L'ambassadeur israélien à l'ONU a appelé dimanche le Conseil de sécurité à imposer "toutes les sanctions possibles" contre l'Iran, après l'attaque sans précédent contre Israël.
De son côté, Téhéran a invoqué son "droit à l'autodéfense".
Suivez les dernières informations en direct.

Ce live est à présent terminé. 

"DROIT À L'AUTODÉFENSE"

L'Iran "n'a pas eu d'autre choix que d'exercer son droit à l'autodéfense", a déclaré son ambassadeur à l'ONU Amir Saeid Iravani lors d'un Conseil de sécurité convoqué après l'attaque iranienne sans précédent contre Israël.


"Le Conseil de sécurité a failli à son devoir de maintenir la paix et la sécurité internationales" en ne condamnant pas la frappe du 1er avril contre le consulat iranien à Damas, et "dans ces conditions, la République islamique d'Iran n'a pas eu d'autre choix que d'exercer son droit à l'autodéfense", a-t-il déclaré, assurant que Téhéran ne voulait pas d'escalade, mais répondrait à "toute menace ou agression".

SANCTIONS

L'ambassadeur israélien à l'ONU a appelé le Conseil de sécurité à imposer "toutes les sanctions possibles" contre l'Iran. "Le Conseil doit agir", a lancé Gilad Erdan lors d'une réunion d'urgence du Conseil, appelant en particulier à "imposer toutes les sanctions possibles contre l'Iran avant qu'il ne soit trop tard".

ON FAIT LE POINT

Tout ce qu'il faut savoir sur cette journée historique au Moyen-Orient :

L'ONU APPELLE À "LA RETENUE MAXIMALE"

"Ni la région ni le monde ne peuvent se permettre plus de guerre", a lancé dimanche le secrétaire général de l'ONU, appelant à la "retenue maximale" lors d'un Conseil de sécurité convoqué en urgence. "Le Moyen-Orient est au bord du précipice. Les populations de la région font face à un vrai danger de conflit généralisé dévastateur. C'est le moment du désamorçage et de la désescalade. C'est le moment de montrer une retenue maximale", a insisté Antonio Guterres.

CONSÉQUENCES EN FRANCE

Après l'attaque de l'Iran contre Israël, le ministre de l'Intérieur demande à ses préfets de prendre des mesures.

PARIS CONVOQUE L'AMBASSADEUR IRANIEN

Le ministre français des Affaires étrangères Stéphane Séjourné a annoncé dimanche faire convoquer lundi l'ambassadeur d'Iran en France pour "passer un message de fermeté" après l'attaque iranienne menée contre Israël. "Il ne faut pas inverser les responsabilités, a-t-il ajouté. Ce sont les Iraniens qui ont attaqué Israël. (...) Ça fait maintenant depuis 1979 que l'Iran a mis au cœur de sa diplomatie la haine contre Israël".

WASHINGTON "NE PARTICIPERA PAS" À UNE RIPOSTE ISRAÉLIENNE

Un haut responsable américain, sous couvert d'anonymat, assure à l'AFP que les États-Unis "ne feront partie d'aucune réponse (que les Israéliens) entendent mener" en représailles. "Nous ne nous voyons pas participer à un tel acte", a-t-il dit à l'AFP. La même source affirme également que Israël "ne cherche pas" une escalade avec l'Iran, allant de pair avec les déclarations du président israélien à la télévision anglaise.

CABINET DE GUERRE TOUJOURS EN COURS

Les discussions étaient toujours en cours dimanche soir entre le Premier ministre Nétanyahou et ses plus proches conseillers. Son compte X partage quelques images de cette réunion d'urgence.

"COMME UNE DÉCLARATION DE GUERRE"

Interrogé par la chaîne anglaise Skynews ce dimanche, le président israélien Isaac Herzog assure que l’attaque de la nuit dernière sonne "comme une déclaration de guerre". "On devrait tous se demander ce qu’on aurait fait si on avait été attaqué d’une manière aussi agressive que nous l’avons été la nuit dernière", a-t-il dit, assurant "considérer toutes les options" pour répondre à l’Iran. "Je suis convaincu que nous prendrons les mesures nécessaires pour défendre et protéger notre peuple. Nous ne cherchons pas la guerre. Je pense que je m'en tiendrai là", a-t-il conclu.

LE G7 "PRÊT À PRENDRE DES MESURES"

Les dirigeants des pays du G7 réunis par vidéoconférence se sont dits "prêts à prendre des mesures" contre l'Iran "en réponse à de nouvelles initiatives de déstabilisation", selon un communIqué diffusé par la présidence italienne. "Nous exigeons que l'Iran et ses alliés cessent leurs attaques, et nous sommes prêts à prendre de nouvelles mesures maintenant en réponse à de nouvelles initiatives de déstabilisation", affirment-ils.

