Le président républicain de la Chambre des représentants Mike Johnson a écrit ce vendredi qu'en l'état, tout texte sur de nouveaux financements pour l'Ukraine, ainsi que pour le renforcement de la frontière avec le Mexique, était "mort-né".
Suivez les dernières informations en direct.

LES VÉRIFICATEURS

Moscou a prétendu que des mercenaires français avaient été tués dans une frappe russe à Kharkiv, en Ukraine. Des comptes prorusses diffusent une liste de noms de membres de la Légion étrangère. Des informations fermement démenties à Paris.

CRASH D'UN AVION

Le président russe Vladimir Poutine a assuré ce vendredi que l'avion de transport militaire Il-76 qui s'est écrasé mercredi dans la zone frontalière avait été abattu par les forces ukrainiennes et que celles-ci savaient qu'il transportait, comme l'affirme Moscou, des prisonniers ukrainiens.


"Les services de renseignement de l'armée ukrainienne savaient que nous transportions 65 militaires (ukrainiens, ndlr) à bord. Ils l'ont abattu, par erreur ou volontairement, mais ils l'ont fait", a affirmé Vladimir Poutine.

AIDE AMÉRICAINE "IMPOSSIBLE EN L'ÉTAT"

Le président républicain de la Chambre des représentants Mike Johnson a écrit ce vendredi qu'en l'état, tout texte sur de nouveaux financements pour l'Ukraine, ainsi que pour le renforcement de la frontière avec le Mexique, était "mort-né".


"Si les rumeurs sur la teneur du projet de loi (actuellement débattu au Sénat, l'autre chambre du Congrès, ndlr) sont vraies, il serait mort-né avant même son arrivée devant la Chambre des représentants, a-t-il assuré dans une lettre aux députés américains.

RAPATRIEMENT DE SOLDATS DÉCÉDÉS

Les autorités ukrainiennes ont annoncé ce vendredi avoir rapatrié les corps de 77 soldats ukrainiens décédés. "Les dépouilles de 77 défenseurs ukrainiens ont été renvoyées vers le territoire contrôlé par le gouvernement", a indiqué le centre ukrainien de coordination chargé des prisonniers de guerre. "Ce rapatriement était prévu de longue date", a-t-il précisé.

DÉSINFORMATION PRO-RUSSE EN ALLEMAGNE

L'Allemagne a identifié une vaste "campagne de désinformation pro-russe" utilisant des milliers de faux comptes X (ex-twitter) et visant à attiser la colère à l'encontre du soutien accordé par le pays à l'Ukraine, affirme Der Spiegel vendredi.


Des experts mandatés par le ministère allemand des Affaires étrangères ont utilisé un logiciel spécialisé pour surveiller les messages publiés sur la plateforme en ligne X entre le 20 décembre et le 20 janvier, écrit l'hebdomadaire. Ils seraient tombés sur plus de 50.000 faux comptes d'utilisateurs qui, ensemble, auraient publié plus d'un million de messages en allemand sur X.

FRAPPES À KHARKIV : NOUVEAU BILAN

Une onzième personne est décédée à la suite d'une frappe russe mardi sur Kharkiv, grande ville de l'Est de l'Ukraine, annoncent aujourd'hui les services du procureur régional.


"Malgré les efforts des médecins, une femme de 61 ans est décédée à l'hôpital la nuit dernière", ont-ils déploré sur Telegram.

"MERCENAIRES FRANCAIS" EN UKRAINE

Paris a identifié une "manœuvre coordonnée de la Russie" pour diffuser de fausses informations impliquant la France, comme la présence présumée de "mercenaires" français combattant pour Kiev en Ukraine, a annoncé vendredi le ministère des Armées.


"Les services compétents de l’Etat ont identifié et suivent la manœuvre coordonnée de la Russie, y compris par les réseaux d’information pro-russes et les médias d’Etat tel que Sputnik News, RT et RIA Novosti, pour relayer et amplifier ces fausses informations", a indiqué le ministère dans un communiqué.

CRASH D'UN AVION

Un avion a été abattu ce mercredi matin au-dessus de Belgorod, en Russie. Moscou accuse Kiev d'être à l'origine du crash de cet avion et de ses "65 prisonniers de guerre". À l'heure actuelle, aucun élément ne permet de confirmer la version russe.

ACCUEIL DES UKRAINIENS DANS L'UE

Les ministres européens de l'Intérieur ont discuté jeudi de l'avenir de l'accueil des quelque 4,2 millions d'Ukrainiens qui bénéficient actuellement dans l'UE d'un statut de protection temporaire jusqu'en mars 2025.


