Espagne : un exil en République Dominicaine pour Juan Carlos ?

La rédaction de LCI
Publié le 4 août 2020 à 17h44
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

ROYAUTÉ - D'après plusieurs médias espagnols, l'ex-roi aurait choisi la Républicaine Dominicaine pour son exil, annoncé lundi 3 août. Le Palais royal s'est refusé à communiquer toute information.

Un lieu de villégiature qui fait jaser. Quelques heures après l'annonce du départ en exil de Juan Carlos, la presse espagnole semble avoir une idée du pays où l'ancien roi aurait élu domicile. A savoir la République Dominicaine, où le monarque déchu, 82 ans, serait hébergé chez des amis.

De l'autre côté des Pyrénées, c'est le quotidien ABC, favorable à la monarchie, qui a vendu la mèche. El Mundo et la Vanguardia lui ont emboîté le pas et écrivent qu'il devrait résider quelque temps chez des amis dans ce pays des Caraïbes. Une information à prendre pour l'instant avec des pincettes : selon le journal en ligne El Confidencial, Juan Carlos pourrait se trouver au Portugal, où il passé sa jeune enfance. Mais aussi en France ou en Italie, où il a des parents.

Le Palais-Royal se refuse à tout commentaire

Assailli par les médias, le Palais royal s'est refusé à commenter ces spéculations. "La seule information que nous avons est celle qui a été publiée hier sur le site de la Maison Royale", a déclaré un porte-parole. De son côté, la reine émérite Doña Sofia - dont Juan Carlos vit séparé depuis longtemps - est toujours en Espagne, a appris l'AFP mardi 4 août de source proche du Palais royal.

Seule certitude : si son exil doré sous le soleil de République Dominicaine se confirmait, il pourrait constituer une nouvelle polémique pour Juan Carlos. Une de plus pour l'ancien souverain : en 2012, les Espagnols apprenaient que leur roi s'était cassé la hanche lors d'un safari de luxe au Botswana payé par un homme d'affaires saoudien en compagnie de sa maîtresse, une femme d'affaires allemande. Le scandale était devenu intenable et le roi avait fini par abdiquer en faveur de son fils, en 2014. 

Depuis, la justice suisse enquête sur une commission de 100 millions de dollars qu'il aurait touchée de l'Arabie saoudite sur un compte en Suisse en 2008. Raison pour laquelle la Cour suprême espagnole a annoncé en juin l'ouverture d'une enquête sur son éventuelle responsabilité pénale, mais uniquement pour des faits commis depuis son abdication. 


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info