Des Français tués dans une attaque au Niger

EN DIRECT - Six humanitaires français tués au Niger : un suspect arrêté

La rédaction de LCI
Publié le 19 août 2020 à 15h20
JT Perso

Source : TF1 Info

TERRORISME - Dix jours après l'assassinat de huit personnes, dont six humanitaires français, le ministre nigérien de l'Intérieur a annoncé qu'un suspect avait été placé en détention. Suivez les dernières informations.

HOMMAGE DE JEAN CASTEX


Revivez l'intégralité du discours du Premier ministre, en hommage aux victimes de l'attaque au Niger, depuis l'aéroport d'Orly. ↓

L'hommage de Jean Castex aux humanitaires français tués au NigerSource : TF1 Info
JT Perso

"LA FRANCE ENTIÈRE PEUT ÊTRE FIÈRE"


"Ce sont des enfants dont vous pouvez être fiers, dont la France entière peut être fière", a également indiqué le Premier ministre Jean Castex, citant "de jeunes Françaises et Français brillants, généreux et engagés." "Ils portaient la belle voix de la France, celle de la liberté, de la générosité, de la solidarité, du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes."

FIN DE L'HOMMAGE


C'est la fin de l'intervention du Premier ministre. Son discours d'hommage aura duré une quinzaine de minutes. Les familles vont maintenant pouvoir récupérer les corps dans l'intimité.

"JE VEUX EXPRIMER LA COLÈRE DE TOUS LES FRANÇAIS"


"En prenant la parole devant ces 6 cercueils alignés, je veux avant tout exprimer la peine, la douleur, l'incompréhension, et la colère de tous les Français", continue Jean Castex. "Ces enfants, qui viennent de vous être arrachés par des tueurs sanguinaires pourraient être les miens. Ils avaient entre 25 et 31 ans. Ils étaient jeunes, généreux et brillants."

LES AUTEURS DE CETTE ATTAQUE "SERONT TRAQUÉS SANS RÉPIT"


"Je dis terroriste au regard de la zone concernée et du mode opératoire", indique Jean Castex. "Il est peu probable que nous ayons ici à faire à autre chose. Nous finirons par découvrir le visage que le mal a pris le 9 août dernier. Le parquet national antiterroriste a été saisi de l'enquête." 


"Nous y consacrerons le temps et les moyens qu'il faudra, mais tous ceux qui, directement ou indirectement, sont à l'origine du drame, seront traqués sans répit", assure le Premier ministre. "Le président de la République s'y est clairement engagé au nom de la France."

"CE CRIME A TOUT D'UNE ATTAQUE TERRORISTE"


"Le mal qui a frappé vos enfants, vos parents, vos amis, nos 6 compatriotes et leurs 2 accompagnateurs nigériens, n'a pas encore de signature", poursuit le Premier ministre Jean Castex. "C'est très vraisemblablement la même haine, la même lâcheté, la même inhumanité, qui était à l'oeuvre au Niger et au Bataclan, même si nous ne sommes pas encore en mesure de mettre un nom sur ce crime odieux et qui a tout d'une attaque terroriste."

CASTEX DÉNONCE "LE MAL QUI SÈME LA TERREUR ET LA MORT"


"A chaque fois, le mal a pris des noms et des visages différents", continue le Premier ministre Jean Castex. "Mais il poursuit toujours les mêmes victimes avec le même acharnement aveugle et dans le même but : frapper des innocents pour nous atteindre dans nos convictions, dans nos valeurs, autant que dans nos modes de vie, en semant la terreur et la mort."

LA FRANCE "CONNAIT TROP" LE MAL


"Seul le mal peut tendre un guet-apens a des innocents", déclare Jean Castex en hommage aux victimes. "Seul le mal peut tirer de sang froid et à bout portant sur des femmes et des hommes qui étaient au Niger dans le but de venir en aide à des populations en détresse. Seul le mal peut haïr la générosité. Cette incarnation du mal, la France ne la connait malheureusement que trop car elle l'a déjà vu de près."

CASTEX DÉNONCE "LE MAL"


"Chacun de nos compatriotes, où qu'il se soit trouvé le 9 août, a ressenti le coup terrible qui vous a été porté", poursuit Jean Castex. "Chacun de nos compatriotes a instinctivement compris que les victimes de cet attentat étaient venues au Niger pour y faire le bien et qu'elles y ont rencontré le mal. Le mot n'est plus que rarement utilisé, et pourtant, c'est le seul que je trouve en cet instant pour exprimer ma pensée le plus clairement possible."

HOMMAGE DE CASTEX


Le Premier ministre Jean Castex débute son discours d'hommage. "Si aujourd'hui je viens accueillir les corps de six de nos jeunes compatriotes, ce n'est pas uniquement pour venir témoigner de ma profonde tristesse et de ma très grande compassion", a déclaré le Premier ministre depuis Orly. "C'est aussi pour vous dire, au nom du président de la République et du gouvernement, que la France entière porte le deuil de vos enfants."

L'HOMMAGE DE FRANÇOIS HOLLANDE


L'ancien président François Hollande a exprimé ce vendredi ses "pensées aux victimes françaises de l'attentat commis au Niger". "L'action humanitaire était leur force d'âme", a-t-il tweeté. "Leur engagement faisait honneur aux valeurs de la France. Sincères condoléances aux familles et à celles de leurs accompagnateurs nigériens."

ACTED ORGANISERA UNE CÉRÉMONIE POUR LES DEUX NIGÉRIENS TUÉS


L'ONG Acted organisera à son tour une cérémonie à Niamey (Niger), en l'honneur des deux autres victimes de cette attaque, qui accompagnaient les humanitaires français.

