EN DIRECT - Guerre Israël-Hamas : les discussions sur une trêve à Gaza se poursuivent au Caire

Publié le 6 mars 2024 à 6h45, mis à jour le 6 mars 2024 à 22h28

Source : JT 20h WE

Les discussions continuent mercredi au Caire entre les médiateurs internationaux et le Hamas en vue d'une trêve dans la bande de Gaza, pilonnée par l'armée israélienne.
Objectif des négociateurs : parvenir à un accord avant le début du ramadan.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

COORDONNER L'AIDE ALIMENTAIRE À GAZA

Rome a annoncé ce soir le lancement lundi prochain d'une initiative, "Food for Gaza", dont l'objectif est de coordonner l'aide alimentaire dans cette région avec les agences spécialisées de l'ONU et la Croix-Rouge. "Nous devons faire arriver dans la bande (de Gaza, ndlr) toute l'aide alimentaire nécessaire", a déclaré le chef de la diplomatie italienne Antonio Tajani, cité dans un communiqué de son ministère.


"Nous voulons promouvoir une initiative humanitaire coordonnée (...) pour faciliter l'accès à l'aide alimentaire, soulager les souffrances de la population et garantir la sécurité alimentaire dans la bande de Gaza", a-t-il ajouté.

LA CRAINTE D'UNE "FAMINE GÉNÉRALISÉE"

L'Afrique du Sud a demandé à la Cour internationale de Justice d'imposer de nouvelles mesures d'urgence à Israël face à ce qu'elle a décrit comme une "famine généralisée" résultant de l'offensive israélienne à Gaza. C'est la deuxième fois que Pretoria demande des mesures supplémentaires à la plus haute juridiction de l'ONU, sa première demande en février ayant été rejetée.


L'Afrique du Sud a déclaré, dans un document publié vendredi par la CIJ, qu'elle était "contrainte de revenir devant la cour à la lumière des nouveaux faits et des changements survenus dans la situation à Gaza - en particulier la situation de famine généralisée".

LA SITUATION "DOIT CHANGER"

Le chef de la diplomatie britannique David Cameron s'est inquiété de ne "toujours pas (voir) d'amélioration sur le terrain" à Gaza, plongée dans une crise humanitaire avec la guerre entre Israël et le Hamas, à l'issue d'une rencontre avec Benny Gantz, membre du cabinet de guerre israélien. "Cela doit changer", a prévenu le ministre britannique des Affaires étrangères, qui a également indiqué que le Royaume-Uni était "très préoccupé par la perspective d'une offensive militaire à Rafah" dans une déclaration postée sur X (ex-Twitter).

LES HOUTHIS DEVRONT RENDRE DES COMPTES

Les États-Unis ont affirmé qu'ils vont continuer à exiger des rebelles Houthis du Yémen qu'ils rendent des "comptes" après une attaque meurtrière dans le golfe d'Aden, le mouvement soutenu par l'Iran ayant multiplié les tirs de missiles et de drones dans cette zone. 

DE NOUVEAUX LOGEMENTS DANS UNE COLONIE

Les autorités israéliennes ont fait un pas de plus vers la construction de près de 3500 logements en Cisjordanie occupée. "Près de 3.500 logements (...) !", a lancé dans un message publié sur X, Orit Struck, ministre des Missions nationales, chargée des colonies juives en Cisjordanie et située à l'extrême droite de l'échiquier politique.


L'ONG anti-colonisation "La Paix Maintenant" a indiqué sur X que la construction de 3426 logements avait en effet été approuvée par une instance officielle dans les colonies de Maale Adoumim et de Kedar, situées à l'est de Jerusalem, ainsi qu'à Efrat, au sud de la ville. La vaste colonie de Maale Adoumim compte déjà près de 40.000 habitants.


Plus de 490.000 personnes vivent actuellement dans des colonies en Cisjordanie, jugées illégales au regard du droit international.

