États-Unis : deux procureurs épinglent les conflits d'intérêts de Trump et le poursuivent pour violation de la Constitution

Ambre DEHARO
Publié le 12 juin 2017 à 8h22
États-Unis : deux procureurs épinglent les conflits d'intérêts de Trump et le poursuivent pour violation de la Constitution

JUSTICE – Les procureurs fédéraux du Maryland et du District of Columbia ont décidé de poursuivre le président américain, affirmant qu’il viole la clause anti-corruption de la Constitution américaine.

Donald Trump encore (et toujours) dans la tourmente. Lors de l’élection du milliardaire new-yorkais, de nombreux employés du gouvernement et des agences gouvernementales avaient soulevé la question des possibles conflits d’intérêts au sein de l’administration en raison des intérêts financiers et commerciaux de l’empire bâti par Donald Trump dans le monde entier. Le président élu avait alors déclaré qu’il laisserait la gestion de son empire à ses fils. 

Or, selon les procureurs fédéraux de l’État du Maryland et du District of Columbia, le simple fait que Donald Trump soit toujours propriétaire de son entreprise signifie qu’il viole la clause anti-corruption inscrite à l’article 1, section 9 de la Constitution américaine. D’où leur décision de poursuivre le président américain en justice pour un procès inédit, annonce le Washington Post.

Lire aussi

Selon ces deux procureurs fédéraux démocrates, Donald Trump n’a pas respecté sa promesse de séparer son devoir envers le peuple américain et ses intérêts entrepreneuriaux privés. Notamment car il reçoit régulièrement des notes concernant la santé financière de son entreprise. Si un juge fédéral décide de se charger de l’affaire, l’une des premières étapes serait de demander des copies des déclarations d’impôts du président américain, explique le Washington Post, afin d’évaluer la part de transactions réalisées avec des entreprises étrangères. Or, le chef d’État a systématiquement refusé de dévoiler au grand public ses déclarations d’impôts, pendant sa campagne et toujours à ce jour, du jamais vu outre-Atlantique. Selon les deux procureurs fédéraux, il est très probable que la bataille judiciaire se termine sur le bureau de la Cour Suprême. 

Donald Trump se sépare de sa somptueuse villa à Saint-Martin estimée... à 25 millions d'eurosSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Des soupçons de conflits d'intérêts qui persistent

"Ce procès, c’est avant tout pour que les habitants du Maryland, du Disctrict of Columbia et tous les Américains puissent enfin avoir un gouvernement honnête", a déclaré le procureur du Maryland Brian Frosh dans le Washington Post. "Cette clause anti-corruption indique très clairement que le président doit placer l’intérêt du pays en premier et non ses intérêts personnels". Ce procès, disent les deux procureurs, vise à faire la lumière sur les conflits d’intérêts entre le président Donald Trump et son empire industriel. "Nous le poursuivons car le président n’a pas pris les mesures adéquates afin de se séparer de ses intérêts d’entrepreneur", insistent-t-il, dénonçant la passivité du Congrès américain sur le dossier. 

Lire aussi

Les deux hommes prennent en exemple l’ouverture du Trump International Hotel à Washington, l’an passé, situé tout près de la Maison Blanche. Comme le rapporte le Washington Post, l’ambassade du Koweït y a organisé récemment un événement après avoir effectué une première réservation dans un autre grand hôtel de luxe de la ville, le Four Seasons. 

L’Arabie Saoudite, première destination étrangère de Donald Trump le mois dernier lors de sa tournée internationale inaugurale, a également réservé plusieurs chambres dans l'établissement à plusieurs reprises depuis l’investiture du président, toujours à travers un intermédiaire. De quoi se poser la question de possibles conflits d'intérêts et d'intenter un procès.


Ambre DEHARO

Tout
TF1 Info