CASTEX À ORLY


Le Premier ministre Jean Castex s'entretient actuellement avec les familles des victimes.

HOMMAGE EN DIRECT SUR LCI


Nous vous proposons de suivre la cérémonie en direct à 16H sur LCI dans notre édition spéciale.

urgent

Urgent

CASTEX À ORLY


Le Premier ministre Jean Castex est arrivé à l'aéroport d'Orly, près de Paris, accompagné du ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, et du secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé notamment des Français de l’étranger.


Le Premier ministre devrait prendre la parole vers 16h20, durant une dizaine de minutes. Cette prise de parole sera suivie d'une minute de silence et d'une Marseillaise.

CÉRÉMONIE


Comment va se dérouler la cérémonie d'hommage aux six Français tués au Niger ? Les explications, depuis l'aéroport d'Orly, de notre journaliste. ↓

Comment va se dérouler l'hommage aux 6 Français tués au Niger ?Source : TF1 Info
JT Perso

TÉMOIGNAGE


La France rend hommage ce vendredi 14 août aux six humanitaires français et deux Nigériens tués dans une attaque terroriste dimanche 9 août, lors d’une excursion touristique. Malgré le drame, les ONG veulent réaffirmer leur engagement au Sahel. Un travail "indispensable", explique à LCI Stéphane Besançon, de l'ONG Santé Diabète.

CASTEX ATTENDU A ORLY


Pour rappel, le Premier ministre Jean Castex est attendu au pavillon d'honneur de l'aéroport d'Orly à 15H30 pour y rencontrer les familles avant de présider la cérémonie d'hommage qui se déroulera à 16H dans l'intimité, sans la présence des médias. 


Il sera accompagné par Eric Dupond-Moretti, le garde des Sceaux, et Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé notamment des Français de l'étranger.

ENQUÊTE


Cinq jours plus tard, l'attaque menée par des hommes armés se déplaçant à moto n'a toujours pas été revendiquée. "Compte-tenu du mode opératoire, la piste terroriste reste privilégiée", a ajouté la source judiciaire. Les experts pointent du doigt l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS), actif dans la zone des "trois frontières" (Mali, Niger, Burkina Faso) où il est pourchassé par les armées nationales et la force française Barkhane, qui déploie plus de 5.000 hommes au Sahel.


L'enquête cherche également à déterminer si les assaillants ont été renseignés sur la visite des humanitaires dans le parc naturel.

ENQUÊTE

Selon les premiers éléments de l'enquête antiterroriste sur l'assassinat d'humanitaires français au Niger, l'attaque "paraît avoir été préméditée" avec pour objectif de "cibler des Occidentaux", a-t-on appris vendredi de source judiciaire, confirmant une information de BFMTV. "A ce stade il n'y a pas d'éléments indiquant que l'attaque a spécifiquement visé Acted même si on ne peut pas non plus l'exclure totalement. En revanche, c'est une attaque qui parait avoir été préméditée pour cibler a priori plutôt des Occidentaux", a déclaré cette source à l'AFP.

HOMMAGE


Une cérémonie se déroulera ce jour à 16h en leur mémoire. Voici, pour rappel, ce que l'on sait des six humanitaires français et leurs deux accompagnateurs nigériens.

ENGAGEMENT

Alors que l'activité de l'ONG au Niger est encore suspendue, le responsable associatif, ancien du cabinet de Jacques Chirac quand il était à l'Elysée, a assuré qu'il n'était "pas question de quitter le Niger [et] le Sahel". "Nous sommes les seuls à être dans ces territoires. Il faut nous défendre, nous protéger. Il faut nous soutenir. Il ne faut pas polémiquer", a-t-il fini, alors que les six humanitaires étaient accusés d'imprudence en se rendant sur la zone touristique où ils ont été assassinés.

REACTION

Dans une interview accordée à France info, le directeur général d'ACTED, Frédéric de Saint-Sernin, attend certaines choses de la cérémonie d'hommage de 16h. "Quand on vit un drame pareil, on a besoin d'être soutenu", a-t-il reconnu, espérant entendre "un discours fort en faveur du soutien dont on a besoin, de l'action humanitaire sur le terrain, de cet engagement altruiste, généreux".

CEREMONIE

L'avion transportant le corps des victimes de l'attaque terroriste de Niamey est arrivé à Orly, a annoncé Matignon. La cérémonie pour leur rendre hommage doit débuter à 16h, et sera présidée par Jean Castex.

PLAINTE

Si l'enquête stagne à Niamey, à Paris, une plainte a été déposée par l'association française des victimes de terrorisme (AFVT) pour "atteinte à l'intégrité d'un cadavre" et "provocation publique à la discrimination par voie électronique".


Après l'annonce de la mort de ce groupe d'humanitaires, dimanche 9 août, de nombreuses photos des cadavres avaient circulé sur les réseaux sociaux, souvent le fait de groupes ou individus marqués à l'extrême droite, note Guillaume Denoix de Saint-Marc, directeur de l'association : "Nous sommes nombreux à avoir été choqués par la circulation de ces images ainsi que par l'utilisation qu'en font certains internautes identitaires pour appeler à la haine contre les musulmans dans leur globalité".


"Des familles, malheureusement, ont vu ces images, qui font des dégâts psychologiques énormes et certaines envisagent de se joindre à la plainte", a ajouté le responsable associatif, qui indique que des membres de l'association avaient signalé la diffusion de ces photos dès dimanche auprès de Pharos, la plateforme du ministère de l'Intérieur, avec pour résultat la suppression rapide de plusieurs publications. 


