La Corée du Sud a annoncé, lundi, avoir placé en orbite un deuxième satellite militaire espion.
Une opération menée alors que la compétition s'intensifie avec son voisin du nord.
Séoul prévoit d'envoyer cinq autres engins dans l'espace d'ici 2025.

C'est le deuxième lancement réussi en moins d'un an. La Corée du Sud a annoncé, lundi 8 avril, avoir placé en orbite un second satellite militaire espion. La fusée Falcon 9 de Space X, utilisée pour l'opération, a été lancée à 23h17 GMT et le satellite s'est séparé avec succès du lanceur 45 minutes plus tard avant d’entrer dans l'orbite visée, selon un communiqué de l’armée sud-coréenne. Ce nouveau lancement intervient alors que Séoul et son voisin du nord, Pyongyang, se sont lancés dans une véritable course à l'espace.

"Avec le succès du lancement du deuxième satellite espion militaire, notre armée a acquis une capacité de surveillance indépendante supplémentaire et a encore renforcé sa capacité de chaîne d'exécution", s'est félicité devant la presse le porte-parole du ministère de la Défense, Jeon Ha Gyu. En décembre dernier, Séoul avait déjà mis en orbite un premier satellite espion. Au total, la Corée du Sud prévoit de lancer cinq engins de ce type d'ici 2025, grâce notamment au soutien des États-Unis. Mais un tel projet risque d'entretenir les tensions avec la Corée du Nord, en permettant à Séoul d'étendre ses capacités de surveillance de la péninsule.

De nouveaux lancements prévus

Les deux Corées se sont d'ailleurs lancées dans un bras de fer dans ce domaine alors que Pyongyang avait lancé son premier satellite espion, Malligyong-1, en novembre 2023 après deux tentatives ratées. Le pays avait par la suite affirmé que son appareil avait déjà fourni des images des principaux sites militaires sud-coréens et américains, notamment du Pentagone. Le 31 mars, Pak Kyong-sun, vice-directeur général de l'administration nationale de la technologie aérospatiale de Corée du Nord, avait déclaré que le pays prévoyait de lancer plusieurs autres satellites de reconnaissance cette année. Le dirigeant Kim Jong Un avait quant à lui déjà assuré qu'il prévoyait de lancer trois autres satellites militaires d'espionnage dans l'espace en 2024.

Le ministre de la Défense sud-coréen a d'ailleurs estimé, lundi, que la Corée du Nord pourrait prochainement lancer de nouveaux satellites. "Il semble qu'ils prennent des dispositions supplémentaires", a déclaré Shin Won-sik lundi, estimant probable un lancement le 15 avril par Pyongyang. Cette date marque l'anniversaire de la naissance du dirigeant fondateur de la Corée du Nord, Kim Il Sung et est généralement célébrée par des essais d'armes importants ou des défilés militaires.


Axel JUIN

Tout
TF1 Info