Dans le Missouri, Orlando Harris, un adolescent de 19 ans, a ouvert le feu lundi dans son ancien lycée et tué deux personnes.
"Il semble qu'il soit entré dans le bâtiment avec plus de 600 munitions sur lui", selon la police locale.
D'après cette dernière, la tuerie aurait pu empirer sans la réactivité des forces de l'ordre.

Le drame aurait pu devenir encore plus "horrible". Un adolescent armé, qui a tué lundi deux personnes dans son ancien lycée du Missouri, dans le centre des États-Unis, se trouvait en possession de 600 balles, a annoncé mardi la police locale. Âgé de 19 ans, Orlando Harris a tué une professeure de sport ainsi qu'une jeune fille de 16 ans et blessé sept autres personnes, avant d'être abattu par les forces de l'ordre lundi à Saint-Louis.

L'adolescent était armé d'un fusil semi-automatique de type AR-15 et en possession de plusieurs chargeurs attachés à sa poitrine, en plus de ceux qu'il avait rangés dans son sac. "Il semble qu'il soit entré dans le bâtiment avec plus de 600 munitions sur lui", a déclaré le chef de la police locale, Mike Sack, lors d'une conférence de presse mardi. La réactivité des agents de police, qui ont indiqué être arrivés sur place quatre minutes après un appel d'urgence, a permis d'éviter un drame encore plus "horrible", a-t-il affirmé.

"J'ai été solitaire et isolé toute ma vie"

Une lettre retrouvée par la police dans la voiture du tireur exposait les motivations de son attaque. "Je n'ai pas d'amis. Je n'ai pas de famille. Je n'ai jamais eu de petite amie. Je n'ai jamais eu de vie sociale. J'ai été solitaire et isolé toute ma vie. C'était une tempête parfaite pour un tireur de masse", a-t-il écrit sur ce document, comme le rapporte la chaîne de télévision américaine ABC News. Toujours selon elle, Orlando Harris avait terminé son cursus dans ce lycée l'an passé et ne présentait pas d'antécédents criminels. Les autorités ont déclaré lundi qu'elles "soupçonnaient qu'il pouvait souffrir d'une maladie mentale"

Joe Biden a exprimé mardi ses pensées et celle de son épouse Jill envers "tous ceux touchés par la fusillade insensée de Saint-Louis". "Alors que nous portons le deuil avec (le lycée), nous devons agir, à commencer par bannir les fusils d'assaut", a tweeté le président américain. "Nous avons besoin de mesures supplémentaires pour mettre fin au fléau de la violence armée", a appuyé lundi la porte-parole de la Maison-Blanche, Karine Jean-Pierre, rapporte ABC News. 

Orlando Harris aurait aussi laissé dans sa voiture une liste d'autres fusillades commises précédemment aux États-Unis, avec le nom des tireurs et leur nombre de victimes, souhaitant que son nom s'ajoute à ce triste registre, relève The Independent. Selon CNN, 67 fusillades ont eu lieu dans des écoles américaines rien que depuis le début de l'année, faisant de ce problème un véritable un fléau dans le pays. 

Pas plus tard que lundi, un adolescent qui a tué l'an dernier quatre élèves dans son lycée à Oxford, dans le Michigan, a plaidé coupable. En mai, 19 écoliers et deux enseignantes ont été tués dans une école primaire d'Uvalde, au Texas. Un massacre commis dans un lycée en Floride, le 14 février 2018 à Parkland, faisant 17 morts, avait déclenché un vaste mouvement national, avec la jeunesse en fer de lance, pour exiger un encadrement plus strict des armes individuelles aux États-Unis.

Banni en 1994 avec d'autres fusils semi-automatiques, l'AR-15 avait été de nouveau autorisé en 2004 et s'est trouvé depuis au cœur de la polémique pour son utilisation dans de nombreuses fusillades, dont celle d'Uvalde et de Parkland.


M.L (avec AFP)

Tout
TF1 Info