La Russie a fait part de son intention de convoquer une nouvelle réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur la situation humanitaire à Gaza et la guerre entre Israël et le mouvement islamiste Hamas.
Suivez les dernières informations.

UNE SITUATION "CATASTROPHIQUE"

Dans un communiqué, l'Organisation mondiale de la santé, le Programme alimentaire mondial, le Fonds des Nations unies pour l'enfance, le Programme de l'ONU pour le développement et le Fonds de l'ONU pour la population, ont alerté sur la situation humanitaire à Gaza "catastrophique", assurant que les hôpitaux sont "submergés" de blessés et que les enfants "meurent à un rythme alarmant".


"Le temps est compté avant que les taux de mortalité ne montent en flèche en raison de l'apparition de maladies et du manque de capacités en matière de soins de santé", préviennent-elles.

TSAHAL VEUT FRAPPER PLUS FORT

L'armée israélienne a annoncé ce soir qu'elle comptait "augmenter" ses bombardements sur Gaza, en vue des préparations de la prochaine phase de son offensive sur le territoire palestinien contrôlé par le Hamas.  "Dès aujourd'hui, nous allons augmenter les frappes (...)", a indiqué le général Daniel Hagari, porte-parole de l'armée israélienne.  

DES OTAGES "TRÈS BIENTÔT" LIBÉRÉS, SELON LE QATAR

Le Qatar, l'un des pays médiateurs dans la crise des otages du Hamas, estime possible une libération "très bientôt" des otages grâce aux discussions en cours, a déclaré le porte-parole du ministère qatari des Affaires étrangères, dans une interview au journal Welt am Sonntag.


"Je ne peux pas vous promettre que cela se fera aujourd'hui, demain ou après-demain. Mais nous sommes sur une voie qui conduira très bientôt à la libération des otages, en particulier des civils", a affirmé Majed Al-Ansari au lendemain de la libération de deux Américaines enlevées le 7 octobre.

YAËL BRAUN-PIVET EN ISRAËL

La présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet se rendra en Israël de samedi soir à dimanche soir pour un voyage "de solidarité" avec le pays meurtri par les attaques du Hamas, et destiné également à "encourager les convois humanitaires pour les populations civiles", a indiqué son entourage


Yaël Braun-Pivet sera accompagnée du président de LR et député Eric Ciotti, du député des Français de l'étranger Meyer Habib, et du député Renaissance Mathieu Lefèvre, président du groupe d'amitié France-Israël.

UN NOMBRE DE CAMIONS INSUFFISANT

L'ONG Médecins Sans Frontières a estimé que le nombre de camions autorisés à acheminer de l'aide à Gaza était insuffisant "par rapport aux besoins criants de la population", qui a par ailleurs rappelé que le territoire dépend essentiellement de l'aide extérieure. "La nourriture, l'eau et les médicaments font toujours cruellement défaut", a insisté l'ONG, demandant également que le carburant soit à nouveau autorisé, car "indispensable pour mener toute opération dans les hôpitaux et pour assurer l'approvisionnement en eau potable".

DES MANIFESTATIONS PARTOUT EN FRANCE

Plusieurs rassemblements de soutien aux Palestiniens et aux habitants de la bande de Gaza ont eu lieu samedi en France, dont Lyon où se sont réunies plus d'un millier de personnes dans une manifestation autorisée au dernier moment.


Dans plusieurs villes de France, où les manifestants demandaient la levée du blocus, les mêmes slogans : "Nous sommes tous des enfants de Palestine". Mais aussi "Israël assassin, Macron complice" repris à Lyon, Metz ou Rennes. À Marseille dans la matinée, des drapeaux blancs ont flotté sur le Vieux-Port à l'occasion d'un rassemblement pour la paix entre Israël et les Palestiniens qui a réuni une centaine de personnes.

