La Cour suprême révoque le droit à l'avortement, ouvrant la voie à son interdiction

Avortement : après le Missouri, ces autres États américains où il risque d'être interdit

Aurélie Loek
Publié le 25 juin 2022 à 7h00
JT Perso

Source : TF1 Info

La décision de la Cour suprême de révoquer l'arrêt "Roe v. Wade" n'interdit pas directement l'avortement aux États-Unis.
Chaque état est cependant libre de l'interdire.
Or, certains l'ont déjà banni, à l'instar du Missouri.

À peine la décision de la Cour suprême avait été annoncée que le Missouri réagissait. Dans un tweet accompagné d'une image le montrant en train de ratifier un texte, puis dans une vidéo, Eric Schmitt, procureur général de cet État, a fait savoir que l'avortement y était "véritablement" banni. L'État ne disposait plus que d'une clinique permettant une telle opération. "C'est un jour monumental pour le caractère sacré de la vie", s'est-il réjoui. 

L'annonce de cet État conservateur du centre des États-Unis n'est pas isolée. La révocation de l'arrêt "Roe v. Wade" était attendue. Si sa révocation n'interdit pas directement l'avortement, elle donne cette possibilité aux différents états. Dans la foulée de son annonce, plusieurs ont d'ores et déjà déclaré prendre des mesures pour interdire les interruptions volontaires de grossesse sur leur territoire.

Treize États devraient déjà interdire l'avortement

Après le Missouri, la gouverneure républicaine du Dakota du Sud, Kristi Noem, a prévenu que l'avortement était désormais illégal dans cet État du nord des États-Unis, en vertu d'une loi dite "zombie" ou "gâchette" qui avait été rédigée à l'avance, pour entrer en vigueur automatiquement en cas de changement de jurisprudence à la Cour suprême. Ont notamment suivi l'Arkansas et l'Oklahoma, où les autorités ont appliqué immédiatement la nouvelle interdiction.

Au Texas, le procureur général Ken Paxton a également indiqué que "l'avortement était maintenant illégal" dans son État, ajoutant par ailleurs vouloir créer un jour férié pour fêter cette décision. Cet État, comme le Tennessee, ont en fait un délai de 30 jours entre la publication de l'arrêt et l'entrée en vigueur du nouvel interdit.

En tout, ce sont treize états sur les 50 qui devraient adopter des mesures dans le mois qui vient pour interdire ou très fortement contraindre l'avortement, obligeant les femmes qui s'y trouvent à accomplir des centaines, voir des milliers de kilomètres pour pouvoir avorter.

Lire aussi

Par ailleurs, quatre États supplémentaires (Géorgie, Iowa, Ohio et Caroline du Sud) disposent de lois interdisant les avortements dès que les battements de cœur de l'embryon sont perceptibles, soit vers six semaines de grossesse, quand la plupart des femmes ignorent encore être enceintes. Bloquées par la justice, car elles violaient le cadre légal en vigueur jusque-là, elles pourront désormais entrer en vigueur.


Aurélie Loek

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info