EN DIRECT - Guerre Israël-Hamas : Israël n'a "pas d'excuses" pour bloquer l'entrée d'aide à Gaza, répète Biden

par A.S avec l'AFP
Publié le 3 mars 2024 à 7h36, mis à jour le 5 mars 2024 à 22h49

Source : TF1 Info

Joe Biden a estimé mardi qu'il "fallait un cessez-le-feu" à Gaza parce que la situation deviendrait "très dangereuse" en Israël et particulièrement à Jérusalem si les hostilités continuaient pendant le ramadan, qui débutera le 10 ou 11 mars.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

APPEL À DES "POINTS D'ENTRÉE DANS LE NORD DE GAZA"

Suite aux difficultés pour faire venir de l'aide humanitaire et de la nourriture à Gaza, Carl Skau, directeur exécutif-adjoint du PAM, a rappelé la nécessité "de points d'entrée dans le nord de Gaza." 


"Les parachutages sont une solution de dernier recours et ne permettront pas d'éviter la famine. Nous avons besoin de points d'entrée dans le nord de Gaza afin de livrer suffisamment de nourriture pour un demi-million de personnes qui en ont désespérément besoin", a-t-il indiqué dans un communiqué de la PAM, qui expliquait par ailleurs qu'un convoi de nourriture de l'Agence onusienne avait été bloqué par l'armée israélienne à l'entrée de la bande de Gaza puis pillé par "une foule désespérée".

UN CONVOI DE NOURRITURE PILLÉ PAR "UNE FOULE DÉSESPÉRÉE"

Un convoi de nourriture du Programme alimentaire mondial (PAM) a été bloqué par l'armée israélienne à l'entrée de la bande de Gaza puis pillé par "une foule désespérée", a indiqué l'agence onusienne. Selon le PAM, les 14 camions transportant environ 200 tonnes de nourriture avaient attendu pendant trois heures au checkpoint de Wadi Gaza, dans la localité de Zeitun au sud-est de l'enclave, mais n'avaient pas reçu l'autorisation d'aller plus loin. Les camions ont ensuite été pillés par "une foule désespérée qui s'est emparée du chargement", a précisé le PAM dans un communiqué.

ERDOGAN CRITIQUE LES COLONS ISRAÉLIENS

Les colons israéliens sont un obstacle majeur à une solution au conflit israélo-palestinien, a affirmé mardi le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'une conférence de presse avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, en visite à Ankara.


"Les actions des usurpateurs, appelés colons, qui ont envahi et volé les terres qui appartenaient en réalité aux Palestiniens constituent l'un des plus principaux obstacles à une solution", a déclaré le chef de l'Etat turc. Il a aussi appelé l'extrême droite israélienne à ne pas restreindre l'accès des fidèles musulmans à l'esplanade des Mosquées à Jérusalem durant le ramadan.

TROIS MORTS AU LIBAN DANS UNE FRAPPE ISRAÉLIENNE

Un couple et leur fils ont été tués par une frappe israélienne visant une maison à Houla, une localité du sud du Liban frontalière avec Israël, a fait savoir l'ANI, l'Agence nationale d'information au Liban. "Les trois civils, Hassan Hussein, sa femme, Rouwaïda Moustafa et leur fils de 25 ans, Ali Hussein, ont été tués dans le raid ennemi qui a visé une maison de trois étages à Houla", a indiqué le média qui a ajouté que les opérations de recherche sous les décombres se poursuivaient. 


Peu après le raid meurtrier mardi, le Hezbollah a dit avoir lancé dans la soirée "des dizaines de roquettes" sur le kibboutz de Kfar Blum, situé à six kilomètres du point frontalier le plus proche et "visé un bâtiment" de la ville de Kyriat Shmona. La formation libanaise a dit avoir agi "en riposte aux agressions israéliennes contre les villages du sud et les maisons des civils", notamment celle ayant tué trois membres d'une même famille à Houla. Dans la soirée, l'homme désigné dans un premier temps comme victime civile a ensuite été présenté par le Hezbollah libanais comme étant l'un de ses  combattants "mort en martyr".