ÉCHANGE DE TIRS À LA FRONTIÈRE ISRAËL-LIBAN

Armée israélienne et combattants du Hezbollah libanais ont échangé des tirs, dans la zone frontalière, un secteur sous très haute tension depuis le début de la guerre le 7 octobre entre Israël et le Hamas.


L'armée israélienne a fait état d'une série d'incidents, comme le tir d'un missile antichars en direction du village agricole de Baram par des combattants du Hezbollah libanais, allié du mouvement islamiste palestinien du Hamas. L'agence nationale de presse libanaise a de son côté fait état de plusieurs bombardements israéliens près des villes de Hula, Dhayra ou d'Alma al-Shaab.

MANIFESTATION À LONDRES

Près de 100.000 personnes ont marché samedi après-midi à Londres pour réclamer "la fin de la guerre à Gaza" et soutenir les Palestiniens, deux semaines après l'attaque sanglante du Hamas en Israël qui a entraîné une violente riposte dans la bande de Gaza.


La cortège qui s'est élancé en direction de Whitehall, la rue qui mène à Downing Street, a scandé sans relâche "Libérez la Palestine", avec des dizaines de drapeaux palestiniens et de pancartes, sur lesquelles on pouvait lire "Gaza: cessez le massacre" ou "Stop à l'occupation".

Des dizaines de milliers de manifestants à Londres ont réclamé, ce samedi 21 octobre, "la fin de la guerre à Gaza".
Des dizaines de milliers de manifestants à Londres ont réclamé, ce samedi 21 octobre, "la fin de la guerre à Gaza". - HENRY NICHOLLS / AFP

MANIFESTATION AUTORISÉE À PARIS

Le rassemblement prévu dimanche après-midi place de la République à Paris à l'appel d'un collectif pour demander l'arrêt des opérations militaires d'Israël à Gaza pourra bien se tenir, a assuré la préfecture de police, prévenant qu'"aucun débordement ne sera toléré".

UNE TRÊVE HUMANITAIRE DEMANDÉE

La ministre des Affaires étrangères, Catherine Colonna, au "sommet pour la paix" au Caire, a salué l'envoi d'un premier convoi d'aides humanitaires. "Mais il doit être suivi d'autres et de façon durable", a néanmoins insisté la ministre française. "La distribution de l’aide aux populations civiles suppose une trêve humanitaire, qui pourra mener à un cessez-le-feu", a-t-elle ajouté.


La responsable a répété la politique prônée par la France. "Il faut de la sécurité pour Israël & un État pour les Palestiniens. Ces deux éléments forment un tout indissociable. La seule solution viable est une solution à deux États vivant côte à côte, en paix & sécurité", a-t-elle expliqué, qui a par ailleurs appelé à ce que tout soit fait pour "éviter l'escalade".

POSTE-FRONTIERE DE RAFAH

Les États-Unis ont exhorté toutes les parties à laisser ouvert le poste-frontière de Rafah, après qu'un premier convoi d'aide humanitaire, venant d'Égypte, est entré, ce samedi, dans Gaza via cette porte. Il s'agit de la seule qui ne soit pas aux mains d'Israël.


"Nous pressons toutes les parties de laisser le point de passage de Rafah ouvert pour que soit acheminée de manière continue une aide indispensable au bien-être de la population de Gaza", a déclaré dans un communiqué le secrétaire d'Etat Antony Blinken qui est revenu d'une tournée régionale au Proche-Orient et alors que le président Joe Biden était à Tel-Aviv mercredi.

SIRÈNES D'ALERTE

Des sirènes d'alerte bombardements ont retenti à Rishon Letzion, Tel-Aviv, Ashdod et Bat Yam, entre autres, dans le centre d'Israël.

SOIRÉE POUR LA LIBÉRATION DES OTAGES À L'ASSEMBLÉE

Une soirée, en présence notamment de plusieurs ministres et personnalités politiques de tous bords, se tiendra mardi à l'Assemblée afin d'appeler à la "libération des otages" détenus par le Hamas depuis les attaques contre Israël, a annoncé samedi Radio J, organisateur de l'événement. Cette soirée de "mobilisation contre le terrorisme, pour la libération des otages du Hamas et pour la paix" doit se dérouler en salle Colbert à l'Assemblée nationale. 