Pour des faits communs (elle avait publié en 2015 la photo du cadavre supplicié par des troupes de Daech), Marine Le Pen avait vu son immunité parlementaire levée pour diffusion d'images violentes, en 2017.

ENQUÊTE

Alors qu'une cérémonie d'hommages aux six humanitaires français et leurs deux accompagnateurs nigériens se tient à 16h, ce vendredi, l'enquête n'avance pas. Retour sur les faits dans cette vidéo.

Niger : l'enquête stagneSource : TF1 Info
JT Perso

PLAINTE


L'association française des victimes du terrorisme (AFVT) a annoncé ce mercredi avoir déposé une plainte à Paris pour dénoncer la diffusion sur les réseaux sociaux, accompagnée de messages de haines, des photos des victimes de l'attaque au Niger.


La plainte signale des faits d'"atteinte à l'intégrité d'un cadavre" et de "provocation publique à la discrimination par voie électronique", selon le directeur général de l'association, Guillaume Denoix de Saint-Marc.

urgent

Urgent

UNE CÉRÉMONIE D'HOMMAGE VENDREDI


Jean Castex présidera ce vendredi une cérémonie d'hommage aux humanitaires tués dimanche au Niger, annonce Matignon. La cérémonie sera organisée à l'occasion du rapatriement des corps de ces six Français, qui travaillaient pour l'ONG Acted, tués avec leur chauffeur et leur guide nigériens.

QUI SONT LES VICTIMES ? 


A mesure que les identités des six jeunes humanitaires français tués dimanche dans une attaque au Niger sont connues, les hommages se multiplient. Jeunes, engagés et surdiplômés ... voici ce que l'on sait d'eux et de leurs deux accompagnateurs nigériens.

urgent

Urgent

VIGILANCE RENFORCÉE AU NIGER


Alors que la partie sud-ouest du Niger se trouvait jusqu'alors en "orange" - et même "jaune" dans une infime partie du territoire - selon le site du ministère des Affaires étrangères, le niveau de vigilance vient d'être relevé par Paris, qui déconseille désormais "formellement" tout déplacement dans le pays, hormis la capitale Niamey.

LES HUMANITAIRES RESTERONT AUX COTES DES POPULATIONS


La communauté des humanitaires intervenant au Niger ont affirmé mardi leur "détermination" à "rester aux côtés des populations nigériennes", même après l'assassinat dimanche de huit personnes dont six humanitaires français à Kouré à 60 km au (sud-est)de Niamey.


"Loin de nous décourager, ces assassinats renforcent notre détermination à poursuivre notre mission et à rester aux côtés des populations nigériennes", a assuré dans un communiqué, Khardiata Lo Ndiaye, la coordonnatrice humanitaire pour le Niger, s'exprimant au nom de toutes les ONG internationales au Niger.

MACRON


Au lendemain de l'attaque au Niger qui a fait dimanche huit morts, dont six humanitaires français de l'ONG Acted, la mort au Guatemala d'un travailleur humanitaire français, tué lundi "dans une embuscade", a soulevé mardi une vague d'émotion et d'indignation.


Le président français Emmanuel Macron a condamné sur Twitter "le lâche assassinat" de Benoît Maria, responsable au Guatemala d'Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF), une ONG qui soutient l'agriculture paysanne dans une vingtaine de pays.

EMOTION


Le 20H de TF1 a recueilli les témoignages de proches des victimes de l'attaque de Kouré.

CASTEX


En déplacement dans l'Hérault, Jean Castex a rendu hommage aux victimes de l'attaque "d'une extrême violence" survenue dimanche. "Des personnes jeunes, qui travaillaient au service des autres", a déclaré le Premier ministre. 

"J'adresse mes condoléances particulièrement émues à leurs familles, leurs proches et leurs collègues. La France ne laissera pas ce crime odieux impuni", a-t-il ajouté. 

INQUIETUDE


Comment les Français installés à Niamey vivent-ils la situation ? Nous leur avons posé la question.

Niger : la communauté française de Niamey s'inquièteSource : JT 13h Semaine
JT Perso

MACRON 

Emmanuel Macron annonce sur Twitter un renforcement des mesures de sécurité "pour nos ressortissants dans la région". 

"Nous poursuivons l'action pour éradiquer les groupes terroristes", ajoute le chef de l'Etat, qui assure mettre "tout en oeuvre pour soutenir les familles des victimes". 

Un conseil de défense en visioconférence consacré au Niger se tenait mardi matin depuis le fort de Brégançon, où il réside. 

UN DIRIGEANT D'ONG TUÉ AU GUATEMALA


Au lendemain de l'attaque meurtrière du Niger, le responsable d'Agronomes et vétérinaires sans frontières (AVSF) Guatemala a été tué lundi 10 août lors d'une attaque armée contre son véhicule dans le nord-est du pays.


Pour le directeur d'AVSF, également présente au Niger, "les humanitaires sont de plus en plus confrontés à cette violence, au grand banditisme, à la petite criminalité, et à l'insécurité entre groupes armés". Il appelle à "une discussion collective" sur le statut et la protection des personnels humanitaires. 

