Un avion militaire russe s'est écrasé en Russie mercredi avec 65 prisonniers ukrainiens à bord, rapportent les agences russes.
Au moins neuf personnes ont été blessées par des frappes russes dans la nuit de mardi à mercredi à Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine.
Suivez les dernières informations en direct.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

ENQUÊTE INTERNATIONALE

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé ce soir une enquête internationale sur l'affaire de l'avion russe abattu qui, selon Moscou, transportait des prisonniers ukrainiens en route vers un échange. "Il est évident que les Russes jouent avec les vies des prisonniers ukrainiens, avec les sentiments de leurs parents et les émotions de notre société", a-t-il déclaré dans son adresse quotidienne, sans confirmer ou démentir que les victimes étaient bien des prisonniers de son pays. 

Urgent

RÉUNION D'URGENCE

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira en urgence demain après-midi à la demande de Moscou qui a accusé l'Ukraine d'avoir abattu un avion de transport militaire russe, a annoncé mercredi la présidence française du Conseil. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, en visite à New York, avait réclamé plus tôt dans la journée cette réunion pour mercredi, mais elle aura lieu "demain après-midi 25 janvier à 17h" (22h GMT), a précisé la présidence.

REMERCIEMENTS

Sur X, le président ukrainien a remercié le chancelier allemand pour "ses efforts visant à garantir le soutien à long terme de l'Allemagne à l'Ukraine". Un peu plus tôt, Olaf Scholz avait estimé que l'Union européenne n'aidait pas suffisamment Kiev et avait appelé à renforcer la coopération avec le pays. Berlin a récemment porté son aide militaire annuelle à l'Ukraine à huit milliards d'euros.

SÉRIE

L'Ukraine a accusé  l'acteur serbe Milos Bikovic, qui devrait jouer dans la future saison de la série à succès "The White Lotus", de soutenir la Russie "depuis le début de l'invasion", dans un message destiné à la chaîne de télévision américaine HBO. Ce comédien de 36 ans, qui a obtenu la nationalité russe en 2021, a été décoré par le président Vladimir Poutine en 2018 pour contribution à la culture du pays.


"Milos Bikovic, un acteur serbe qui soutient la Russie depuis le début de l'invasion est censé jouer dans la saison 3 de 'The White Lotus', de HBO", s'est insurgé le ministère ukrainien des Affaires étrangères sur X (ex-Twitter). "HBO, ça ne vous dérange pas de travailler avec une personne qui soutient le génocide et viole le droit international ?", a-t-il ajouté, s'adressant à la chaîne de télévision qui produit le programme.

"LE DÉBUT DE LA FIN"

Boris Nadejdine, seul opposant à l'offensive en Ukraine à tenter de faire enregistrer sa candidature à la présidentielle russe de mars, a dit à l'AFP espérer que l'élection marquera le "début de la fin" pour Vladimir Poutine. Peu connu du grand public, ce vétéran de la vie politique a suscité un engouement inattendu ces derniers jours.


Des dizaines de milliers de Russes se sont mobilisés pour signer la pétition nécessaire à l'enregistrement de sa candidature en vue du scrutin qui se déroulera sur trois jours, du 15 au 17 mars. Il ne se fait guère d'illusions, tant la réélection de Poutine, au pouvoir depuis 2000, semble évidente. "Je sais bien que ce sera dur de battre Poutine le 17 mars de cette année. La force est de son côté, le système sécuritaire est de son côté, et un nombre important de gens qui n'ont jamais vu autre chose que Poutine à la télé sont de son côté", dit cet homme de 60 ans, aux bouc et cheveux gris coupés ras. 


"Mais j'espère que le 17 mars marquera peut-être la fin, le début de la fin de l'époque Poutine", ajoute-t-il, recevant l'AFP dans son modeste domicile, au deuxième étage d'un immeuble soviétique des années 1980, à Dolgoproudny, petite cité à vingt kilomètres de Moscou, où il est élu local.

Urgent

DEUX MORTS ET HUIT BLESSÉS

Une frappe russe a fait deux morts et huit blessés, dont un adolescent de 16 ans, aujourd'hui dans un village de la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, ont annoncé les autorités régionales. "Au moins 2 personnes ont été tuées et 8 blessées suite à une attaque à la roquette sur Girnyk", a indiqué Vadim Filachkine, à la tête de la région de Donetsk, accusant la Russie de cette attaque "ciblée" contre des civils.

