Le sud du Brésil est touché par d'historiques inondations, plongeant des villes entières sous les eaux.
Ce vendredi, un dernier bilan fait état de 29 morts et de 60 disparus.
Le président Lula s'est rendu sur place jeudi, alors que les précipitations vont se poursuivre.

Glissements de terrain, villes entièrement submergées, coulées de boue... L'État du Rio Grande do Sul, dans le sud du Brésil, connaît ces derniers jours un épisode d'inondations historiques pour la région. Son gouverneur, Eduardo Leite, parle même du "pire désastre climatique" observé dans cette zone du pays, frontalière de l'Uruguay et de l'Argentine. "Je veux déplorer profondément toutes les vies perdues, a-t-il lancé jeudi 2 mai. Il y a 29 morts recensés actuellement, et avec la douleur la plus profonde, je sais qu'il y en aura davantage." 60 disparus sont également à déplorer.

Du ciel, plusieurs images dévoilent des secteurs entiers de communes sous les eaux. Seuls les toits des maisons sont encore parfois perceptibles au milieu d'une eau couleur marron. "Je n'ai jamais rien vu de tel, déplore Raul Metzel, un habitant de Capela de Santana, une de ces localités touchées de plein fouet par les intempéries. Tout est sous l'eau et ça va encore s'aggraver. C'est impossible de dormir, on ne sait pas à quel point le niveau de l'eau va continuer à monter."

Seuls les toits des maisons résistent encore à la montée des eaux.
Seuls les toits des maisons résistent encore à la montée des eaux. - GUSTAVO GHISLENI/AFP

Lula venu au soutien des sinistrés

Face à l'urgence de la situation, l'"état de calamité publique" a été déclaré mercredi soir dans cet État par les autorités. Pour soutenir les secours, l'envoi de plus de 600 militaires a été annoncé en renfort des forces déjà présentes sur le terrain et pour distribuer des vivres aux sinistrés. Jeudi, le président Lula s'est déplacé dans la région. À cette occasion, il a promis que le Rio Grande do Sul "ne manquera pas de moyens" humains dans les prochains jours pour faire face à ces conditions météorologiques dantesques.

De larges zones de la région du Rio Grande do Sul sont sous les eaux.
De larges zones de la région du Rio Grande do Sul sont sous les eaux. - GUSTAVO GHISLENI/AFP
Des radeaux de fortune sont utilisés par les habitants pour évacuer.
Des radeaux de fortune sont utilisés par les habitants pour évacuer. - MAURO PIMENTEL/AFP

Au total, au moins 154 localités ont été touchées par des inondations. Les évacuations d'habitants se sont multipliées ces dernières heures : plus de 10.000 personnes ont dû quitter leur domicile, dont quelque 4600 ont été accueillies dans des lieux d'hébergement. La population semble désemparée par l'ampleur des dégâts. Certains sont inquiets pour leurs proches, comme Claudio Oliveira, un mécanicien de 54 ans rencontré à Capela de Santana. Une partie de sa famille est domiciliée à une vingtaine de kilomètres de la ville. "Nous ne pouvons rien faire, regrette-t-il. (...) Je ne peux pas les amener chez moi, car nous ne pouvons pas aller les chercher."

L'inquiétude des prochaines heures est désormais celle de l'arrivée de nouvelles pluies ce vendredi. En effet, de fortes précipitations ont été annoncées par l'institut de météorologie du pays. 


T.A. avec AFP

Tout
TF1 Info