Biden et Harris à la Maison Blanche

Karine Jean-Pierre devient la première femme noire et la première lesbienne porte-parole de la Maison Blanche

L.C. avec l'AFP
Publié le 6 mai 2022 à 9h30, mis à jour le 6 mai 2022 à 9h35
Karine Jean-Pierre devient la première femme noire et la première lesbienne porte-parole de la Maison Blanche

Ce jeudi 5 mai, le président américain a annoncé avoir choisi Karine Jean-Pierre comme prochaine porte-parole de la Maison Blanche.
Elle remplacera Jen Psaki, dont elle était jusqu'ici l'adjointe, à partir du 13 mai, selon un communiqué de la Maison Blanche.

Elle sera la première femme noire à occuper ce poste, mais aussi la première femme ouvertement lesbienne. Ce jeudi 5 mai, Joe Biden a annoncé avoir choisi Karine Jean-Pierre comme la prochaine porte-parole de la Maison Blanche. Elle remplacera Jen Psaki, dont elle était jusqu'ici l'adjointe, à partir du 13 mai, selon un communiqué du gouvernement américain.

"L'expérience, le talent et l'honnêteté"

Après avoir nommé Ketanji Brown Jackson, première femme noire à la Cour suprême des États-Unis, en février dernier, le président s'est dit "fier" de cette nouvelle désignation et loue "l'expérience, le talent et l'honnêteté" de sa future porte-parole.

"Elle sera la première femme noire et ouvertement LGBTQ+" à ce poste, a tweeté pour sa part Jen Psaki, qui avait fait savoir dès le début qu'elle passerait la main en cours de mandat. "Elle donnera une voix à de nombreuses personnes et elle permettra à beaucoup d'avoir de grands rêves", a-t-elle ajouté.

À l'âge de 44 ans, Karine Jean-Pierre a travaillé sur les deux campagnes de Barack Obama (2008 et 2012) puis celle de Joe Biden en 2020 avant de rejoindre son équipe à Maison Blanche. Née en Martinique de parents haïtiens qui ont ensuite émigré aux États-Unis, elle a grandi à New York, où son père y a travaillé comme chauffeur de taxi et sa mère comme soignante à domicile.

Diplômée de la prestigieuse université de Columbia avant de s'engager en politique, Karine Jean-Pierre a souvent expliqué combien le parcours de sa famille, emblématique du "rêve américain", avait été déterminant pour sa carrière. "Je suis tout ce que Donald Trump déteste", expliquait-elle en 2018 dans une vidéo pour l'organisation MoveOn, dont elle fut un temps une des principales figures.

Lire aussi

Aujourd'hui, cette francophone noire, qui partage la vie d'une journaliste de CNN, avec laquelle elle a une fille, devient ainsi la première lesbienne à assumer cette fonction de "Press Secretary" redoutablement exposée.


L.C. avec l'AFP

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info