Mort de George Floyd : l'indignation mondiale

Deux ans après le meurtre de George Floyd, Joe Biden tente d'engager une réforme de la police

Aurélie Loek
Publié le 26 mai 2022 à 13h29
JT Perso

Source : TF1 Info

Le président américain Joe Biden a signé un décret ouvrant à une réforme de la police.
De nombreuses mesures ont été introduites pour lutter contre les violences policières.
Cette réforme est cependant limitée et ne s'appliquera qu'aux agences fédérales.

La réforme est présentée comme "historique" par la Maison Blanche. Deux ans jour pour jour après le meurtre de George Floyd par un policier à Minneapolis, qui avait déclenché d'immenses manifestations contre le racisme et les violences policières, le président américain Joe Biden a signé, au cours d'une cérémonie, un décret encadrant plus strictement le maintien de l'ordre au niveau fédéral.

Des mesures pour lutter contre les violences policières

Ce décret prévoit de nombreuses mesures. Il crée ainsi un nouveau registre recensant les procédures disciplinaires et signalements de policiers. Il permet également la généralisation de l'utilisation de caméras-piétons pour les agents. Concernant l'usage de la force, il interdit, sauf cas exceptionnel, les techniques d'étranglement, limite l'utilisation d'équipements militaires pour des opérations de maintien de l'ordre et demande, en règle générale, de privilégier des solutions de désescalade. 

Une partie du décret revient par ailleurs sur le recrutement des forces de l'ordre. Décidé à avoir "une force de maintien de l'ordre inclusive, diversifiée, experte et responsable", Joe Biden recommande d'adopter une nouvelle approche du recrutement des agents avec pour objectif d'éviter d'employer des personnes qui "feraient la promotion de la violence illégale, de la suprématie blanche". 

Le décret demande aussi, entre autres, qu'une formation contre les préjugés sexistes ou racistes soit dispensée une fois par an aux policiers ou que les données concernant les incidents lors de recours à la force soient plus facilement disponibles.

Lire aussi

Pour autant, la réforme est limitée. En effet, le décret adopté par le président américain ne s'imposera qu'aux agences fédérales. États et collectivités locales, dotés aux États-Unis de pouvoirs de police et de justice étendus, seront libres d'adopter ou pas les mesures. Pour que la réforme soit engagée à tous les échelons, il aurait fallu une loi, votée par le Congrès. Or, le président démocrate n'a pas réussi à le faire passer, malgré ses promesses de campagne. 

Malgré la date symbolique, l'annonce de cette réforme est intervenue dans un contexte difficile, au lendemain de la fusillade qui a eu lieu dans une école au Texas qui a fait 21 morts, dont 19 enfants. Destiné à montrer "ce que nous pouvons faire ensemble pour guérir l'âme de cette nation", le décret paraît donc surtout illustrer toute la limite des pouvoirs de Joe Biden pour transformer son pays.


Aurélie Loek

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info