L'ACCÈS À L'ESPLANADE DES MOSQUÉES AUTORISÉ "COMME LES ANNÉES PRÉCÉDENTES"

Les fidèles musulmans seront autorisés à prier sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem "dans le même nombre que les années précédentes" durant le ramadan, a annoncé le gouvernement israélien dans un communiqué. En pleine guerre à Gaza, le gouvernement a précisé que le nombre de fidèles autorisés à se rendre sur l'esplanade serait réévalué chaque semaine en fonction de critères de sécurité. Le mois de jeûne musulman voit des dizaines de milliers de fidèles venir chaque année prier sur cet esplanade.

LES NÉGOCIATIONS "PAS OUVERTES INDÉFINIMENT", PRÉVIENT LE HAMAS

Un responsable du Hamas a affirmé que le processus de négociations avec Israël pour une trêve à Gaza "ne sera pas ouvert indéfiniment", alors que les médiateurs tentent d'arracher un compromis sur une pause dans les combats avant le début du ramadan. "Nous ne permettrons pas que la voie des négociations soit ouverte indéfiniment alors que l'agression et la famine organisée contre notre peuple se poursuivent", a déclaré Oussama Hamdane lors d'une conférence de presse à Beyrouth.

LA MISE EN GARDE DE JOE BIDEN

"Il faut faire rentrer plus d'aide à Gaza, il n'y a pas d'excuses", a répété ce mardi le président américain Joe Biden à l'intention d'Israël. "Je travaille très dur" avec les autorités israéliennes, a encore déclaré le président américain.

L'APPEL DES RESPONSABLES RELIGIEUX CHRÉTIENS DE FRANCE

Les responsables religieux chrétiens de France appellent à "un cessez-le-feu immédiat" et à "la libération de tous les otages" dans un communiqué commun où ils se disent "solidaires de toutes les victimes de la guerre entre Israël et le Hamas". Dénonçant "la désespérante situation que connaissent plus de deux millions de personnes vivant dans la bande de Gaza", ils soulignent que "la restriction d'accès à des ressources essentielles telles que les soins médicaux, la nourriture et l'eau est fondamentalement inhumaine".


Ils demandent "instamment" à tous les responsables politiques et religieux "d’intensifier leur action pour mettre fin à cette violence", et notamment "un cessez-le-feu immédiat pour assurer l'acheminement d'une aide humanitaire indispensable, en premier lieu les soins médicaux, la nourriture et l'eau". Ils appellent aussi à "la libération immédiate de tous les otages" et plaident pour "des efforts internationaux" afin d'"ouvrir, par le dialogue, une nouvelle voie politique vers une paix durable" et "relancer le débat sur une solution viable à deux États".

VERS UNE TRÊVE AVANT LE DÉBUT DU RAMADAN ?

Les négociations en vue d'une trêve à Gaza se poursuivent ce mardi au Caire, en Égypte. Objectif : parvenir à un accord avant le 10 ou le 11 mars, soit le début du ramadan, le mois de jeûne des musulmans. Le sort des otages retenus par le Hamas dans l'enclave palestinienne est au centre des discussions.

DES MILLIERS DE REPAS LARGUÉS SUR GAZA

Des avions-cargos américains ont largué plus de 36.000 repas sur Gaza ce mardi lors d'une opération conjointe avec la Jordanie, a annoncé l'armée américaine. "Le Commandement central des États-Unis et la Force aérienne royale jordanienne ont procédé à un largage combiné d'aide humanitaire dans le nord de Gaza le 5 mars 2024 à 14h30 (heure de Gaza) afin de fournir une aide essentielle aux civils touchés par le conflit en cours", a déclaré le commandement militaire dans un communiqué.

8000 PATIENTS NÉCESSITENT UNE ÉVACUATION DE GAZA

Quelque 8000 patients nécessitent une évacuation sanitaire de Gaza pour recevoir des soins adéquats, avertit l'OMS ce mardi. "Nous estimons que 8000 Gazaouis doivent être orientés hors de Gaza", a déclaré Rik Peeperkorn, le représentant de l'OMS dans les territoires palestiniens.


Parmi eux, 6000 environ sont des victimes de guerre qui souffrent de  multiples traumatismes, brûlures et amputations, a-t-il précisé. Les 2000 autres sont des patients réguliers qui ne peuvent plus recevoir les soins dont ils ont besoin à Gaza, où le système de santé est très diminué et fragilisé, a-t-il expliqué.

