Explosion à Beyrouth : le Liban toujours meurtri

EN IMAGES - Beyrouth, ville meurtrie : la désolation au lendemain des explosions

La rédaction de LCI
Publié le 5 août 2020 à 13h20
JT Perso

Source : TF1 Info

DÉVASTATION - La ville de Beyrouth a été en partie détruite par deux explosions survenues dans la zone portuaire. Plusieurs quartiers de la ville sont en ruine. Les habitants traumatisés.

Vitres brisés, sol jonché de débris, voitures éventrées, toitures déformées ou même soufflées par l'explosion... Beyrouth s'est réveillée traumatisée ce mercredi quelques heures après deux très violentes explosions survenues dans la zone portuaire.  La moitié de la ville est détruite ou touchée. Les secouristes tentent de venir en aide aux victimes. Épaulés par l'armée, ils ont cherché toute la nuit des survivants ou des morts coincés sous les décombres. Selon le dernier bilan de la Croix-rouge libanaise, qui ne cesse de s'alourdir, plus de 100 personnes ont été tuées et plus de 4.000 autres blessées.

Le port et sa marchandise dévastés par l'explosion

Dans les ruines fumantes du port, où est survenue la double explosion, les dégâts sont immenses. Un gigantesque silo à grains a fondu, détruisant toute la marchandise. La vue aérienne montre les céréales s'écoulant des réservoirs jusque dans la mer, alors que la zone a été soufflée sur des kilomètres, jusqu'aux immeubles d'habitation en second plan.

Des quartiers résidentiels soufflés

Dans l'épicentre de l'explosion, le paysage est apocalyptique. Les voitures sont calcinées, le sol jonché de bris de verre et de débris des bâtiments soufflés par l'explosion. Les vitrines des magasins et les façades des immeubles sont arrachées. Comme le constate le photoreporter de l'AFP Patrick Baz, ainsi que les équipes de LCI/ TF1 sur place.

Les Beyrouthins retournent à leur habitation ou sur leur lieu de travail, quittés dans la précipitation la veille, dès la première détonation, ou les premières secousses. Dans le quartier partiellement détruit de Mar Mikhael, les survivants tentent de retrouver les disparus, d'autres de réunir leurs biens, foulant le sol de leur appartement en ruine, fuyant des rues dévastées. Les derniers blessés sont évacués, la plupart tentent aujourd'hui de quitter la capitale.

Le Conseil de défense national libanais a déclaré Beyrouth zone "sinistrée" et le Premier ministre libanais, Hassan Diab a appelé les alliés du Liban à "soutenir" le pays. Le Président libanais, Michel Aoun, a annoncé débloquer 100 milliards de livres libanaises (55 millions d'euros) de financement d'urgence, alors que le pays est déjà en proie à un effondrement économique sans précédent et que les hôpitaux sont déjà submergés en raison de la pandémie de Covid-19.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info