilans effectués par les autorités  israéliennes, ce sont aujourd'hui 129 personnes qui resteraient prises en otages suite à l'attaque du Hamas le 7 octobre. Une forme de statu quo depuis la trêve intervenue fin novembre, au cours de laquelle une centaine de personnes avaient été libérées en échange de 240 prisonniers palestiniens incarcérés par Israël. Parmi ces 129 otages encore décomptés, sur les quelque 250 initialement recensés,  l'armée craint qu'une partie soit aujourd'hui décédée.

LE MINISTERE DE LA SANTE DU HAMAS ANNONCE UN NOUVEAU BILAN

Le ministère de la Santé du Hamas palestinien a annoncé dimanche que les opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza avaient fait 20.424 morts depuis le début de la guerre, le 7 octobre. Ce bilan comprend 166 personnes tuées durant les dernières 24 heures, a précisé le ministère, qui a également fait état de plus de 54.036 blessés.

"NOUS PAYONS UN TRES LOURD TRIBUT A LA GUERRE"

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé dimanche que son pays payait "un très lourd tribut à la guerre", après la mort de 14 soldats depuis vendredi dans les combats contre le mouvement palestinien Hamas dans la bande de Gaza.


"Nous payons un très lourd tribut à la guerre, mais nous n'avons pas d'autre choix que de continuer à combattre", a déclaré M. Netanyahu à l'ouverture d'une réunion de son gouvernement après avoir rendu hommage aux militaires tués, ajoutant que "la guerre sera longue".

LA "VIVE PREOCCUPATION" DE MACRON

Emmanuel Macron a exprimé au Patriarche latin de Jérusalem "sa vive préoccupation" face à "la situation dramatique" de la paroisse catholique de Gaza où deux paroissiennes ont été tuées "de manière indigne" le 16 décembre par un soldat israélien, a indiqué dimanche l'Elysée.


A l'occasion d'un entretien téléphonique samedi à l'avant-veille de Noël avec le cardinal Pierbattista Pizzabella, le président français a évoqué "sa vive préoccupation face à la situation dramatique de la paroisse latine de Gaza", où "des centaines de civils de toutes confessions (...) vivent sous les bombes et les balles depuis plus de deux mois", selon le communiqué de l'Elysée. Emmanuel Macron a exprimé "ses condoléances pour la mort de deux paroissiennes, tuées de manière indigne il y a quelques jours".

REPORTAGE

La ville de Cisjordanie occupée, considérée comme le berceau du christianisme, a annulé ses festivités de Noël en solidarité avec les Palestiniens de la bande de Gaza. De leur côté, les autorités israéliennes ont fermé les accès à Bethléem depuis Jérusalem. Une équipe de LCI a rencontré la population locale, frappée par une crise économique san précédent.

LECORNU LE 31 DECEMBRE SUR LE DIXMUDE

Le ministre des Armées Sebastien Lecornu sera le 31 décembre à bord du Dixmude, le porte-hélicoptère français ancré dans le port égyptien d'Al-Arich, où sont soignés des blessés de Gaza, a annoncé dimanche son cabinet.


Arrivé à quai le 27 novembre, le Dixmude a accueilli dès le lendemain des dizaines de civils blessés de la bande de Gaza, rappelle le cabinet, sans préciser leur nombre. La France est "la première puissance occidentale à mettre des moyens de soins aussi près de la bande de Gaza", se félicite le ministère, indiquant que le Dixmude accueille des médecins belges et danois. La plupart des civils soignés sont atteints de pathologies lourdes, selon le cabinet.

ISRAEL INTENSIFIE SON OFFENSIVE DANS LE SUD DE GAZA

L'armée israélienne a annoncé qu'elle intensifiait dimanche ses opérations contre le Hamas dans le sud de la bande de Gaza assiégée, pendant que les Etats-Unis pressent Israël de faire plus d'efforts pour épargner les civils, menacés par la faim. 


Lors d'une conversation téléphonique avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le président américain Joe Biden "a souligné le besoin crucial de protéger la population civile", selon la Maison Blanche.

152 SOLDATS ISRAÉLIENS TUÉS SELON TSAHAL

L'armée israélienne a annoncé dimanche que 152 soldats avaient été tués dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre avec le mouvement islamiste palestinien Hamas. Neuf soldats ont été tués samedi dans les combats à Gaza, a précisé l'armée dans un communiqué, l'un des plus lourds bilans pour une journée dans le petit territoire depuis le début du conflit le 7 octobre.