"Comme vous le savez malheureusement la guerre n'est pas finie. Et les mesures de protection temporaire doivent s'arrêter en mars 2025. C'est plus tôt qu'il n'y paraît", a déclaré la secrétaire d'Etat belge à l'Asile et la Migration, Nicole de Moor, dont le pays assure la présidence semestrielle du Conseil de l'UE.

LA MAISON BLANCHE PRESSE POUR UNE AIDE A L'UKRAINE

La Maison Blanche a exhorté jeudi les sénateurs américains à parvenir à un accord pour une aide essentielle à l'Ukraine, après des informations selon lesquelles Donald Trump cherche à torpiller toute avancée sur ce dossier.  Selon des médias américains, le grand favori de la droite pour la présidentielle incite les républicains à s'opposer à l'accord pour priver son rival, le président démocrate Joe Biden, d'une victoire politique avant l'élection de novembre. 


Ces dernières semaines, les élus républicains ont mis la pression sur l'administration Biden en liant toute nouvelle aide à l'Ukraine à des mesures plus strictes contre l'immigration, un des thèmes de campagne de Donald Trump.

LE POINT SUR LA SITUATION

Voici les dernières informations marquantes sur le conflit : 


- La Russie et l'Ukraine se sont rejeté la responsabilité jeudi lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU après le crash la veille d'un avion militaire russe près de la frontière ukrainienne. La Russie a annoncé l'ouverture d'une enquête pour "terrorisme", Moscou accusant Kiev d'avoir abattu sciemment l'engin qui, selon les autorités russes, transportait 65 prisonniers ukrainiens. Le commissaire ukrainien aux droits humains, Dmytro Loubinets, a de son côté demandé à ce que l'ONU et la Croix-Rouge aient accès au site du crash.


- L'Ukraine a annoncé jeudi avoir abattu 11 drones sur 14 lancés par la Russie pendant la nuit et qui ont fait plusieurs blessés dans les régions du sud du pays.


- Des journalistes d'investigation en Ukraine ont été récemment visés par des opérations d'"intimidations" potentiellement liées aux enquêtes qu'ils mènent sur la corruption dans le pays, a regretté jeudi l'organisation Reporters sans frontières (RSF), qui dénonce "une multiplication des pressions contre les médias" ukrainiens.


- La justice russe a condamné jeudi à quatre ans de prison pour "extrémisme" Igor Guirkine, ardent nationaliste et vétéran du front ukrainien en 2014, devenu un détracteur du Kremlin tout en soutenant l'assaut contre l'Ukraine.

BONJOUR

Bienvenue dans ce direct consacré à la guerre en Ukraine. Retrouvez ici les dernières informations et les images fortes liées à ce conflit.

La Maison Blanche a exhorté ce jeudi les sénateurs américains à parvenir à un accord pour une aide essentielle à l'Ukraine, après des informations selon lesquelles Donald Trump cherche à torpiller toute avancée sur ce dossier. Selon des médias américains, le grand favori de la droite pour la présidentielle incite les républicains à s'opposer à l'accord pour priver son rival, le président démocrate Joe Biden, d'une victoire politique avant l'élection de novembre. 

Ces dernières semaines, les élus républicains ont mis la pression sur l'administration Biden en liant toute nouvelle aide à l'Ukraine à des mesures plus strictes contre l'immigration, un des thèmes de campagne de Trump. Un accord entre sénateurs républicains et démocrates semblait sur le point d'être conclu ces derniers jours.

Le budget destiné à l'aide à l'Ukraine s'est épuisé fin 2023 faute d'accord au Congrès, alors que Kiev s'inquiète de plus en plus du manque d'aide des États-Unis comme de l'Union européenne, ses principaux soutiens depuis l'invasion russe en février 2022.

À la Maison Blanche, on assure que l'administration Biden a géré ce dossier de "bonne foi" avec les républicains, notamment lors d'une réunion avec le président lui-même la semaine dernière. "Nous allons continuer à être de bonne foi et nous espérons que les républicains resteront à la table des négociations pour que nous y arrivions", a déclaré à la presse une porte-parole de la Maison Blanche, Olivia Dalton. 

D'autant que la Russie "surveille de près" l'évolution du soutien de Washington à l'Ukraine, a de son côté souligné John Kirby, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale des États-Unis. "L'Ukraine s'apprête à vivre des mois critiques, alors qu'ils sont en plein dans l'hiver et que le printemps approche. Et les Russes n'ont montré aucune intention de relâcher les attaques de drones et de missiles", a-t-il insisté. 


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info