Sont attendus, selon la radio communautaire juive, l'ancien président François Hollande, les ministres actuels Éric Dupond-Moretti, Olivier Véran, Sabrina Agresti-Roubache, Gabriel Attal, mais également l'ex Premier ministre Bernard Cazeneuve, les patrons de LR et du PS Eric Ciotti et Olivier Faure, ainsi que plusieurs présidents de groupe à l'Assemblée, comme l'écologiste Cyrielle Chatelain.

ARRESTATIONS À CHYPRE APRÈS UNE EXPLOSION PRÈS DE L'AMBASSADE D'ISRAËL

Quatre personnes ont été arrêtées après l'explosion d'un engin explosif artisanal près de l'ambassade d'Israël tôt ce samedi à Nicosie, qui a occasionné des dégâts mineurs, a annoncé la police chypriote. 


La déflagration s'est produite dans la capitale chypriote à environ 30 à 40 mètres de l'ambassade. Selon la police, l'engin contenait un matériau explosif similaire à celui utilisé dans la confection de feux d'artifice. Les quatre suspects sont âgés de 17 à 21 ans, dont deux à proximité des lieux à pied, les deux autres dans une voiture stationnée dans une rue résidentielle voisine.

LE "SOMMET DE LA PAIX" VEUT UN "CESSEZ-LE-FEU"

Réunis "pour la paix" au Caire, des dirigeants du monde ont réclamé un "cessez-le-feu" entre Israël et le Hamas, plaidant pour une aide "massive" à Gaza et une "solution" définitive à 75 ans de conflit israélo-palestinien. 


"Il faut agir maintenant pour mettre fin au cauchemar", a lancé le patron de l'ONU Antonio Guterres. La bande de Gaza, désormais sous "siège complet" d'Israël, a "besoin d'un acheminement massif d'aide", a ajouté le secrétaire général des Nations Unies, alors que seuls 20 camions sont passés samedi matin de l'Egypte vers la bande de Gaza.

CISJORDANIE

L'armée israélienne a effectué ce samedi à l'aube une descente en Cisjordanie occupée dans le village du numéro deux du mouvement islamiste Hamas, où elle a arrêté une vingtaine de personnes et interrogé des dizaines d'autres, selon un édile et des témoins. Aroura est le village dont est originaire le numéro deux du Hamas Saleh al-Arouri, qui vit en exil au Liban.


Des dizaines d'habitants du village ont été interrogés par l'armée israélienne et plus de vingt d'entre eux ont été arrêtés, dont un frère de Saleh al-Arouri et neuf de ses neveux, selon le maire du village Ali Al-Khasib et des témoins.

LE HAMAS FINANCÉ DEPUIS LA SUISSE ?

La justice suisse enquête sur un éventuel financement du Hamas depuis la Suisse, bien que cette organisation ne soit pas qualifiée de terroriste par Berne, a indiqué le procureur général, Stefan Blättler, à la radio publique SRF. L'enquête aurait été ouverte "quelques semaines" avant les attaques du Hamas du 7 octobre en Israël. Le Ministère public de la Confédération a ensuite précisé à l'AFP que l'enquête portait "sur des soupçons de financement du Hamas depuis la Suisse".

YAEL BRAUN-PIVET EN VISITE EN ISRAEL

Yaël Braun-Pivet va se rendre en Israël de samedi soir à dimanche soir pour un voyage "de soutien" et "humanitaire", a appris l'AFP de sources parlementaires. La présidente de l'Assemblée nationale sera accompagnée du président de LR et député Eric Ciotti, du député des Français de l'étranger Meyer Habib, et du député Renaissance Mathieu Lefèvre, président du groupe d'amitié France-Israël.