L'ONU APPELLE À "INONDER" GAZA D'AIDE

L'ONU exhorte le monde à "inonder" Gaza avec de l'aide, après s'être rendue dans deux hôpitaux pour la première fois depuis le début de la guerre en octobre. "Les enfants qui commencent à mourir de faim, [...] cela devrait être une alarme pas comme les autres", a déclaré ce mardi Jens Laerke, porte-parole du bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).


L'Organisation mondiale de la Santé a fait état de scènes "sinistres" d'enfants affamés après avoir apporté de l'aide à deux hôpitaux du nord le week-end dernier pour la première fois depuis octobre. "Si ce n'est pas le cas maintenant, quand sera-t-il temps [...] d'inonder Gaza avec l'aide dont elle a besoin ? C'est ce que nous devons voir se produire."

LES ÉTATS-UNIS DEMANDENT AU HAMAS D'ACCEPTER UN "CESSEZ-LE-FEU IMMÉDIAT"

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken appelle le Hamas à accepter un "cessez-le-feu immédiat" avec Israël au moment où des négociations sont en cours au Caire entre le mouvement islamiste et des médiateurs internationaux, dont le Qatar.


"Nous avons l'occasion (de parvenir à) un cessez-le-feu immédiat qui pourrait ramener des otages chez eux, permettre une hausse considérable de l'aide humanitaire pour des Palestiniens qui en ont si désespérément besoin et qui pourrait ensuite également créer les conditions d'une résolution durable" du conflit, a déclaré le chef de la diplomatique américaine alors qu'il rencontrait le Premier ministre qatari à Washington.

VIOLENCES SEXUELLES

Le Hamas "rejette" et "déplore" le rapport publié par l'ONU sur les violences sexuelles commises lors de l'attaque du 7 octobre en Israël, a indiqué le mouvement islamiste palestinien dans un communiqué mardi.


Les "allégations" concernant des viols et violences sexuelles commises par les membres du Hamas lors de cette attaque sont "fausses" et "infondées" et le rapport de l'Onu "ne cite aucun témoignage de victimes", a affirmé le Hamas.

ESPIONNAGE

Sept nouvelles personnes soupçonnées d'espionnage au profit d'Israël ont été arrêtées en Turquie, deux mois après un important coup de filet, a annoncé mardi l'agence de presse officielle turque Anadolu.


Les suspects, parmi lesquels figurent un détective privé et des fonctionnaires, sont accusés d'avoir fourni contre rémunération des informations sur des "citoyens et entreprises du Moyen-Orient" installés en Turquie, affirme Anadolu, citant des sources de sécurité.


34 personnes soupçonnées notamment d'aider les services de renseignements israélien à préparer des enlèvements sur le sol turc avaient déjà été arrêtées début janvier à travers la Turquie. Le bureau du procureur d'Istanbul avait déclaré que 12 autres suspects, accusés des mêmes faits, restaient recherchés.

BILAN

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé mardi un nouveau bilan de 30.631 personnes tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien.


Il a également fait état, dans un communiqué, de 97 morts au cours des dernières 24 heures et d'un total de 72.043 blessés dans le territoire palestinien depuis le début de la guerre le 7 octobre.

VIOLENCES SEXUELLES

Dans un rapport publié lundi 4 mars, l'ONU dit avoir "des informations claires et convaincantes" sur des violences sexuelles commis par le Hamas.

TENSIONS ENTRE ISRAEL ET LES NATIONS UNIES

Israël a rappelé lundi son ambassadeur aux Nations unies, dernier épisode en date des vives tensions des derniers mois, illustrées par les risques d'effondrement de l'Agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens en pleine tourmente.


Dans un message posté sur X, le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz a annoncé le rappel pour consultations de Gilad Erdan, dans un geste de dénonciation du "silence" du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres sur les violences sexuelles présumées du Hamas lors des attaques sans précédent du 7 octobre.


Les Nations unies ont été critiquées pour avoir réagi trop lentement aux viols et violences sexuelles qu'Israël accuse le Hamas d'avoir commis le 7 octobre, mais le secrétaire général les dénonce désormais quasi systématiquement dans ses discours. 