MACRON REND HOMMAGE AUX VICTIMES


Au début du Conseil de défense consacré aux conséquences judiciaires, militaires et diplomatiques de l'attaque, Emmanuel Macron a rendu hommage aux six jeunes humanitaires tués dimanche au Niger. En introduisant la réunion depuis le fort de Brégançon (Var), le chef de l'Etat a déclaré que cette attaque, "manifestement terroriste", avait "frappé" six "jeunes gens d'une ONG Acted absolument remarquable", ajoutant : "Je veux commencer ce conseil par une pensée pour leurs familles, leurs proches, eux-mêmes et pour tout ce qu'ils représentent de l'engagement de notre jeunesse."


Durant ce Conseil de défense, qui réunit le Premier ministre Jean Castex et les ministres des Armées Florence Parly, de l'Intérieur Gérald Darmanin et de la Justice Eric Dupond-Moretti tandis que celui des Affaires étrangères Jean-Yves  Le Drian est représenté en son absence, Emmanuel Macron a également insisté sur l'importance de "faire le point sur la situation au Niger, les éléments qui sont en notre possession, les avancées de l'enquête, les démarches diplomatiques qu'on doit effectuer, évidemment les conséquences militaires qu'on doit en tirer, les conséquences sur l'ensemble de nos dispositifs dans la région". 


A noter que le gouvernement doit par ailleurs examiner l'hommage qui sera rendu aux six victimes françaises et les opérations du "retour des corps", a précisé le président.

ACTED SUSPEND SES ACTIVITÉS AU NIGER


L'ONG Acted va suspendre temporairement ses activités au Niger après l'attaque meurtrière survenue dimanche mais n'a aucune intention de quitter le pays, a déclaré son président, Frédéric de Saint-Sernin ce mardi au micro de RFI. "Nous avons décidé de suspendre nos activités, nous avons besoin d'entendre nos humanitaires au Niger et dans les pays du Sahel, on a besoin qu'ils se parlent et qu'ils nous parlent et nous allons envoyer une délégation du siège", a-t-il indiqué, ajoutant : "Mais il n'est pas question de quitter le pays, il n'est pas question de quitter la région, nous sommes là pour aider les bénéficiaires."

ACCÈS AU SITE DES GIRAFES SUSPENDU


Outre "l'élargissement de l'Etat d'urgence", le Conseil National de Sécurité "extraordinaire" qui s'est tenu lundi présidé par le président nigérien Mahamadou Issoufou a décidé de la suspension de l’accès au site des girafes, dans la zone de Kouré, "ce qui permettra, de plus, la poursuite des investigations en toute sérénité", a précisé la présidence sur Twitter.

GROUPES TERRORISTES DU SAHEL


Si on ne connait pas encore l’identité des assaillants, les djihadistes sont nombreux dans cette région du Sahel et les auteurs pourraient en faire partie.

CIRCONSTANCES DE L'ATTAQUE


L'armée nigérienne  recherche les terroristes qui ont tué huit personnes, dont six Français de l'association humanitaire Acted. C'était lors d'une visite dans un secteur jusqu'ici épargné par les attaques djihadistes. Retour sur les circonstances de l'attaque.

International
Attentat au Niger : les circonstances de l'attaque

Attentat au Niger : les circonstances de l'attaque

CONSEIL DE DÉFENSE CE MARDI


La réunion, par visioconférence autour d'Emmanuel Macron, débutera à 11 heures. Elle sera consacrée à l'attaque terroriste au Niger mais aussi au Covid-19.

VICTIMES

Parmi les humanitaires assassinés, on retrouve l'humanitaire Charline Fouchet, originaire de Seine-Maritime, qui avait fait ses études à l'université d'Aix-Marseille, où elle avait obtenu un doctorat en science de gestion. Militante aux côtés de Benoît Hamon lors de la présidentielle 2017, elle était salariée d'ACTED depuis maintenant deux ans. Sur Twitter, hier, l'ancien candidat socialiste et le président de la région Paca Renaud Muselier lui ont rendu hommage.

ENQUÊTE

Les autorités nigériennes continuent leur recherche des terroristes responsables de l'attaque de dimanche, ce mardi. 

ETAT D'URGENCE


Les autorités nigériennes ont décidé de "l'élargissement de l'Etat d'urgence", déjà en vigueur dans d'autres régions du Niger, à la localité de Kouré, au sud-ouest du pays, théâtre de l'attaque au cours de laquelle huit personnes dont six humanitaires français ont été tuées.


L'état d'urgence accorde des pouvoirs supplémentaires aux forces de sécurité, dont celui "d'ordonner des perquisitions à domicile de jour et de nuit".


Cet élargissement a été décidé à l'issue d'un Conseil national de sécurité (CNS) "extraordinaire" qui a été présidé par le président nigérien Mahamadou Issoufou, selon la télévision publique. 

RÉACTIONS


"On est très choqués. C'est inadmissible que des humanitaires soient des cibles, surtout dans une zone pas trop affectée par la violence", a réagi auprès de l'AFP Nicolas Von Arx, le chef de délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) au Niger. 


"Nous condamnons avec la plus grande fermeté cet acte d'une incroyable cruauté et lâcheté", dénonce Alexandra Morelli, la représentante au Niger du Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR). 

CRITIQUES


L'ONG Acted a jugé "déporable" lundi, au lendemain de l'attaque meurtrière contre ses employés au Niger, que la communauté internationale ne garantisse pas davantage la sécurité des travailleurs humanitaires déployés dans les pays à risque.


"La communauté internationale (doit réaliser) la contradiction qu'il y a entre nous demander de soutenir ces populations qui vivent de façon dramatique et nous laisser seuls confrontés à une violence où nous sommes devenus les cibles les plus faciles", a déclaré le cofondateur d'Acted Frédéric Roussel lors d'une conférence de presse.