La délégation prévoit de se rendre dans les kibboutz en bordure de la bande de Gaza, où ont eu lieu les massacres du 7 octobre perpétrés par le Hamas, avec le président de la Knesset Amir Ohana, et de rencontrer des parlementaires israéliens.

L'AIDE HUMANITAIRE ENTRÉE DANS GAZA

Les camions qui ont traversé la frontière ce matin pour livrer de l'aide à Gaza transportaient de la nourriture, de l'eau et des fournitures médicales, mais pas de carburant, d'après les autorités égyptiennes au terminal de Rafah citées par CNN. 13 camions transportaient des médicaments et des fournitures médicales, cinq transportaient de la nourriture et deux camions transportaient de l'eau.

SOUTIEN FRANCAIS

La bande de Gaza est totalement coupée du monde depuis l'état de siège décrété par Israël. En 2022, la France a versé 95 millions d'euros d'aide à la population, selon l'Élysée.

BILAN DU HAMAS

Au moins 4385 Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas le 7 octobre, a annoncé le ministère de la Santé du territoire contrôlé par le Hamas. 1756 enfants et 967 femmes figurent parmi ces décès. Au moins 13.561 personnes ont été blessées dans l'enclave bombardée en représailles à l'attaque du Hamas dans le sud d'Israël. 

RASSEMBLEMENT POUR LA PAIX

Des drapeaux blancs ont flotté ce matin sur le Vieux-Port de Marseille à l'occasion d'un rassemblement pour la paix entre Israël et les Palestiniens qui a réuni une centaine de personnes. "A Marseille, on veut agir" et lutter "contre ce climat anxiogène qui est en train de se répandre", a expliqué à l'AFP Kamel Fassatoui, responsable d'une antenne locale d'Emmaüs à l'initiative du rassemblement avec la Ligue des droits de l’Homme des Bouches-du-Rhône.

Un rassemblement pour la paix à Marseille, le 21 octobre 2023
Un rassemblement pour la paix à Marseille, le 21 octobre 2023 - AFP

BILAN DE L'ARMEE ISRAÉLIENNE

Depuis l’attaque du Hamas le 7 octobre, 307 soldats israéliens ont été tués et 210 otages sont détenus dans la bande de Gaza, a annoncé Tsahal ce matin à la télévision.

LE QUAI D'ORSAY DEMANDE UN "ACCES DURABLE"

Après le passage de 20 camions d'aide humanitaire de l'Égypte vers Gaza, le Quai d'Orsay a salué "ce premier pas". "Cet accès doit être durable pour couvrir l'ensemble des besoins humanitaires de la population civile à Gaza. Nous appelons à une trêve humanitaire. Soutien à nos agents et compatriotes sur place", a réagi le ministère des Affaires étrangères. 

L'ONU SALUE L'OUVERTURE DE LA FRONTIERE

L'ONU a salué l'ouverture de la frontière entre l'Égypte et Gaza, ce samedi matin. "Le convoi de 20 camions comprend des fournitures vitales fournies par le Croissant-Rouge égyptien et les Nations Unies qui sont autorisées à traverser et à être reçues par les Palestiniens ». Croissant-Rouge, avec le soutien des Nations Unies", a partagé le secrétaire général adjoint de l'ONU aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d'urgence, Martin Griffiths. L'acheminement de l'aide aurait été rendu possible après "des jours de négociations profondes et intenses", alors que la situation humanitaire à Gaza "a atteint des niveaux catastrophiques".

L'AIDE HUMANITAIRE ENTRÉE DANS GAZA

Des travailleurs du Croissant-Rouge palestinien déchargent des camions transportant de l'aide humanitaire après leur entrée dans la bande de Gaza depuis l'Égypte.

