Un nuage de pollution a envahi la capitale indienne New Delhi, plongée dans un épais brouillard ce lundi 13 novembre.
D'autres villes du pays sont concernées par cet intense épisode, notamment provoqué par les pratiques agricoles.
Découvrez les images en vidéo.

La capitale indienne asphyxiée par la pollution. New Delhi est plongé ce lundi dans un épais brouillard. La métropole d'Inde, qui figure parmi les mégalopoles les plus polluées de la planète, subit ces derniers jours un épisode particulièrement intense, au cours duquel la visibilité est fortement réduite (voir vidéo en tête de cet article).

L'indice de qualité de l'air y atteint un maximum de 420, selon le groupe suisse IQAir, le plus haut niveau possible qualifié de "dangereux" pour la santé. Il équivaut à près de 40 fois le niveau maximum recommandé par l'Organisation mondiale de la Santé.

Money SHARMA / AFP
Money SHARMA / AFP

En cause, notamment, l'activité agricole dans les campagnes environnantes. "Chaque année, les mêmes causes produisent les mêmes effets", indique auprès de nos confrères du journal Ouest-France Sunil Dahiya, analyste au Centre de recherche sur l'énergie et l'air pur. "Les États agricoles du nord pratiquent le brûlis après les moissons de blé, dont la fumée dégagée représente près d'un tiers de la pollution." Le reste ? "Les transports et la construction", habituels facteurs de pollution dans cette ville de 31 millions d'habitants.

Ces derniers jours, un nouvel élément est venu s'y ajouter : "le nombre très important de pétards, très polluants, que font exploser les habitants durant la saison des fêtes hindoues", poursuit la spécialiste. Dès lors, d'autres villes du pays subissent une pollution intense. Calcutta (160) et Bombay (155) figurent actuellement dans le top 6 des villes les plus polluées du monde, toujours selon IQAir, et se trouvent dans la catégorie "mauvais pour la santé" (il faut moins de 50 pour que la qualité de l'air soit qualifiée de "bonne").

Le gouvernement indien tente tant bien que mal que mettre un terme à cet épisode, en prenant certaines mesures, comme la fermeture des écoles, l'interdiction de la circulation de certains véhicules ou une limitation des activités du bâtiment. Mais selon l'AFP, l'exécutif est aussi accusé par ses détracteurs d'ignorer délibérément la part de l'agriculture dans cette pollution, les agriculteurs des États voisins étant un lobby électoral puissant.

La pollution en Inde est devenue un sujet récurrent. Une étude publiée par le journal médical The Lancet en 2020 a estimé qu'elle avait fait l'année précédente près de 1,7 million de morts dans le pays.


I.N

Tout
TF1 Info