EXERCICE MILITAIRE DE L'OTAN

L'exercice militaire Steadfast, plus grande simulation de guerre organisée par l'Otan depuis la fin de la Guerre froide, a débuté aujourd'hui à Norfolk, dans le nord-est des États-Unis, a annoncé l'Alliance dans un communiqué. Le USS Gunston Hall, un navire de guerre américain de transport et de débarquement, a quitté le port de Virginie mercredi pour une traversée de l'Atlantique vers l'Europe. Il sera suivi avant la fin du mois par un navire canadien, a précisé l'Otan.


Steadfast, qui mobilisera jusqu'à 90.000 soldats des deux côtés de l'Atlantique, doit, entre autres, vérifier la capacité de l'Alliance à mobiliser et transporter rapidement des troupes américaines pour "renforcer la défense de l'Europe", selon ce communiqué. Ces manoeuvres, qui s'étendront sur plusieurs mois de l'Atlantique au flanc Est de l'Otan, prendront la forme d'un scénario de conflit contre un "adversaire de taille comparable", selon la terminologie de l'Alliance, qui désigne ainsi, sans la nommer, la Russie, dont l'offensive de grande ampleur en Ukraine a commencé il y a près de deux ans.


Quelque 50 navires de guerre, 80 avions et 1.100 véhicules de combat prendront part à ce plus vaste exercice depuis celui de "Reforger" en 1988, en pleine Guerre froide entre l'Union soviétique et l'Alliance atlantique.

AVION ABATTU

Le renseignement militaire ukrainien (GUR) a affirmé ne pas avoir "d'informations fiables" sur les passagers de l'avion russe abattu mercredi, qui transportait selon Moscou 65 prisonniers ukrainiens, tout en confirmant qu'un échange avec la Russie était prévu dans la journée.


"Nous ne disposons pas actuellement d'informations fiables et complètes sur les personnes qui se trouvaient à bord de l'avion ou leur nombre", a indiqué le renseignement. "Un échange de prisonniers était prévu aujourd'hui, mais il n'a pas eu lieu", a-t-il ajouté, assurant que l'Ukraine n'avait "pas été informée" de la nécessité de sécuriser l'espace aérien dans la zone.

Urgent

COMBATS

L'armée russe a réussi à entrer pour la première fois dans la ville ukrainienne d'Avdiïvka, point chaud des combats dans l'Est, mais a été repoussée, a affirmé auojurd'hui son maire à l'AFP, nouvelle illustration des assauts répétés de Moscou dans le Donbass. "Des groupes de sabotage et de reconnaissance russes sont entrés dans la partie sud d'Avdiïvka, mais ils ont été repoussés", a déclaré Vitaly Barabach, estimant que la situation était "difficile mais sous contrôle".


"Ils n'y sont plus à l'heure actuelle, l'armée ukrainienne les a délogés et a repris ses positions", a-t-il assuré, mais "l'ennemi continue d'attaquer". Vitaly Barabach a confirmé qu'il s'agissait de la "première" incursion des forces russes dans cette cité industrielle de la région de Donetsk. Mais il n'a pas indiqué quand elle avait eu lieu ni combien de temps elle avait duré. Les forces russes tentent depuis des mois d'encercler Avdiïvka, où les soldats ukrainiens sont retranchés dans des positions fortifiées. Il s'agit de l'un des épicentres des combats depuis l'échec de la contre-offensive ukrainienne de l'été dernier.

"10 MILLIONS DE PLAINTES"

Dix millions de plaintes pourraient atterrir dans le répertoire international des dommages causés par la Russie en Ukraine, qui devrait être opérationnel dès avril, a annoncé mercredi le responsable de ce registre. "Je ne serais pas surpris qu'on atteigne les 10 millions", a déclaré devant la presse Markiyan Kliuchkovskyi, directeur exécutif du Registre des dommages de la guerre en Ukraine, une nouvelle institution internationale adossée au Conseil de l'Europe.


La création de ce registre a été décidée lors d'un sommet du Conseil de l'Europe à Reykjavik en mai dernier, afin de garder trace des dommages infligés par la Russie à l'Ukraine depuis l'invasion du 24 février 2022 et d'en calculer le montant, dans l'optique d'obtenir à terme des réparations.