Des travailleurs du Croissant-Rouge palestinien déchargent des camions transportant de l'aide humanitaire après leur entrée dans la bande de Gaza depuis l'Égypte via le poste frontière de Rafah, le 21 octobre 2023.
Des travailleurs du Croissant-Rouge palestinien déchargent des camions transportant de l'aide humanitaire après leur entrée dans la bande de Gaza depuis l'Égypte via le poste frontière de Rafah, le 21 octobre 2023. - SAID KHATIB / AFP

LIBÉRATION DES OTAGES AMERICAINES

Dans un communiqué, le Hamas est revenu sur la libération de deux otages américaines, tout en garantissant en libérer d'autres en fonction des conditions de sécurité. "Une femme et sa fille, toutes deux possédant la citoyenneté américaine, ont été libérées puis remises à Gaza aujourd’hui", écrit le mouvement terroriste palestinien sur Telegram, citant l'appui de l'Égypte et du Qatar. "Ce développement a été rendu possible grâce à une relation de collaboration avec l’État ami du Qatar.(...) Nous nous efforçons de mettre en œuvre notre décision de libérer les personnes de nationalité étrangère placées en détention temporaire, lorsque les circonstances de sécurité le permettent". 

OLAF SCHOLZ SE FELICITE

"Il est bon et important qu’une première aide humanitaire arrive maintenant pour les habitants de Gaza. Ils ont besoin d’eau, de nourriture et de médicaments – nous ne les laissons pas seuls", tweete le chancelier allemand, selon qui l’Allemagne "continue à s’engager par tous les moyens pour atténuer les souffrances dans ce conflit". 

UN NOUVEAU PASSAGE LUNDI ?

Tandis que la frontière entre l'Égypte et Gaza a été refermée après le passage de 20 camions d'aide humanitaire, un autre convoi de l'ONU devrait passer lundi par le poste frontière vers l'enclave, a déclaré un porte-parole de l'ONU à CNN. Le convoi d'aide à Gaza "ne doit pas être le dernier", prévient par conséquent l'ONU. 


Dans le même temps, l'OMS indique qu'un "autre avion transportant des fournitures de l'OMS doit atterrir à Al-Arish plus tard dans la matinée", tout comme "d'autres fournitures dans les prochains jours" sur le sol égyptien. L'agence de l'ONU demande désormais "un accès humanitaire durable et ininterrompu par le poste-frontière de Rafah", après son ouverture à un premier convoi humanitaire.

Urgent

L'AIDE HUMANITAIRE ENTRE A GAZA

Les premiers camions d'aide humanitaire venus d'Égypte entrent dans la bande de Gaza, ont pu constater sur place des journalistes de l'AFP. Et d'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le matériel sanitaire fourni par l'agence se dirige à présent vers Gaza. "L'OMS travaille avec les sociétés du Croissant-Rouge égyptien et palestinien pour garantir le passage en toute sécurité de ces fournitures essentielles et leur livraison aux hôpitaux et aux établissements de santé", peut-on lire dans un tweet

L'AIDE HUMANITAIRE PASSE LA FRONTIERE

Des véhicules de l'ONU et des camions vides attendent du côté palestinien de la frontière avec Gaza pour récupérer l'aide humanitaire qui sera livrée par des camions en attente au poste frontière égyptien de Rafah. 

Des véhicules des Nations Unies et des camions vides attendent du côté palestinien de la frontière avec Gaza, à Rafah, pour récupérer l'aide humanitaire qui sera livrée par des camions en attente au poste frontière égyptien de Rafah, le 21 octobre 2023.
Des véhicules des Nations Unies et des camions vides attendent du côté palestinien de la frontière avec Gaza, à Rafah, pour récupérer l'aide humanitaire qui sera livrée par des camions en attente au poste frontière égyptien de Rafah, le 21 octobre 2023. - MOHAMMED ABED / AFP

VON DER LEYEN "SALUE" L'OUVERTURE DE LA FRONTIERE

Ursula von der Leyen a salué sur X "l’ouverture du point de passage frontalier de Rafah vers Gaza pour l’aide humanitaire", alors que des camions d'aide humanitaire ont été vus traversant le point de passage vers l'enclave palestinienne. Pour la présidente de la Commission européenne, "il s’agit d’une première étape importante qui atténuera les souffrances de personnes innocentes. Mes remerciements vont à tous ceux qui ont contribué à rendre cela possible". 