LE G7 VIRTUEL "CONDAMNE UNANIMEMENT" L'ATTAQUE IRANIENNE

Les caméras étaient interdites mais Charles Michel, président du Conseil européen, a partagé une photo des échanges virtuels des dirigeants du G7. "Nous avons unanimement condamné l'attaque sans précédent de l'Iran contre Israël. Toutes les parties doivent faire preuve de retenue. Nous poursuivrons tous nos efforts en vue d'une désescalade. Mettre fin à la crise à Gaza dès que possible, notamment par un cessez-le-feu immédiat, fera la différence", a déclaré sur X l'ancien Premier ministre belge.

ALONA FISHER-KAMM SUR LCI

Interrogée sur la possibilité de riposter israélienne sur les sites nucléaires iraniennes, l'ambassadrice d'Israël en France indique sur LCI "préférer ne pas élaborer sur cette question". Redoute-t-elle une autre attaque de Téhéran ? "Non mais nous sommes en alerte. On est prêts à tous les scénarios", dit-elle.

ISRAËL "N’EXCLUT AUCUNE POSSIBILITÉ"

Alona Fisher-Kamm, ambassadrice israélienne en France, était l’invitée de LCI en exclusivité. "Ce qui s’est passé hier est inouï et sans précédent (…). Je ne connais aucun pays qui aurait accepté une attaque pareille. Bien sûr que la première chose qu'on veut faire, c’est trouver un moyen de riposter, d’envoyer un message très clair mais sans une escalade. Nous ferons le maximum pour éviter toute escalade. Nous n’excluons aucune possibilité. Nous voudrions limiter ce conflit et limiter tout embrasement régional", a-t-elle déclaré.

LUFTHANSA SUSPEND SES VOLS DE ET VERS TEL AVIV

"Dans le contexte de la situation actuelle", la compagnie allemande a décidé de ne plus assurer ses liaisons à destination et en provenance de Tel Aviv, ainsi que d'Erbil en Irak et Amman en Jordanie. Cette mesure est applicable jusqu'à lundi. Comme décidé vendredi, les vols vers Beyrouth et Téhéran resteront eux suspendus jusqu'au 18 avril au moins, précise un porte-parole à l'AFP.

L'UE RÉUNIT SES MINISTRES DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a convoqué une réunion d'urgence des ministres des Affaires étrangères de l'UE mardi par visioconférence, à la suite de l'attaque menée par l'Iran contre Israël. "Notre objectif est de contribuer à la désescalade et à la sécurité de la région", a-t-il indiqué sur le réseau social X.

RÉUNION EN COURS POUR LE G7

Le G7 en visio, qui réunit la France, les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie et le Japon, a commencé à 16h, indique l'exécutif à TF1-LCI.

DAMAS DÉFEND LE "DROIT À L'AUTODÉFENSE" DE L'IRAN

Le gouvernement syrien déclare que l'Iran a usé de son "droit à l'autodéfense" en lançant son attaque inédite contre Israël samedi soir. Une opération menée en représailles à la frappe qui a détruit le 1er avril le consulat iranien en Syrie, provoquant la mort de sept Gardiens de la Révolution, dont deux généraux de la Force Qods, qui intervient hors d'Iran.


"La réponse iranienne (...) est un droit légitime à l'autodéfense", a affirmé le ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Mekdad, cité par l'agence officielle Sana, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue iranien Hossein Amir-Abdollahian.

WASHINGTON NE VEUT "NI ESCALADE", "NI GUERRE"

Alors que Joe Biden s'apprête à réunir les pays du G7, le porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison Blanche assure sur la chaîne NBC que les États-Unis "ne veulent pas d'escalade" et "pas d'une guerre étendue avec l'Iran".

RÉACTIONS

"On fait de notre mieux pour reprendre une vie normale jusqu'à la prochaine sirène", racontent des habitants de Tel-Aviv à nos équipes sur place.

QUAI D'ORSAY

Le ministère des Affaires étrangères a conseillé à ses ressortissants présents en Iran de "quitter temporairement le pays". Un appel "à la plus grande prudence" émis "en raison du nouveau palier franchi", après l'offensive aérienne massive lancée par Téhéran sur Israël.

RÉUNION EUROPÉENNE MARDI

Le chef de la politique étrangère de l'UE a convoqué mardi une réunion des ministres des Affaires étrangères après les attaques contre Israël. "Notre objectif est de contribuer à la désescalade et à la sécurité de la région", a souligné Josep Borrell sur X

LA BASE DE NEVATIM TOUCHÉE

Le porte-parole de l'armée israélienne Daniel Hagari a confirmé qu'un tir de missile balistique avait touché la base aérienne de Nevatim, ne causant que "des dommages mineurs aux infrastructures".  Une jeune fille blessée dans l'attaque est actuellement en soins intensifs, selon cette source. De son côté, l'Iran a affirmé que cette base militaire était la cible qu'ils espéraient toucher en menant ces frappes.