Le second procès de Donald Trump

Procès en destitution : la défense de Bruce Castor, l'avocat de Trump, tourne au fiasco

TG
Publié le 10 février 2021 à 12h45, mis à jour le 11 février 2021 à 10h47
JT Perso

Source : TF1 Info

MALAISE TV - Bruce Castor, l'un des avocats de Donald Trump jugé depuis mardi suite aux événements du Capitole, a loupé son entrée. L'homme s'est pris dans le tapis, s'attirant les critiques et les moqueries des sénateurs. Et la colère de son puissant client.

"Il parlait pour ne rien dire." Aussitôt la première journée du procès de Donald Trump achevée, les critiques ont fusé à l'égard de Bruce Castor. L'avocat, qui défend l'ancien président accusé d'avoir soufflé sur les braises dans l'assaut du Capitole le 6 janvier, a en effet manqué son entrée en scène. Et s'est attiré les foudres du magnat de l'immobilier, qui a préféré rester en Floride.

Sur les bancs des sénateurs démocrates mais aussi des républicains, les commentaires acerbes se sont vite faits entendre. "J'ai entendu beaucoup d'avocats plaider et ce n'était pas l'un des meilleurs", a vilipendé John Cornyn, sénateur républicain, précisant que l'homme de loi parlait "pour ne rien dire." Sa consœur, la sénatrice Lisa Murkowski s'est, elle, dite "atterrée" : "Je ne vois pas où il voulait en venir".

Donald Trump furieux de la prestation de son avocat

Les démocrates, eux, ne se sont pas privés d'ironiser. "Je vais relire la transcription pour voir si je peux trouver un passage cohérent", a lancé le sénateur Richard Blumenthal. "Les arguments de la défense étaient faibles et alambiqués, c'est le moins qu'on puisse dire", a ajouté l'élu de la Chambre des représentants Adam Schiff sur Twitter, où les internautes se sont aussi déchainés contre l'avocat, l'un d'eux se demandant s'il avait reçu son diplôme "dans un distributeur de chewing-gum".

En faisant l'unanimité contre lui, Bruce Castor a mal débuté ce procès historique. À sa décharge, celui qui fut longtemps procureur d'un comté de Pennsylvanie a rejoint in extremis la défense de l'ancien président après la démission de cinq de ses avocats.  Il n'empêche : sa prise de parole, lundi, a tourné au fiasco. Il a multiplié les digressions sur les sénateurs "des gens extraordinaires" qui "suscitent la fierté" de leurs électeurs et les métaphores sibyllines ("les vannes ouvertes", "le pendule politique"...)

Lire aussi

Pas déstabilisé par ces critiques, Bruce Castor a déclaré à la presse que "la journée avait été bonne" et qu'il "ne changerait rien" lors des prochaines audiences. Rien n'est moins sûr. Selon deux sources anonymes citées par CNN, Donald Trump lui-même était à deux doigts de crier en l'écoutant. Sur une échelle de colère allant de un à dix, Donald Trump "avait huit", a fait savoir un membre de son cercle familial, précisant que le milliardaire était furieux et frustré. 

La politique américaine vous intéresse ? Alors découvrez notre podcast "Far West"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Coups bas, coups tordus, coups d’éclat…. Replongez dans le Far West électoral de la campagne américaine. Avec un Donald Trump affaibli par la pandémie, un Joe Biden qui portait tous les espoirs de revanche des démocrates, cette présidentielle 2020 a été plus électrique et passionnante que jamais… Avec Magali Barthès, du service étranger de LCI, et ses invités, mettez-vous dans la peau d'un électeur américain. 


TG

Tout
TF1 Info