L'AIDE HUMANITAIRE PASSE LA FRONTIERE

Dans le détail, 20 camions du Croissant-Rouge égyptien, qui se charge de l'acheminement de l'aide des différentes agences de l'ONU, sont entrés dans le terminal égyptien, selon un correspondant de l'AFP sur place. Côté terminal palestinien, 36 semi-remorques vides ont été vues entrer dans le terminal en direction de l'Égypte, en préparation du chargement de l'aide. Quatre ambulances, deux véhicules de l'ONU et deux véhicules de la Croix-Rouge, sont également visibles côté palestinien.

20 CAMIONS VONT REJOINDRE LA BANDE DE GAZA

D'après les observations de CNN, le terminal de Rafah a fermé peu après le passage de 20 camions d'aide humanitaire. Leur contenu doit maintenant être vidé puis transféré dans des camions palestiniens, avant d'entrer dans la ville de Gaza. 

Urgent

L'AIDE HUMANITAIRE PASSE LA FRONTIERE

Selon des médias égyptiens et le Croissant-Rouge local, l'aide humanitaire commence à passer de l'Égypte vers la bande de Gaza. Des camions ont tout juste commencé à traverser, d'après le quotidien Al-Ahram et les images qui nous ont été transmises. 


La frontière est ouverte depuis 10h heure locale (9h heure française), selon les informations de l'ambassade américaine en Israël. Nul ne sait combien de temps le seul point de passage vers l'enclave palestinienne, assiégée depuis 11 jours, va rester ouvert. Selon un analyste du conflit, 20 camions devraient pouvoir pénétrer dans Gaza aujourd'hui, sous escorte de l'ONU. 

L'ONU A LA FRONTIERE, A RAFAH

Depuis le poste-frontière de Rafah, le secrétaire général de l'ONU a alerté hier sur l'urgence de la situation, tandis que l'aide humanitaire est toujours bloquée. "Derrière ces murs, il y a 2 millions de personnes à Gaza sans eau, sans nourriture, sans médicaments et sans carburant. De ce côté-ci, ces camions ont ce qu’il leur faut. Nous devons les faire bouger, le plus tôt possible, autant que nécessaire", a ensuite tweeté Antonio Guterres.

NOUVELLE ALERTE D'ISRAEL

Israël appelle ses citoyens se trouvant en Égypte et en Jordanie à partir "le plus rapidement possible" en raison d'une "aggravation des manifestations contre Israël". Une alerte similaire, de niveau 4, le plus élevé, avait déjà été émise pour la Turquie et les recommandations ont été relevées au niveau 3 pour le Maroc, conseillant aux Israéliens de ne pas s'y rendre.

LIBERATION D'OTAGES PAR LE HAMAS

Ayant déjà fait le médiateur par le passé entre Israël et le Hamas, le Qatar aurait joué un "rôle très important" dans la libération des deux otages américaines, hier, d'après Emmanuel Macron. En d'autres termes, il aurait fait pression sur le mouvement terroriste, d'après l'envoyé spécial de LCI en Israël. 

Le Hamas joue-t-il la montre avec les otages ?Source : TF1 Info

Urgent

17 EMPLOYÉS DE L'ONU TUÉS

Au moins 17 employés de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) ont été tués dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, a indiqué son patron, Philippe Lazzarini.  "Jusqu'à présent, la mort dans cette guerre brutale de 17 de nos collègues a été confirmée. Malheureusement, le véritable chiffre sera probablement plus important", selon un communiqué du commissaire-général de l'UNRWA.

