Ukraine : neuf mois de guerre

En plein conflit ukrainien, "l'Acte fondateur" mettant fin à la guerre froide entre l'Otan et la Russie fête ses 25 ans

Idèr Nabili
Publié le 27 mai 2022 à 13h47
JT Perso

Source : JT 20h WE

Si le 27 mai 2022 marque le début du quatrième mois de guerre en Ukraine, le 27 mai 1997 devait permettre à l'Otan et à la Russie d'entrer dans une nouvelle ère.
Réunies à Paris, les deux parties avaient signé un accord pour mettre fin à la guerre froide : l'Acte fondateur.

"L'Otan et la Fédération de Russie construiront ensemble une paix durable." Trois mois après le début de la guerre en Ukraine, cette phrase semble à des années-lumière de la situation diplomatique mondiale. C'est pourtant par ces mots que débutait, il y a 25 ans, l'Acte fondateur signé par les deux parties, à Paris.

Un texte pour "éliminer la rivalité"...

Après quatre décennies de guerre froide, le président français Jacques Chirac accueille à Paris ses homologues américain, Bill Clinton, et russe, Boris Eltsine. Tous deux acceptent de signer "l'Acte fondateur sur les relations, la coopération et la sécurité mutuelles entre l'Otan et la Russie". Le texte indique que l'organisation militaire transatlantique et le plus grand pays du monde par la taille "ne se considèrent pas comme des adversaires".

Au contraire, Otan et Russie s'engagent à "éliminer les vestiges de l'époque de la confrontation et de la rivalité", en construisant "une Europe stable, pacifique, sans division, entière et libre, au profit de tous ses peuples". Il s'agit même de s'abstenir "du recours à la menace ou à l'emploi de la force l'une contre l'autre, ainsi que contre tout autre État, sa souveraineté, son intégrité territoriale ou son indépendance politique". À la suite de la signature, Boris Eltsine annonce le démantèlement des ogives nucléaires dirigées vers l'Otan.

...qui n'aura pas tenu longtemps

Un quart de siècle plus tard, les mots choisis ne seraient sans doute pas les mêmes. Mais il n'a pas fallu attendre 2022 pour voir les relations entre l'Otan et la Russie se dégrader. Un an à peine après la signature de l'Acte fondateur, les deux parties ne s'entendent pas lors de la guerre au Kosovo. Moscou, qui soutient les Serbes, menace d'un "retour à la guerre froide" si l'Otan intervient. Le 26 mars 1999, deux jours après les premiers bombardements de l'Otan sur la Yougoslavie, le président Boris Eltsine demande au représentant de l'Otan de quitter Moscou et gèle la coopération militaire.

Lire aussi

Les tensions repartent de plus belle lorsque l'organisation transatlantique intègre en son sein, en 1999, trois anciens membres du Pacte de Varsovie (Hongrie, République tchèque, Pologne). Moscou met alors en garde contre l'admission d'anciennes républiques soviétiques. Mais l'Otan accueille, le 29 mars 2004, les pays baltes (Estonie, Lituanie, Lettonie), ainsi que la Bulgarie, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie, puis entrouvre la porte en avril 2008 à une adhésion de l'Ukraine et de la Géorgie, et ces dernières semaines de la Suède et de la Finlande. L'Acte fondateur paraît bien loin.


Idèr Nabili

Sur le
même thème