Une nouvelle éruption volcanique a débuté ce 14 janvier dans le sud-ouest de l'Islande.
L'éruption touche le village voisin de Grindavik, où plusieurs maisons ont pris feu.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

L'ACTIVITÉ VOLCANIQUE S'EST CALMÉE

L'activité volcanique dans le sud-ouest de l'Islande semble s'être calmée, a indiqué lundi la protection civile islandaise, au lendemain d'une éruption qui a touché la ville portuaire de Grindavik, mettant le feu à trois habitations. "La nuit s'est déroulée sans incident", a déclaré Hjördis Gudmunsdóttir, porte-parole de la Protection civile islandaise. "Nous sommes allés observer (le site de l'éruption, ndlr) et nous pouvons dire" que le flot de lave y est moins important. Le déplacement de magma provenant de la deuxième fissure, plus petite, semble s'être arrêté, a-t-elle ajouté auprès de la radio-télévision publique islandaise.

NOUVEAU RÉVEIL DU FAGRADALSFJALL

Une nouvelle éruption volcanique est en cours en Islande, les rares habitants de la ville de Grindavik qui étaient revenus, ont à nouveau été évacués à 3h du matin dimanche. Le soir, la lave a atteint les premières maisons. Pour les spécialistes, cette nouvelle séquence volcanique ne fait que commencer. 

Islande : nouveau réveil pour le volcanSource : JT 20h WE

LE POINT SUR LA SITUATION

Un port de pêche touché par l'éruption. La lave d'un volcan, entré en éruption dimanche à proximité du port de pêche de Grindavik, dans le sud-ouest de l'Islande, a mis le feu à trois habitations de la localité, dont les habitants avaient été évacués un peu plus tôt. Il s'agit de la cinquième éruption volcanique en Islande en près de trois ans, la précédente ayant eu lieu dans la soirée du 18 décembre  dans ce même secteur. 


La dernière fois que la lave atteignait des habitations, c'était il y a 51 ans", s'est remémoré le président, Gudni Johannesson, lors d'une rare adresse sur la télévision publique. "On espère que cela va se calmer, que tout le monde va pouvoir rentrer mais (...) tout est possible. Il faut garder espoir", a-t-il ajouté. 


"Une journée noire pour l'Islande." S'exprimant lors d'un point presse, la Première ministre islandaise, Katrin Jakobsdottir, a déploré "une journée noire pour Grindavik et pour toute l'Islande". "Mais le soleil se lèvera à nouveau", a-t-elle promis. "Ensemble, nous ferons face à ce traumatisme". Grindavik, qui compte 4000 habitants, avait été évacuée le 11 novembre par mesure de précaution après des centaines de séismes provoqués par le déplacement du magma sous la croûte terrestre - signe précurseur d'une éruption.


Une évacuation en mode accélérée. Les autorités avaient lancé samedi soir un ordre d'évacuation de la ville d'ici lundi en raison de l'activité sismique et de son impact sur les crevasses déjà existantes dans la ville. Elles ont donc dû accélérer le rythme pendant la nuit. Cette décision fait suite à la disparition mercredi d'un Islandais de 51 ans qui travaillait dans un jardin privé lorsque le sol s'est soudainement dérobé sous ses pieds. L'homme, qui n'a pas été retrouvé, a fait une chute de plus de trente mètres dans une crevasse.

ALERTE RELEVÉE

À l'annonce d'une nouvelle éruption, la protection civile islandaise a décidé de hausser le niveau de risque dans la zone à "urgent".

"PROTÉGER LES INFRASTRUCTURES"

Sur le réseau social X, le président islandais a partagé une vue aérienne de l'éruption, assurant que des "mesures étaient en train d'être prises pour protéger les infrastructures".

"LA MÊME FORCE DEPUIS ENVIRON UNE HEURE"

Dans son dernier bulletin météorologique, l'IMO a fait savoir que l'éruption en cours avait "gardé la même force depuis environ une heure". Avec la nouvelle fissure d'où s'écoule de la lave qui a atteint Grindavik, "les failles et les fractures existantes ont été réactivées et de nouvelles fractures se sont probablement formées" dans la ville, évacuée dans la nuit.

PRISE DE PAROLE PRÉSIDENTIELLE

Suite à la nouvelle éruption en Islande, le président Gudni Johannesson doit s'exprimer à 20h, heure locale, soit 21h à Paris, selon la chaine d'audiovisuel publique RUV. Avant cette prise de parole, un  comité ministériel de coordination se réunit à 17h en Islande, soit 18h à Paris.

UNE MAISON INHABITÉE

Selon des informations de la ville de Grindavík, la première maison qui a été incendiée par la coulée de lave n'avait pas été habitée. Le couple propriétaire vivait ailleurs dans la ville, dans une maison elle-même gravement endommagée par les tremblements de terre de novembre.