"L'idée est de répertorier les plaintes relatives aux pertes humaines, aux blessures, à la torture et autres souffrances physiques, y compris les violences sexuelles, aux déplacements forcés ou aux déportations, aux pertes de revenus, à la destruction de logements et des entreprises, à l'environnement", a précisé Markiyan Kliuchkovskyi. Le juriste ukrainien a relevé que 4 à 6 millions d'Ukrainiens étaient réfugiés à l'étranger et que 2 millions étaient déplacés à l'intérieur même du pays. Mais il ne s'est pas risqué à évaluer le montant que pourrait atteindre la facture finale.

OLAF SCHOLZ "IRRITÉ"

Le chancelier Olaf Scholz a appelé les pays européens à augmenter leur soutien militaire à l'Ukraine, jugeant les contributions des 27 "pas assez élevées" et mettant en garde contre le risque d'une disparition des aides américaines, dans un entretien publié aujourd'hui. "L'Europe doit faire plus pour soutenir l'Ukraine dans la défense du pays", a déclaré le chancelier dans un entretien dans l'hebdomadaire Die Zeit.


"Les contributions prévues par les pays européens jusqu'ici pour 2024 ne sont pas assez élevées", a-t-il estimé. Le chancelier social-démocrate s'est dit "irrité" de se voir régulièrement reprocher en Allemagne un soutien trop hésitant. L'opposition conservatrice et des députés du FDP (libéraux) et des Verts, membres de sa coalition gouvernementale, le pressent depuis des mois de livrer des missiles longue portée Taurus, que lui réclame aussi l'Ukraine.

BELGOROD

L'armée ukrainienne a juré mercredi qu'elle continuerait à viser la région de Belgorod et l'aviation militaire russe pour se protéger des bombardements, quelques heures après le crash d'un avion de transport Il-76 près de la frontière avec l'Ukraine.


Dans un communiqué publié quelques heures après le crash, mais qui n'en fait aucune mention, l'armée a promis de continuer à "détruire les engins de livraison et contrôler l'espace aérien afin d'éliminer la menace terroriste, y compris dans la zone de Belgorod-Kharkiv" afin de lutter contre les frappes russes en Ukraine.

HÉLICOPTÈRES

L'Allemagne a annoncé, lors d'une réunion du groupe de contact pour la défense de l'Ukraine regroupant plus de 50 États et organisations, qu'elle allait fournir à Kiev "six hélicoptères polyvalents Sea King Mk41 de la Bundeswehr". L'armée allemande prendra en charge la formation des pilotes ukrainiens en Allemagne et fournira au pays des pièces de rechange pour ce type d'appareil. Les hélicoptères seront remis à Kiev à partir du deuxième trimestre 2024 et devraient lui permettre de surveiller plus efficacement la mer Noire.

"PAS DE CONCLUSIONS HÂTIVES"

Après le crash d'un avion militaire russe, des responsables ukrainiens ont appelé à ne pas "tirer de conclusions hâtives". Moscou accuse en effet Kiev d'avoir abattu l'engin, qui transportait 65 prisonniers de guerre ukrainiens dans la région de Belgorod. Contactées par l'AFP, les autorités de Kiev n'ont pas commenté l'incident. Seul le commissaire des droits humains de l'Ukraine, qui est en charge des questions d'échanges de prisonniers, s'est exprimé pour le moment sur la catastrophe, disant vouloir attendre "tous les détails".


"J'appelle les médias et les citoyens ukrainiens à ne pas tirer de conclusions hâtives", a ainsi réclamé sur les réseaux sociaux Dmytro Loubinets. "L'ennemi est insidieux. Nous connaissons tous les méthodes que la Russie utilise pour déstabiliser la société". Plus de 8000 Ukrainiens, dont plus de 1600 civils, se trouvent actuellement en captivité aux mains des Russes, selon Kiev.

LE MINISTERE RUSSE ACCUSE KIEV

Le ministère russe de la Défense a accusé Kiev d'avoir abattu mercredi un avion militaire russe transportant 65 prisonniers de guerre ukrainiens dans la région de Belgorod, assurant avoir observé "le lancement de deux missiles".


