La Chine face à une nouvelle flambée de Covid-19

Confinement à Shanghai : les habitants excédés se font entendre par un concert de casseroles

Samuel AZEMARD avec AFP
Publié le 29 avril 2022 à 16h41, mis à jour le 29 avril 2022 à 22h33
JT Perso

Source : JT 20h WE

Depuis un mois, la ville est confinée pour endiguer la flambée du variant Omicron.
Des vidéos montrent les habitants de Shanghai protester, casseroles à la main à leur fenêtre.
Un mouvement que les autorités locales tentent à tout prix de censurer.

Ce vendredi 29 avril, les autorités ont rapporté 52 morts supplémentaires dans la métropole de Shanghai, tous non-vaccinés. La Chine déclare donc poursuivre sa stratégie zéro Covid, qui consiste en différentes mesures, comme le dépistage massif ou encore les confinements de quartiers ou de villes dès l'apparition de cas. Largement épargné depuis deux ans, le géant asiatique affronte sa pire flambée épidémique depuis le printemps 2020. Le ministère de la Santé a encore annoncé plus de 15.500 nouveaux cas positifs au cours des dernières 24 heures.

Avec la flambée du variant Omicron, Shanghai se retrouve confinée depuis un mois.  Une situation compliquée pour les habitants qui dépendent du ravitaillement en provisions proposé par les comités de quartiers.  Ils se plaignent de n’avoir pas suffisamment de légumes frais ni de viande. Un appel à la protestation a donc été lancé via les applications et les réseaux sociaux. L’objectif est clair : faire du bruit ! Sur les différentes plateformes en ligne, on peut lire des messages comme "Sortez vos bassines, vos casseroles et faites du bruit ".

"Ils ont tous été arrêtés le jour même"

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, rapidement censurées, montrent des résidents frappant sur des casseroles à leurs fenêtres. Certains comités de résidence ont, eux aussi, voulu se faire entendre. "Des forces étrangères incitent les habitants de Shanghai à protester contre le travail de prévention et de contrôle de l’épidémie. Rentrez chez vous", crient les hauts parleurs des comités. 

Sur la messagerie WeChat, des groupes de résidents ont été créés pendant ce confinement, pour se vendre de la nourriture. Certains habitants craignent des représailles des autorités locales, "Ils ont tous été arrêtés le jour même. Les habitants de la résidence ont déclaré avoir vu des policiers entrer dans différents bâtiments. Mais il y a eu quand même beaucoup de bruit ce soir. Ça a duré 30 minutes ", peut-on lire sur la messagerie. 

Lire aussi

Le confinement représente un défi logistique titanesque puisqu'il faut ravitailler 25 millions d'habitants malgré le manque de livreurs. Les censeurs de l'internet effacent la plupart des contenus faisant état de dysfonctionnements administratifs ou de plaintes des habitants. Une censure qui alimente le mécontentement des habitants. Le concert de casseroles devient une habitude, car il a été à nouveau effectuer ce vendredi soir à 20 heures,  heure locale. 

Si beaucoup de pays ont levé leurs restrictions sanitaires après leurs campagnes de vaccination, Pékin estime cette stratégie impossible à court terme et trop risquée pour son système de santé.


Samuel AZEMARD avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info