LA "PROFONDE INQUIETUDE" DE KAMALA HARRIS

Lors d'une rencontre lundi avec Benny Gantz, membre du cabinet de guerre israélien et grand rival politique du Premier ministre Benjamin Netanyahu, la vice-présidente américaine Kamala Harris a exprimé sa "profonde inquiétude" pour Gaza.


Elle a aussi "appelé le Hamas à accepter les conditions qui sont sur la table pour une libération des otages qui se traduirait par un cessez-le-feu immédiat de six semaines et permettrait d'augmenter l'aide humanitaire".

UNE TREVE EN VUE ?

Les négociations entre le Hamas et les médiateurs internationaux continuent mardi au Caire dans l'espoir de parvenir, avant le ramadan, à une trêve à Gaza après presque cinq mois de guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien.


"Le deuxième jour de négociations au Caire avec les Etats-Unis, le Hamas et le Qatar a pris fin et les discussions doivent reprendre demain pour étudier les moyens de parvenir à une trêve dans la bande de Gaza", a annoncé lundi soir la chaîne égyptienne AlQahera News, proche des services de renseignement du pays, citant "un haut responsable". "Il y a eu un progrès significatif dans les négociations" qui ont repris dimanche sans représentant israélien, a encore dit ce responsable.


Les médiateurs égyptiens, américains et qataris tentent d'arracher un compromis aux deux camps afin d'obtenir un accord de trêve avant le début, le 10 ou 11 mars, du mois sacré musulman du ramadan. Un tel accord permettrait une libération d'otages retenus à Gaza en échange de prisonniers palestiniens détenus par Israël. Les Etats-Unis, principal soutien d'Israël, réclament avec de plus en plus d'insistance un cessez-le-feu face à la catastrophe humanitaire que la guerre a causée dans la bande de Gaza.

HOMMAGE À PARIS AUX AGENTS DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE GAZA

Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, a rendu hommage ce lundi aux agents palestiniens de l'Institut français de Gaza, décédés ces dernières semaines dans l'enclave palestinienne. "Grande émotion ce matin alors que nous rendions hommage à nos collègues, agents de l'Institut français, morts à Gaza, aux côtés de leurs familles et de leurs amis", écrit le chef de la diplomatie française dans un message posté sur le réseau social X, soulignant que "la France restera engagée auprès de ceux qui l’ont servie et de leurs proches".

ISRAËL/LIBAN

Un émissaire américain a affirmé à Beyrouth qu'une solution diplomatique était "la seule issue" pour mettre fin aux accrochages transfrontaliers qui opposent le puissant Hezbollah libanais à Israël depuis le début de la guerre à Gaza. "Les États-Unis sont convaincus qu'une solution diplomatique est la seule issue pour mettre fin aux hostilités (...)", a déclaré Amos Hochstein aux journalistes. Il a par ailleurs estimé qu'un "cessez-le-feu temporaire ne suffisait pas".

UN TRAVAILLEUR ÉTRANGER TUÉ

Les secouristes israéliens ont fait état de la mort d'un travailleur étranger, tué par un missile, dans le nord d'Israël, près de la frontière avec le Liban. Un missile antichar a touché "des travailleurs étrangers dans une plantation", tuant l'un d'entre eux et en blessant au moins sept autres, a indiqué dans un communiqué le Magen David Adom, l'équivalent israélien de la Croix-Rouge. L'origine du tir n'était pas connue dans l'immédiat.

CISJORDANIE

Selon le ministère palestinien de la Santé, un jeune homme de 16 ans a été abattu, à l'aube ce matin, en Cisjordanie lors d'une opération israélienne dans un camp de réfugiés. Mustafa Abu Shalbak, aurait été tué près de Ramallah lors d'une opération israélienne dans le camp d'al-Amari, selon le ministère.


L'armée israélienne a confirmé avoir mené un raid au cours duquel elle a dit avoir été ciblée "par des jets de pierre et de cocktails Molotov", auxquels elle a "répondu par des tirs". L'armée a également précisé avoir "identifié" une personne "touchée" par ses tirs.

DESTRUCTION DE MAISON

L'armée israélienne a annoncé aujourd'hui  avoir démoli le domicile d'un membre du Hamas accusé d'avoir tué l'an dernier une Israélo-britannique et ses deux filles en Cisjordanie. L'armée israélienne a indiqué dans un communiqué avoir "lancé une opération dans la ville de Naplouse afin de démolir le domicile du terroriste" Moaz Masri. Selon un témoin, le quartier d'al-Makhfiya a été bouclé et encerclé, avant que l'armée israélienne ne fasse exploser son appartement familial vers deux heures du matin (00h00 GMT). 