PLAINTE


Acted va déposer plainte à Paris après l'attaque contre ses employés au Niger a annoncé l'avocat de l'association humanitaire, Joseph Breham, ce lundi lors de la conférence de presse.

VICTIMES


Les victimes sont quatre hommes et quatre femmes a précisé l'ONG Acted, ce lundi.

CONFÉRENCE DE PRESSE D'ACTED


"L'ensemble des staffs victimes étaient basés à Niamey" a indiqué Marie-Pierre Caley, directrice générale d'Acted ce lundi, précisant que les détails sur leur identité seraient communiqués plus tard, mais soulignant tout de même que ces derniers étaient en charge au sein de l'association humanitaire à des missions support "logistique, administratif financier".

CONFÉRENCE DE PRESSE D'ACTED


"L'impression c'est que c'est une attaque d'opportunité par de petits criminels mais à vrai dire nous n'en savons rien", a déclaré Frédéric Roussel, co-fondateur d'Acted.


Et de poursuivre : "Notre impression c'est que ce sont des occidentaux qui ont été visés mais que ça soit conscient ou pas, volontaire ou pas, la réalité c'est nous sommes devenus des cibles prioritaires"

LES FAITS


Marie-Pierre Caley, directrice générale d'Acted est revenue sur le déroulé des faits, ce lundi, évoquant un "acte barbare, inqualifiable qui est révoltant". 

VIDEO - Drame au Niger : La conférence de presse de l'ONG ActedSource : TF1 Info
JT Perso

CONFÉRENCE DE PRESSE D'ACTED


"Au Niger nous travaillons dans des zones dites rouges, mais si nous n'y allons pas qui y va ? Si nous n'y allons pas qui va aider la population", a lancé ce lundi Frédéric de Saint-Sernin, directeur général délégué d'Acte, lors d'une conférence de presse. 


"C'est l'épouvantable paradoxe de savoir que nos jeunes humanitaires sont morts dans cette zone jaune où l'on pouvait aller de manière assez classique quand on avait besoin de repos", a-t-il poursuivi.

CONFÉRENCE DE PRESSE D'ACTED


"C'est un drame absolument sans précédent (...) par le nombre de victimes, par la brutalité, par la soudaineté", a déclaré ce lundi Marie-Pierre Caley, directrice générale d'Acted en débutant peu après 14h une conférence de presse, lors de laquelle elle est notamment revenue sur le déroulé des faits, évoquant un "acte barbare, inqualifiable qui est révoltant". 


"Les corps de nos staffs et de leurs guides ont été identifiés en fin de soirée", a-t-elle notamment rappelé, précisant être en contact avec les familles.

MISSIONS HUMANITAIRES 


Dimanche, une attaque a causé la mort de huit personnes, dont six Français, comprenant des employés de l'ONG Acted, dans la zone de Kouré, au sud-ouest du Niger. Que faisaient-ils sur place ? Premiers éléments de réponse.

LES CORPS DES VICTIMES TRANSFÉRÉS À NIAMEY


Selon un correspondant de l'AFP présent sur place, des agents de la police scientifique nigérienne ont procédé à des prélèvements, afin de retrouver les auteurs de ces actes. Les corps des victimes ont, eux, été transférés dimanche soir à Niamey.

MISSIONS DE L'ONG ACTED AU NIGER


L'association ACTED, une ONG présente dans 37 pays du monde, a indiqué que sept de ses membres avaient été tués dans cette attaque. Que faisaient-ils sur place ? Premiers éléments de réponse.

"ACTED FAIT UN TRAVAIL FORMIDABLE"


Le président du groupe d'amitié France-Niger, Jacques Maire, estime sur LCI que "la France est très impliquée au Niger, à la fois sur le plan militaire mais aussi sur le plan du développement". "Nous avons des ONG présentes (...) et je voudrais tirer mon coup de chapeau à ACTED qui fait un travail formidable et qui le paie très cher aujourd'hui."

Jacques Maire, président du groupe d'amitié France-Niger : "ACTED fait un travail formidable et le paye très cher"Source : TF1 Info
JT Perso

LE DRIAN 


Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a à son tour condamné ce lundi "avec la plus grande fermeté l'attaque meurtrière qui a frappé un groupe de travailleurs humanitaires hier dans la région de Kouré au Niger".


Et d'ajouter : "les responsables de cette attaque abjecte devront répondre de leurs actes."

OUVERTURE D'UNE ENQUÊTE POUR ASSASSINATS


Le parquet national antiterroriste (Pnat) a annoncé lundi avoir ouvert une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste" après l'attaque dimanche au Niger, qui a fait huit morts dont six Français.


L'enquête "a été confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), en co-saisine avec la Sous-direction anti-terroriste (Sdat)", a précisé le Pnat dans son communiqué, sans confirmer le nombre des victimes françaises.

L’ARMÉE QUADRILLE LA ZONE


Les forces armées nigériennes étaient lundi à la recherche des auteurs de l'attaque, dénoncée comme "terroriste" par Niamey et Paris, qui a tué huit personnes, dont six Français, dans la région de Kouré.


"Une enquête et des opérations de ratissage, en collaboration avec nos partenaires (français, ndlr) sont en cours en vue de dénicher les auteurs de ces actes ignobles et de renforcer la sécurité dans la zone", a indiqué le ministère nigérien de l'Intérieur.


L'armée française a confirmé apporter un appui, notamment aérien, aux troupes nigériennes, dans cette vaste région boisée, qui abrite les derniers troupeaux de girafes d'Afrique de l'ouest.