NOUVELLES ATTAQUES DE NAVIRES EN MER ROUGE

Un navire chimiquier a été touché samedi au large de l'Inde par un "drone d'attaque tiré depuis l'Iran", et deux pétroliers et un destroyer américain naviguant en mer Rouge ont également été visés par des drones lancés par les rebelles Houthis au Yémen, selon l'armée américaine.

Mer Rouge : attaques de drones en sérieSource : TF1 Info

CAMERON ACCUSE L'IRAN D'"INFLUENCE NEFASTE"

Le ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron a accusé l'Iran d'exercer une "influence tout à fait néfaste dans la région et dans le monde", dans une interview à un quotidien britannique publiée dimanche. "L'Iran exerce une influence tout à fait néfaste dans la région et dans le monde -- cela ne fait aucun doute", a déclaré au Sunday Telegraph, David Cameron, qui s'est rendu cette semaine au Moyen-Orient, où il s'est notamment entretenu avec le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, sur la guerre entre Israël et le Hamas.

LE POINT SUR LA SITUATION

Voici les informations marquantes des dernières 24 heures :


Plus de 200 morts à Gaza en 24 heures. 201 Palestiniens ont été tués depuis samedi dans les bombardements incessants et les opérations au sol israéliens dans la bande de Gaza, a indiqué le Hamas, après qu'une résolution de l'ONU sur l'aide humanitaire s'est gardée d'appeler à un cessez-le-feu. Près de trois mois après le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien, ce dernier a annoncé la découverte de corps de dizaines de Palestiniens tués, dont certains "exécutés" selon lui lors d'une opération terrestre israélienne à Jabaliya dans le nord de la bande de Gaza.


Quatre drones d'attaque abattus en mer Rouge. Un destroyer américain patrouillant en mer Rouge a abattu samedi quatre drones d'attaque provenant du Yémen qui le visaient, a annoncé le Commandement militaire central des Etats-Unis (Centcom).


Menace de famine. La bande de Gaza continue de s'enfoncer dimanche dans une catastrophe humanitaire, après plus de deux mois d'une guerre. La plupart des hôpitaux y sont hors service et 1,9 millions de personnes ont dû fuir leur domicile, soit 85% de la population, selon l'ONU. Dans les six prochaines semaines, l'ensemble des 2,4 millions d'habitants de ce petit territoire de 362 km2 risque de subir un niveau élevé d'insécurité alimentaire, pouvant aller jusqu'à la famine, selon les Nations unies.


Entretien entre Biden et Netanyahu. Le président américain a appelé samedi le Premier ministre israélien à "protéger" les civils dans la bande de Gaza, a déclaré dans un communiqué la Maison Blanche. Cette conversation a eu lieu au lendemain de l'adoption par le Conseil de sécurité des Nations Unies d'une résolution qui "exige de toutes les parties qu'elles autorisent et facilitent l'acheminement immédiat, sûr et sans entrave d'une aide humanitaire à grande échelle" dans la bande de Gaza, sans toutefois appeler à un cessez-le-feu entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas.

BIENVENUE

Bonjour à toutes et à tous. Bienvenue sur TF1info pour suivre les dernières actualités autour de la guerre entre Israël et le Hamas, débutée le 7 octobre après l'attaque sanglante du mouvement islamiste.

La guerre entre Israël et le Hamas entre dimanche dans son 79ᵉ jour. Plus de 200 Palestiniens ont été tués ces dernières 24 heures dans les bombardements et les opérations au sol israéliens dans la bande de Gaza, a annoncé samedi le Hamas. Il a également fait état de la découverte de dizaines de corps de Palestiniens tués, dont certains "exécutés" en pleine rue lors d'une opération terrestre de l'armée israélienne dans la région de Jabaliya, au nord de Gaza. Sollicitée par l'AFP, l'armée n'a pas spécifiquement répondu aux accusations d'exécutions mais a assuré que ses frappes "contre des cibles militaires se conforment aux dispositions du droit international".

L'armée israélienne a annoncé de son côté que cinq de ses soldats avaient été tués depuis vendredi en combattant dans la bande de Gaza, portant à 144 le nombre de soldats israéliens tués depuis le début de l'offensive terrestre de l'armée israélienne.

Rappelant que "la faim, la famine et la propagation de maladies" menacent largement le territoire, le chef de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a estimé que "l'exigence la plus pressante pour la population de Gaza est un cessez-le-feu immédiat".

Retrouvez les dernières infos dans le fil ci-dessus.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info