Espionnage des Européens par les USA et le Danemark : des faits "extrêmement graves" si avérés, déclare Clément Beaune

F.R. avec AFP
Publié le 31 mai 2021 à 10h55
Espionnage des Européens par les USA et le Danemark : des faits "extrêmement graves" si avérés, déclare Clément Beaune

Source : LUDOVIC MARIN / AFP

RENSEIGNEMENTS - D'après une enquête de plusieurs médias européens, publiée ce dimanche 30 mai, l’agence de renseignement américaine aurait espionné certains dirigeants, dont Angela Merkel, avec l'aide des services danois.

"C'est extrêmement grave". Au lendemain des révélations de plusieurs médias, affirmant que des responsables européens ont été espionnés par les services de renseignement américains, aidés par ceux du Danemark, le secrétaire d'État français aux Affaires européennes, Clément Beaune a vivement condamné ces pratiques. 

D'après la chaîne de télévision publique danoise Danmarks Radio (DR),  qui a eu accès à un rapport interne des services de renseignement de 2015, la National Security Agency (NSA) américaine s'est branchée sur des câbles de télécommunication danois, en vertu des accords de coopération en termes de défense qui lient le Danemark et les États-Unis. 

La manœuvre américaine avait pour but d'espionner des responsables de premier plan et de hauts fonctionnaires en Allemagne, en Suède, en Norvège et en France, de 2012 à 2014. Parmi les personnalités politiques concernées figure notamment la chancelière allemande Angela Merkel

Entre alliés, il doit y avoir une confiance, une coopération minimale

Clément Beaune

"Il faut vérifier si nos partenaires de l'UE, Danois, ont commis des erreurs ou des fautes dans leur coopération avec les services américains [...] Et puis du côté américain, voir si en effet, il y a eu [...] l'écoute, l'espionnage de responsables politiques, ce qu'on ne doit pas banaliser", a déclaré sur franceinfo le secrétaire d'État.

"On n'est pas dans un monde de Bisounours, donc ce genre de comportement, malheureusement, peut arriver, on va le vérifier", a-t-il affirmé, précisant qu'"entre alliés, il doit y avoir une confiance, une coopération minimale". Clément Beaune n'a également pas écarté l'idée d'en "tirer les conséquences en termes de coopérations".

Lire aussi

Le secrétaire d'État a par ailleurs affirmé ne pas connaître l'identité des Français qui auraient été ainsi espionnés.


F.R. avec AFP

Tout
TF1 Info