DES CRIMES DE GUERRE A GAZA, SELON AMNESTY

Au 11ᵉ jour de siège décrété sur la bande de Gaza, les ONG poursuivent leur travail d'enquête et de vérifications des actes commis sur place. Dans un communiqué publié hier, Amnesty International dit avoir "recensé des attaques israéliennes illégales, notamment des attaques aveugles qui ont causé de nombreuses pertes civiles et qui doivent faire l’objet d’une enquête considérée comme un crime de guerre", entre le 7 et le 12 octobre. L'ONG dénonce en particulier cinq frappes sur "des bâtiments résidentiels, un camp de réfugiés, une maison familiale et un marché public" et le fait que l'armée n'avait pas averti efficacement, voire pas du tout, les civils avant les attaques. 

UNE EGLISE ENDOMMAGÉE A GAZA

Le débat fait rage sur les dégâts attribués à une frappe sur une église historique située dans la bande de Gaza. Côté palestinien, on explique que l'église Saint Porphyrius a été détruite par Tsahal. Côté israélien, on objecte que le lieu de culte est totalement préservé à en croire le tweet ci-dessous. 


En réalité, l'armée israélienne a reconnu auprès de l'AFP avoir mené jeudi un raid aérien dans le secteur, qui viserait des structures du Hamas, et à la suite duquel "le mur d'une église dans le secteur". Selon des témoins, le raid a endommagé une façade de l'église, fait s'écrouler un local à côté, et tué et blessé de nombreuses personnes. Pour rappel, l'église Saint Porphyrius avait déjà fait l'objet de fausses rumeurs le 9 octobre, comme nous vous le racontions ici.

MANIFESTATION EN URUGUAY

1500 à 2000 personnes ont manifesté hier à Montevideo, en Uruguay, en solidarité avec le peuple palestinien. Rassemblées dans le centre de la capitale sous le slogan "Cessez-le-feu ! Arrêtez le génocide !", elles ont demandé à ce que l'aide humanitaire soit autorisée à entrer dans la bande de Gaza et que la population de l'enclave bénéficie d'une protection de l'ONU. 


Des dirigeants syndicaux, des organisations humanitaires, étudiantes et féministes, ainsi que des hommes politiques opposés au gouvernement de centre-droit du président Luis Lacalle Pou, ont brandi des drapeaux palestiniens, porté un keffieh ou arboré des banderoles sur lesquelles on pouvait lire "La vie des Palestiniens compte aussi".

BOMBARDEMENTS SUR GAZA ET AU LIBAN SUD

Le pilonnage de la bande de Gaza s'est poursuivi dans la nuit. L'armée israélienne a indiqué sur Telegram avoir frappé "des centres de commandement, des lanceurs de missiles antichar et des infrastructures stratégique du Hamas", et également ciblé des tireurs et des observateurs postés dans des immeubles. Ces dernières heures, l'aviation israélienne a bombardé plusieurs positions du Hezbollah au Liban sud, en réponse à des tirs de roquettes et de missiles antichars. Aucun bilan n'a été avancé par l'état-major.

HOPITAL DE GAZA

L'origine du bombardement de l'hôpital Ahli Arab, mardi à Gaza, se préciserait pour les différents services de renseignements. "Rien ne permet de dire" que c'est "une frappe israélienne" qui s'est abattue sur l'hôpital, a affirmé vendredi la Direction du renseignement militaire français (DRM) qui s'est fondée sur "la nature de l'explosion", des discussions avec d'autres services, mais aussi le trou laissé par le tir sur place. "L'hypothèse la plus probable est une roquette palestinienne qui a explosé avec une charge d'environ 5 kilos", selon un responsable de la DRM. D'après une source militaire européenne à France 24, l'explosion est bien due à un tir raté lancé depuis l'enclave de Gaza.