"Le régime de Kiev a commis un acte terroriste en abattant un avion de transport militaire russe qui effectuait un vol de l'aérodrome de Tchkalovski à Belgorod pour transporter des militaires ukrainiens en vue d'un échange", a affirmé le ministère, ajoutant que l'Ukraine "savait" que ces soldats seraient transportés par avion mercredi.

"DESACCORDS"

Le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal a reçu mercredi à Oujgorod son homologue populiste slovaque, Robert Fico, pour évoquer leurs "désaccords" concernant l'invasion russe et la poursuite de l'aide occidentale à l'Ukraine.


Signe des tensions, le Slovaque avait indiqué à la veille de cette rencontre dans l'ouest de l'Ukraine que la vie était "normale" à Kiev, le jour même d'un bombardement massif russe, minimisant l'ampleur de la guerre que la Russie y mène. "Malgré nos désaccords, nous avons l'intention de mener avec le gouvernement slovaque une politique pragmatique qui bénéficiera aux deux pays", a affirmé Denys Chmygal mercredi sur ses réseaux sociaux.


Le responsable ukrainien s'est ainsi dit "convaincu" que la réunion du jour avec Robert Fico, leur première depuis l'élection du dirigeant slovaque en octobre 2023, permettra d'"ouvrir une nouvelle page" dans les relations Kiev-Bratislava.

AUCUN SURVIVANT DANS LE CRASH

Personne n'a survécu au crash mercredi d'un avion militaire russe dans la région de Belgorod, frontalière de l'Ukraine, a indiqué le gouverneur local, alors que l'appareil transportait 74 personnes, dont 65 prisonniers de guerre ukrainiens.


"Toutes les personnes à bord ont été tuées", a indiqué Viatcheslav Gladkov sur Telegram. Selon le ministère russe de la Défense, 65 prisonniers de guerre ukrainiens, six membres d'équipage et trois accompagnateurs étaient dans l'avion.

LES DÉPUTÉS RUSSES CONTRE LES "FAUSSES INFORMATIONS"

Les députés russes ont voté mercredi en première lecture un projet de loi visant à confisquer l'argent et les biens de toute personne reconnue coupable d'avoir diffusé des "fausses informations" sur l'armée. 


Dans les faits, le projet de loi ne prévoit pas de confisquer absolument tous les biens d'une personne condamnée mais de saisir son argent et ses fonds "utilisés ou destinés" à financer des activités "criminelles", des termes qui restent toutefois très vagues.

MOSCOU ACCUSE KIEV D'AVOIR ABATTU L'AVION

Le président de la Douma russe, la chambre basse du Parlement, a accusé mercredi Kiev d'avoir abattu l'avion qui s'est écrasé dans la matinée dans la région de Belgorod avec 65 prisonniers ukrainiens à bord.


"Ils ont tué dans les airs leurs propres soldats, leurs mères, leurs enfants les attendaient", a-t-il proclamé à l'hémicycle. "Ils ont abattu nos pilotes qui effectuaient une mission humanitaire (...) avec des missiles américains et allemands", a dénoncé Viatcheslav Volodine face aux députés russes.

LES DÉPUTÉS RUSSES DÉNONCENT LES "MERCENAIRES" FRANÇAIS

Les députés russes ont voté mercredi une résolution dénonçant la présence présumée de "mercenaires" français combattant pour Kiev en Ukraine, une accusation démentie par Paris qui la voit comme une nouvelle campagne de désinformation du Kremlin.


"Il est regrettable que les autorités françaises, qui ont été autrefois avec notre pays l'un des initiateurs de la détente politico-militaire en Europe, prolongent avec leurs actions l'agonie du régime nazi de Kiev", indique cette résolution adressée à l'Assemblée nationale française et publiée sur le site de la Douma, la chambre basse du Parlement russe.

CRASH D'UN AVION EN RUSSIE

Un avion de transport militaire russe Il-76 transportant 65 prisonniers de guerre ukrainiens s'est écrasé mercredi dans la région de Belgorod, frontalière de l'Ukraine, a annoncé le ministère russe de la Défense, selon les agences russes.


"Vers 11h00 de Moscou (08H00 GMT), un avion Il-76 s'est écrasé dans la région de Belgorod (...) À bord se trouvaient 65 soldats prisonniers de l'armée ukrainienne, transportés vers la région de Belgorod en vue d'un échange, six membres d'équipage et trois accompagnateurs", a indiqué le ministère.