INTERVIEW


Invité de LCI lundi 10 août, le général Trinquand a conjuré les ressortissants français, "cibles prioritaires des djihadistes", de ne se déplacer sous aucun prétexte au Niger. "On ne fait pas de tourisme au Niger", a-t-il affirmé.

ACTED PLUSIEURS FOIS FRAPPÉE A L'ETRANGER


L'ONG française Acted, pour laquelle travaillaient des Français tués dimanche au Niger par un groupe armé, a été frappée plusieurs fois sur ses terrains d'intervention humanitaire par des exécutions et prises d'otage.


Fondée en 1993 et basée à Paris, l'Agence d'aide à la coopération technique et au développement intervient principalement dans des pays touchés par des conflits ou des catastrophes naturelles, mais aussi dans des zones sujettes à des problèmes de sécurité alimentaire et de santé publique.

MACRON


"Le combat se poursuit", a tweeté ce lundi Emmanuel Macron , adressant ses condoléances au peuple nigérien et évoquant une "détermination à lutter contre les groupes armés terroristes" intacte. 

PARLY


La ministre des Armées Florence Parly a à son tour condamné "fermement l'assassinat de plusieurs de nos compatriotes au Niger" ce lundi sur Twitter, estimant que "cette tragédie ne fait que renforcer notre détermination à poursuivre le combat contre les groupes terroristes, avec nos partenaires sahéliens."


Et de poursuivre : "L'opération Barkhane - à la demande du Niger - est en mesure d'aider à suivre la trace des meurtriers."

CHENU


Après avoir exprimé sur Europe 1 sa "compassion", le porte-parole du Rassemblement national Sébastien Chenu a jugé lundi "inopportun" d'"aller se balader au Niger en ce moment", y compris pour des humanitaires, au lendemain de l'attaque qui a fait huit morts, dont six Français parmi lesquels des salariés de l'ONG Acted.

JEAN CASTEX


Le premier ministre a dénoncé lundi l'"attaque lâche et abjecte" qui "endeuille notre pays et tous ceux qui se battent, partout, pour le droit de vivre dignement", sur Twitter, ce lundi adressant aux familles ses pensées fraternelles.

INTERVIEW


Pour Frédéric Encel, géopolitologue et professeur à Sciences Po, invité sur LCI, il s'agit probablement d'une attaque djihadiste. En cause : une région en proie à l'islamisme radical.

ECLAIRAGE 


"L'action Barkhane c'est une chose, la complémentarité c'est que les expatriés français n'offrent pas des cibles aux jihadistes parce qu'on sait que ce sont des cibles prioritaires", a estimé ce lundi sur LCI Dominique Trinquand, ancien chef de mission française auprès de l'ONU

ECLAIRAGE 


"Les victimes n'étaient pas des touristes au sens où 'je fais un safari et je me promène"," a souligné ce lundi sur LCI Jérôme Pellistrandi, directeur de la revue Défense nationale. Et de poursuivre : "il s'agit d'humanitaires qui sont sur le terrain en permanence et qui ont voulu aller se promener en dehors de leur zone d'action mais ce sont des zones de toute façon dangereuses qu'elles soient rouges ou orange."


"Il est clair que le Niger n'est pas un pays où il fait bon aller se promener", a souligné ce lundi sur LCI Jérôme Pellistrandi, directeur de la revue Défense nationale.soulignant que "le danger est bien réel".

ECLAIRAGE 


"Il s'agit d'une attaque terroriste", a assuré ce lundi sur LCI Dominique Trinquand, ancien chef de mission française auprès de l'ONU, bien qu'il n'y ait eu aucune revendication pour l'heure. "Pour une raison simple", a-t-il poursuivi, évoquant le mode opératoire et notamment "une attaque rapide dans laquelle les Français ont été assassinés d'une balle derrière la tête".

RÉACTION DU PRÉSIDENT MALIEN


Le président du Mali, un pays frontalier du Niger, Ibrahim Boubacar Kéita, a réagi à l'attaque perpétrée, "condamnant énergiquement cet acte barbare (...) récurrent dans notre espace sahélien où continuent de sévir l'extrémisme violent et l'économie criminelle malgré la guerre sans merci livrée par les armées nationales, la force conjointe du G5 Sahel et la force (française) Barkhane".

UN CONSEIL DE DÉFENSE MARDI


L'Elysée précise, dans son communiqué, qu'un conseil de défense se tiendra mardi matin "sous l'autorité du président de la République et sur la base des informations qui seront transmises par les autorités nigériennes et françaises".

EMMANUEL MACRON


Emmanuel Macron a dénoncé dimanche soir "l'attaque meurtrière qui a lâchement frappé un groupe de travailleurs humanitaires" au Niger et affirmé que "tous les moyens" seront mis en oeuvre pour "élucider" les circonstances de cet "attentat", qui a fait huit morts, dont six Français, selon les autorités nigériennes.


Le chef de l'Etat, qui s'est entretenu avec son homologue nigérien Mahamadou Issoufou, a ajouté que "leur détermination à poursuivre la lutte en commun contre les groupes terroristes au Sahel" demeurait "intacte".

PLUSIEURS PRÉCÉDENTS AU SAHEL DEPUIS DIX ANS


De nombreux Français ont été pris en otages ou tués au Sahel, une région de l'ouest de l'Afrique confrontée à une forte poussée jihadiste et à une dégradation sécuritaire, à l'instar des Français tués dimanche par des hommes armés dans la zone de Kouré au Niger.

