Assaut du Capitole : Donald Trump au centre du "complot"

Trump candidat pour 2024 ? "La date de son annonce n'est pas choisie au hasard"

par Virginie FAUROUX
Publié le 15 novembre 2022 à 18h54, mis à jour le 16 novembre 2022 à 20h14
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Donald Trump a convoqué la presse ce mardi soir dans sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago, en Floride.
Va-t-il annoncer son grand retour sur la scène politique, ou remettre en question les mauvaises performances de ses poulains aux élections de mi-mandat ?
On a posé la question à la politologue Marie-Cécile Naves, spécialiste des droites américaines.

S'apprête-t-il à redescendre dans l'arène ? Donald Trump devrait annoncer ce mardi sa candidature à la présidentielle américaine de 2024, a assuré Jason Miller, un de ses conseillers. Le milliardaire républicain a en effet promis une "très grande annonce" depuis sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago, en Floride, à 21 heures, heure locale, prédisant même - en toute simplicité - que mardi pourrait bien être "l'une des journées les plus importantes de l'histoire des États-Unis". Trump a tellement fait monter les attentes qu'une reculade serait difficile, et ce, malgré la performance plus que mitigée du camp républicain aux élections de mi-mandat, notamment de la part de candidats qu'il a lui-même adoubés. Mais l'homme d'affaires n'est plus à une surprise près : "c'est le roi du teasing", comme nous l'explique Marie-Cécile Naves, directrice de recherche à l'Iris, spécialiste des États-Unis contemporains. 

Il n'y a pas de mea culpa à prévoir, mais plutôt un message agressif.

Marie-Cécile Naves

Cette annonce a-t-elle du plomb dans l'aile après les résultats mitigés des conservateurs ?

Marie-Cécile Naves : Ce sera peut-être sa candidature ou ce n'est peut-être pas ça, on n'est certain de rien. Trump va prendre la parole pour restaurer son image qui est affaiblie, parce qu'un nombre croissant de leaders du parti républicain le mettent en cause. Il est critiqué pour des raisons objectives, à savoir que beaucoup de candidats qu'il a soutenus, notamment chez ceux qui ont mis en doute l'élection de Biden, ont été battus. La dernière en date, Kari Lake - qui a échoué lundi à s'emparer du siège de gouverneure de l'Arizona - est un nouveau revers très remarqué. Du coup, c'est difficile de savoir ce que Trump va faire. Une chose est sûre, s'il a invité la presse, c'est qu'il va annoncer quelque chose. Et le faire de façon à renverser le récit pour le tourner à son avantage. Il n'y a donc pas de mea culpa à prévoir, mais plutôt un message agressif qui pourrait être un peu sur le mode : "Le parti est contre moi, c'est donc bien que j'ai raison". D'autant qu'une partie de l'électorat conservateur s'est déjà tourné vers un autre possible prétendant à la Maison Blanche et résident de Floride : son gouverneur Ron DeSantis. 

"Couper l'herbe sous le pied de ses rivaux"

Pourquoi un timing aussi précoce ? Est-ce stratégique ?

Je pense que la date n'est pas choisie au hasard, car son ancien vice-président, Mike Pence, sort ses mémoires ce mardi. (Dans ce livre, il accuse notamment Trump d'avoir mis sa vie et celle de sa famille en danger par son discours le 6 janvier 2021, jour de l'assaut du Capitole. Mike Pence, qui se trouvait au Capitole pour superviser la certification des résultats de l'élection de 2020, avait dû se cacher pour échapper aux émeutiers, à l'instar de nombreux parlementaires des deux bords, ndlr). Mike Pence a déjà fait une interview lundi soir sur la chaîne américaine ABC, affirmant que le milliardaire républicain n'était pas le meilleur candidat pour 2024. Donc, il est certain que la prise de parole de Trump ce mardi est faite pour couper l'herbe sous le pied des autres récits. 

Lire aussi

Réputé imprévisible, Trump peut-il changer de calendrier à la dernière minute ?

Ses ennuis judiciaires pourraient compliquer sa tâche. C'est d'ailleurs pour ça qu'il veut se représenter, car une nouvelle présidence lui assurerait une immunité pendant quatre ans. Pour le moment, sa stratégie est d'occuper l'espace au vu des messages négatifs qui s'accumulent. Il faut qu'il reprenne la main pour apporter un autre discours sur lui-même et ne pas subir.


Virginie FAUROUX

Tout
TF1 Info