Chine, Arabie Saoudite… Les hôtels de Trump ont gagné des millions de dollars venus de puissances étrangères pendant son mandat

Publié le 5 janvier 2024 à 7h58, mis à jour le 5 janvier 2024 à 8h29

Source : TF1 Info

Les entreprises de Donald Trump auraient reçu au moins 7,8 millions de dollars de la part d'une vingtaine de gouvernements étrangers.
Le chiffre a été publié dans un rapport des élus démocrates de la Chambre des représentants, aux États-Unis.
Ces sommes ont été dépensées dans les hôtels de l'ancien président par des pays comme la Chine ou l'Arabie Saoudite.

Peut-on être président de la première puissance économique au monde et gérer ses hôtels comme si de rien n'était ? Pas lorsque cela implique des millions de dollars de transactions venues de puissances étrangères. Selon un rapport publié ce jeudi 4 janvier par des élus démocrates de la Chambre des représentants, aux États-Unis, les entreprises de Donald Trump auraient perçu au moins 7,8 millions de dollars venus de l'étranger. Une somme astronomique dépensée par pas moins de 20 gouvernements étrangers qui séjournaient dans les hôtels de l'ancien président alors qu'il était encore à la Maison Blanche.

La Chine, pays le plus généreux

Ces transactions sont détaillées dans un rapport de 156 pages. Intitulé "Maison Blanche à vendre" et rédigé par les démocrates de la commission de surveillance de la Chambre des représentants, il constitue des preuves concrètes que des "princes, des premiers ministres et des chefs de gouvernement ont payé le président Trump". Des millions de dollars ont en effet été versés aux hôtels du magnat de l'immobilier à Washington, à Las Vegas et à ses deux établissements new-yorkais en 2017 et 2018.

Une révélation d'autant plus fracassante que parmi ces gouvernements étrangers, on trouve des représentants de pays qui desservent les intérêts des États-Unis. Le plus généreux d'entre eux est d'ailleurs un État historiquement concurrent : la Chine. Au total, l'ambassade de Chine aux États-Unis, la Banque industrielle et commerciale du pays et la Hainan Airlines Holding Company ont versé 5,5 millions de dollars dans ces hôtels de luxe. L'Arabie saoudite, deuxième pays le plus dépensier, a déboursé plus de 615.000 dollars dans la Trump World Tower, à New York, et le Trump International Hotel, à Washington.

Une pratique qui va à l'encontre de la Constitution américaine. Celle-ci interdit en effet aux titulaires de fonctions fédérales d'accepter de l'argent, des paiements ou des cadeaux "de quelque nature que ce soit" de la part de gouvernements et de monarques étrangers, à moins d'avoir obtenu "le consentement du Congrès". Une autorisation que n'a jamais demandée Donald Trump, comme le note le rapport des démocrates. De quoi pousser l'élu Jamie Raskin, représentant de la commission de surveillance, à accuser l'ancien locataire de la Maison Blanche d'avoir "privilégié ses intérêts financiers personnels et les priorités politiques de puissances étrangères corrompues au détriment de l'intérêt public américain". "L'ancien président Trump a violé à la fois les commandements clairs de la Constitution et les précédents établis et respectés par tous les précédents commandants en chef", écrit l'élu dans l'avant-propos du rapport.

Des accusations balayées d'un revers de main par Eric Trump. Le fils du milliardaire a déclaré dans un courrier que la banque chinoise mentionnée dans le rapport a signé un bail de 20 ans à la Trump Tower en 2008, près d'une décennie avant que son père n'entre en fonction. Il a par ailleurs souligné qu'il n'était pas dans les "capacités" de la Trump Organization "d'empêcher quelqu'un de faire des réservations" dans ses hôtels.


Felicia SIDERIS

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info