UNE ZONE "PAS DU TOUT CONSIDÉRÉE COMME DANGEREUSE"


Selon un humanitaire à Niamey, la zone n'était "pas du tout considérée comme dangereuse". "Tout le monde y va, même les ambassadeurs, les diplomates, les professeurs, tout le monde!"


Mais la région dans laquelle est située la zone, la région de Tillabéri, est une vaste zone instable. Elle est située dans la zone de "trois frontières" entre Niger, Burkina Faso et Mali, devenue un repaire des jihadistes sahéliens.

PREMIÈRE ATTAQUE VISANT DES OCCIDENTAUX DANS CETTE ZONE


Pour rappel, il s'agit de la première attaque ayant visé des Occidentaux dans la zone de Kouré depuis qu'elle est devenue une attraction touristique il y a une vingtaine d'années, quand un petit troupeau de girafes peralta, une espèce qui a disparu du reste de la planète, fuyant braconniers et prédateurs, y avait trouvé un havre de paix.

RÉACTION DU PRÉSIDENT NIGÉRIEN


"Je condamne l'attaque terroriste lâche et barbare perpétrée ce dimanche dans la paisible localité de Kouré", a tweeté le président nigérien Mahamadou Issoufou, qui a adressé ses "sincères condoléances aux familles des victimes nigériennes et françaises".

urgent

Urgent

ACTED CONFIRME


L'ONG française ACTED, par la voix de son avocat Joseph Breham, a confirmé tard dimanche soir que plusieurs de ses membres figuraient parmi les Français tués dans l'attaque perpétrée dans la matinée près de Kouré. 

 

Les victimes circulaient dans une voiture de l'organisation quand elles ont été prises pour cible par les assaillants. Au total, huit personnes - a priori six Français et deux Nigériens (un guide et  le chauffeur du véhicule)  ont été tuées.


 L'attaque n'a pas encore été revendiquée.

"C'EST CERTAINEMENT UN MESSAGE ADRESSÉ À LA FRANCE"


Pour le grand reporter Renaud Girard, l'attaque au Niger peut être vue comme "un message adressé à la France". Il estime que les assaillants ont voulu dire : "Quand bien même vous avez la plus grosse forte déployée en Afrique depuis les indépendances, vous n'arriverez jamais à rétablir un ordre non-islamiste", .

Niger : "C'est certainement un message adressé à la France", Renaud Girard, grand reporterSource : TF1 Info
JT Perso

LES HUMANITAIRES DÉSORMAIS VISÉS 


"Aujourd'hui ce qui est frappant c'est que la communauté humanitaire, celle qui reste souvent envers et contre tous sur le terrain est aussi violemment frappée". Niagalé Bagayoko, présidente de l'African Security Sector Network.

Niger : L'action de Barkhane "est concentrée sur la zone des trois frontières", Niagalé Bagayoko, pdte de l'African Security Sector NetworkSource : TF1 Info
JT Perso

"DES BRIGANDS D'UNE RARE VIOLENCE" 


Ancien ambassadeur dans plusieurs pays d'Afrique et aujourd'hui maître de conférences à l'Institut d'Etudes politiques de Paris, Pierre Jacquemot analyse la situation pour LCI. 

Niger : "On a affaire à des brigands d'une rare violence", Pierre Jacquemot, maître de conférence Sc PoSource : TF1 Info
JT Perso

RENFORT DE L’ARMÉE FRANÇAISE 


L'état-major de l'armée française annonce que les militaires français apportent un appui aux forces nigériennes en présence. "La force Barkhane a fourni un appui à la demande des autorités nigériennes", a déclaré un porte-parole de l'état-major des Armées, sans plus de précisions.


Pour rappel, la région du Kouré est couverte par l'opération Barkhane. La France dispose d'une base militaire permanente à Niamey, capitale du Niger.

ASSOCIATION DES GUIDES DE GIRAFES DE KOURÉ 


L'association nigérienne des guides de girafes de Kouré confirme le décès de son président, Kadri Abdou. "Nous sommes affligés et avons une pensée pour les victimes et leur famille à qui nous présentons nos plus sincères condoléances". 

SECURITE AU NIGER


Le pays vit constamment sous la menace terroriste.

Niger : un pays sous la menace terroristeSource : TF1 Info
JT Perso

LE POINT


Patrick Fandio, notre correspondant en Afrique de l'Ouest, nous donnes les dernières informations sur la situation.

Attaque au Niger : le point avec notre correspondant en Afrique de l'OuestSource : TF1 Info
JT Perso

RECIT


Que s'est-il passé ce matin à Kouré ? Le rappel des faits.

Attaque au Niger : que s'est-il passé ?Source : TF1 Info
JT Perso
urgent

Urgent

CONFIRMATION 


L'Elysée confirme des victimes françaises, sans en donner le nombre pour l'instant. Emmanuel Macron s'est entretenu avec Issoufou Mahamadou,  son homologue nigérien. 

GROUPE D'AMITIÉ FRANCE-NIGER


"Nos pays resteront unis dans la lutte contre le terrorisme au Sahel", Jacques Maire, député et président groupe d’amitié parlementaire Franc-Niger.

UN MODE OPÉRATOIRE DÉJÀ UTILISÉ 


Au mois de juin, vingt Nigériens avaient été tués suite dans une attaque d'un groupe d'hommes armés. Ces derniers se déplaçaient également à motos et avaient visé trois villages proches de la frontière malienne. Une région plus au nord que Kouré. Les assaillants avaient pillé plusieurs magasins et volé du céréale ainsi que du bétail avant de se diriger vers le nord.


En janvier dernier, les autorités nigériennes ont restreint la circulation des motos de jour comme de nuit dans le but de réprimer les djihadistes.