FUNÉRAILLES APRÈS UNE FRAPPE ISRAÉLIENNE

Le Hezbollah a organisé les funérailles de trois membres d'une même famille, deux combattants et une femme, tués la veille par une frappe israélienne, dans le sud du Liban. Des centaines de personnes étaient présentes à Houla, localité libanaise frontalière d'Israël, où un homme et son fils désignés mardi par un média d'État comme victimes civiles, ont ensuite été présentés par le Hezbollah libanais comme étant des combattants "morts en martyr".

NOUVEAU BILAN DU HAMAS

Le ministère de la Santé du Hamas annonce un nouveau bilan de 30.717 personnes tuées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien. Il a également fait état, dans un communiqué, de 86 morts au cours des dernières 24 heures et d'un total de 72.156 blessés depuis le 7 octobre.

AIDE HUMANITAIRE

Cette vidéo postée par le président Emmanuel Macron montre le largage d'aide humanitaire

BIDEN : "C'EST ENTRE LES MAINS DU HAMAS"

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé hier qu'un de ses convois humanitaires, son premier à destination du nord de Gaza depuis 15 jours, a été pillé par "une foule désespérée" après avoir été bloqué à un checkpoint israélien à l'intérieur du territoire palestinien.


Face à la catastrophe humanitaire, les États-Unis, principal soutien d'Israël, font pression pour un cessez-le-feu avant le ramadan, le mois sacré du jeûne musulman, qui commence le 10 ou le 11 mars. "C'est dans les mains du Hamas", a déclaré le président américain, jugeant que les Israéliens étaient "coopératifs".

BONJOUR

Bienvenue dans ce direct consacré à la guerre entre Israël et le Hamas. Retrouvez ici les dernières infos et les images fortes sur ce conflit.

Un convoi de nourriture du Programme alimentaire mondial (PAM) a été bloqué ce mardi par l'armée israélienne à l'entrée de la bande de Gaza puis pillé par "une foule désespérée", a indiqué l'agence onusienne. Le PAM, dont le siège est à Rome, a précisé que les 14 camions transportant environ 200 tonnes de nourriture avaient attendu pendant trois heures au checkpoint de Wadi Gaza, dans la localité de Zeitun au sud-est de l'enclave, mais n'avaient pas reçu l'autorisation d'aller plus loin. 

Les camions ont ensuite été pillés par "une foule désespérée qui s'est emparée du chargement", a précisé le PAM dans un communiqué. 

L'agence a indiqué qu'elle explorait tous les moyens d'acheminer de l'aide dans la bande de Gaza, mais qu'en fait la route était le seul moyen de transporter de la nourriture en quantité suffisante pour éviter la famine qui menace la population de l'enclave. 

Un parachutage effectué mardi, en collaboration avec l'armée de l'air jordanienne, a permis de larguer six tonnes de nourriture, soit une quantité suffisante pour 20.000 personnes, a indiqué l'agence. "Les parachutages sont une solution de dernier recours et ne permettront pas d'éviter la famine. Nous avons besoin de points d'entrée dans le nord de Gaza afin de livrer suffisamment de nourriture pour un demi-million de personnes qui en ont désespérément besoin", a déclaré Carl Skau, directeur exécutif-adjoint du PAM. 

La semaine dernière, M. Skau a déclaré au Conseil de sécurité des Nations unies qu'une famine était imminente dans le nord de la bande de Gaza si rien ne changeait.  L'ONU estime que 2,2 millions de personnes, soit la grande majorité de la population de l'enclave, sont au bord de la famine, en particulier dans le nord, où les forces israéliennes empêchent l'aide d'entrer.

Mardi, le PAM a déclaré que la faim avait atteint des "niveaux catastrophiques" dans le nord. "Les enfants meurent de maladies liées à la faim et souffrent de malnutrition sévère", a déclaré le PAM, appelant à la multiplication des points d'entrée dans la bande de Gaza, y compris dans le nord.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info