9 BLESSÉS À KHARKIV

Au moins neuf personnes ont été blessées par des frappes russes dans la nuit de mardi à mercredi à Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, a annoncé le gouverneur régional, au lendemain de bombardements ayant fait 18 morts dans le pays.


"L'attaque a fait neuf blessés, dont un enfant, une fillette de 4 ans, qui a été soignée sur place", a déploré sur Telegram Oleg Synegoubov, le responsable ukrainien de la région éponyme, précisant que "quatre personnes ont été hospitalisées : deux hommes et deux femmes".


Au cours de cette attaque, des maisons mais aussi des installations de télécommunication ont été endommagées, selon cette même source.

ARMES NORD CORÉENNES

Le "Guardian" a récemment dévoilé  des images satellites prises par les services de renseignement britanniques. On y voit trois navires russes récupérant des containers dans un port nord-coréen.

Depuis plusieurs semaines, les Occidentaux accusent Pyongyang de fournir des armes à Moscou pour soutenir son invasion de l'Ukraine.

OTAN : FEU VERT POUR LA SUÈDE

Les pays occidentaux ont salué le nouveau pas de la Suède vers l'Otan après le vote favorable du Parlement turc. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a convié son homologue suédois à Budapest pour tenter de lever les derniers obstacles à une entrée du pays nordique dans l'Otan.


Le feu vert donné mardi par le parlement turc à une écrasante majorité, met un point final à 20 mois de tractations qui ont testé la patience des alliés occidentaux d'Ankara, désireux de faire front uni face à Moscou dans le contexte de l'invasion de l'Ukraine.

VOLODYMYR ZELENSKY

Le président ukrainien a promis hier une réponse forte après avoir annoncé un bilan d'au moins 18 civils tués et 130 blessés au cours de frappes aériennes russes nocturnes sur Kiev et Kharkiv. "Plus de 200 sites différents ont été touchés, dont 139 bâtiments d'habitation (...) 130 personnes ont été blessées, toutes reçoivent l'aide nécessaire. Malheureusement 18 personnes sont mortes", a déclaré Volodymyr Zelensky sur Telegram, indiquant que ce bilan pouvait augmenter.

BONJOUR

Bienvenue dans ce direct consacré à la guerre en Ukraine. Retrouvez ici les dernières informations et les images fortes liées à ce conflit.

Le Kremlin a assuré mardi que les Européens commençaient à tourner le dos à l'Ukraine. "Les Européens se rendent bien compte qu'ils ont jeté leur argent par les fenêtres", a déclaré le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, aux agences de presse russes. Une nouvelle pique de Moscou au moment où la poursuite de l'aide suscite des tensions internes à l'UE et aux États-Unis.

À ses yeux, le président ukrainien Volodymyr Zelensky est ainsi "dans une position très difficile". "Il ne reçoit plus d'argent, il n'y a pas assez d'obus pour lui à l'étranger et il a des ennuis chez lui", en Ukraine, a-t-il ajouté.

Le Kremlin s'efforce ces dernières semaines de présenter les pays occidentaux, principaux soutiens de Kiev, comme désunis face à la marche à suivre concernant l'Ukraine après quasiment deux ans d'assaut russe. Le ton est beaucoup plus optimiste à Moscou depuis l'échec de la contre-offensive ukrainienne l'an passé.

En l'état, le front qui s'étend en Ukraine sur environ 1.000 km est figé, à l'avantage de l'armée russe qui occupe près de 20% du territoire de son voisin et qui a pu ces derniers mois renforcer ses positions tout en mobilisant l'industrie nationale pour lui fournir les munitions nécessaires à la poursuite de son offensive.

Mardi, Dmitri Peskov s'est également réjoui des dissensions au sein de la classe politique américaine, les républicains bloquant toujours une aide importante destinée à Kiev. "À un moment donné, Biden a dit qu'il s'agissait d'un investissement pour les Américains", a-t-il dit au sujet de l'aide à l'Ukraine. "Si l'on s'en tient à ça (...), alors il a fait faillite", a affirmé le porte-parole. L'Ukraine dit de son côté craindre l'effritement du soutien occidental, après deux années de conflit qui ont usé les opinions publiques et à l'approche d'importantes échéances électorales dans l'UE - européennes en juin - et aux États-Unis - présidentielle en novembre.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info