Avant la destruction de l'appartement, le Croissant-Rouge palestinien (PRCS) a indiqué avoir évacué de nombreux résidents de l'immeuble, dont des enfants, et pris en charge 15 personnes après des tirs de gaz lacrymogène par les forces israéliennes. Moaz Masri est accusé d'avoir tué par balles le 7 avril 2023 dans le nord-est de la Cisjordanie trois Israélo-britanniques, Lucy Dee, 48 ans et ses filles Rina et Maia, âgées de 16 et 20 ans, qui habitaient dans la colonie israélienne d'Efrat, près de Bethléem.


Il avait été abattu en mai à Naplouse par les forces israéliennes avec deux autres Palestiniens. Le Hamas avait alors indiqué que les trois hommes étaient membres de sa branche armée.

AVERTISSEMENT

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme a dit sa crainte aujourd'hui que la guerre à Gaza ne conduise "à une conflagration beaucoup plus large", devant le Conseil des droits de l'homme à Genève. "Je suis profondément préoccupé par le fait que dans cette poudrière, toute étincelle pourrait conduire à une conflagration beaucoup plus large", a dit Volker Türk, ajoutant que "cela aurait des implications pour tous les pays du Moyen-Orient, et pour bien d'autres au-delà".

BILAN

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé aujourd'hui un nouveau bilan de 30.534 personnes tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien. Il a également fait état, dans un communiqué, de 124 morts au cours des dernières 24 heures et d'un total de 71.920 blessés dans le territoire palestinien. Des chiffres qu'il n'est pas possible de vérifier de manière indépendante. 

"PROGRÈS SIGNIFICATIFS"

Des représentants de l'Égypte, du Hamas, du Qatar et des États-Unis poursuivent au Caire les négociations en vue d'une trêve à Gaza où Israël combat le mouvement islamiste palestinien, après un "progrès significatif" hier, rapporte une télévision proche du renseignement égyptien. L'Égypte, le Qatar et les États-Unis, qui font office de médiateurs, tentent depuis des semaines d'obtenir une trêve. Un accord permettrait notamment une libération d'otages retenus à Gaza en échange de prisonniers palestiniens détenus par Israël.

KAMALA HARRIS

De nouvelles frappes se sont déroulées sur Gaza cette nuit. Dans la journée, la vice-présidente américaine Kamala Harris a appelé à un "cessez-le-feu immédiat" dans la petite enclave, dimanche. Une intervention à voir en vidéo ici :

VIDEO - Kamala Harris appelle à un cessez-le-feu à GazaSource : TF1 Info

CESSEZ-LE-FEU

La vice-présidente américaine Kamala Harris a appelé à un "cessez-le-feu immédiat" dans la bande de Gaza, dimanche. "Étant donné l'ampleur des souffrances à Gaza, il doit y avoir un cessez-le-feu immédiat pour au moins les six prochaines semaines, ce qui est actuellement sur la table des négociations" entre Israël et le Hamas, a-t-elle déclaré devenant ainsi la première haute responsable américaine à appeler ouvertement à un tel cessez-le-feu dans le territoire palestinien assiégé.


En demandant également au gouvernement du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou à prendre des mesures pour accroître l'aide dans la bande de Gaza - menacée de famine selon l'ONU - elle a aussi formulé la critique la plus virulente à ce jour à l'encontre d'Israël de la part d'un haut fonctionnaire américain depuis le début de la guerre. "Le gouvernement israélien doit en faire davantage pour augmenter de manière significative le flux d'aide. Il n'y a pas d'excuses", a déclaré Kamala Harris, ajoutant qu'Israël "devait ouvrir de nouveaux points de passage" et "ne doit pas imposer de restrictions inutiles à l'acheminement de l'aide".

NOUVEAU BILAN À GAZA

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé dimanche un nouveau bilan de 30.410 personnes tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien.

Il a également fait état, dans un communiqué, de 90 morts au cours des dernières 24 heures et d'un total de 71.700 blessés dans le territoire palestinien depuis le début de la guerre le 7 octobre.