ECLAIRAGE


L'attaque dans la région de Kouré qui a entraîné la mort de deux Nigériens et huit Français n'est toujours pas revendiquée. Le géopolitologue Frédéric Encel précise toutefois que les revendications ne sont pas automatiques dans ce genre d'attaque. 

Niger : Frédéric Encel, géopolitologue, rappelle que les revendications ne sont pas systématiquesSource : TF1 Info
JT Perso

DES SOLDATS FRANCAIS BIENTOT SUR PLACE


Selon nos informations, des militaires de Barkhane, la force française chargée de lutter contre les djihadistes au Sahel, se rendent sur les lieux du drame en ce moment même. 

SANCTUAIRE POUR UNE ESPÈCE RARE DE GIRAFE


Il s'agit de la première attaque qui a visé des touristes occidentaux dans cette zone, depuis qu'elle est devenue une attraction touristique il y a une vingtaine d'années, quand un petit troupeau de girafes peralta, une espèce qui a disparu du reste de la planète, fuyant braconniers et prédateurs, y avait trouvé un havre de paix.

NOUVELLES PRÉCISIONS SUR L'ATTAQUE


Selon les dernières informations de l'AFP, la plupart des victimes ont été abattues par balles et une femme qui a réussi à s'enfuir a été rattrapée et égorgée. L'identité des assaillants est toujours inconnue. Ces derniers sont venus à motos à travers la brousse et ont attendu l'arrivée des touristes. Le véhicule emprunté par les touristes appartient à l'ONG Acted. 


Cette association est présente au Niger depuis 2010. Cette ONG d'origine française intervient dans 37 pays à travers le monde. 

ZONE COUVERTE PAR L’OPÉRATION BARKHANE 


Le Niger est concerné par le déploiement de l'opération militaire Barkhane. La France dispose notamment d'une base à Niamey, capitale du pays. 

Niger : Vincent Hugeux, grand reporter, rappelle que la zone de Kouré est couverte par l'opération militaire BarkhaneSource : TF1 Info
JT Perso

QUE SAIT-ON DE LA ZONE DE KOURÉ ? 


Le drame s'est déroulé dans la zone de Kouré, située à une centaine de kilomètres au sud-est de Niamey, la capitale du Niger. Cette partie du pays est connue pour abriter les dernières girafes d'Afrique de l'ouest, une espèce endémique que de rares touristes viennent observer. 

"DÉCONSEILLE SAUF RAISON IMPÉRATIVE" 


D'après le zonage effectué par le Quai d'Orsay, l'ensemble du Niger est en rouge - c'est-à-dire "formellement déconseillé". A  l'exception justement du sud-est du pays, classé en orange, où se trouvent Kouré et Niamey. Il  est "déconseillé" aux ressortissants français de s'y rendre "sauf raison impérative". Sur son site, le ministère des Affaires étrangères met en garde contre "la menace terroriste pesant sur le Niger". Des mouvements terroristes présents au Nigeria voisin, dans le sud du pays, "sont susceptibles de conduire des opérations au Niger". Kouré est frontalier avec le Nigeria. 


D'une manière générale, le Niger est un pays à très grand risque. Les autorités françaises recommandent de ne pas se déplacer de nuit entre les villes, de se montrer discret sur les dates, horaires et conditions du déplacement et de circuler en convoi avec au minimum deux véhicules. Le Quai d'Orsay conseille d'éviter par ailleurs la fréquentation d’événements publics et de lieux (hôtels, bars restaurants, boîtes de nuit) non sécurisés ou excentré.

ATTENTE


Pour l'instant, aucune autorité française officielle -ambassade au Niger, Quai d'Orsay, Matignon ou Elysée- n'a communiqué sur l'information. De nombreuses vérifications sont en cours.

"UN ESPACE HAUTEMENT CONFLICTUEL" 


Le grand reporter Vincent Hugeux rappelle que la zone de Kouré, près de Niamey, où a eu lieu l'attaque des Français, est considérée comme "un espace hautement conflictuel". 


Le Quai d'Orsay classe cette partie du Niger comme orange où la présence des ressortissants français est "déconseillé sauf raison impérative". 

Niger : La zone de Kouré est "un espace hautement conflictuel", Vincent Hugeux, grand reporterSource : TF1 Info
JT Perso

GROUPE


Les deux Nigériens tués sont le chauffeur et le guide du groupe de Français, qui étaient venus faire du tourisme dans la région de Kouré.

PLUSIEURS FRANCAIS TUES


Huit personnes, a priori six Français et deux Nigériens, ont été tuées dimanche matin par des hommes armés venus à motos dans la zone touristique de Kouré au Niger. Ce secteur abrite les derniers troupeaux de girafes d'Afrique de l'ouest.


Les victimes ont été tuées par balles. Elles circulaient à bord d'un véhicule de l'ONG française ACTED.

Huit personnes, dont six Français et deux Nigériens, ont été tuées ce dimanche vers 11h30, heure locale (12h30, heure de Paris) par des hommes armés venus les attendre à motos dans la zone de Kouré au Niger, qui abrite les derniers troupeaux de girafes d'Afrique de l'ouest, a appris l'AFP de source officielle.

 "La plupart des victimes ont été abattues par balles. Sur place, on a trouvé un chargeur vidé de ses cartouches",  a expliqué à l'AFP une source proche des services de l'environnement.  Les deux victimes nigériennes sont le guide et le chauffeur du groupe de touristes français. Le véhicule emprunté par les victimes appartenait à l'ONG française Acted.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info