Assaut du Capitole : Donald Trump au centre du "complot"

Assaut du Capitole : les pressions de Donald Trump sur son vice-président Mike Pence révélées dans une enquête

A. B. avec AFP
Publié le 17 juin 2022 à 6h49, mis à jour le 17 juin 2022 à 8h20
JT Perso

Source : JT 20h WE

Lors d’une nouvelle audition de la commission d’enquête, les détails des pressions exercées par Donald Trump à l’égard de son vice-président ont été dévoilés ce jeudi.
Le président a tout fait pour que Mike Pence ne certifie pas la victoire de Joe Biden à la présidentielle.

"Je crois que si le vice-président Pence avait obéi aux ordres de son président (…), cela aurait plongé l’Amérique dans une révolution au beau milieu d’une crise constitutionnelle". Les mots du juge Luttig devant la commission d’enquête ont donné ce jeudi le ton de cette nouvelle audition, consacrée en partie aux pressions subies par le vice-président des États-Unis afin que la victoire de Joe Biden ne soit pas certifiée. 

La commission d'enquête a dévoilé le plan précis élaboré par l'avocat John Eastman pour Donald Trump en décembre 2020, visant à exploiter les failles de la loi sur le comptage électoral et à bloquer l'accession de Joe Biden à la Maison Blanche. Sous pression, Mike Pence s'est alors tourné vers plusieurs experts juridiques qui lui avaient assuré qu'il n'avait aucune marge de manœuvre légale et devait certifier à tout prix la victoire de Joe Biden. 

Le groupe d’élus a ainsi révélé un échange téléphonique entre Mike Pence et Donald Trump qui a eu lieu dans la matinée du 6 janvier 2021. "La conversation était tendue", s'est rappelée Ivanka Trump, alors présente dans le Bureau ovale. Plusieurs insultes auraient même été adressées au vice-président, selon d'anciens conseillers de Donald Trump. 

Des manifestants pro-Trump à quelques mètres du vice-président

Une heure  après cet appel, toujours le 6 janvier, Donald Trump s'est présenté devant des supporters venus à Washington, en lançant : "Mike Pence, j’espère que vous allez vous battre pour le bien de notre pays, de notre Constitution. Sinon, je vais être extrêmement déçu." Des menaces à peine voilées. Quelques minutes après ce discours de Trump, Mike Pence a publié une lettre dans laquelle il a affirmé qu’il ne se plierait pas aux pressions du président. 

Au même moment, des manifestants pro-Trump ont commencé à se presser autour du Congrès. Parmi eux, certains ont appelé à "pendre Mike Pence". Sur Twitter, Donald Trump s’est agacé une nouvelle fois que le vice-président n’ait "pas eu le courage de faire ce qui était nécessaire pour protéger le pays".

Lire aussi

La séance de certification interrompue, Mike Pence s'est alors réfugié dans les souterrains du Capitole durant toute la durée de l’assaut. Devant la commission, il a révélé que des manifestants se sont trouvés à seulement une "douzaine de mètres de lui". Le retour au calme s'est fait après plusieurs heures de chaos. Depuis la Chambre des représentants, le vice-président a alors promis que "ceux qui ont semé la zizanie" n’avaient pas "gagné", certifiant de fait officiellement l’élection de Joe Biden.  

Après de longs mois de silence, Mike Pence avait déjà évoqué publiquement l'horreur du 6 janvier lors d'un discours en Floride, mi-février.


A. B. avec AFP

Tout
TF1 Info