UNE ÉRUPTION À SUIVRE

Le média islandais RUV a installé une webcam permettant de suivre la progression en direct de la nouvelle coulée de lave. 

DEUX MAISONS INCENDIÉES

D'une nouvelle fissure apparue à la mi-journée, s'écoule de la lave qui a atteint Grindavik, photographiée ci-dessous. Deux maisons ont pris feu au contact de la coulée.

Suite à une nouvelle éruption volcanique près de Grindavik, une coulée de lave a atteint la ville, brulant deux maisons, ce dimanche 14 janvier 2024.
Suite à une nouvelle éruption volcanique près de Grindavik, une coulée de lave a atteint la ville, brulant deux maisons, ce dimanche 14 janvier 2024. - Halldor KOLBEINS / AFP

REPORTAGE

Malgré les digues construites pour protéger la ville, les coulées poursuivent inexorablement leur chemin vers Grindavik. "On est pas du tout en capacité de savoir quand est-ce que ça va s'arrêter ou si ça va épargner la ville", confie un guide français, présent sur place. Un reportage à retrouver dans l'article ci-dessous.

CINQUIÈME ÉRUPTION EN TROIS ANS

Il s'agit de la cinquième éruption volcanique en Islande en près de trois ans. La précédente a eu lieu dans la soirée du 18 décembre dans ce même secteur, situé à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale Reykjavik. Ces nombreuses éruptions sont le signe, pour les volcanologues, d'une reprise de l'activité volcanique dans la région.

LES AVIONS PEUVENT TOUJOURS CIRCULER

Dans un message sur le réseau social X, le président islandais, Guðni Th. Jóhannesson a expliqué qu'à la suite de cette nouvelle éruption, "aucune vie n'est en danger, mais les infrastructures pourraient être menacées." Par ailleurs, "les vols ne sont pas interrompus", a précisé le président.

DEUX FISSURES

L'éruption a débuté vers 8h au nord de Grindavik, selon l'office météorologique islandais (IMO). Une première fissure s'est créée "des deux côtés des défenses qui ont commencé à être construites au nord de Grindavík", à environ 450 mètres de la ville. 


À la mi-journée, l'IMO annoncé qu'"une nouvelle fissure s'est ouverte juste à l'extérieur des limites de la ville de Grindavik". C'est celle-ci qui a atteint Grindavik, provoquant l'incendie des deux maisons. Pour le maire de Grindavik, Fannar Jónasson, la nouvelle fissure "crée une nouvelle situation" mais "on ne peut rien faire", jugeant la situation inquiétante.

PHOTOS AÉRIENNES DES COULÉES

Le média islandais RUV a publié des photos aériennes des coulées de lave, dont celle qui a atteint Grindavik.

DEUX MAISONS ONT PRIS FEU

L'éruption volcanique en cours dans le sud-ouest de l'Islande a atteint le port de Grindavik et deux maisons ont pris feu après avoir été atteintes par de la lave, selon les images de surveillance diffusées par la télévision publique. Cette nuit, les quelques dizaines d'habitants qui s'étaient réinstallés fin décembre à Grindavik ont été évacués, quelques heures avant le début de l'éruption.

Une nouvelle éruption volcanique a débuté en Islande, dans la matinée du dimanche 14 janvier au nord de la ville de Grindavik. Elle fait suite à une précédente éruption au mois de décembre dans la même région, dans le sud-ouest du pays, selon l'office météorologique islandais (IMO). C'est au cours de la nuit de samedi à dimanche que l'activité sismique s'est fortement accélérée, provoquant l'évacuation en vitesse des 4000 habitants de Grindavik vers 3h, d'après les médias islandais.

Eruption volcanique, Islande, décembre 2023
Eruption volcanique, Islande, décembre 2023 - VOGAR, ISLANDE

La 4ᵉ éruption en deux ans

De fait, en décembre, les scientifiques étaient incapables de dire si l'éruption était définitivement derrière eux. "L'activité volcanique semble s'être arrêtée tard dans la nuit d'hier ou tôt dans la matinée", avait indiqué l'agence publique le 22 décembre, dans un communiqué, tout en ajoutant : "Malgré cela, il est possible que de la lave s'écoule en dessous, dans des canaux fermés et il n'est donc pas possible d'affirmer que l'éruption est terminée". 

Cette éruption, la quatrième en deux ans, a eu lieu dans la soirée du 18 décembre. Le phénomène avait débuté à la suite d'une série de tremblements de terre, enregistrés à trois kilomètres de Grindavik. La ville avait été évacuée dès le 11 novembre à l'issue d'une importante accumulation de magma.


C.Q avec AFP

Tout
TF1 Info