BIENTÔT LA TRÊVE?

Reçue au Caire en Égypte, une délégation du Hamas doit donner une "réponse officielle" à une proposition élaborée fin janvier par les pays médiateurs - Qatar, États-Unis, Égypte - et les négociateurs israéliens, selon une source proche du mouvement islamiste palestinien. 

La proposition inclut dans une "première phase" une pause de six semaines des combats et la libération de 42 otages détenus à Gaza en échange de Palestiniens emprisonnés par Israël. 

Gaza : l'aide américaine livrée, bientôt la trêve ?Source : TF1 Info

LARGAGES D'AIDE HUMANITAIRE

Les États-Unis ont mené samedi une première opération de largage d'aide sur la côte. 

Trois avions militaires américains ont largué 66 "colis" contenant plus de 38.000 repas, dans une opération conjointe avec la Jordanie, selon un responsable militaire américain. 

Les Etats-Unis larguent de l'aide alimentaire sur GazaSource : TF1 Info

Urgent

UNE TRÊVE POSSIBLE D'ICI "24-48 HEURES" ?

Un haut responsable du Hamas a déclaré dimanche à l'AFP qu'une trêve dans la bande de Gaza était possible "d'ici 24-48 heures" si Israël acceptait les demandes du mouvement islamiste palestinien.

"Si Israël accepte les demandes du Hamas, qui incluent le retour dans le nord de Gaza des Palestiniens déplacés et une augmentation de l'aide humanitaire, cela pourrait ouvrir la voie à un accord (sur une trêve) dans les 24 ou 48 prochaines heures", a dit ce haut responsable, sous couvert d'anonymat, alors que des négociations doivent se tenir dimanche au Caire.

REPRISE DES NÉGOCIATIONS POUR UNE TRÊVE

Les négociations doivent reprendre ce dimanche au Caire sur une possible trêve pendant le ramadan à Gaza, où les premiers largages américains d'aide humanitaire ont commencé à destination de la population civile affamée.

Dans la capitale égyptienne, une délégation du Hamas doit donner une "réponse officielle" à une proposition élaborée fin janvier par les pays médiateurs - Qatar, Etats-Unis, Egypte - et les négociateurs israéliens, selon une source proche du mouvement islamiste palestinien. 

La cessation temporaire au moins des combats pourrait intervenir dans moins de dix jours et la décision revient aujourd'hui au Hamas. Ce dimanche, les négociations reprennent au Caire sur une possible trêve pendant le ramadan à Gaza, où les premiers largages américains d'aide humanitaire ont commencé à destination de la population civile affamée et après un drame qui au cours d'une distribution alimentaire qui a fait 115 morts. 

Dans la capitale égyptienne, une délégation du Hamas doit donner une "réponse officielle" à une proposition élaborée fin janvier par les pays médiateurs - Qatar, États-Unis, Égypte - et les négociateurs israéliens, selon une source proche du mouvement islamiste palestinien. 

Les Israéliens ont "plus ou moins accepté" le plan

La proposition inclut dans une "première phase" une pause de six semaines des combats et la libération de 42 otages détenus à Gaza en échange de Palestiniens emprisonnés par Israël.

Les Israéliens ont "plus ou moins accepté" le plan et "la balle est dans le camp du Hamas", a assuré ce samedi un haut responsable américain à Washington. Israël n'a pas confirmé ces informations. Vendredi, le président américain Joe Biden avait répété "espérer" une trêve d'ici au ramadan, le mois sacré du jeûne musulman, qui commencera les 10 ou 11 mars cette année.

En près de cinq mois, la guerre provoquée par le Hamas a fait 30.320 morts dans la bande de Gaza, en majorité des civils, selon le dernier bilan du ministère de la Santé du mouvement islamiste palestinien.

Elle y a aussi provoqué une catastrophe humanitaire. Selon l'ONU, 2,2 millions des 2,4 millions d'habitants sont menacés d'une famine "quasiment inévitable", d'après Jens Laerke, porte-parole de l'Ocha, l'agence de coordination des affaires humanitaires des Nations unies. Le ministère de la Santé du Hamas a fait état de 13 enfants morts de "malnutrition et de déshydratation" ces derniers jours.


A.S avec l'AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info