Le bilan officiel, évalué par le Hamas à 471 morts, est également questionné. Il pourrait être totalement surestimé, selon diverses sources et notamment la DRM. Une note du renseignement américain estimait jeudi que ce bilan se situait "probablement dans le bas d'une fourchette comprise entre 100 et 300" personnes tuées à l'hôpital Ahli Arab. Dans cet article, nous vous racontons comment ce bilan humain fait l'objet d'autant d'incertitudes.

L'AIDE HUMANITAIRE A GAZA

Au 11ᵉ jour de siège total décrété par Israël, les 2,4 millions d'habitants de Gaza manquent de nourriture, d'eau potable, de médicaments et de carburant. Alors qu'environ 175 camions patientent, l’aide humanitaire internationale est toujours bloquée au terminal de Rafah, seul point de passage entre l'Égypte et la bande de Gaza.


Elle devrait pouvoir entrer aujourd'hui "ou dans ces eaux-là", a fait savoir le responsable des situations d’urgence de l’ONU, Martin Griffiths, ajoutant être "en négociations approfondies et avancées avec toutes les parties concernées pour garantir qu’une opération d’aide à Gaza démarre le plus rapidement possible". En parallèle, Emmanuel Macron a annoncé envoyer une aide humanitaire d'urgence, notamment "en médicaments", pour les Gazaouis coupés du reste du monde.

LIBERATION

On vous raconte les dessous de la libération des deux otages américaines, hier par le Hamas.

Les dessous de la libération des otagesSource : TF1 Info

LE POINT SUR LES OTAGES

Tandis que deux Américaines -une mère et sa fille- ont été relâchées hier par le Hamas, 201 personnes sont toujours retenues en otage, dont au moins une Française. Nous avons au total sept disparus. La jeune Mia Shem est la seule dont le statut d’otage est confirmé", a indiqué Emmanuel Macron hier soir, en référence à la Franco-israélienne dont une vidéo a été diffusée lundi par le Hamas. "Pour les six autres il y a une présomption de prise en otage, mais sans certitude", a ajouté le président qui s'est dit "confiant" dans la libération des otages à Gaza. Pour plus de détails, retrouvez notre article sur le sujet.


Sur les quelque 200 otages, plus de 20 personnes sont des mineurs et entre 10 et 20 ont plus de 60 ans. Et parmi eux, on compte plus de 22 nationalités différentes, dont des Américains, au moins sept Allemands et huit Argentins.

BIENVENUE

Bonjour et bienvenue dans ce direct consacré au conflit en cours en Israël et dans la bande de Gaza. Vous y trouverez les dernières informations relatives aux tensions dans la région, depuis les attaques terroristes du Hamas du 7 octobre. 

La France va envoyer "une aide humanitaire d'urgence" dans "les plus brefs délais", notamment "en médicaments",  en direction de l'Égypte et à destination de Gaza, a indiqué Emmanuel Macron à quelques journalistes vendredi.

La France veut "pouvoir accompagner les efforts qui sont faits par l'Egypte, soutenus par les Etats-Unis, grâce à l'ouverture de Rafah", le poste frontière à partir duquel les Gazaouis assiégés attendent désespérément l'arrivée de premiers convois d'aide internationale. "Nous avons décidé d'augmenter de 10 millions d'euros l'aide humanitaire que nous apportons aux Palestiniens", a rappelé Emmanuel Macron. 

Si depuis des jours des avions du monde entier amènent de l'aide alimentaire ou médicale, aucun de ces chargements n'a jusqu'ici pu entrer à Gaza, où le bilan des bombardements israéliens s'élève à plus de 4100 morts incluant au moins 1500 enfants, selon le ministère de la Santé du Hamas à Gaza.

Joe Biden a estimé vendredi que "les 20 premiers camions" d'aide humanitaire entreraient dans Gaza "dans les prochaines 24 à 48 heures". "J'ai reçu la promesse des Israéliens et du président égyptien que ce passage serait ouvert. Il fallait refaire le revêtement de la route et il était en très mauvais état", a expliqué le président américain en marge d'une réunion Etats-Unis-Union européenne.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info